Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic Dourmidou depuis Montfort-sur-Boulzane

02/04/2016 : Montfort-sur-Boulzane – col de l’Hommenet (1369m) – Pech Pedré (1572m) - Pic Dourmidou (1843m) – ravin de la Font Frède – route forestière de Salvanère – Montfort-sur-Boulzane

 

Gros dôme débonnaire à la frontière entre les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, ce sommet ne dépassant pas les 2000 mètres constitue pourtant un belvédère remarquable sur le massif du Canigou mais surtout sur celui du Madres tout proche. Je propose d’aller à la découverte de ses flancs en passant par le versant Nord/Est Audois. Le départ s’effectue depuis le village de Montfort-sur-Boulzane dans la vallée de la Boulzane.

Le point de départ de la rando se situe au niveau de l’église où il y a quelques places pour se garer. Je me mets en marche à 8h18 alors que la température n’est que de 2°C. Il faut revenir 30 mètres sur ses pas dans le village et tourner à gauche dans une rue montante. J'y trouve immédiatement un balisage jaune qui va m’accompagner une partie de la matinée. Le large sentier quitte rapidement le village et s’enfonce dans une forêt de châtaigniers et de buis.

IMG_0783.jpg

 

La pente n’est jamais forte mais suffisamment inclinée pour prendre de la hauteur rapidement et se réchauffer par la même occasion. J’arrive au premier col à 8h54, celui de la Couillade.

IMG_0784.jpg

 

Il faut partir à gauche

IMG_0785.jpg

 

La piste devient toute plane et descend même pendant quelques hectomètres jusqu’à un nouveau carrefour. Il suffit de suivre le balisage jaune.

 

Le col de l’Hommenet et Pech Pedré à sa gauche

IMG_0786.jpg

 

Une rencontre sympathique

IMG_0794.jpg

 

Suivre la flèche et tourner à droite

IMG_0788.jpg

 

La pente se relève brusquement, cette fois c’est du sérieux. Il faut quitter la piste tout en suivant le balisage et bien rester sur la droite. Le sentier se perd un peu en forêt mais le col est bien en vue. Me voilà rendu au col de l’Hommenet à 9h37 en 1h17. Le point de vue  sur les sommets du Donezan et du plateau de Sault est surprenant de beauté. Ce col est déjà une récompense en soi. Je m’accorde alors 5 minutes de pause ; il fait 20°C et pas de vent, le temps est fou !

IMG_0797.jpg

 

Gros plan sur les sommets du Donezan

IMG_0801.JPG

 

Je quitte la piste et le sentier pour monter à ma gauche sur la longue et large arête qui doit me conduire au sommet du Dourmidou. Il n’y a aucun sentier au départ mais rapidement une sente se dessine. On peut également suivre une clôture qui servira de fil d’Ariane. J’atteins le premier sommet nommé Pech Pédre à 10h03 pour 1h38 de marche. Cette fois l’objectif du jour est en vue.

 

Pech Pedré au premier plan, Pic Dourmidou au second, massif du Madres au troisième

IMG_0808.jpg

 

Au loin au dessus des nuages se lève le Pech de Bugarach

IMG_0814.jpg

 

Cette crête est comme un dos de chameau, il y a des creux et des bosses. Au fur à mesure que je prends de la hauteur, le vent se lève jusqu’à devenir très présent, trop même. On évolue ici au milieu de landes de bruyères qui sortent tout juste de l’hiver. La végétation rase met en évidence que le vent est un habitant permanent du secteur.

 

Erythrone dent de chien avec pic de Dourmidou au fond

IMG_0817.jpg

 

Sans difficulté me voilà rendu au sommet du pic Dourmidou à 10h51 pour 2h19 et 1167 mètres d’ascension. L’essentiel du dénivelé est acquis. Une borne géodésique matérialise les 1843 mètres du sommet. Le Pic Dourmidou marque le point culminant d’une arête Nord dominant les Fenouillèdes, d’une courte arête Sud venant de l’effondrement du col de Jau, et d’une longue arête Est qui surplombe la vallée de la Castellane. Le point de vue qu’offre cette cime est inversement proportionnel à sa faible altitude. Je suis au dessus d’une couche d’inversion, donc au dessus d’une mer de nuages qui recouvrent le département de l’Aude, mais la montagne Noire apparait au Nord.

 

Le proche massif Canigou

IMG_0830.jpg

 

Le tout proche massif du Madres avec la haute vallée de la Castellane et le pic du Bernard Sauvage à droite

IMG_0828.jpg

 

Capcir et Donezan

IMG_0825-001.JPG

 

Au sommet

IMG_0837.jpg

 

La crête parcourue, Pech de Bugarach au dessus des nuages

IMG_0833.JPG

 

J’aimerai prendre mon temps ici même, mais le vent trop fort ne rend pas ce moment agréable. De plus, il ne fait plus que 12°C et les plus de 50 km/h du vent rendent le froid bien vif. A 11h20 je me résous à me remettre en marche, cap vers le Sud/Est.

IMG_0838.jpg

 

Je tombe rapidement sur une congère de neige dont je ne soupçonnai ni la présence, ni la profondeur, ni la forte inclinaison. Heureusement la neige est en face Est et a pris le soleil depuis quelques heures, la rendant suffisamment molle pour ne pas que je glisse. Et comme un miracle n’arrive jamais seul, ce mur éphémère de neige me procure un abri au vent qui est le bien venu. C’est l’endroit idéal pour prendre le repas ; il est 11h40.

Je m’accorde plus d’une heure de pause, à contempler une partie de ce qui m’attend ensuite.

 

Attention danger potentiel

IMG_0845.jpg

 

La piste où je dois me rendre

IMG_0847.jpg

 

A 12h25 je reprends la marche en changeant de cap. Je suis l’écoulement d’une source qui va donner rapidement naissance à un ruisseau. Cela me conduit sur une nouvelle route forestière, au niveau d’une zone de stockage de bois. Je dois à présent tourner sur ma gauche. Ce sera d’ailleurs toujours à gauche qu’il faudra aller pour quitter cette dense forêt de Salvanère.

 

Là d’où j’arrive

IMG_0848.jpg

 

Là où je vais, il reste un peu de neige sur la droite

IMG_0849.jpg

 

Il n’y a plus qu’à suivre cette longue et large route forestière. Ce n’est jamais monotone car je suis accompagné par le chant permanent des oiseaux. De nombreux torrents coulent sur les flancs de ce massif, et finiront par ne former qu’un seul cours d’eau, celui de la Boulzane.

 

Une bergerie dont l’accès en voiture est interdit

IMG_0850.jpg

 

La piste se termine sur la route D22 qu’il faut suivre encore sur un kilomètre et arriver sans faille devant l’église que j’ai quittée de bon matin. Il est 14h27 quand je termine cette boucle de plus de 20 kilomètres dans un massif très boisé. Il y a d’autres possibilités pour gravir le pic Dourmidou, mais pour cette première découverte, j’ai trouvé le parcours complet et la vue depuis le col de l’Hommenet jusqu’au sommet de très grande qualité. Randonnée à faire ou refaire en toute saison.

 

Trace GPS : //www.openrunner.com/index.php?id=5907207

Fichier GPX à télécharger 

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000ème

Carte_IGN_Dourmidou.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 4h40 pour 20,6 km à 4,3 km/h

Dénivelé positif total : 1174 m – Autant en négatif

Point culminant : 1843 mètres



05/04/2016
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres