Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Puig de Camporells, Pic de l’Homme Mort et La Muntanyeta par la vallée de la Lladura

19/11/2023 : station de Formiguères – vallée de la Lladura – Salt dels Porcs – Etangs des Camporells – Puig de Camporells (2671m) – Pic de l’Homme Mort (2668m) – La Muntanyeta (2436m) – Baga de vall de Galba – station de Formiguères

 

S’il y a un site lacustre qui ne déçoit jamais dans les Pyrénées-Orientales, c’est bien celui des Camporells. Facilement accessible depuis le haut de la station de ski de Formiguères, en suivant le Serra de Mauri, c’est l’itinéraire classique. Néanmoins, on peut varier l’accès en remontant la petite vallée de la Lladura. C’est donc une promenade automnale qui est proposée en ce jour, alors qu’il y a encore quelques années, l’usage des raquettes ou des skis aurait déjà été totalement indispensable. Yannick et l’infatigable Jules me font le plaisir de m’accompagner. Une belle journée en famille s’annonce.

Départ à 8h05 depuis le bas de la station de ski de Formiguères, où l’on peut observer des cerfs prenant le petit-déjeuner sur les pistes couvertes d’herbes. Suivre la piste forestière qui conduit au parking de la Serre de Mauri et poursuivre jusqu’au col du Pla del Bosc. La chaleur est excessive sitôt que l’on passe au soleil. Après le passage de ce discret col, la piste descend jusqu’à son terme, et se poursuit en sentier jusqu’à la Basseta, un étang couvert de végétation où barbotent quelques canards Col Vert.

 

Ici la tondeuse est sans fil

IMG_1970-001.jpg

 

Piste après le plat del Bosc
IMG_1975.JPG

 

Premier objectif du jour en vue

IMG_1976.JPG

 

Petit Péric
IMG_1977.JPG

 

La Basseta
IMG_1978-001.jpg

 

C’est par un très beau sentier que l’on prend enfin de la hauteur. Orienté en versant Sud, le soleil ne tarde pas non plus à faire son apparition, pour notre plus grand plaisir. La prise de dénivelé est de 400 mètres sur 1,7 km, autant dire que le gain est efficace mais le sentier est toujours agréable pour rendre le passage du Salt dels Porcs en une promenade touristique. L’arrivée aux étangs des Camporells est toujours un émerveillement, avec la présence imposante de la face Est du Petit Péric. Nous passons proche du refuge local en 1h56.

 

Ici tout invite à la rêverie
IMG_1979.JPG

 

La partie basse de la vallée avec en fond le Pic du Canigou
IMG_1980.JPG

 

Petit Péric vu depuis l'Estany de la BassetaIMG_1982.JPG

 

Petit Péric vu depuis l'Estany del Mig
IMG_1984.JPG

 

Droit devant le Puig de Camporells
IMG_1985.JPG

 
IMG_1987_stitch.jpg

 

Petit Péric et Puig Péric au fond
IMG_1993.JPG

 

Après avoir pris quelques clichés comme il se doit, nous enchainons sans plus tarder. Nous avons à vue le Puig de Camporells mais pas réellement d’itinéraire sur le terrain, alors ce sera par une directissime que l’on ira chercher la base du sommet. Bien que cela passe partout, il faut faire preuve d’un peu de lecture de terrain pour éviter de trop subir les ondulations du terrain, car tout est faussement plat. Nous coupons quelques cours d’eau à sec, comme des antiques routes pavées. La présence des nombreux étangs est toujours un prétexte à s’arrêter prendre de nouveaux clichés ; le secteur est pour moi l’un des plus beaux du département, si ce n’est le plus beau. Nous allons aborder le Puig de Camporells par l’arête des Lagopèdes, c'est-à-dire pleine face. C’est avec le récit en tête de mon amie Amédine que nous nous risquons dans cette paroi sombre. https://balades-lison.blogspot.com/2022/09/le-pic-de-camporells-2671-m-par-larete.html

 

Ruisseau à sec venant de la Coquilla mimant une antique route pavée
IMG_1994.JPG

 

Puig de Camporells versant Est

IMG_1995.JPG

 

L'arête des lagopèdes et la voie que nous avons suivie
IMG_1996.JPG

 

Encore un peu de marche pour l'approche
IMG_1997.JPG

 

L'étang supérieur des Camporells
IMG_1998.JPG

 

L’attaque de l’arête plein Est n’est pas très rassurante car les prises ne sont pas fiables. Il y a de nombreuses courtes cheminées de 5 à 8 mètres de haut, mais cela devient vite de l’alpinisme. Nous ne sommes pas équipés, il faut aller au plus « simple ». Une fois pris dans l’arête, il n’y a plus de retour arrière possible, il faut bien l’avoir en tête. Jules n’est pas impressionné mais la recherche d’itinéraire nous consomme beaucoup de temps. Tous les passages les plus évidents se trouvent sur notre gauche, c'est-à-dire en face sud du pic. Peu à peu, de cheminées en vires, nous prenons de la hauteur tout en glissant en face sud. Il y a plus simple pour se hisser sur ce sommet, mais l’exercice ici est plaisant pour celui qui a une appétence au vide, en gardant à l’esprit que chaque prise peut s’arracher. On rencontre sur la partie la plus haute de l’arête des zones herbeuses rendant l’approche plus rapide et plus simple. J’ai même trouvé des traces de peinture rouge sur un terrain à isards. Le final est à nouveau rocheux mais nettement plus simple. Nous parvenons à la croix sommitale à 12h47, pour un temps de 3h47. Le vent s’est invité et il faut toute la science de Yannick pour trouver un petit coin sans souffle d’air afin de prendre le repas à l’abri de ce vent qui annonce l’hiver.

 

L'attaque de l'arête, c'est où l'on veut, ou presque !

IMG_1999.JPG

 

Jules s'engage à son tour
IMG_2000.JPG

 

Une partie plus haute plutôt verticale
IMG_2001.JPG

 

Dans l'arête, l'ambiance est vraiment verticale
IMG_2002.JPG

 

Fils et père très synchro
IMG_2003.JPG

 

L'ensemble des étangs des Camporells
IMG_2004.JPG

 

En quittant l'arête, la partie végétalisée de la face
IMG_2005.JPG

 

Tout au fond le Puig de la Portella Gran

IMG_2006.JPG

 

Il y a bien un balisage, mais très discret
IMG_2009.JPG

 

Après avoir renoncé pleine face, nous sommes passés sur la gauche
IMG_2010.JPG
 

Sommet du Camporells, Puig de la Portella Gran dans le dos
IMG_2014.JPG

 

Nous ne sommes pas sur la plus haute cime locale, néanmoins la vue n’en demeure pas totalement bouchée. La curiosité locale sont les ondulations laissées par un antique glacier dans le mini cirque de La Coquilla, où le terrain est plissé comme un vieux tapis. Vers l’ouest je suis étonnament surpris de voir le Mont Valier par delà la crête nord du Puig de la Portella Gran. Le plateau des Camporells s’étire sous nos pieds, ce sommet porte bien son nom. Le repas nous fait le plus grand bien avant d’aller déambuler sur de nouvelles proches cimes. Nous repartons à 13h50 en gardant un œil sur la montre, car la nuit arrive vite au mois de novembre.

 IMG_2020.JPG

 

Pic de l'Homme Mort ou Puig de Morters

IMG_2011.JPG

 

Nous sommes au coeur des Pyrénées Catalanes

IMG_2012.JPG

 

Le prestigieux Mont Valier
IMG_2015-001.jpg

 

Vue vers le Nord sur les sommets du Donezan
IMG_2016.JPG

 

Petit Péric versant Nord et plissements de La Coquilla
IMG_2017.JPG

 

Les deux Péric versant Nord
IMG_2018.JPG

 

L'arête entre le Camporells et la Portella Gran, itinéraire plus simple
IMG_2019.JPG

 

Le prochain sommet est tout proche puisque ce sera le Puig de Morters ou Pic de l’Homme Mort, frontalier avec la réserve d’Orlu. Cela ressemble à un insignifiant tas de roches, mais il se défend bien. Deux stratégies vont être adoptées pour se hisser sur son faîte. Jules préfère effectuer un contournement par le nord, alors que je vais opter pour une ascension plus directe par le sud. Descente rapide au plus direct et remontée aussitôt. C’est très raide et la partie finale demande de poser sérieusement les mains ; il n’y a pas de réelles difficultés, mais il est préférable que les rochers soient secs. Dans le cas de Yannick et Jules, ce n’est que de la randonnée. Les deux stratégies conduisent au même moment au point culminant, chacun à l’avenir choisira selon sa préférence. Nous voilà réunis à 14h13, pour 4h10 sur le pic de l’Homme Mort.

 

Vue vers le N/W

IMG_2021.JPG
 

Vue vers l'Est
IMG_2022.JPG

 

Au pied du pic de l'Homme Mort
IMG_2023.JPG

 

En arrivant par l'arête nordIMG_2026.JPG

 

La profonde vallée de l'Oriège
IMG_2024.JPG

 

Gros plan sur la Dent d’Orlu
IMG_2025.JPG
 

La direction où nous irons
IMG_2027.JPG
 

Simplement heureux !
IMG_2028.JPG

 

Vue sur les sommets de la réserve d'Orlu
IMG_2031.JPG

 

Gros plan sur les cimes du cirque des Peyrisses
IMG_2032.JPG

 

Par delà le pic d'Agnel, le massif Estats/Montcalm
IMG_2033.JPG

 

Descente rapide par l’arête nord, puis nous partons en déambulation vers le bas. Je trouve toujours agréable de cheminer sur ce plateau qui offre autant de possibilités qu’il y a de randonneurs. Nous pourrions rentrer définitivement par le même itinéraire, ou par la classique Serre de Mauri, mais il y a toujours quelque chose à découvrir pour mieux connaitre ce vaste domaine. Nous faisons un détour sur la Muntanyeta. Cela ne demande que 100 mètres de dénivelé pour gagner ce nouveau sommet. Il y a une sente entre les pins. Court passage au sommet à 15h32 pour 5h08 de marche. Le vent toujours présent annonce un froid glacial quand le soleil aura disparu, alors nous ne trainons pas.

 

Encore des étangs au pied du pic de l'Homme Mort

IMG_2035.JPG

 

En direction du sommet de la Muntanyeta
IMG_2036.JPG

 

Les sommets dominant la haute vallée du Galbe
IMG_2037.JPG

 

Autre vue sur le Puig Péric et le Puig de la Portella Gran
IMG_2038.JPG

 

Sommet de la Muntanyeta
IMG_2039.JPG

 IMG_2041.JPG

 

Direction le col 2312m
IMG_2040.JPG

 
Puig de Camporells depuis La Muntanyeta
IMG_2042.JPG

 

Descente au plus direct au col 2312m, et l’on s’engage dans un vallon suspendu. Nous sommes surpris de découvrir un magnifique sentier hors des balisages officiels. Ce vallon nous abrite du vent et bien que ce soit un versant nord, il y ferait presque chaud. Pas surprenant de découvrir un bel orri de berger et des traces de passages de vaches. Puis, le sentier tourne vers l’Est pour suivre une courbe de niveau parallèle au fond de vallée du Galbe. Ce sentier est une merveille, mais à déconseiller en hiver pour cause d’avalanches. Par contre en été, il est une alternative sérieuse à la trop fréquentée Serre de Mauri. Ce sentier débouche sur les pistes de ski de la station de Formiguères, qu’il ne reste plus qu’à suivre pour retrouver le point de départ. La boucle est fermée à 17h17, pour un total de 6h46. La distance peut paraitre importante, pourtant le dénivelé est dérisoire, c’est toute la singularité de ce domaine. Hormis la partie verticale dans l’arête des lagopèdes, tout le reste est de la randonnée toute saison. Un régal que d’avoir partagé cette belle journée en famille. Bientôt, ce sera au tour de Jules d'assurer le guidage.

 

Trace du jour :Carte-Camporells.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h46 pour 22,9 km à 3,4 km/h

Dénivelé positif total : 1250m – Autant en négatif

Point culminant : 2671 mètres

 



25/11/2023
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres