Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic Dourmidou depuis Sainte-Colombe-sur-Guette

12/01/2019 : St Colombe sur Guette – vallon de Bailleurs – piste forestière – Pic Dourmidou (1843m) – col de Feuille (1148m) – Counozouls – St Colombe sur Guette

 

Le pic Dourmidou est, de par sa physionomie, un dôme débonnaire, se trouvant à cheval entre Aude et Pyrénées-Orientales. C’est un étonnant belvédère sur le proche massif de Madres et celui du Canigou, mais par temps clair. Son nom en catalan est Dormidor, le dortoir, c’est-à-dire le lieu où le bétail vient dormir.

Pour cette visite, j’ai opté pour un départ au fond de la vallée de l’Aiguette, depuis le village de Sainte-Colombe-sur-Guette, sur la route qui monte au col de Jau. Il s’agit de traverser le village, puis s’élever sur la gauche par la rue du barri d’amount, qui prend immédiatement la direction du Sud/Sud-Est, le cap à suivre. Rapidement la route se transforme en une piste qui permet de remonter le vallon des Bailleurs sur sa rive droite. La première surprise du jour vient de la neige que l’on trouve immédiatement à la sortie du village. Cela va pimenter un peu cette sortie.

 

Au premier croisement, rester sur la droite.

P1100094.jpg

 

Au second croisement, il faut à nouveau se tenir à droite en suivant les balises jaunes du tour du Bénal. Le sentier traverse le torrent de Bailleurs pratiquement sous la glace, puis s’élève fortement an forêt. Il débouche sur une piste forestière au niveau d’une place de retournement. Je choisis de quitter le sentier pour m’engager sur la piste.

 

Rencontre de la piste et de la glace
P1100097.jpg

 

C’est d’ailleurs par un subtil jeu de pistes (forestières), que l’on évolue dans cette montagne très boisée, aux pentes abruptes. L’avantage est d’avancer vite, l’inconvénient est la monotonie. Et pour casser la monotonie, j’ai la chance de croiser quelques isards forestiers ; comment les nommer autrement puisque je me trouve à seulement 1135 mètres dans une forêt de résineux.

 

P1100100-001.jpg

 

Cascade de glace éphémère

P1100104.jpg

 

Il n’y a aucun sentier qui monte au sommet du jour, il faut improviser. Je quitte alors la piste principale pour emprunter un itinéraire de débardage, qui va suivre une courbe de niveau qui va me conduire à l’aplomb de la cime. Il ne reste alors qu’à se faufiler au mieux, dans un sous-bois relativement propre. Après 2 heures, le besoin de boire une boisson chaude se fait sentir ; courte pause.

 

Le Pech Pedré à l'Est

P1100105.jpg

 

La crête à viser
P1100106.jpg

 

Paysage hivernal
P1100107.jpg

 

A l'heure du café, l'ambiance est quelque peu glaciale
P1100109.jpg

 

La prise de dénivelé en forêt se fait sans difficulté, malgré l’absence de tout sentier. Mais en sortant de l’abri végétal, c’est le vent qu’il faut affronter. Il est froid, très froid, puissant, permanent, implacable. Mais que belles sculptures en glace offre un paysage ! Le sol est fait de bruyère congelée, aucun piège, mais il faut encore braver les bourrasques. Je parviens au point culminant à 10h58, pour 2h54 d’ascension. Seulement 1843 mètres au-dessus de la mer, mais aujourd’hui, le Dourmidou a des airs de géant. Le vent est brutal, le froid est polaire. -2°C avec un vent à 60km/h et c’est un ressenti de -12°C sur le visage. Pas la moindre vue sur les proches massifs, il faut se résoudre à fuir ce lieu inhospitalier.


P1100110.jpg

 

Dominant le plateau de Sault, le pic de Bentaillole à G et Ourtiset à D
P1100111.jpg

 

Le sommet est proche
P1100112.jpg

 

Au sommet le vent d'Est à sculpté des drapeaux de glace
P1100113.jpg

 

Il ne manque que le vent sur l'image
P1100114.jpg

 

Seulement 10 minutes au sommet et je prends la poudre d’escampette, mais avec le vent de face. Pour effectuer une boucle, je décide de passer par le village de Counozouls. Pour cela, il faut suivre la clôture qui descend vers le Nord/Ouest. La violence du vent demande à se mettre rapidement à l’abri sous le couvert végétal. Cela va ouvrir quelques vues inattendues vers le Capcir et le Donezan. Dès 1500 mètres, le calme est revenu et la suite de la descente va s’effectuer plus sereinement.

 

Cap au Nord/Ouest
P1100115.jpg

 

La crête à suivre
P1100116.jpg

 

Les Pics Pérics et pic de Portalla Gran
P1100119.jpg

 

Roc Blanc au centre et pic de la Camisette à droite
P1100120.jpg

 

D'où je viens
P1100122.jpg

 

Il faut garder ce cap en suivant au mieux le fil d’une crête. On coupe alors la piste matinale, et il faut poursuivre la descente sur ce fil un peu flou. C’est un exercice intéressant, principalement en forêt. On tombe alors sans faillir au col de Feuille ; à présent ce seront les balises du tour du Bénal qui me ramèneront au point de départ.

 

Le village de Counozouls sur fond de pics Bentaillole et Ourtiset
P1100126.jpg

 

Col de Feuille au dessus de Counozouls
P1100127.jpg

 

Au village de Counozouls, on passe sous le cimetière et le sentier s’engage alors dans un sous-bois bordé de buis. Tout va très vite sur ce sentier propre, qui débouche face à l’église de Sainte-Colombe-sur-Guette. Très peu de place de parking dans ce village enclavé en fond de vallée, j’avais choisi de me garer à l’extérieur, face à la carrière de dolomie. Fin de cette rando fraiche à 12h39, pour un temps total de 4h28, sans pratiquement aucune pause. Autant préciser que je n’ai croisé aucun animal de mon espèce. Voilà une façon plus originale de gravir un sommet facile depuis le col de Jau. Je pense qu’il est préférable d’effectuer la boucle dans ce sens, car on a la vue plus ouverte durant la descente.

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000

Carte_IGN_Dourmidou.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 4h28 pour 19,2 km à 4,3 km/h

Dénivelé positif total : 1318 m – Autant en négatif

Point culminant : 1843m

 



12/01/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres