Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Cambre d'Ase par le couloir du Vermicelle(2013) PD+

24/02/2013 : station d’Eyne – pied du cirque – couloir du Vermicelle – grande cheminée – station d’Eyne

En ce dimanche de février, en plein cœur de l’hiver, la météo est tout juste épouvantable. Avec la même équipe « de mort de faim de couloirs » qu’en décembre, c’est à dire Laurence, Arnaud et Nico, nous nous retrouvons à 8h sur le parking de la station de ski d’Eyne. Il fait -12°C lorsqu’on se demande jusqu’où nous allons aller. Le but est de s’avancer dans le cirque du Cambre d’Ase et de grimper un couloir si les conditions le permettent. A 8h25, nous quittons la station Laurence et Nicolas à ski, Arnaud et moi sans.

 

On remonte tout d’abord quelques pistes de ski, avant de s’enfoncer dans la forêt.

 

Les skis de randonnées font merveilles et nos deux compagnons prennent rapidement de l’avance. La neige n’a aucune portance et sans équipement on s’enfonce à chaque pas.

Heureusement l’approche est de courte durée et à 10h nous sommes rendus au pied du cirque du Cambre. Tous les couloirs sont dans le brouillard.

 

Pourtant il n’y a pas de vent à cet endroit ce qui va nous motiver pour tenter une ascension. Deux nouvelles équipes vont se constituer. Laurence et Arnaud partent pour le Gigolo (AD-) plus technique, alors que Nicolas et moi partons pour le Vermicelle (PD+ 270m). C’est une découverte pour moi. Le temps de chausser les crampons, le froid nous saisit immédiatement. Mon thermomètre électronique va même s’arrêter ; le froid aux pieds est intenable, il faut marcher au plus vite. A 10h25 nous avons remonté le cône de déjection et nous nous apprêtons à rentrer dans le couloir. On fait une courte pause pour prendre une photo quand Nicolas me signale que mon GPS est en train de dégringoler dans la pente. Le temps de prendre la décision d’aller le chercher et le voilà qu’il s’arrête tout en bas, au pied du cône. Je suis bon pour tout descendre à grandes enjambées ; cette petite déconvenue m’aura fait perdre presque 60m.

 

L'entrée du Vermicelle

 

Pour ne pas prendre froid, Nicolas entame seul le couloir. Je vais m’employer à remonter au plus vite le dénivelé perdu, mais la neige est capricieuse. Pour un pas gagné, on glisse presque d’autant. C’est épuisant ! Nico toujours devant fait la trace. Je monte sans faire quasiment de pauses afin de le rattraper et ainsi le relayer, mais la pente se redresse de plus en plus. Moi je manque d’air. Au milieu du couloir cette fois la neige est béton, nos crampons la griffe à peine ; c’est moins fatiguant mais il faut rester concentrer pour garder l’adhérence, les piolets traction font merveilles.

 

Juste sous Nicolas

 

Proche de la sortie je fais la jonction avec Nico qui m’offre le privilège de sortir le premier. Ici c'est à droite qu'il faut passer.

 

La sortie du couloir semble à quelques mètres mais ce n’est qu’illusion. La corniche sommitale est presque verticale, il faut vraiment s’accrocher aux piolets pour grimper. A 11h33 mon premier Vermicelle est vaincu. Le vent du Nord nous fouette avec rage.

 

Nico au sommet

 

Sans plus attendre, nous partons à la rencontre de nos compagnons qui sont sorties avant nous du Gigolo.

 

Le vent ne nous laisse aucun répit. On se raconte quand même nos couloirs respectifs et à 12h05, on quitte la crête sommitale, par la grande cheminée. Le vent à ce moment là est terrible et le froid cruel.

 

Hormis le départ pour s’engager dans ce largue couloir, il n’y avait en ce jour aucune difficulté. Il en est tout autrement les jours où la neige est glacée. La descente ne fut qu’une formalité. A mi pente nos 2 skieurs vont chausser leurs planches et se faire plaisir dans la poudreuse. Avec Arnaud nous poursuivons plus lentement et l’on se regroupe au pied des pistes de ski à 13h15 pour prendre le repas.

 

Le cirque du Cambre d'Ase vu depuis la station - le Vermicelle à droite

 

Gros plan sur le Vermicelle

 

Au soleil et à l’abri du vent le repas sera un vrai plaisir, malgré la température négative. A 13h50 on quitte ce lieu de repos pour regagner en 20 min le parking de la station. Les skieurs ne mettront seulement que quelques minutes, déçus que ça s’arrête déjà.

Il fallait être un peu téméraire de bon matin pour aller chercher ces couloirs et bien obstiner pour affronter le vent, mais c’est à ce prix qu’en ce dimanche, le Cambre d’Ase s’offrait. Pour finir je dirais que le couloir du Vermicelle est un beau couloir d’initiation.

 

Tracé sur carte IGN

 

 

La journée en chiffres:

Temps de marche total 4h07 pour 10,5 Km à 3,3 km/h

Temps dans le couloir : 1h08

Dénivelé positif total 1066m - Autant en négatif

Point culminant 2740m.



25/02/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres