Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic Rodò par l’éperon Nord-Ouest AD sup

22/06/2013 – Jour 1 : Piste forestière – bassin d’Aumet – refuge de l’Orry – cote 2100m

 

Voici arrivé le week-end de la fête des feux de la Saint-Jean. Le pic du Canigou va capter à lui seul 90% des randonneurs du week-end. Et c’est une bonne chose pour la course que s’apprête à me faire découvrir Nicolas. Ma première course alpine rocheuse sera donc le redoutable Pic Rodó.

Départ à 17h05 au passage canadien au dessus de Prats-Balaguer, pour une montée rapide au bassin d’Aumet.

 

 

Après une semaine depuis mon dernier passage, seules les vaches viennent se rajouter au décor.

 

Nous poursuivons la marche sur le GR10, et en 50 min nous voilà rendu au refuge de l’Orry. On en profite pour se désaltérer. Nous faisons une petite pause, puis on quitte le site pour poursuivre notre approche. On laisse à la passerelle le GR10, pour tourner à gauche et remonter le cours d’eau.

 

Le Pic Rodò nous accueille sous un temps superbe.

 

Nous remontons le chemin qui est parallèle au torrent de La Riberola.

 

 

Nous allons suivre le sentier et monter ainsi jusqu’à la limite des arbres. A l’altitude 2100m, on traverse le torrent pour s’installer sur la rive droite et mettre en place notre campement. Il est seulement 19h10.

 

 

La vue que nous avons depuis le campement.

 

Gros plan sur le Rodò depuis la tente.

 

La nouvelle tente à Nico

 

Le ciel est merveilleusement beau, la soirée s’annonce sous les meilleurs hospices. Nous avons en plus le plaisir de profiter au maximum de la plus longue journée de l’année. Le soleil va rayonner encore longtemps sur la cime du Rodó. Après 21h, on met en route la saucisse sur la braise et à nous le plaisir de la grillade.

 

 

Nous allons fêter à notre manière les feux de la Saint Jean : un feu de joie dans un milieu de rêve, bercé par les grondements incessants du torrent. A 22h40, extinction des feux pour essayer de trouver le sommeil. Il nous tarde d’en découdre avec cette forteresse de pierres.

 

Résumé de la montée en chiffres :

Temps de marche 1h50 pour 6,1 Km

Dénivelé positif total : 632m - aucun de négatif

Point culminant 2102m.

 

23/06/2013 – Jour 2 : Bivouac – pied du sommet – Pic Rodò (2645m) – crête de l’Anyella – coll d’en Bernat – l’Estagnol – bivouac – refuge de l’Orry – bassin d’Aumet – piste forestière

 

Debout à 5h après une nuit agitée, comme toujours pour moi. Décidément, en prenant de l’âge, je m’accommode de moins en moins aux nuits sous tente. Nous ne prenons que le nécessaire pour l’ascension et à 5h55 on se met en marche. On remonte la vallée, en suivant le sentier. Après seulement 150m de dénivelé, nous traversons le cours d’eau et l’on prend pied sur le glacier rocheux. L’approche vers la base de l’éperon est de courte durée ; nous ne mettrons que 37 minutes.

 

De G à D le soleil baigne déjà le pic de Nou Founts, pic d'Eyne, Tour d'Eyne

1ier Panorama.JPG

 

Au pied de l’éperon Nord/Ouest se trouve une sorte de brèche, c’est le départ « officiel ». Ce départ étant trop technique pour moi, nous allons attaquer la première longueur légèrement sur la droite. Une fois le relais en place, nous débutons l’ascension à 7h exacte. Nico passe en tête et c’est parti pour une ascension « made in Rodò ». Les prises ne sont pas toujours bonnes car le rocher est friable.

Le départ

relais 1.JPG

 

Relais 2 vu d'en bas

SAM_0190.JPG

 

La même chose vu d'en haut

P1070145.JPG

 

Nous montons au rythme du lever du soleil

SAM_0186.JPG

 

On passe les 3 premiers relais dans la paroi, pour sortir ensuite sur le fil de l’arête. Là c’est vraiment vertigineux. La vallée de l’Orry se dévoile sur toute sa longueur, dans toute sa splendeur devrait-on dire.

Vallee vue de haut.JPG

 

Le bivouac vu de haut

Bivouac.JPG

 

Le funambule, en arrière plan le Roc del Boc

Funanbule.JPG

 

A 8h30, nous faisons une pause après avoir gravi la moitié de l’éperon. Puis on reprend l’ascension, toujours Nico en tête qui pose les relais, et moi qui suit selon ses consignes. Il pose, je récupère, tout cela se passe dans une parfaite synchronisation.

 

C'est tout la haut qu'il faut aller !

dernier relais.JPG

 

P1070151.JPG

 

P1070147.JPG

 

Une fois la partie la plus technique effacée, il reste encore 10 minutes de marche pour atteindre la cime du pic Rodò. C’est chose faite à 10h04, le sommet est conquis en 3h10.

 

C’est un belvédère étonnant sur la vallée de l’Orry, et le mini vallon de la Baillette ; c’est comme une tour de contrôle où la vue est ouverte sur 360°. Tout proche au Sud, c’est bien sûr la masse imposante du Pic de Nou Founts qui attire le regard. On voit distinctement le fameux passage du Pas del Porc sous la face austère du Pic de Racò Gros. Vers l’Ouest c’est le triptyque Pic d’Eyne, Tour d’Eyne et Roc del Boc qui occupent l’espace.

 

Pic de Racò Gros à gauche, Pic de Nou Founts au centre, Pic d'Eyne à droite

Panorama Sommet.JPG

 

Comme seuls au monde, nous allons savourer de longs moments de solitude, alors que quelques 200m plus bas, des randonneurs se pressent en direction du Nou Founts. Le Rodò se défend si bien, qu’une fois gravi, on n’a plus envie de le quitter. Pourtant l’itinéraire du retour étant long, on quitte notre tour de contrôle à 10h35 en suivant la crête de l’Anyella. Cette arête n’étant pas trop technique, nous allons avancer en corde tendue pour aller plus vite.

 

La crête de l'Anyella, au fond le Pic de la Fosse du Géant

Crete de l'anyella.JPG

 

C'est droit devant, le vallon de La Baillette sous nos pieds à gauche

SAM_0219.JPG

 

Tantôt sur le fil, parfois dessous, on avance rapidement jusqu’à trouver une grande dalle que l’on doit descendre en rappel. Seulement 4 mètres mais c’est impressionnant. Il y a bien une corde sur place, mais dans quel état réel ? Nous déconseillons de l’utiliser et il est préférable de prendre la sienne. Je descends le premier, puis c’est au tour de Nicolas.

rappel.JPG

 

La suite ne présente plus de difficulté. Nous arrivons en haut d’un couloir qui permet de basculer directement vers l’étang de l’Estagnol. Hélas pour nous, le couloir est tout en neige ; sans crampons nous ne tentons pas la descente.

 

La brèche échappatoire

breche.JPG

 

A gauche gros plan sur le Pas del Porc, Pic de l'Enfer au fond

Pas del Porc.JPG

 

Il nous faut donc poursuivre jusqu’au Coll d’en Bernat, ce qui rallonge passablement le chemin.

 

Une congère sur le chemin du col, que l'on devine en arrière plan

P1070169.JPG

 

Nous y parvenons à 11h54, après 4h28. Là encore beaucoup de neige, mais la pente étant peu prononcée, il n’y a pas de danger.

 

Coll d’en Bernat, pour nous ce sera à droite

col d'en bernat.JPG

 

La crête parcourue depuis le sommet du Pic Rodò

SAM_0235.JPG

 

On ne prend pas le temps de faire une pause, et l’on met immédiatement le cap sur l’étang de l’Estagnol. Dans la descente, sur le bord du sentier, git une marmotte sans vie. Stupeur et étonnement car elle semble avoir perdu la vie il y a seulement 2 ou 3 heures !

 

Marmotte sans vie

mar-morte.JPG

 

L'étang de l'Estagnol

Estagnol.JPG

 

La descente sur le sentier est rapide et sans difficulté, si bien que nous allons directement jusqu’au lieu de bivouac pour aller prendre le repas. Nous y parvenons à 12h47, et l’on se pose enfin. A l’ombre des pins, nous allons nous restaurer. La boucle a été réalisée en 5h13. Le temps de plier le camps, de manger un peu et sous un soleil de plomb, on file sur le chemin du retour dès 13h34. Il n’y a plus rien d’original à découvrir à présent, puisque c’est par le même itinéraire que la veille que nous cheminons vers la voiture. La belle vallée de l’Orry n’a plus de secret pour moi, mais le plaisir de la parcourir reste toujours intact.

SAM_0239.JPG

 

Nous retrouvons la voiture à 14h54, concluant ainsi en 6h30, une journée alpine exceptionnelle. Du grand beau malgré quelques nuages, un paysage encore coloré de neige et une forteresse redoutable qui ne s’offre qu’aux plus téméraires. Merci à Nico pour m’avoir offert une si belle fête de la Saint-Jean avec cette première course en rocher, en AD+ ; au même moment Florent concluait avec brio sa première année de piano. L’été 2013 en montagne s’annonce sous les meilleurs hospices.

 

La journée en chiffres :

Temps de marche total 6h30 pour 11,7 Km à 3,5 km/h

Dénivelé positif total : 534m – Dénivelé négatif total : 1214m

Point culminant : 2645m.

 



21/06/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres