Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Bélesta, boucle à travers les âges (66)

06/04/2015 : Bélesta-de-la-frontière – Grotte – Puits à glace – Borne frontière – Château – Bélesta

En ce lundi de Pâques ensoleillé où le vent s’est mis au repos, nous partons en famille dans le piémont Pyrénéen, à Bélesta-de-la-frontière, petit village des Fenouillèdes. Mehdi l’infatigable arpenteur du Canigou et sa dynamique famille se joignent à nous pour partager cette journée sous le signe de l’histoire. Nous allons adapter notre pas à celui de Mahé 3 ans, bien épaulé en cela par son grand frère Enzo 6 ans ainsi que son cousin Shann 6 ans. Quentin et Florent, rompus à la randonnée vont marcher en tête.

Nous quittons le centre du village à 11h05 pour suivre le balisage jaune de la boucle à travers les âges. Le sentier est bien large et part en montée douce jusqu’à trouver un réservoir d’eau captée sur notre droite. Seulement 25 minutes sont nécessaires pour arriver là. Puis l’on va suivre le sentier d’Emilie à notre gauche.

IMG_5158.JPG

 

IMG_5157.JPG

Pech de Bugarach sur notre droite

 

Le sentier coupe la départementale D21. Au carrefour routier, prendre le sentier qui part à gauche. On prend doucement de la hauteur mais la pente n’est jamais soutenue, ce qui est bien pratique pour les petites jambes de nos courageux jeunes marcheurs.

Avec Florent et Quentin, nous allons gravir la première bosse qui se dresse sur notre chemin. Comme cela monte de façon brutale pour s’élever de 40 mètres, nous allons nommer cette cime le Pic des courageux. Au sommet, nous trouvons les vestiges d’une grotte, sorte d’effondrement du sol. La vue, sur le massif du Canigou tout proche, est splendide, le blanc neigeux avec le bleu du ciel sont du plus bel effet.

 

P1030009.JPG

Au pied de la bosse

 

IMG_5161.JPG

Au sommet de la bosse

 

IMG_5162.JPG

Massif du Canigou

 

On redescend en hors sentier, plein Sud, pour retrouver le reste du groupe qui nous attend à une véritable grotte cette fois. Il est 12h lorsque nous y arrivons. L’entrée de cette cavité est condamnée par une solide grille. Il s’agit d’une grotte dans laquelle des vestiges du néolithique ont été trouvé, et se trouvent à présent exposé au musée du village.

P1030012.JPG

Descente de la bosse

 

IMG_5168.JPG

La grotte

 

L’endroit est tout indiqué pour manger là, mais pas cette fois pour nous. On repart et à présent ça descend fortement. Les petits cailloux roulent sous les chaussures comme des billes et vont mettre par terre une partie de l’équipe. On n’est jamais assez prudent dans la garrigue locale ! Puis nous longeons des vignes, traversons le petit cours d’eau la Crabayrisse et arrivons aux anciens puits à glace totalement à l’abandon. Quitter le chemin de quelques mètres pour trouver les ruines de ces puits. 1h35 seulement au rythme des petites jambes nous furent nécessaires pour arriver là.

 

IMG_5170.JPG

Vestige des puits à neige

 

Cette fois les enfants ont faim, alors nous allons nous rafraichir au bord du ruisseau pour cette pause repas. L’endroit est bucolique, ombragé et plein de cailloux à lancer dans l’eau : un régal pour les plus jeunes. Nous partageons ce long moment convivial bien agréable.

Nous repartons à 14h10 en poursuivant notre boucle balisée en jaune. Le chemin prend un peu d’inclinaison, mais ce n’est jamais prononcé, pour ne pas trop fatiguer les jambes des plus jeunes courageux.

IMG_5171.JPG

 

IMG_5173.JPG

Dans notre dos le pic des courageux s'éloigne

 

Au milieu de cette garrigue se cachent d’anciennes bornes frontières datant de 1258 (année du traité de Corbeil), qui matérialisaient la frontière entre le royaume de France et le royaume d’Aragon. Elles se trouvent à l’écart du sentier et il faut faire un détour de 5min sur la gauche pour les trouver. Nous y parvenons à 14h49.

 

IMG_5176.JPG

 

Puis, de ce point, le chemin descend rapidement jusqu’au torrent, point le plus bas de la journée. C’est une nouvelle occasion de se rafraichir à l’ombre et de grignoter un peu, afin de prendre les forces nécessaires pour affronter les derniers 100 mètres de dénivelé qui nous séparent de notre point de départ. Le chemin débouche sur la départementale D21 mais nous allons suivre l’itinéraire qui part à gauche pour éviter la circulation automobile. A notre grand étonnement, les plus petits sont encore en pleine forme et le retour au village se fera même en courant. Quelle santé !

C’est à 16h45 que nous terminons cette belle boucle. Nous avons mis 3h49, alors qu’elle est donnée pour 2h45. Encore bravo aux tout petits qui n’ont mis qu’une heure de plus, tout en jouant et profitant de cette belle journée. C’est un parcours conseillé à tous âges, que l’on peut réduire à tout moment en évitant certaines portions, pour revenir plus vite au point de départ. Mais il est préférable de ne pas la faire en plein été car l’endroit est très aride et manque d’ombre. L’idéal étant le printemps puisque il nous offre des points de vue sur le massif du Canigou tout à fait merveilleux.

IMG_5166.JPG

 

Tracé de la journée sur carte IGN 1/250000

Carte_Belesta.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 3h49 pour 10 km à 3,1 km/h

Dénivelé positif total : 260m – Autant en négatif

Point culminant : 471m.



13/04/2015
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres