Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

La boucle des 12 étangs du Carlit

18/05/2012 : Les Bouillouses - Etang Négre - Etang Soubiran - Etang de la Castella - Les Bouillouses

 

8h50 nous quittons notre refuge CAF des Bouillouses pour monter jusqu’à l’hôtel des Bones Hores. C’est le départ commun vers le pic du Carlit ou la boucle des étangs. Le balisage est jaune et comme toujours très clair, et présent en abondance. Les puristes s’en plaindront, mais les novices se sentiront en sécurité.

Notre fidèle chienne ayant de plus en plus de mal à « grimper », Valérie va vite renoncer à poursuivre cette marche et c’est entre garçons que nous partons à l’aventure. La première partie du sentier est la moins agréable, car la sur-fréquentation a mis à nu les racines des pins et de gros blocs de granite jonchent également le sol.

 

 

Quand la partie « hautes marches » est franchie, il y a encore à passer des ruisseaux et des petites côtes avant d’arriver enfin sur le plateau inférieur des étangs.

 

Le chemin est bien là dedans

 

A présent, la visite des étangs est plutôt facile et pratiquement sans dénivelé. Le premier étang que l’on rencontre est celui du Vive. Il se trouve légèrement sur la droite du chemin principal. En fait, c’est aussi le dernier que l’on doit rencontrer au retour de la boucle. Nous traversons un névé pour aller le voir.

 

Etang du Vive

 

Le suivant lui fait face de l’autre côté du chemin : c’est l’étang Noir

 

 

 

Nous poursuivons avec un peu plus de difficulté car un gros névé barre le sentier. Nous effectuons un contournement mais le sol regorge d’eau, voilà pourquoi le sentier traditionnel évite cette zone. Après une courte montée d’une butte, on découvre l’étang de la Coumasse.

 

Etang de la Coumasse

 

 

Le prochain étang se trouve à gauche du chemin, il est nommé le Sec.

 

 

La suite du sentier monte un peu pour casser la monotonie de la sortie. Il nous conduit après une nouvelle bosse sur les berges de l’étang Bailleul. Nous avons toujours devant nous comme un phare, l’imposante face Est du Carlit.

 

Etang Bailleul

 

 

Le Carlit vu depuis l'étang Bailleul, le chemin se devine à gauche des névés

 

C’est ici que prend fin la boucle des étangs inférieurs du Carlit. Une traverse permet de rentrer aux Bouillouses. Nous allons continuer afin de visiter les étangs supérieurs. Toujours en suivant le sentier du Carlit il faut franchir une passerelle et suivre la sente au milieu de buissons et fleurs. Ici on est déjà dans la haute montagne et la neige est de plus en plus présente par plaque. La pente s’est également redressée, rien d’extrême, mais suffisamment pour casser plus le moral, plus que les jambes, de Florent.

 

Gentianes des Pyrénées

 

Gentianes des Alpes

 

Quentin étant parti en repérage, il nous annonce que la montée est de courte durée. C’est une bonne chose car les estomacs sont vides. Il est 12h05 et l’on s’installe pour prendre le repas quasiment face au Carlit. Le pied de ce dernier n’est plus très loin ; on s’amuse à voir les nombreux randonneurs qui, par manque d’équipement, vont devoir renoncer au sommet tant il reste de la neige.

 

 

Comme la veille, de gros nuages tournent sur les sommets et menacent de pleuvoir. Nous repartons donc juste avant 13h et la suite qui nous attend n’est qu’une succession de surprises. D’abord ça descend et ça les enfants adorent. Ensuite les hauts étangs sont gelés.

 

Au revoir Carlit

 

Le prochain plan d'eau est déjà là, mais sous la neige.

 

Etang de Soubirans

 

Proche du déversoir

 

En allant vers le prochain étang

 

Etang Trebens

 

Le déversoir de cet étang se vide dans un tout petit plan d’eau, lui-même alimentant le gros étang de la Castella

 

Etang Castella

 

De très grosses congères barrent l’accès à la berge de cet étang, donc nous ne ferons que passer au dessus. Puis après quelques péripéties hors sentier, on atteint enfin le dernier étang.

 

Etang Dougnes

 

Le chemin que nous suivons ressemble à un petit cour d’eau et il est bien difficile de ne pas se mouiller les chaussures. On ne s’aurai trop conseiller de bonnes chaussures étanches. La descente est plutôt rapide et à 14h15 on a déjà rejoint l’étang Vive. Le retour vers notre point de départ n’est qu’une formalité que les garçons vont effectuer à l’allure « d’un avion de chasse ». Il y avait tant de monde ce jour là que le jeu fut de doubler un maximum de randonneurs. Nous arriverons largement avant la pluie qui ne tombera que tard dans l’après-midi. A 15h45 nous retrouvons le refuge, Tasma et Valérie.

 

Voilà un beau circuit qui peut se découper en plusieurs itinéraires selon la forme et l’humeur de chacun. Nous avons effectué le plus long et le plus haut, mais au risque de me répéter, chaque étang et une destination à lui seul. Même si ce site est sur-fréquenté, il est si beau qu’on en oublie rapidement le monde autour.

 

 

Tracé sur carte IGN

 

Les chiffres du jour :

Temps à la montée pause déduite 3h16 – 2h23 à la descente

Temps de marche total 5h39 pour 12,2 Km

Dénivelé positif total : 397m – autant en négatif

Point culminant 2340m.



21/05/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres