Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Crête du pic Gallinás par l’arête N/W au pic de Racó Petit

25/06/2022 : Prats Balaguer (1300m) – coll Pams (2233m) – Pic Gallinás (2624m) – coll Mitja (2367m) – Puig Redoun (2677m) – Serrat de la Xemeneia – Piló de la Xemeneia (2593m) – Pic de Monellet (2727m) – Pic de Racó Petit (2785m) – Jaça de la Valleta – bassin d’Aixeques – Prats Balaguer

 

Départ à 5h15 depuis l’église du village de Prats Balaguer dans le Haut-Conflent, accompagné de Yannick pour une marche en crête. Mais avant cela, il va falloir s’élever de plus de 1300 mètres. Après l’église, suivre la piste qui part à gauche. Ce départ sur une piste est idéal pour se mettre en jambe en douceur, même si la pente est déjà prononcée. Poursuivre alors cette piste jusqu’au point de basculement en versant Est. Il faut alors quitter la piste et se glisser en forêt.

 

Lever du jour vers l'Est

P1140132.JPG

 

Pic Gallinás en point de mire depuis la piste
P1140133.JPG

 

Ce sentier n’a rien d’officiel pourtant il est balisé par des cairns. Il y a fort à parier qu’il est un ancien cami ramader ou « sentier de transhumance ». La certitude est qu’il est très fréquenté par les animaux au vu des nombreuses déjections qui jalonnent le sentier, ainsi qu’aux nombreux poils que l’on peut facilement trouver sur les troncs des pins. Nous suivons alors comme des pisteurs ce sentier animalier, en restant au plus proche de la ligne de crête. Pour l’heure, nous sommes à l’abri du vent et du froid, mais cela ne durera que le temps du sous-bois. Par endroit, de petits panneaux fléchés indiquent la direction vers la première cime.

 

Les sommets qui nous attendent

P1140134.JPG

 

Nous sommes sur le bon itinéraire
P1140135.JPG

 

Suivre la flèche
P1140136.JPG

 

Puig Redoun
P1140137.JPG

 

Pic Gallinás tout au fond
P1140138.JPG

 

En sortant du couvert forestier après le coll Pams, nous sommes fouettés par un vent fou et sibérien ; gants, bonnet, doudoune, tout est de sortie pour faire face à ce froid soudain. La suite de la crête est caillouteuse mais sans difficulté particulière. Il est 8h50 quand nous foulons la cime du pic Gallinás après 3h33 de montée continue. Nous profitons un peu du large panorama entre deux rafales, avant de poursuivre la crête vers le Sud.

 

Le sommet est proche

P1140139.JPG

 

La crête N/W que l'on vient de suivreP1140140.JPG

 

Cumbre !
P1140142.JPG

 
Prochain objectif, le Puig Redoun

P1140141.JPG

 

Descente sur le coll Mitja, puis remontée immédiate sur le Puig Redoun. Il s’agit de la voie normale pour ce sommet emblématique des vallées de la Carança et Riberola. A peine plus haut que son proche voisin, il est gravi à 10h05, et 4h38, soit 1h05 après le Gallinás.

 

Aster

P1140143.JPG

 

Puig Redoun faisant face au pic Gallinás
P1140146.JPG

 

Crête à suivre vers le Sud

P1140144.JPG

 

Pic de Monelet en premier plan
P1140145.JPG
 

La suite de la crête va être ludique, jamais difficile, mais longue. Cela commence par une partie en descente, avant de reprendre de la hauteur par ondulations successives jusqu’au Piló de la Xemeneia. Depuis cette cime, on peut basculer dans la vallée de l’Orri vers l’Ouest. Mais pour nous, c’est toujours un voyage en crête malgré le vent omni présent.

 

Haute vallée de la Carança à gauche

P1140147.JPG

 

Les hautes cimes de la vallée de la CarançaP1140149.JPG
 

Gros plan sur l'estany de Carança
P1140148.JPG
 

Suite de la crête vers le Sud vue depuis le Piló de la Xemeneia
P1140150.JPG

 

Cette portion est plus technique que la précédente sans dépasser le II sup. Ce n’est plus de la randonnée, mais pas de l’alpinisme pour autant. Le point clef reste les derniers mètres d’ascension du pic de Monelet. L’accès se fait par le versant Est de la crête jusqu’à trouver une dalle inclinée et un long câble pour faciliter l’ascension. Le câble est là surtout pour rassurer les moins téméraires. Il était temps d’arriver, car à 12h43 et 6h50 de marche, la faim se fait présente.

 

La crête déjà parcourue depuis le Puig Redoun

P1140151_stitch.jpg

 

Le bastion final du pic de Monelet
P1140153.JPG

 

La partie câblée
P1140154.JPG

 
P1140155.JPG

 

Cime du pic de Monelet
P1140158.JPG

 
P1140159.JPG

 

Il faut trouver un abri au vent pour se restaurer dans des conditions acceptables. Ce sera vers l’est, face au massif du Canigou, que nos regards se porteront pendant la pause. Durant cet arrêt prolongé indispensable, 4 vaillants catalans arriveront par le sud mais en étant partis depuis le bassin d’Aumet. Nous échangeons quelques banalités et à 13h45 nous leur cédons la cime, toujours cap au Sud. La suite de la crête est un étonnant assemblage de pierre laissant imaginer que cette portion est pavée. Nouvelle perte de dénivelé jusqu’à la sortie d’un couloir matérialisée par un cairn, puis montée sèche pour reprendre 100 mètres et gravir le pic de Racó Petit à 14h15 après 7h22. Il est le 5ième sommet du jour, et il en reste potentiellement d’autres.

 

Le tronçon de crête entre le Monelet et le Racó Petit, au fond le pic de Nou Fonts

P1140156.JPG

 

Plein centre le pic Rodó
P1140157.JPG

 

En quête du 5ième sommet
P1140160.JPG

 

Vue vers le N depuis le pic de Racó Petit

P1140161.JPG

 

Vue vers le S depuis le pic de Racó Petit
P1140162.JPG

 

Le ciel s’étant assombri, nous poursuivons sans plus attendre. Mais la marche au sec sera de courte durée. La pluie s’invite à 15h05 alors que nous sommes au point bas entre les deux de pics de Racó. Hors de question de se lancer plus en avant sur la crête sous la pluie. Nous trouvons un échappatoire vers l’ouest sans certitude sur ce qui nous attend, mais il faut fuir les hauteurs en cas d’orage. Nous plongeons dans un couloir en herbe encombré de roches, jusqu’à parvenir à une falaise infranchissable. Il faut alors changer de couloir plus à droite, et descendre encore un peu. La pluie cesse et le sol se sèche grâce au vent. Nouvelle falaise dont nous n’avons pas la visibilité, même solution toujours plus à droite. Nous coupons ainsi 4 couloirs pour sortir de ce labyrinthe improbable. C’est le bonheur quand nous foulons le champ de roches. Nous aurons mis une heure pour se rendre au pied de la muraille.

 

Le couloir échappatoire face au versant Est du pic Rodó

P1140164_stitch.jpg

 

Regard sur la frontière d'où vient la pluie

P1140166.JPG

 

Nouveau passage, puis tourner à gauche
P1140167_stitch.jpg

 

La sortie au pied du pic
P1140169.JPG

 

Après la traversée du pierrier, nous nous écroulons sur l’herbe grasse de la jaça de la Valleta. Sans le savoir, nous allons attraper des tiques, donc prudence à l’avenir dans les pelouses. Le temps pris à se reposer, et la pluie nous remet en action, à marche forcée. Il nous suffit alors de suivre le sentier dans ce vallon de la Valleta. Le sentier nous conduit dans un premier temps dans la vallée principale de l’Orri, puis jusqu’au bassin d’Aixeques.

 

Le couloir vu depuis la jaça de la Valleta

P1140170.JPG

 

A l’extrémité du bassin, suivre le sentier qui part en courbe de niveau. Il est nettement plus rapide que la piste forestière. Il débouche au dessus du village de Prats Balaguer au niveau des ruines de l’antique château. Nous terminons sous l’eau à 18h57 pour une marche totale de 11h22. Il n’y a plus d’énergie dans nos corps moulus par la fatigue. Le retour en plaine en voiture sera bien long ! Nous regrettons de ne pas avoir pu parcourir la crête dans son intégralité, mais nous avons eu la chance de trouver un échappatoire au meilleur endroit, car plus en avant il n’y avait plus possibilité de quitter la crête jusqu’au Pas del Porc le tristement nommé.

 

Ultime regard sur le pic de Monelet depuis le bassin d'Aixeques

P1140171.JPG

 

Trace du jour :

Capture01_stitch.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 11h22 pour 25 km à 2,2 km/h

Dénivelé positif total : 2067m – Autant en négatif

Point culminant : 2785m



27/06/2022
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres