Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Doubles Pics des Lavans depuis les orris du Carla

25/10/2021 : Orris du Carla – orris de la Crouts – Etang de Médécourbe – Port de Médécourbe (2752m) – Pic dels Lavans (2896m) – Brèche des Lavans (2604m) – Pic des Lavans (2699m) – Port de Bouet (2509m) – Etang de la Soucarrane – Etang de Roumazet – orris du Carla

 

A l’Ouest du pic de Médécourbe, se dresse sur la crête frontière franco-espagnole, un imposant sommet culminant à presque 2900 mètres. Le pic dels Lavans, absent de la carte IGN 2148OT, mais nommé ainsi par la carte espagnole ICC, est une belle tour qui attire le regard depuis le vallon de Soulcem. Plus au Nord, un second sommet porte la même dénomination, deux homonymes mais deux cent mètres de hauteur les séparent. Départ depuis les orris du Carla à 7h23, parking vide, c’est rare ces derniers temps. La température est de 3°C. Suivre la piste puis le sentier plein Sud jusqu’aux orris de la Crouts. Débute vraiment à cet instant la prise de dénivelé. La prise de hauteur est efficace, mais jamais pénible. Le sentier est bien indiqué, aucune hésitation possible. Je parviens à l’étang de Médécourbe à 8h56 en 1h34.

 

Pic de Médécourbe plein centre et Pic dels Lavans tout à droite

P1130346.jpg

 

Prendre le sentier plein sud
P1130347-001.jpg

 

Gros plan sur le pic dels Lavans
P1130348.jpg

 
P1130349-001.jpg

 

Etang de Médécourbe
P1130351.jpg

 

La suite se fera hors sentier. Il faut s’élever dans un chaos rocheux. Depuis l’étang, il y a deux étages d’où s’écoule un ruisseau venant alimenter l’étang. Il fait un froid glacial, et le sol s’est déjà transformé en permafrost. Les deux étages sont vite gravis. Mais à partir de 2300 mètres, la pente devient plus rude, le pierrier plus raide et chaotique. Le froid est mon compagnon de route ; le pied de la face nord du Médécourbe est une véritable glacière. S’élever sans glisser représente un premier défi. Le col frontalier est masqué par une bosse, et le but à atteindre est plus loin qu’il n’y paraît. C’est un réel couloir, mais sans neige. Je parviens enfin au port de Médécourbe à 10h24, pour 3h01 de marche.

 

Etang de Médécourbe vu vers l'aval

P1130354.jpg

 

P1130355.JPG

 

Rude pierrier menant au port de Médécourbe
P1130356.JPG

 

Enfin le col est en vue
P1130359.JPG

 

La partie gravie

P1130361.JPG

 

Vue vers la France depuis le port de Médécourbe
P1130363-001.JPG

 

Vue vers l'Espagne depuis le port de Médécourbe
P1130364.JPG

 

Cirque de Baiau

P1130365_stitch.jpg

 

Je me suis toujours questionné sur la faisabilité de ce sommet tant il impressionne par sa verticalité. N’ayant aucune info, je pars à la découverte à partir de cet instant. Du col, tourner à droite cap au Nord pour suivre la crête, légèrement versant espagnol. Par un système de courtes cheminées, on s’élève rapidement dans la muraille. La partie finale qui ouvre l’accès à la cime ravira les amateurs qui aiment poser les mains. Certains gros blocs demandent quelques pas d’escalade facile. Et à 10h53, me voilà sur ce belvédère remarquable, après 3h22 d’ascension. Du grand cirque formé par le pic d’Etang Fourcat jusqu’à la Pique d’Estats, il était le dernier haut sommet qui manquait à ma connaissance. Je viens d’effacer cette lacune.

 

Crête à suivre

P1130362.JPG

 

L'une des cheminées
P1130370.JPG

 

Vue sur la face nord du Pic de Médécourbe

P1130371.JPG

 

P1130386.JPG

 

Etang de Baiau

P1130387.JPG

 

Masque oblige, il fait très froid
P1130384.JPG

 

La vue est immense sur 360 degrés. Le proche cirque de Baiau capte naturellement le regard, mais la vue plongeante sur le vallon de Soulcem est tout aussi spectaculaire. J’ai la grande surprise de voir dans le lointain Ouest le pic de Néouvielle ainsi que le pic du Midi de Bigorre. Je n’aurais pas pensé cela possible. Vers l’Est, c’est le pic Carlit qui sert de point de repère aux Pyrénées-Orientales. Je me délecte du paysage et des nombreux sommets qui me sont devenus familiers.

 

Vallon de Soulcem

P1130374_stitch.jpg

 

Gros plan Ouest

P1130376.JPG

 

Gros plan Est

P1130388.JPG

 

Gros plan vers l'Ouest
P1130377.JPG

 

Gros plan vers le Luchonnais au Nord/Ouest
P1130378-001.JPG

 

Gros plan vers le Couserans

P1130390.JPG

 
P1130391.JPG

 

Pic du Midi de Bigorre
P1130379.JPG

 

Pic de Néouvielle au second plan
P1130380-001.JPG

 

Pic Carlit au second plan
P1130389.JPG

 

Je trouve toujours élégant de parcourir un sommet en traversée quand cela est possible. Je m’engage donc à 11h14 sur la crête opposée. On trouve rapidement des cairns, ce qui est un signe de fréquentation. Pourtant la crête devient vite impraticable pour moi. Passage donc en versant Est français dès le premier échappatoire. C’est un couloir rocheux qu’il faut négocier en deux temps, pour éviter un étranglement. Cela débouche dans un vallon suspendu très austère, totalement décomposé par un pierrier colossal. La marche en dévers sous la Serreta dels Lavans est possible malgré le sol gelé.

 

Départ de la crête versant Nord

P1130392.JPG

 

Itinéraire suivi depuis la brèche des Lavans
P1130393.JPG
 

Coma de Baiau
P1130394.JPG

 

La première partie de la crête
P1130395.JPG

 

Passage en dévers sous le pic dels Lavans
P1130396.JPG

 

Puis passage à la brèche des Lavans pour sonder le terrain. Le versant Ouest ne me semble pas vraiment praticable ; forte pente de gispet entrecoupée de barres rocheuses. Se hisser sur la pointe qui domine la brèche me parait périlleux. Je choisis à nouveau un échappatoire versant Est. Il faut accepter de perdre 50 mètres afin d’aller chercher une pente de gispet plus fréquentable. Cela permet de se hisser sur une arête qui encadre le mini cirque des étangs des Lavans. Il suffit alors de remonter la crête, toujours sur le fil facile, jusqu’aux 2699 mètres du pic des Lavans. Il est 12h45, et il aura fallu 4h45 pour s’offrir ce second sommet.

 

Le final de crête à suivre avec vue sur les étangs des Lavans

P1130401.jpg

 

Les étangs des Lavans
P1130406.JPG

 

Vue sur le Pic dels Lavans 2896m depuis le Pic des Lavans 2699m
P1130407.JPG

 

Vue sur le pic de la Soucarrane
P1130410.JPG

 

Je me pose enfin pour un repas face à l’Est. La température est à nouveau douce depuis que le souffle d’air est tombé. La vue est moins spectaculaire depuis ce sommet. Il a l’avantage de dominer les étangs éponymes, mais la vue au Sud est bouchée par la muraille Lavans/Médecourbe. Après avoir rassasié autant le ventre que les yeux, je quitte cette cime à 13h35.

 

Estany d'Escorbes

P1130411.JPG

 

Gros plan sur le Pic des Bareytes et son couloir Ouest

P1130412.JPG

 

Rive droite de Soulcem
P1130413.JPG

 

Nouveau profil du Pic dels Lavans
P1130414.JPG

 

Descente dans la pente Est pour éviter une pointe dont je ne sais si cela passera derrière. Puis rejoindre au plus tôt la crête frontière, que l’on suivra jusqu’au port de Bouet. Cela permet en se retournant, d’avoir une vue en constant changement sur les deux sommets gravis. A partir du col frontière, c’est du terrain connu. Il suffit de suivre le bon balisage du GRT62. Cap sur l’étang de la Soucarrane vide des touristes habituels, quel privilège.

 

P1130415.JPG

 

Les deux sommets gravis vus de dos
P1130416.JPG

 

Vue plein Est depuis l'étang des Lavans
P1130417.JPG

 

Etang de la Soucarrane
P1130418.JPG

 

Les deux sommets gravis vus de dos sous un nouvel angle proche du port de Bouet
P1130419.JPG

 

Port de Bouet sous le Pic de la Soucarrane versant espagnol
P1130420.JPG

 

Etang de la Soucarrane mi querido
P1130425.JPG

 

Vue sur les pics des Lavans depuis la rive orientale de l'étang de la Soucarrane
P1130426.JPG

 

Puis d’un bond, je bascule vers l’étang de Roumazet. Ce sentier a ma préférence pour la descente. Je le trouve plus agréable et plus direct que celui de la Soucarrane. Le retour sur le plancher de Soulcem est alors rapide. Passage par la passerelle de la cascade de Labinas, et fin de la marche à 15h38, pour un total de 6h43. Une journée solitaire merveilleuse malgré le froid matinal. Je garde en mémoire le formidable belvédère depuis le haut du pic dels Lavans, et le vallon terriblement inhospitalier sous sa face Nord.

 

Etang de Roumazet
P1130427.JPG

 

Dernier regard sur le fond de la vallée de Soulcem
P1130429.JPG

 

Trace du jour :

Carte_IGN_Lavans.jpg
 

Trace dynamique :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h43 pour 18,1 km à 2,7 km/h

Dénivelé positif total : 1450 m – Autant en négatif

Point culminant : 2896m



27/10/2021
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres