Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Boum au col de Boum – Arête ouest (AD sup)

14/08/2022 : parking du Lys (1120m) – cabane de la Coume – Refuge du Maupas

 

L’idée première est d’aller parcourir une arête autour du pic de Maupas. Le secteur ne manque pas de possibilités, de difficultés variées et de sommets imposants. Les prévisions météo ne sont pas parfaites, mais il faut parfois forcer la chance. C’est avec Joël que nous partons dans cette découverte alpine dans le Luchonnais. Mais avant cela, il faut s’élever jusqu’au refuge, parfait camp de base pour la découverte des cimes environnantes. Départ à 9h45 par l’itinéraire des lacs. La première partie en forêt est agréable, monte régulièrement sur un très bon terrain. Dans un second temps la marche se passe dans des pelouses agréables pour les pieds. Le soleil est déjà chaud, le temps est radieux.

 

Deux itinéraires depuis le parking convergent vers ce point

P1140389.JPG

 

Cap à l'est
P1140390.JPG

 

Le sentier s’élève progressivement. La marche est ponctuée de belles cascades sur le versant sud. Au niveau de la cabane de la Coume, le sentier fait un virage à 90° et prend la direction du nord. Le terrain est encore facile, entre pelouse et forêt, mais on sent bien avec le changement de végétation que la haute montagne se rapproche.

 

Cascade de Houradade
P1140391.JPG

 

Encore 2 heures pour atteindre le refuge
P1140393.JPG

 

Paysage verdoyant, si rare cet été
P1140394.JPG

 

Une mer de nuages en préparation
P1140395.JPG

 

Au niveau de la prairie de Prat Long, le sentier met le cap au sup, pleine pente. Le sentier s’élève fortement plus ou moins le long de la conduite d’eau forcée. Nous choisissons d’affronter cette bavante avant de prendre le repas. C’est la meilleure option, car le ventre plein, dans cette forte pente, aurait rendu le moment désagréable. A 20 minutes du refuge, la première vue sur le cirque des Crabioules est spectaculaire. Cela récompense tous les efforts depuis le parking. Nous parvenons au refuge à 13h45 qui vient d’être happé par le brouillard.

 

Un mur végétal se dresse entre Prat Long et le refuge du Maupas
P1140396.JPG

 

Les travailleurs à l'entretien des sentiers

P1140398.JPG

 

Prat Long et le lac Noir d'où nous venons
P1140399.JPG

 

Plein centre le pic Lézat
P1140400.JPG

 

A gauche la Tusse et le Pic de Maupas, à droite le pic des Crabioules
P1140401.JPG

 

Le refuge idéalement situé
P1140402.JPG

 

Voilà longtemps que nous n'avions pas vu cela
P1140403.JPG

 

Ce voile de nuages ne quittera plus le refuge jusqu’à 21 heures. La température a fortement chuté. Sieste, puis conversations traditionnelles avec les occupants du refuge, et repas servi à 19h30. Copieux et délicieux, le repas sera vite englouti. Un regard sur les dernières lueurs du jour, et nous partons tous nous coucher en espérant une météo favorable pour ce qui nous attend.

 

Grand Quayrat (3060m) et Petit Quayrat (2847m)
P1140404.JPG

 

Derniers rayons pour le pic de Maupas
P1140406.JPG

 

Grand Quayrat
P1140408.JPG
 

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 3h30 pour 7,3 km à 2,4 km/h

Dénivelé positif total : 1295m – Dénivelé négatif total : 12m

Point culminant : 2430m

 

15/08/2022 : Refuge du Maupas – Pic de Boum (3006m) – Arête ouest – Col de Boum – Refuge du Maupas – cabane de la Coume – parking du Lys

 

Départ nocturne à 5h55. Mer de nuages sous les 2000 mètres, grand beau, froid et venté au-dessus. C’est donc couvert d’une doudoune, de bons gants et bonnet que nous prenons la direction du pic de Boum. Il faut s’élever vers l’est en direction du bâtiment EDF. On passe alors une sorte de col où le pic de Boum devient pour la première fois visible vers le sud. La suite est plus subtile. Il faut louvoyer dans un véritable labyrinthe de dalles et de blocs ; chacun cherchera au mieux son itinéraire. Il y a des cairns, mais en trop grande quantité pour être fiables. Le terrain monte et descend selon les profonds écrasements du terrain laissé par les antiques glaciers. Par endroit cela ressemble à des dolines profondes de plusieurs dizaines de mètres. Il faut pousser la marche jusqu’au pied de l’éperon nord-est qui descend du pic de Boum, pour passer dans le mini cirque formé par le Mail Barrat et le Boum. La voie normale remonte alors le long de l’éperon, proche du vide. Sur la partie haute il faut mettre les mains, et une « porte » ferme l’entrée du pic. Un pas en escalade sera nécessaire pour s’ouvrir le droit de fouler le sommet. Il est 8h35, nous avons mis 2h30.

 

Apparition du pic de Boum tout à gauche

P1140409.JPG

 

Lever du jour à l'Est au dessus de la mer de nuages
P1140411.JPG

 

Pic de Boum si proche visuellement, encore bien loin physiquement
P1140413.JPG

 

Pic de Maupas versant nord
P1140417.JPG

 
P1140418.JPG

 
P1140419.JPG

 
P1140420.JPG

 
P1140421.jpg

 
P1140426.JPG

 
P1140427.JPG

 
P1140428.JPG

 
P1140429.JPG

 
P1140430.JPG

 
P1140431.JPG

 
P1140432.JPG

 

Le sommet enfin, 3006 mètres au dessus de la mer.
P1140433.JPG

 

Cime sobre, peu de place, pas de totem ni de foule bruyante, un sommet seulement pour initiés. De surcroit, le pic des Boums présente la particularité de se trouver à équidistance du secteur Balaïtous et du secteur Pique d’Estats. Il fait toujours froid, le vent souffle toujours vigoureusement, nous ne trainons pas. On enchaine sur l’arête ouest à 8h50. Le départ de l’arête demande déjà beaucoup d’attention, mais reste sur du très bon rocher granitique. Arrive très vite un rappel sur un anneau de corde. Le départ du rappel est inconfortable, pas adapté pour débutant ! Ce rappel nous fait sortir de l’arête et basculer en versant sud. Nous ne le savons pas encore, mais il sera impossible de revenir sur l’arête. Ce rappel long de 50 mètres nous conduit pratiquement à un nouveau point de rappel sur spit. Le terrain est totalement délité. Le rocher s’effrite comme du sucre. L’arête sur son fil est impraticable, car impossible à protéger, et totalement verticale.

 

Vue vers le Nord

P1140434.JPG

 

Etang Bleu et Etang Vert visibles depuis le sommet face au Mont du Lys
P1140435.JPG

 

Au loin le pic du Midi de Bigorre
P1140436.JPG

 

La longue arête ouest menant au pic du Maupas
P1140437.JPG

 

Départ sur granite dans la partie haute de l'arête
P1140438.JPG

 

Ça plonge dangereusement
P1140439.JPG

 

Départ rappel  numéro 1
P1140440.JPG

  P1140444.JPG

 

Au loin le pic de Perdiguère (3222m) se dévoile légèrement
P1140442_stitch.jpg

 

Nous engageons donc un second rappel sur un terrain croulant. Le rappel était obligatoire car toute glissade entraine une chute dans le vide. Voilà à nouveau 50 mètres de perdus dans la face. Le fil de l’arête s’éloigne. Joël tentera vainement de trouver un passage sur le fil, passage qui n’existe pas. C’est de la recherche d’itinéraire permanente. Cela nous coûte du temps, mais jamais du plaisir. C’est de l’alpinisme à l’état pur, rien d’aseptisé, shoot d‘adrénaline garanti. Il fait très froid durant l’attente, la température avoisine le 0°.

 

Second rappel sur terrain croulant
P1140445.JPG

 

Arête Est du Maupas

P1140447.JPG

 

Le second rappel nous dépose à un nouveau relai, composé de 3 plaquettes et d’une corde effilochée. C’est à 2 mètres d’une falaise totalement verticale. A-t-on suffisamment de longueur de corde pour arriver au bas ? Normalement oui puisque le bout de corde arrive au pied ! Joël s’engage pour un troisième rappel, et me confirme que tout va pour le mieux. Rappel très tendu à cause du vent. Il est 11h45 quand nous sommes au pied de la falaise, versant Valle de Remuñe. Il reste encore un gros morceau, celui de remonter au col de Boum. Mais avant, repas léger et rapide, car le temps presse. L’endroit est d’une beauté brutale. La minéralité est éblouissante ; mais quelle tristesse d’imaginer qu’il y avait encore des glaciers ici il y a 40 ans. Aujourd’hui, il ne reste que la roche polie.

 

Départ plongeant dans le vide du 3ième rappel

P1140448.JPG

 

Le col est là, tout proche, mais c’est de l’escalade. Ça tombe bien, nous sommes là pour ça, avec le matériel adapté. Pour autant, le terrain est pourri et ne permet pas de protéger sérieusement l’escalade. L’engagement sera total. Ce col n’est clairement pas pour randonneur, ce n’est pas une porte frontalière à conseiller. Le passage le plus exposé est la sortie au col, heureusement équipée d’une sangle en parfait état. Joël est dans son élément, comme un poisson dans l’eau, ou comme un isard en crête. Je suis heureux de passer cet obstacle en second, un pas de 5 en terrain d’aventure c’est particulier.

 

La brèche où il faut se rendre

P1140449.JPG

 

Départ délicat difficile à protéger
P1140450.JPG

 
P1140451.JPG

 

Une sangle neuve au relai dans la brèche
P1140452.JPG

 

Sur notre gauche le pic Perdiguère
P1140453.JPG

 

Au Sud le pico de Remuñe
P1140454.JPG

 

Le dernier pas en V
P1140455.JPG

 

La même chose après le recto voici le verso

299400778_1119848612216528_8360819883179032738_n.jpg

 

Depuis le col, nous jugeons raisonnable de prendre la direction du retour, par un 4ième puis un 5ième rappel pour se rendre au pied du col en versant nord. C’est une grosse dalle sans glacier, qui d’ailleurs ne représente plus que quelques lambeaux de glace là où il se meurt. Il est 13h35 lorsque nous sommes au pied du col, versant français. Nous pouvons ranger le matériel d’alpinisme, et reprendre la tenue du randonneur. Cap vers le refuge à travers le labyrinthe. Parfois la ligne droite n’est pas l’itinéraire le plus rapide. Il faut composer avec le terrain et ses spécificités. Nous parvenons au refuge à 15 heures, où nous y prendrons un nouveau repas plus copieux.

 

Départ du 4ième rappel dans la brèche du col de Boum

P1140456.JPG

 
P1140457.JPG

 

Le départ du rappel in-situ
P1140458.JPG

 

298883289_5425872357519671_5283622944880083543_n.jpg

 

Suivre le pli de la roche

P1140459.JPG

 
P1140460.JPG

 

Dernier rappel
P1140461.JPG

 

299146061_627745721985985_3442924100264071417_n.jpg

 

Joël au départ du dernier rappel
P1140462.JPG

 

Il faut ensuite remonter au point haut de la fausse crête
P1140463.JPG

 

Pic de Maupas et Tusse de Maupas versant Est
P1140464.JPG

 

Crête du pic des Crabioules au Petit Quayrat
P1140465.JPG

 

A 15h35, retour vers la vallée par l’itinéraire classique. Le pas léger, nous avalons les nombreux lacets, nous dévalons les prairies, nous galopons dans la forêt de hêtres. Malgré le matériel, les sacs lourds et la course alpine que nous venons de vivre, pas un seul randonneur ne peut suivre la cadence ; c’est grisant. Nous voilà rendus au parking à 17h42, après une descente de 2h07. C’est aussi le retour de la chaleur pesante et étouffante. Une course alpine qui nous appris beaucoup, autant sur la qualité médiocre du terrain, que sur le pic de Boum lui-même, sur toutes ses faces. A refaire en enchainant vers le Maupas. Le temps retenu est celui sans le temps passé à la préparation des rappels.

 

Lac d'Enfer au bord du refuge

P1140467.JPG

 

Image insolite où les charognards attendent le faux pas
P1140468.JPG

 

Trace du circuit :

Carte pic de Boum.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 8h07 pour 15 km

Dénivelé positif total :  738 m – Dénivelé négatif total : 1903m

Point culminant : 3006m



19/08/2022
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres