Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de la Camisette par la voie La Sauvage (AD sup) (2022)

14/07/2022 : Plaine d’Artigues – Bousadus du haut – Coume de Barbouillère – étang de la Camisette – Voie La Sauvage – Pic de La Camisette (2426m) – Retour par la Coume de Barbouillère – Plaine d’Artigues

 

Classique de l’escalade dans les Pyrénées de l’est, la voie La Sauvage dans le Donezan offre un cadre magnifique à de l’escalade en grande voie en plein massif montagnard. Depuis 2018 lors de mon dernier passage, j’avais le désir de revenir pour le plaisir de poser les chaussons sur ce beau granit. Comme en 2018, Yannick se joint à moi pour une escalade réversible. Départ depuis la plaine d’Artigues à 7h52 ; il fait déjà 19°C. Suivre le balisage blanc et rouge du GR7. Passage rapide dans les clairières de Bousadus du Bas puis celle du Haut, et le sentier se faufile ensuite en forêt. Cela apporte une fraicheur appréciable, qui hélas ne durera pas. Après la sortie de forêt, chercher au mieux la verticale des étangs de la Camisette, et s’élever pleine pente cap au Nord. Nous parvenons à l’étang principal à 9h27 en 1h30.

 

Point de départ

P1140289.JPG

 

Sentier dévié vers le pont de Claude
P1140290.JPG

 

Etincelante face Nord du Roc Blanc
P1140292.JPG

 

Linaigrettes
P1140294.JPG

 

Etang principal et face Est du pic de la Camisette
P1140296.JPG

 

Le temps de se rafraichir et l’on traverse le pierrier qui conduit au plus petit des deux étangs. Puis s’élever encore pendant quelques minutes pour atteindre le pied de la voie. Il est 10 heures et le thermomètre dépasse les 25°C.  Le temps de s’équiper et nous engageons l’escalade à 10h30.

 

Tracé de la voie approximativement

P1140298.JPG

 

Petit étang de la Camisette
P1140299.JPG

 

Départ de la voie, R0
P1140302.JPG

 

Les 3 premières longueurs sont en dalle.

L1 – 4a : Dalle granitique inclinée à 50°

 

Départ L1

P1140303.JPG

 

293677478_1020919181923086_1030016172056666564_n.jpg

 

Dans L1

P1140304.JPG

 

Proche du relai
P1140305.JPG

 

Au bout de la corde, Yannick à R0
P1140306.JPG
  

L2 – 4b : Dalle granitique inclinée à 50°

 

Le frérot au départ de L2

P1140307.JPG
 

Yannick à R2

P1140308.JPG

 

Dans L2

293006381_1215518739274494_4717545208688061651_n.jpg

 

L3 – 4a : Dalle granitique inclinée à 50°

 

L'assureur à R2

P1140310.JPG

 

Dans L3
P1140311.JPG

 

Relai 3 dans l'herbe
P1140312.JPG

 

Nous aurons mis 1 heure pour faire ces trois premières longueurs que l’on peut considérer comme une mise en jambe. Dans cette partie, comme dit très justement Yannick : « Pas de problème pour chercher des prises de main, il n’y en a pas. » Il faut réveiller le gecko qui dort en soi. La sortie de L3 se fait dans le gispet, ce qui n’est pas très sécurisant, mais le relai est confortable. Partir alors sur la droite en suivant une grande vire herbeuse que l'on remonte, le départ de L4 se trouve sur une petite plateforme sous un léger surplomb appelé toit. Pause repas indispensable avant d’entamer la suite, nettement plus verticale. Je pars en tête à 11h40 pour le plaisir du franchissement du toit.

 

L4 – 5a : Franchir le ressaut (très bien équipé, par 3 plaquettes) puis continuer sur une dalle à 50°. A mon avis, c’est un peu plus que du 5a mais on trouve de bonnes prises de mains.

 

Départ L4 parfaitement sécurisé

P1140313.JPG

 

L4 une fois le toit passé

293306637_370196121853288_1683730616453502778_n.jpg

 

Le toit vu du haut

P1140315.JPG

 

Dans la partie facile de L4P1140319.JPG

 

Ballet d'un gypaète

P1140316-001.JPG

 
P1140317-001.JPG

 

L4 pour moi, Yannick part aussitôt dans L5. Dans cette longueur, le rocher est brulant, véritablement brulant; la température sur la pierre doit dépasser les 40°C. Les pieds dans les chaussons sont en feu.

 

L5 – 4c+ : Double traversée à gauche puis à droite pour contourner un surplomb. A mon avis, le 4C+ est sur côté. Attention au tirage quand on engage la traversée

 

R5 et départ L5

P1140320.JPG

 
P1140321.JPG

 

Longue traversée latérale
P1140322.JPG

 

Dans la longue traversée latérale
P1140323.JPG

 

La dalle la plus relevée de la longueur
P1140324.JPG

 

Relai 6 tout confort
P1140325.JPG
 
L6 – 4b : Partir en diagonale vers la gauche – il y a un mur juste avant le relai qui vaut un 5b, la cotation est clairement erronée

 

Départ L6

P1140326.JPG

 
293482445_1086017362348008_2101153458830157290_n.jpg

 

Un peu de jardinage dans cette partie végétaleP1140327.JPG

 

Très belle vue permanente sur les proches étangs
P1140328.JPG

 

Mur final de L6
P1140329.JPG

 

L7 – 5b+ : Départ facile sur une dalle inclinée puis un ressaut vertical bien équipé (nombreux points d'aide) pour sortir au sommet.

 

Attention pas de plaquette sur 20 mètres, Yannick au pied du mur final

P1140331.JPG

 

A la base du mur final
P1140332.JPG

 

Proche de la sortie, un pas athlétique pour sortir
P1140333.JPG

 

L6 pour moi avec un mur de sortie au relai nettement sous côté, mais cela rend cette longueur intéressante. Le final L7 pour Yannick avec la partie la plus technique de la voie au niveau de la sortie. Nous parvenons au sommet à 14 heures pour 5h02 d’efforts. Nous avons resserré une plaquette dans L4 et une autre au relai L5. Il est temps de manger, il ne reste plus beaucoup d’énergie dans la bête. Le soleil est écrasant, violent, implacable.

 

Face nord du Roc Blanc vue depuis le sommet de La Camisette

P1140334.JPG

 

P1140336.JPG

 

Pic de Tarbésou et étang de Balbonne

P1140339_stitch.jpg
 

Le Pic de Brasseil pointe le bout de sa Dent

P1140339.JPG

 

Vue vers le S/E

P1140337.JPG

 

Machaon au sommet

P1140341.JPG

 

Durant le repas, nous serons harcelés par des fourmis volantes et de nombreuses grosses mouches. Entre la chaleur et les insectes nous sommes ravis lorsque, à 15h20, nous quittons ce pourtant très beau panorama. Retour par la voie normale qui demande une attention toute particulière dans la partie la plus haute sur un sol pourri. Tout va ensuite plus vite une fois sur le plancher du vallon de Barbouillère. Retour par l’itinéraire matinal. Fin de la journée à 17h25, avec un total de 6h55 de plaisir sous toutes ses formes. C’est la 4ième fois que je grimpe cette voie, et le plaisir est toujours présent, peut-être même plus grand que lors de la découverte. Avant j’étais l’éternel second, aujourd’hui je passe en tête avec aisance.

 

Crête Est sous le sommet

P1140342.JPG

 

Source du ruisseau de Barbouillère
P1140344.JPG

 

Le guetteur au travail
P1140345.JPG

 

P1140347.JPG

 

Trace du jour :

Carte_Camisette.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h55 pour 10,5 km à , km/h

Temps dans la voie : 3h00

Dénivelé positif total : 913m – Autant en négatif

Point culminant : 2426m



15/07/2022
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres