Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Tour du Roc Saint Sauveur

20/04/2013 : Pont de Riubanys – Montalba d’Amélie – GR10 – Moulin de la Paleta – Pujol del Mig – La Grifa de Baix – La Grifa de Dalt – Coll Cerda – Roc Saint Sauveur – Pla del Roc – GR10 – Montalba d’Amélie – Pont de Riubanys

 

Pour fêter les vacances scolaires de printemps, quoi de mieux qu’une randonnée au pays du soleil, le Vallespir. Or, en ce samedi, la Tramontane souffle sur tout le département, alors nous allons composer un circuit qui fera la part belle à l’abri. Initialement Florent et Valérie devaient être de la sortie pour accéder en aller/retour au Roc Saint Sauveur, mais une gastro-entérite les a mis à terre. Alors avec Quentin, accompagnés de l’infatigable Marilyn, nous modifions le parcours pour le rendre un peu plus sportif.

A 9h00 nous quittons le pont de Riubanys, sur la route qui va d’Amélie-les-Bains à Montalba. A la sortie du pont on trouve sur la droite un sentier qui va longer les berges du torrent Montdony.

 

Nous remontons donc le torrent quand subitement le sentier s’arrête, coupé par un arbre déraciné. Je balbutie un peu mon guidage, nous faisons demi-tour mais on se rend rapidement à l’évidence qu’il n’y a pas d’autre itinéraire, alors tel des saumons en période de fraye, on reprend la remonté du cours d’eau. Le sentier change de rive au niveau d’un canal, là où les gorges se rétrécissent. La montée est un peu plus prononcée mais toujours sur terrain facile.

 

Un cerisier sur le sentier

 

On ne tarde d’ailleurs pas à arriver à Montalba d’Amélie à 9h50. Pour la suite j’avais prévu de suivre un sentier présent sur la carte IGN TOP 25, au départ de Montalba. Ce sentier démarre sur le GR10 en direction du Gite et doit le quitter immédiatement pour monter à gauche. Or après l’avoir chercher, il semble que ce sentier ne soit plus entretenu.

Il est d’ailleurs surprenant qu’aucune information n’indique le moindre accès au seigneur du lieu.

 

Nous poursuivons donc notre marche sur le GR10 ; celui-ci est bien balisé et très propre. Il monte de façon constante, jamais brutale, au milieu de chênes verts. Cette forêt est un abri idéal au vent qui fait rage plus haut.

 

Vue sur le très esthétique hameau de Montalba

 

Premier vue sur l'objectif du jour, le Saint Sauveur se mérite

 

Le sentier change de versant et ceux sont des châtaigniers qui composent à présent la futaie ; on descend ensuite sur une route qui nous conduit à l’écogite du Moulin de la Palette, il est 10h55. Nous faisons une courte pause pour se réhydrater et l’on poursuit notre marche sur la route. On passe à proximité du mas de Pujol del Mig et l’on avance jusqu’à ce que la route se transforme en piste. Avant de franchir un torrent, il faut quitter la piste et monter à gauche sur le sentier de La Grifa balisé de bleu.

 

Point clé à ne pas manquer

 

Le sentier monte régulièrement ; à chaque croisement, il faut rester sur l’itinéraire de La Grifa. Le sentier fini par arriver sur une sorte d’éperon rocheux au niveau du mas de La Grifa de Baix. C’est une propriété qui semble être habité mais il n’y a aucune route qui y mène. L’état de délabrement général contraste avec les panneaux solaires et l’antenne parabolique qui ornent la terrasse. Mais le plus déroutant pour nous sera la perte totale du sentier, comme si l’on avait voulu l’effacer. Pour nous, il s’agit de traverser la propriété au mieux pour poursuivre notre marche en face. On va louvoyer entre les anciennes cultures en terrasses, en s’efforçant de suivre une courbe de niveau, et comme nous avons été attentif, sitôt la propriété dépassé, nous nous retrouvons sur le sentier. Soupir de soulagement général !

 

Il serait temps de manger, réclame Quentin ! Mais le vent ne l’entend pas ainsi et nous envoi des rafales glaciales. Alors on avance encore en quête d’un abri, quand nous découvrons une autre surprise. On tombe sur une exploitation forestière avec des yourtes, des moutons et chevaux. Adossé à un rocher, ce sera face à ce spectacle surprenant que nous prenons le repas, il est quand même 12h37. Cette halte est la bien venue, même si l’abri du vent est tout relatif. Le soleil brille et c’est bien là le principal. On se restaure, Marilyn nous offre gentiment un thé chaud, qui est unanimement apprécié.

A 13h50 on se remet en marche pour l’ascension du sommet. Le sentier arrive au bord de cette exploitation hors du temps où un panneau indique aux randonneurs de bien rester sur le chemin. On monte donc dans la forêt, et rapidement nous nous trouvons au mas abandonné de la Grifa de Dalt. Dans ce mas, ma grand-mère paternelle y a vécu de l’âge de 6 ans à 10 ans. En ces temps anciens, elle allait à l’école à pied, jusqu’à Montalba soit 1h30 de marche, pareil le soir pour le retour !!! Je laisse à chacun de soin d’apprécier à quel prix était l’instruction au siècle passé.

 

Mas de la Grifa de Dalt dominé par le Roc St Sauveur

 

Le chemin monte rapidement et sans difficulté au col Cerda, sorte de carrefour. Soit on le traverse et il conduit directement à Montalba, soit on part à droite et un sentier conduit à la frontière, au Roc de Frausa. Nous allons aller à droite, quasiment hors sentier.

 

L’équipe au col Cerda

 

On part donc à travers broussailles mais un balisage tantôt fait de ronds bleus ou jaunes est présent et indique le meilleur passage au milieu de cette zone rocheuse. La sortie du jour prend une tournure plus sportive. On approche donc cette forteresse de granit sur sa tranche.

 

On franchi ensuite une passe et l’on contourne par le bas ce qui parait être de si près un monstre de roches.

 

La vue s’ouvre subitement sur le versant Sud du massif du Canigou dont les Pics de Tres Vents et du Roc Nègre sont les plus hauts représentants. Au centre la porteille de Léca et la vallée du riuferrer.

 

Une fois que l’on a fait la totalité de la traversée du Roc, le sentier s’enfonce alors dans les entrailles du monstre pour aller chercher une faiblesse permettant d’atteindre sa cime. En quelques minutes on arrive sous le ressaut final qui nécessite un peu d’escalade pour avoir le droit de fouler le sommet. Fort heureusement des marches ont été taillées dans le granit pour faciliter l’accès, mais cela reste quand même exposé.

 

A 15h30 nous voilà tous au sommet.

 

Du haut de ses 1235m le Roc Saint Sauveur est un belvédère qui se respecte. Vers la Méditerranée la vue porte aussi loin que l’horizon l’autorise. On aperçoit même, par delà les Fenouillèdes le Pech de Bugarach. Plus à l’Ouest, le Costabonne termine la longue collection des sommets de plus de 2400m. Vers le Sud, le pic des Salines et le Roc de Frausa barre l’horizon ; on a tout proche le sommet du Belmaig et le Puig de la Senyoral. La récompense qu’offre un tel panorama est à la hauteur des efforts que nous venons d’accomplir.  

 

A gauche le Roc de Frausa

 

On serait bien resté plus longtemps à faire des tours sur soit pour mémoriser un maximum cette vue, mais l’on se fait secouer par les rafales de vent. Le point le plus critique va être la désescalade, toujours moins évident à négocier dans ce sens. Bravo à Marilyn pour son sang-froid et à Quentin pour sa décontraction. Une fois le plancher des chèvres atteint, on rejoint le petit col et l’on bascule maintenant sur le chemin du retour. Bien tracé et très propre, le sentier plonge dans un premier temps avant de devenir moins abrupt.

 

Dernier regard sur le sommet dans notre dos.

 

Le sentier passe au bord d’une sorte de sanctuaire. Il fini par rejoindre le GR10 que l’on va suivre pour regagner Montalba. C’est sans difficulté qu’à 17h05, nous avons bouclé ce tour ; on prend le chemin du torrent Montdony pour retrouver la voiture 25 min plus tard.

 

Nous avons bouclé une journée sportive sur un sommet qui n’a rien de modeste. Le torrent du Montdony peut être un prétexte en été à venir s’y baigner. On peut faire une version plus courte du sommet en partant de Montalba et effectuant l’aller/retour direct, ce qui ne représente que 600m de dénivelé. A renouveler une prochaine fois en famille. Merci à Marilyn pour sa bonne humeur, son thé et ses photos.

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25 000ième

 

La journée en chiffres :

Temps de marche total 7h10 pour 17 Km à 3,3 km/h

Dénivelé positif total : 1154m – autant en négatif

Point culminant : 1235m.



22/04/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres