Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Gra de Fajol Petit par le canal Estreta (AD+)

14/04/2013 : Vallter 2000 – Canal Estreta – Pic de Gra de Fajol Petit – Pas de l’isard – refuge d’Ull de Ter - Vallter 2000

 

Quoique courte et agitée, la nuit fut réparatrice. Aujourd’hui nous avons rendez vous avec un mythe local : le canal Estreta. Il faut être matinal pour faire partie des premiers à le gravir et surtout pour avoir de la neige bien dure, avant que le soleil ardent du printemps ne la transforme en soupe. Le temps de lever le camp, de remonter en voiture au point de départ, et nous démarrons à 7h exacte. La température est parfaite, le regel nocturne a bien fonctionné, on va se régaler. La particularité de ce site d’alpinisme est que l’approche est quasi inexistante.

On prend la direction du refuge et avant la dernière rampe qui y mène, rester de niveau et partir à gauche en direction du pic de Gra de Fajol Petit (ou de Baix).

 

Les 2 Gra de Fajol au levant

 

A 7h27 nous sommes au pied du cône de déjection pour s’équiper et s’encorder, vive les approches courtes. Devant nous déjà un couple et un grimpeur en solo. Le temps que ces Espagnols s’équipent, nous leur passons devant.

 

Le menu du matin

 

Je passe devant jusqu’à la première difficulté. Le couloir fut si fréquenté ces derniers jours qu’il n’y a qu’à monter les marches.

Maitre Nico derrière moi, une première !

Le premier ressaut est tout en glace, le rocher est enseveli. Nico pose le premier relais pour sécuriser notre passage et il s’engage le premier. Une fois le second relais en place c’est à mon tour. La glace est parfaite, les piolets font merveilles, ça passe tout seul.

 

Au second ressaut, le grimpeur en solo nous double alors que nous sommes en train de poser le relais. Pas très correct, mais surtout à ne pas faire pour des raisons de sécurité évidente. On reçoit quelques éclats de glace sur le casque et nous ne le reverrons plus.

 

Nico passe toujours en tête, et au signal c’est à mon tour de franchir l’obstacle.

 

Bien qu’évoluant sur de la glace vive, je me sens à l’aise. La seconde difficulté est vaincue sans coup férir. On remonte ensuite une bonne longueur moins raide jusqu’à atteindre le point clé de ce couloir : le passage dit de la grotte. En effet, la nature a bien fait les choses, puisque au ressaut le plus raide, un dégagement sur la droite haut de deux mètres, permet de poser le relais en toute décontraction et de reprendre des forces pour la suite.

 

ça c'est un relais !

 

Dans la grotte

 

Ce que nous venons de monter vu depuis la grotte

 

Nico s’élance le premier et jusqu’au relais suivant nous ne nous verrons pas. Dans ces cas là, il faut communiquer par des coups sur la corde, code mis en place au préalable. Une fois le point d’assurage atteint, je me lance à mon tour. Ce dernier passage est beaucoup plus raide que les premiers, et demande plus de concentration. Il faut planter vigoureusement les piolets. La glace casse à chaque point d’ancrage. Avec énergie, je finis par passer par dessus et retrouver Nico, qui a trouvé un rocher sur la gauche, équipé de plaquettes.

 

Pour la dernière partie, nous avançons en corde tendue, les marches dans la neige sont si profondes qu’on se contente de marcher comme sur un escalier.

 

La sortie, en l’absence de corniche, est une formalité. A 9h05 nous avons vaincu le Canal Estreta. Il ne reste plus qu’à suivre la courte arête sur la gauche pour rejoindre la cime du Gra de Fajol Petit.

 

Jolie arête finale

 

Sommet à 2566m

 

La vue est magique. Le plaisir, sublimé par l’effort, n’en est que plus grand. Le soleil déjà haut illumine les Pics du Géant et de La Dona, alors que les falaises du Gra de Fajol semblent s’embraser.

Vers l’Est une mer de nuages bouche l’horizon et par delà la porteille de Mantet, le pic de Tres Estelles ressemble à une ile.

 

Le Pic du Canigou et tout son massif rayonne comme jamais dans son manteau hivernal.

 

Comme souvent, le vent souffle sur les hauteurs et il nous pousse à écourter le temps au sommet. Il n’entame pourtant pas notre enthousiasme. Nous descendons donc la même arête facile, que l’on prolonge en direction du Gra de Fajol, jusqu’à trouver un couloir encore à l’ombre pour engager la descente.

Gra de Fajol et Pic du Géant au loin droit

 

C’est en désescalade que l’on va descendre la partie la plus inclinée. Plus on perd de dénivelé et moins la pente est forte si bien que rapidement nous pouvons marcher face à la pente, et sans difficulté nous retrouvons le pied de cette face.

 

Il suffit à présent de suivre la direction du parking dans une neige déjà transformée en soupe. A 10h13, au bord d’une piste de ski qui attend la fin de la saison, nous prenons une heure de pause devant le spectacle que nous offrent les autres grimpeurs partis tard dans le couloir. Cela permet de voir sous un autre angle, avec une autre perspective, cette goulotte qui nous avait fait tant envie.

Dernier regard sur le Gra de Fajol Petit

 

A 11h15, nous voilà revenus au point de départ après seulement 3h03 de marche effective. Ce site de Vallter 2000 est bien la référence en terme d’alpinisme dont l’approche se résume à un simple échauffement. Je viens de franchir en 2 jours, avec un immense plaisir, le cap de l’AD en couloir. Un très grand merci à mon formateur Nicolas, pour sa patience, sa technique, sa passion et son sens de la sécurité, sans qui cela n’aurait pas été possible. Et longue vie aux soirées avec Camenbert à la braise.

 

Le couloir en chiffres :

Temps de marche total 3h03 pour 4.85 Km à 3 km/h

Dénivelé positif total : 491m – autant en négatif

Point culminant : 2566m.



16/04/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres