Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Etape 5 : Refuge Ventosa y Calvell – Refuge de Saboredo

Jeudi 11 juillet 2019

Etape 5 : Refuge Ventosa y Calvell – Col d’Oelhacrestada (2475m) – Petit Montardo (2781m) – Montardo d’Aran (2833m) – Port de Caldes (2567m) – Lac Major de Colomèrs – collado del Tuc Gran de Sendrosa (2451m) – Refuge de Saboredo

 

Cette nuit fut plus reposante que la veille pour moi, pour Yannick moins. Il lui a certainement manqué la jolie jeune fille. Pour ce second jour, nous sommes au top pour le petit-déjeuner. On engloutit un véritable repas, et nous quittons avec joie tous les randonneurs du Carros de Foc, pour poursuivre notre itinéraire plus en périphérie. Départ à 7h30 donc, sous un ciel bleu azur, avec une vue exceptionnelle sur le versant Est des Besiberris. La montée au col d’Oelhacrestada, est paisible, car ponctuée de nombreux étangs qui sont autant de miroirs reflétant les hautes cimes locales. Nous parvenons au col à 8h45, c’est un échauffement effectué en 1h15, pour la suite de la matinée. Nous enchainons avec l’ascension du Montardo. Voilà ce que dit Louis Audoubert « Le Montardo est sans doute le sommet le plus connu et le plus fréquenté de la magnifique région des Encantats, pour la bonne raison que sa pyramide élancée domine directement le Val d’Aran. ». C’est donc un incontournable du secteur. Un sentier s’élève astucieusement, évitant les principales difficultés de la pente. Cela conduit à un col où deux cimes distinctes se détachent. Pour ne rien manquer du panorama, nous gravirons les deux. Au col séparant les deux sommets, nous nous délestons des sacs pour accéder rapidement aux sommets respectifs. Le Petit Montardo est atteint à 9h42, en 2h02, et le Montardo à 9h56 après 2h11.

 

Premières lueurs du jour sur l'estany de Travessani

IMG_8326.jpg

 

La Punta Alta se reflétant sur l'estany des Monges
IMG_8334.JPG

 

Estany des Monges vu depuis le col entre les 2 cimes du Montardo
IMG_8339.JPG

 

Proche panorama depuis le sommet du Montardo d'Aran (cliquer sur l'image pour agrandir)
IMG_8339_stitch.jpg
 
Je découvre que le Montardo d’Aran (2833m) est un splendide belvédère sur une des plus intéressantes portions granitiques des Pyrénées. Le tout proche massif des Besiberris, baigné à ses pieds par l’estany de Mar, est un tableau du plus bel effet. De l’Aneto à l’Ariège, peu de sommets manquent à l’appel, dans cet exceptionnel fouillis d’aiguilles. Et que dire d’autre de l’incroyable vue plongeante sur la vallée d’Arties : tout simplement vertigineuse. Mais le massif de l’Aneto s’éloigne déjà. Nous voyons distinctement le pic du Midi de Bigorre, ainsi que celui du Néouvielle. Voilà un sommet qui n’est pas avare en visibilité. Si l’on doit faire un classement des sommets au rapport effort/panorama, le Montardo se classe parmi les premiers. Nous profitons largement de cette vue dantesque. Un autre couple de français vient se joindre à nous. Nous les laissons seuls profiter pleinement de ces moments si rares. Nous prenons congé de la cime à 10h20. Sous le sommet, nous croisons les sympathiques retraités de la Punta Alta, nous leur souhaitons le meilleur, et peut-être nous croiserons nous sur un autre sommet à l’avenir.

 

Gros plan sur les sommets du Luchonnais avec le Perdiguère en majesté

IMG_8348.JPG

 

Pic du Midi de Bigorre dans le lointain Ouest
IMG_8349.JPG

 

Estany de Mar au pied de la face Est du Besiberri Nord
IMG_8352.JPG

 

Estany de Mar à gauche et vallée de Rius à droite

IMG_8362.JPG

 

Somptueux panorama (cliquer sur l'image pour agrandir)

IMG_8358.jpg

 

La longue vallée d'Arties
IMG_8353.JPG

 

Le temps de récupérer les sacs à dos, et nous descendons retrouver le GR11 afin de prendre la direction du Port de Caldes. Cap à l’Est toute ! Ce col permet de passer du bassin lacustre de Tumeneia au bassin lacustre de Colomèrs. Les étangs sont trop nombreux pour les visiter tous, nous ne verrons que les principaux. Dans le sens où nous abordons ce col, il y a très peu de dénivelé, si bien que nous le franchissons à 11h50, pour 3h32 de moindres efforts. Nous poursuivons un peu la marche jusqu’à l’heure du repas que nous prendrons à 12h30, après quand même 4h08 de marche effective. Il fait très chaud. Le soleil nous brûle, il n’y a absolument pas d’ombre dans cette partie haute de la vallée. Nous trouvons péniblement un peu d’ombre sous une grosse roche, la seule d’ailleurs dans ce coin. Il est évident que par le passé, ce gros rocher a servi d’abri à d’autres que nous.

 

Du Port de Caldes, le petit étang éponyme  IMG_8378.JPG

 

Merci de ne pas déranger !

IMG_8380.JPG

 

Joubarbes dans la Coma del Port de Caldes
IMG_8381.JPG

 

Après une heure complète de pause et quelques airs d’harmonicas, nous repartons à 13h30. Nous poursuivons toujours la descente sur le GR11 jusqu’au parvenir au bord de l’étang principal de Colomèrs. Après avoir franchi le barrage, nous quittons le GR11 au profit une nouvelle fois du sentier des Carrocs de Foc. Pour se rendre au refuge de Saboredo, j’ai choisi de passer par le port de Sendrosa, bien visible d’où nous sommes. Or, pour se rendre à sa base, l’itinéraire est assez chaotique et quelque peu pénible. Pourtant, c’est l’accès le plus direct. La montée au col de Sendrosa, se passe sous une chaleur écrasante, le tout à petits pas. Impossible d’accélérer nous sommes en mode escargot. Est-ce la chaleur ou la fatigue dûe à l’accumulation des journées de marche, voire même la somme des deux ? Quoi qu’il en soit, nous n’avons qu’un souhait, celui de terminer l’étape. C’est surement une baisse de motivation après l’euphorie du sommet matinal, et le manque d’objectif pour finir la journée. Nous franchissons avec soulagement le col de Sendrosa à 15h38, après 6h11. Le Tuc Gran de Sendrosa nous domine sur notre droite de 250 mètres, mais l’envie n’y est plus, pas plus que les forces. Sans plus attendre, nous enchainons l’ultime descente sur un sentier pas toujours très roulant. Alors que le refuge parait si proche visuellement, nous mettrons une heure pour le rallier. Il est donc 16h34 quand nous nous présentons sur le pas de porte. Cela conclut une journée de 6h56. Et dire qu’initialement, j’avais imaginé cette journée comme une étape de transition tranquille sur sentier, sans grande envergure ! Ce n’est pas le dénivelé qui fatigue, c’est la qualité de sol qui tend à faire trébucher à chaque pas. La leçon à retenir, est qu’il ne faut jamais sous-estimer les sentiers du Val d’Aran. Mais cette étape restera comme l’une des plus belles de la traversée, dont la mention spéciale va aux paysages vues depuis la cime du Montardo.

 

Lac Major de Colomèrs

IMG_8383.jpg

 

Coll del Tuc Gran de Sendrosa et le Tuc à sa droite
IMG_8386.JPG

 

Les étangs Bas et Milieu de Saboredo

IMG_8388.JPG
 

Comme chaque jour, nous avons nos rituels et chacun son style. Yannick ira prendre un bain dans le lac le plus proche tandis que moi, j’affectionne les douches fraiches. Et ce sera une bonne surprise. La douche est chaude et gratuite, grâce à un ingénieux système d’approvisionnement en eau par des tuyaux noirs qui serpentent sur le toit, afin que le soleil réchauffe l’eau qui y circule. Une fois propres et les vêtements mis au séchage, nous nous posons enfin devant une claras. Yannick va même trouver du réseau Wifi qui permet d’avoir des nouvelles de l’infatigable Marc qui se trouve dans les environs. Il nous propose de nous récupérer dans 24 heures sous le Port de la Bonaigua, afin de nous éviter une très longue marche sur route goudronnée. C’est une chance qui va réduire notre temps d’étape, et ainsi nous permettre de gravir un sommet dans la matinée. Impossible de rester à l’extérieur du refuge pour dialoguer d’avantage, on se fait littéralement dévorer par des nuées de moustiques. Nous convenons à la hâte d’une heure et d’un lieu de rendez-vous, et nous nous mettons à l’abri à l’intérieur, pour ne plus en sortir. Le repas est servi à 19h30 dans ce petit refuge, qui est ce soir à moitié plein. Voilà qui tombe bien pour choisir une place au calme dans l’unique dortoir comme la veille à Ventosa, mais à la différence que les lits ici sont individuels. Avec la moitié de monde à table, cela permet enfin de prendre un repas au calme, et de faire connaissance avec nos voisins catalans. Une nuit vraiment reposante se présente à nous.

 

Trace du jour :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h56 pour 16,5 km à 2,4 km/h

Dénivelé positif total : 1273 m – Dénivelé négatif total : 1208 m

Altitude maxi : 2833 m - Altitude mini : 2112 m

 

Précédent - Suivant

 

 

 

 

COMMENTAIRES :

 

  • lagrole (visiteur) · 14 août 2019

    Bravo encore, enchaînement Montardo- col de Sendrosa photogénique à souhait!
    Lagrole

  • dede (visiteur) · 13 août 2019

    J 'avais aussi beaucoup aimer la vue du Montardo, belle étape encore avec tous ces lacs

    • Tu as bien raison. Et le Montardo, tellement facile depuis le refuge Ventosa, bien plus facile que du pont de Ressec.

      · Répondre
  • Mehdi (visiteur) · 13 août 2019

    EDIT Je viens de voir que vous y êtes passes le lendemain. Excellent choix !

  • Mehdi (visiteur) · 13 août 2019

    Encore une bien belle journée !
    Tout est plus beau sous un beau ciel bleu.
    Avec un petit effort de plus, vous auriez pu aller jusqu’à la boite a sardines de Mataro, le val Gerber est très sympa

  • Le Montardo c'est vraiment un des meilleur rapports difficulté/paysage de toutes les Pyrénées. Quant à la section Colomers/Saboredo elle n'est pas difficile mais bien épuisante !



17/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres