Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Cambre d’Ase par le couloir du Vermicelle (2019) (PD+)

23/02/2019 : station d’Eyne – plat du Cambre – pied du cirque – couloir du Vermicelle – sommet du Cambre d’Ase (2750m) – retour par l’épaule Est – station d’Eyne

 

On ne présente plus le couloir du Vermicelle dans le cirque glaciaire du Cambre d’Ase. C’est un classique de l’initiation à l’alpinisme hivernal, et aujourd’hui, ce sera Louis, mon neveu, qui fait son baptême de couloir. Du haut de ses 14 ans, il est impatient de découvrir cet exercice dans les conditions les plus hivernales qui soient. Yannick va accompagner son fiston, et nous quittons la station de ski d’Eyne à 8 heures. Rien de nouveau dans l’approche, c’est parfaitement tracé, et malgré un manque de neige sur le glacier rocheux, l’approche se déroule sans histoire. Jusque-là, Louis tient le choc. Il est 9h32, nous venons de parcourir l’approche en 1h31.

 

IMG_7858.jpg

 

Le cirque du Cambre vu depuis le plat du Cambre

IMG_7859.jpg

 

Gros plan sur le couloir du Vermicelle

IMG_7860.jpg

 

Le cirque vu depuis le glacier rocheux

IMG_7863.jpg

 

Le cône de déjection du Vermicelle sur la droite

IMG_7864.jpg

 

Nous retrouvons pratiquement au pied du couloir, notre dynamique et enthousiaste Amédine. Cela fait déjà 4 ans que nous avions fait le Vermicelle ensemble, et ce n’est pas ses 68 ans et demi qui vont freiner sa volonté de renouveler l’exercice. C’est donc à 4 que l’on s’engage sur le cône de déjection à 10h21. Nous ne sommes pas les seuls, de nombreux Espagnols nous devancent. Je passe en tête pour faire la trace, Louis me suit de près. Nous avalons le cône avec une facilité déconcertante. La trace dans le couloir est faite le long de la paroi gauche, mais nous ne la suivrons pas. La neige est béton, nous ferons notre trace plein centre du couloir. Louis se régale, Amédine tout autant. Yannick a même du mal à canaliser le trop plein d’énergie de Louis. C’est un plaisir de voir que notre petite équipe progresse plus vite que les Espagnols. Ni la pente constante et soutenue, ni la sortie bien raide ne viendront mettre en difficulté l’un de nous. Nous sortons à 11h46 sur le faîte du cirque après 2h58. Le plaisir est décuplé par le partage, il n’y a plus qu’à admirer le paysage alentour. Le reste en images.

 

Au pied du cône de déjection

IMG_7865.jpg

 

Entrée du couloir

IMG_7866.jpg

 

La première rampe

IMG_7868.jpg

 

Vue vers le haut
IMG_7869.jpg

 

Jusque là ça va toujours !

IMG_7872.jpg

 

La sortie, nous choisirons la branche de gauche
IMG_7873.jpg

 

Louis proche de la sortie
IMG_7875.jpg

 

Amédine sur la variante droite de la sortie
IMG_7876.jpg

 

La plus heureuse !

IMG_7882.jpg

 

Bravo Louis !!! Merci la famille !
IMG_7884.jpg

 

Vue vers l'est sur le sommet

IMG_7880.jpg

 

Mais le sommet du Cambre d’Ase n’est pas encore atteint, alors nous poussons nos pas un peu plus à l’Est et un peu plus haut. Seulement il fait faim, alors, proche de la sortie de l’Eclair, face à la vallée d’Eyne, nous prendrons le repas. 3h16 d’efforts ont ouvert l’appétit de tous.  Une fois le ventre plein, nous pouvons poursuivre notre marche aérienne. Le bout de crête qui mène au sommet est pratiquement déneigé. Louis se débrouille parfaitement crampons aux pieds sur ce terrain mixte. Lorsque nous parvenons au sommet, nous sommes les seuls Français parmi une multitude d’espagnols qui sont montés, soit en skis, soit en raquettes, soit en crampons.

 

Gros plan sur la face Sud du Carlit

IMG_7877.jpg

 

Gros plan sur les pics Pérics
IMG_7878.jpg

 

Gros plan sur le versant Sud du massif de Madres
IMG_7879.jpg

 

Gros plan sur la Sierra del Cadi où je serais dans 24h
IMG_7883.jpg

 

La haute vallée de Planès avec vue sur le Malaza
IMG_7887.jpg

 

L'équipe au sommet

IMG_7890.jpg

 

Je vais improviser un retour inhabituel. Au lieu de rentrer par la Grande Cheminée surchargée de monde, nous suivrons la crête Est, avant de s’engager dans un goulet qui plonge directement sur le plancher du cirque. La pente étant fortement inclinée, chacun choisira sa méthode pour dévaler cette pente. Nous récupérons le matériel de l’approche laissé à la montée, au pied du cirque, à 15h30 [4h38]. Retour direct par la station qui n’aime guère les promeneurs en raquettes ; règle à respecter : marcher vraiment en file indienne. Fin de la journée à 16h35 pour 5h41 de pur plaisir. De 14 ans à 68 ans, le Vermicelle est fait pour tous. Je ne saurai dire qui du plus jeune et de la moins jeune a le plus de mérite, alors je dirai qu’il est trop tard pour savoir si j’étais capable d’en faire autant à 14 ans, mais je serais le plus heureux si je peux encore en faire autant à 68 ans. La montagne rapproche, pour peu qu’on sache l’aborder raisonnablement.

 

Le sommet s'éloigne

IMG_7893.jpg

 

L'épaule Est du Cambre
IMG_7894.jpg

 

Autre vue sur la rive gauche du Cambre
IMG_7895.jpg

 

Le goulet que nous avons descendu
IMG_7902.jpg
 

Tracé du jour 

Carte_IGN_Vermicelle.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h41 pour 10,5 km

Temps pour faire le Vermicelle : 1h27

Dénivelé positif total : 953 m – Autant en négatif

Point culminant : 2750m



26/02/2019
26 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres