Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic du Madres par le couloir Nord de la Balmette PD+

29/12/2016 : Col de Jau – refuge de Callau – Orri de La Balmette – couloir Nord – Roc Nègre (2459m) – Pic de Madres (2469m) – Pic du Bernard Sauvage (2423m) – crêtes de Lapazeuil – Col de Jau

 

Point culminant des Pyrénées Audoises avec ses 2469 mètres, le massif tentaculaire du Madres se gravit souvent par les nombreux sentiers du Capcir, dont il est l’un des sommets emblématiques. L’aborder par la vallée de la Castellane est certainement s’aventurer dans le versant le plus sauvage. C’est également dans partie la plus haute de cette vallée, où la Castellane prend sa source, que l’on trouve les rares couloirs de ce massif. A cause d’une approche un peu longue, ces couloirs ne reçoivent jamais la moindre visite. Je vais néanmoins aller à la découverte de l’un d’ente eux.

Départ du col de Jau à 7h13, -2°C, nuit noire et ciel étoilé. La piste forestière qui s’enfonce dans le massif de la Rouquette est totalement glacée. En effet, l’eau de la fonte des neiges a gelé durant les nombreuses nuits froides. Ce n’est pas l’idéal pour avancer sereinement, raquettes inutiles, crampons tout autant. Ce bout de piste est catastrophique car il monte dans un premier temps puis perd ensuite le dénivelé acquis. Je laisse sur ma gauche le refuge de Callau en ruine à 7h41 après 27 min, et je poursuis mon chemin sur la piste. Cette fois il y a une pellicule de neige croutée, plus stable.

IMG_0217.jpg

 

Après 3 virages, il faut quitter la piste pour s’engager plus en profondeur dans la forêt, au niveau d’un gros cairn bien visible. A présent la prise de dénivelé est plus sérieuse. Le balisage est pratiquement inexistant, le sous-bois est sale où de nombreux résineux morts jonchent le sol, mais étrangement des traces de pas dans la neige prouvent qu’il y a déjà eu de la visite.

IMG_0218.jpg

 

Le jour se lève vite et le soleil éclaire dans mon dos les premiers sommets. Pic de Dourmidou.

IMG_0225.jpg

 

En vallée de la Castellane

IMG_0219.jpg

 

Le haut du couloir est déjà visible

IMG_0224.jpg

 

Bien que la neige soit de plus en plus présente, elle n’est pas assez profonde pour entraver la marche. Sans difficulté technique donc, je franchis le verrou de la Balmette à 9h17. Cela m’aura demandé 1h59 de marche.

IMG_0228.jpg

 

Le cirque de la Castellane

IMG_0230.jpg

 

IMG_0239.jpg

 

Couloir Nord de la Balmette

IMG_0226.jpg

 

Le couloir que j’ambitionne est visible immédiatement sur la gauche depuis l’orri de la Balmette. Il faut donc quitter l’axe principal de cette vallée suspendue, pour se diriger à gauche plein Nord dans les pierriers couverts de rhododendrons. Il y a des traces d’ongulés certainement isards ou mouflons, mais je n’en verrai pas un. Il est 9h40 quand je me pose à la base du cône de déjection pour m’équiper.

 

IMG_0240.jpg

 

Départ du couloir

IMG_0242.jpg

 

Au loin le département de l'Aude et pic de Dourmidou au premier plan

IMG_0241.jpg

 

9h53, 2150 mètres, je me lance. La neige n’est absolument pas transformée, c’est du sucre. Heureusement la couche est peu profonde, à peine plus haute que la cheville. Cela m’évite un brassage trop fastidieux. La pente n’est jamais extrême, elle doit avoisiner les 40° au plus incliné, mais le couloir est vraiment esthétique. Il tourne comme une virgule sur la droite, si bien que l’on ne voit jamais la sortie. Le manque criant de neige a laissé à nu une grosse dalle de granit ; ce sera le seul passage technique, qui apporte juste ce qu’il faut de difficulté pour rendre cet exercice plaisant.

 

Une partie déjà gravie

IMG_0244.jpg

 

Gros plan sur le Pech de Bugarach au centre

IMG_0245.jpg

 

IMG_0246.jpg

 

IMG_0247_stitch.jpg

 

La sortie est proche

IMG_0250.jpg

 

Je sors du couloir à 10h36, après 2h58 de marche depuis le départ. La sortie n’aboutit pas directement sur la crête sommitale, il faut partir sur la gauche et aller à la rencontre du soleil. Ensuite, suivre plein Ouest la crête qui passe par toutes les cimes du massif.

 

La longue crête à suivre

IMG_0255.jpg

 

Sommet du Roc Nègre d’où l’on voit les 2 autres cimes majeures du massif, Pic de Madres à gauche Pic de Bernard Sauvage à droite

IMG_0265.jpg

 

Mont Coronat et massif du Canigou au loin

IMG_0263.jpg

 

On peut alors suivre le balisage rouge et jaune du tour du Capcir. Le passage le plus technique après le Roc Nègre où il faut poser les mains est orienté plein Sud, donc chaud, à l’abri du vent et libre de neige. Une fois les 3 pas délicats franchis, il ne reste plus qu’à traverser le plateau et gagner le point culminant de Madres. Chose faite à 11h57, pour 3h53 de marche. C’est sans conteste le plus vaste panorama du département des Pyrénées Orientales, comme de l’Aude. Hormis le secteur du Puymorens, tous les hauts sommets Catalans sont présents. C’est même la première fois que je vois clairement le Mont Valier pourtant si loin vers l’Ouest Ariégeois.

 

La coume de Ponteils et pic de la Pelade

IMG_0266.jpg

 

Le sommet tout proche

IMG_0270.jpg

 

IMG_0272-001.jpg

 

IMG_0260-01.jpg

 

IMG_0285-001.jpg

 

Pic du Roc Nègre et massif du Canigou

IMG_0282.jpg

 

Un randonneur de Lézignan se trouve au sommet également, l’unique personne que je croiserai de la journée. Nous partageons un café, échangeons nos impressions sur le faible enneigement, puis il s’en retourne vers le Capcir d’où il est venu.

IMG_0288.jpg

 

12h38, déjà le temps de quitter ce belvédère, et je mets le cap sur le dernier sommet majeur, tout proche, le plus identifiable depuis Carcassonne. Il s’agit de descendre jusqu’au col et reprendre un peu de dénivelé. Sommet du Bernard Sauvage à 12h56, après 4h12.

 

Vallée de la Castellane

IMG_0289.jpg

 

Sommet et crête à suivre

IMG_0290.jpg

 

IMG_0291.jpg

 

IMG_0300.jpg

 

Pour effectuer une boucle et rejoindre le point de départ de la façon la plus directe qu’il soit, il suffit alors de descendre la crête de Lapazeuil, frontière naturelle et administrative entre les deux départements voisins. On peut suivre dans un premier temps une clôture, mais elle est partiellement détruite. Il suffit alors de garder sur sa droite le précipice de la vallée de la Castellane. A découvert cela ne pose pas de question, mais en retrouvant la végétation, cela devient plus confus. Pourtant on trouve de façon épisodique un sentier. Les traces de gibiers ne trompent pas, les animaux connaissent et empruntent ces sentiers, il n’y a qu’à les suivre.

 

Une partie déjà parcourue

IMG_0301.jpg

 

Plateau à suivre

IMG_0304.jpg

 

Dernier regard sur le couloir

IMG_0305.jpg

 

A 1750 mètres, en forêt, la crête devient plus floue et le sentier plonge de façon évidente sur la droite en direction de la route forestière. Cela permet de rentrer sans se poser de question, d’autant que ce sous-bois est malcommode. Une fois sur la piste, la suivre pour rejoindre ainsi le col de Jau, à 15h19, après 6h22.

Après le couloir du Clot Tort, j’ai découvert un nouveau très beau couloir, sauvage, isolé, mais qui permet de réaliser une boucle complète dans ce massif boisé et exigeant. De l’alpinisme bien loin des spots traditionnels du Cambre d’Ase ou du Puymorens.

 

Trace GPS : //www.openrunner.com/index.php?id=6896903

Fichier GPX à télécharger

 

Tracé de la partie couloir et des 3 sommets sur carte IGN 1/25000

Carte_couloir.JPG

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h22 pour 18,2 km à 3 km/h

Couloir : départ 2150m – sortie 2300m sur 200m soit 36.86° en moyenne

Dénivelé positif total : 1081 m – Autant en négatif

Point culminant : 2469m

 

Autre couloir au Madres : Pic du Madres par le couloir du Clos Tort PD+



30/12/2016
29 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres