Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Cabane de la Devèse par la vallée du Riuferrer

16/02/2013 : Léca - col de l’Estagnol – cabane de la Devèse – bac de la Cova dels porcs - Léca

 

Alors qu’il a fortement neigé sur toute la chaîne des Pyrénées ses 15 derniers jours, n’épargnant pas pour une fois le massif du Canigou, c’est à nouveau sur le Vallespir que je vais aller randonner. Le départ se situe au niveau du hameau de Léca, au dessus du village de Corsavy. Accompagné de Quentin ainsi que Marilyn, nous démarrons notre marche à 9h05. Ce sera une découverte pour tous, car nous allons cheminer sur des sentiers les plus ignorés dans la haute vallée du Riuferrer. On emprunte immédiatement une passerelle qui enjambe le torrent du Riuferrer et nous voilà sur un sentier balisé en jaune.

 

Le sentier monte en pente douce dans une hêtraie ; la neige, en petite quantité recouvre le sol. Le sentier est bien marqué et on constate avec étonnement qu’il y a plus de traces d’animaux que d’hommes. On remonte parallèlement à un torrent que l’on va finir par traverser.

 

A 9h48 on débouche sur une sorte de col en forêt où les panneaux indicateurs sont en très mauvais états. Un seul sur les 2 indique encore les destinations.

 

Pour nous, la suite de notre journée c’est à gauche. Les hêtres laissent peu à peu la place à de nombreux résineux de tout ordre. Au détour d’un ravin, nous traversons une zone d’éboulis où l’on voit enfin les hauts sommets qui nous entourent.

 

Porteille de Léca

 

Panorama sur le versant Sud du Pic Gallinasse

 

Le chemin se poursuit toujours en pente douce, mais la neige, parfois plus abondante dans le sous-bois, ralenti la marche de Quentin.

 

Quentin les pieds au frais

 

Ravin de la Devèse où l'on distingue déjà la cabane

 

Enfin après une dernière montée un peu plus chargée en neige, nous sortons au col de l’Estagnol à 11h52 après 2h41 de montée. Ici le vent à fait son travail de balayage et c’est sur la pelouse jaunie que nous marchons. La vue est vraiment intéressante particulièrement sur le proche pic de La Souque, un dôme dont la cime est toute plate. On se trouve là au cœur du massif du Tres Vent à quelques mètres sous le Puig dels Pastors.

 

Col de l'Estagnol

 

Au niveau du panneau on continue notre marche sur une piste presque à plat. De forts cumuls de neige se sont amassés sur la route forestière si bien qu’ici les raquettes auraient été utiles : le seul passage de la journée au final.

 

La route presque à plat, nous conduit sans problème à la très accueillante cabane de la Devèse, à 12h35. Le site est tout simplement superbe. Après m’y être perdu en janvier 2011, je souhaitais revenir sur cette cabane que j’avais trouvée par hasard et qui m’avait remis sur le chemin du retour vers la chapelle de St Guillem. Adossé sous le Tres Vents d’Avall, d’ici on embrasse du regard une grande partie du Vallespir, toute la chaine des Albères, ainsi que la côte Vermeille.

 

La cabane de la Devèse

 

 

La température n’est que de 6°C mais le soleil et l’absence de vent font que nous prendront le repas sur une table en schiste improvisée. Un régal ! Face à nous se dresse le sommet de La Souque. Vers 13h une voile orange se lève du sommet, puis une seconde bleue. Serait-ce Yannick à cet instant qui s’élance en parapente. Nous apprendrons plus tard dans la journée que c’était bien mon frère qui a fait un vol en direction de Montferrer. Une étonnante coïncidence que cette courte aperçut.

 

La Souque à gauche, col de l'Estagnol d'où l'on vient tout à droite

 

Après un "thé Buenos" et une bonne sieste de Marilyn, on se résout à reprendre la marche à 14h. Fini la montée pour la suite de notre boucle. On suit maintenant le balisage rouge et jaune du tour du Vallespir. Nous parcourons encore sur quelques dizaines de mètres la route forestière et l’on plonge à droite sur le sentier. Là un hêtre majestueux semble garder l'entrée de la forêt.

 

Quentin au pied du hêtre géant

 

Le sentier est propre, et descend rapidement. La neige trahit la présence d’isards mais aussi de sangliers, qui ont suivi comme nous le chemin. Malgré les abondantes traces, nous n’en verront aucun. Quentin commence à ressentir la fatigue de marcher en permanence dans la neige. Nous trouvons un croisement au bac de la Cova dels porcs. Le GRP continu vers la cabane du Faig, mais nous allons le quitter et tourner de suite à droite. Le chemin n’est pas balisé, néanmoins il est bien marqué et semble fréquenté. On continue à perdre du dénivelé régulièrement jusqu’à retrouver le croisement du panneau brisé. Il ne nous reste plus qu’à reprendre le sentier du matin qui nous ramène à la voiture. C’est chose faite à 16h25.

 

Une belle journée, quelques fous rires (merci Kinder), de beaux points de vue, une boucle pas vraiment difficile, tous les ingrédients étaient réunis pour garder en mémoire des sentiers mal connus et une cabane qui mérite une nouvelle visite en été.

 

Tracé sur carte IGN 1/25000ième

 

La journée en chiffres:

Temps de marche total 5h19 pour  12,5 Km à 3,2 km/h

Temps à la montée : 3h10 – Temps à la descente : 2h09

Dénivelé positif total 842m – Autant en négatif

Point culminant 1673m.



19/02/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres