Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic Rodó par l’éperon Nord/Ouest (AD sup) (2016)

11/06/2016 – Jour 1 : bassin d’Aumet – GR10 – refuge de l’Orri – chemin de Nuria – bivouac cote 2130

 

Le pic Rodó est un sommet majeur de la vallée de l’Orri. Avec la crête de l’Anyella qui le relie au pic de Nou Fonts, il sépare en deux parties la haute vallée de l’Orri et celle de la Bailette. Se hisser à sa cime demande de la volonté et de la technicité. Je vais rééditer l’ascension de l’éperon N/W avec Nico, Jean-Louis et David. Nous reformons l’équipe hivernale du 17 janvier, celle qui avait dû renoncer à la brèche Durier au Canigou.

On se met en marche à 16h35 depuis le bassin d’Aumet, alors que le brouillard est bien bas. Aucune visibilité sur la vallée et les sommets qui la composent, donc nous marchons, d’abord en suivant le GR10, puis après une passerelle, toujours vers le sud, en suivant le chemin de Nuria.

SAM_0017.jpg

 

Torrent de la Riberola

SAM_0018.jpg

 

Enfin le pic Rodò se dévoile

SAM_0019.jpg

 

Ambiance fantomatique

SAM_0021.jpg

 

A la cote 2130, il faut traverser le torrent de la Riberola pour rejoindre un plat sous les derniers pins à crochets ; ce sera ici que l’on installera notre camp de base. Il est 18 heures et l’approche ne nous aura pris que 1h22.

SAM_0022.jpg

 

Il ne nous reste plus qu’à faire un peu de bois, monter les tentes et lancer la soirée. Une soirée mémorable avec de supers partenaires, de la bonne viande et quelques bouteilles pour faire descendre le tout. Un havre de paix. La convivialité a un visage, celui du Rodó.

SAM_0023.jpg

 

Enfin un coin de ciel

SAM_0024.jpg

 

SAM_0025.jpg

 

13392276_10210026852134197_933092231365681642_o.jpg

 

A 22h30, tout le monde sous tente, mais le sommeil sera long à venir.

 

Les chiffres de l'approche :

Temps de marche total 1h22 pour 4,9 km à 3,5 km/h

Dénivelé positif total :  476m – Dénivelé négatif négatif total : 3m

Point culminant : 2130 m

 

12/06/2016 – Jour 2 : bivouac – pied de la voie – Pic Rodò – crête de l’Anyella – étang Estanyol – bivouac – refuge de l’Orri – bassin d’Aumet

 

Un vent tempétueux a soufflé en rafales une partie de la nuit, mais au petit matin, le calme règne autour du camp. 6 heures debout, 7 heures nous quittons le bivouac. Des nappes de brouillard enveloppent une partie de la vallée, mais pas notre objectif.

SAM_0027.jpg

 

On remonte la vallée par le sentier, puis on traverse le torrent sur notre gauche, pour remonter le grand pierrier qui s’écoule de la face Ouest du Rodó. Nous arrivons au pied de la face à 7h38. L’approche fut de courte durée.

 

Le pied de la face avec l'éperon sur la gauche

SAM_0028.jpg

 

Gros plan sur le départ de la voie

SAM_0029.jpg

 

Arrivée au pied de la voie

13412194_10210026855254275_3358451452229359187_o.jpg

 

Nous allons débuter par le départ officiel, une dalle bien raide. Le temps que chacun s’équipe et la première cordée composée de Nicolas et Jean-Louis démarre à 8h. Nico passe en tête et se bagarre déjà sur une dalle pas simple à protéger. Jean-Louis en second aura autant de difficultés à franchir ce pas. Notre cordée démarre L1 à 8h30. David en tête efface les difficultés avec beaucoup de sang froid. Quand c’est mon tour, je vais suivre les fissures les plus évidentes. J’évite le passage trop technique en empruntant une fissure 3 mètres sur la droite.

 

La fissure de départ

SAM_0031.jpg

 

Nicolas évitant la fissure sur une dalle complexe

SAM_0033.jpg

 

David toujours dans L1

SAM_0034.jpg

 

Le départ de L2 est plus simple, un peu de marche entre pelouse et petits pins, le passage le plus intéressant se trouve juste avant le relais.

SAM_0035.jpg

 

L3 est pratiquement du même niveau que L1, de bonnes prises mais de l’engagement.

Au relais de la longueur 3, on se retrouve sur une banquette pour faire une pause. Nous avons parcouru la moitié de la voie.

 

Pic de Nou Founts à gauche, pic d'Eyne à droite

SAM_0036.jpg

 

Au départ de L4, la première cordée part sur la droite entre les pins et quelques dalles. David choisit de passer à gauche, entièrement sur le rocher. Ce premier pas demande un peu plus de technicité car il n’y a aucun moyen de protection, l’engagement est total. Mais une fois franchi, tout devient plus évident. Cette longueur débouche sur une arête du plus bel effet, le vide est omni présent. On se sent vivre dans de tels moments.

 

David dans la dalle rebelle

SAM_0040.jpg

 

SAM_0041.jpg

 

Puis on va progresser en corde tendue, plus de difficultés majeures à présent.

 

Les 3 premiers sur l’arête

SAM_0042.jpg

 

La même arête sous un autre angle

13403197_10210026870894666_1132578411716905396_o.jpg

 

L’arête prend de la hauteur pour venir mourir sur le grand dôme sommital. Il ne reste plus que dix minutes de marche pour atteinte les 2645 mètres du pic Rodò. Quelle ascension ! Et quelle vue sur les 2 vallées adjacentes.

 

Dans notre dos le Roc del Boc (le rocher du bouc)

SAM_0044.jpg

 

Avant d'arriver au sommet, un peu de marche nous attend.

arrivee_sommet.jpg

 

Le sommet sur fond de pic de Nou Founts

SAM_0046.jpg

 

Vallée de la Bailette

SAM_0050.jpg

 

Il est 11h03 quand le point culminant est atteint. Nous n’avons mis que 2h50. Nous prendrons donc le repas sur ce belvédère. Comme des naufragés heureux, on contemple la mer de nuages au loin, et la mer de rochers dans le vallon de la Bailette. Mais la météo n’est pas assez stable pour nous permettre de flâner. Nous poursuivons à 11h48 cette course complète qui se compose à présent d’une arête et d’un rappel. Inutile de s’encorder, chacun ayant le niveau pour évoluer sur ce terrain sans assurage.

quitter le sommet.jpg

 

Sur la crête de l'Anyella

SAM_0061.jpg

 

Le pic Rodó s’éloigne

SAM_0051.jpg

 

Le rappel

13442400_10210026877014819_559924986658974318_n.jpg

 

L'étang de l'Estagnol et la face Nord du pic de Nou Founts

SAM_0065.jpg

 

Après le rappel, on poursuit encore un court instant jusqu’à parvenir à une brèche sur notre droite. C’est un échappatoire que l’on va emprunter. C’est un couloir qui mène rapidement à l’étang de l’Estagnol. On retrouve donc le sentier chemin de Nuria, il ne reste plus qu’à regagner le bivouac. Nous arrivons au bivouac à 13h23, après 4h13 de marche et de grimpe. Il semble à présent acquis qu’il ne pleuvra pas, puisqu’il fait même chaud par moment. Il est 14 heures lorsque nous quittons ce petit coin de paradis, pour un retour rapide.

 

Jolies couleurs au retour

SAM_0066.jpg

 

Dernier regard vers le pic Rodò.

SAM_0067.jpg

 

Nous retrouvons le point de départ de cette belle course à 15h07, pour un total de 5h18 d’effort. Une très belle course pour ceux qui ne craignent ni le vide ni le rocher parfois traitre. L’ambiance sur l’éperon est vraiment sublime.

 

Trace GPS : //www.openrunner.com/index.php?id=6218268

Fichier GPX à télécharger


Tracé du jour sur carte IGN 1/25000ème 

 Carte_Rodo.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h18 pour 10,5 km à 2 km/h

Dénivelé positif total : 505m – Dénivelé négatif total : 1000m

Point culminant : 2645 m



17/06/2016
11 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres