Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de La Camisette par la voie La Sauvage AD sup (2018)

13/10/2018 : Refuge du Laurenti – Plaine d’Artigues – Bousadus du haut – Coume de Barbouillère – étang de la Camisette – Voie La Sauvage – Pic de La Camisette (2426m) – Retour par la Coume de Barbouillère – refuge du Laurenti

 

Préambule : j’ai découvert cette belle voie d’escalade, grâce à Nicolas, en octobre 2013. J’avais trouvé cette voie vraiment difficile, mais il faut dire que j’avais tout grimpé en chaussures de rando. En aout 2014, nous remettons ça ensemble, mais cette fois je grimperai en chaussons ; je serai plus à l’aise mais toujours pas capable de passer en tête. Après avoir travaillé en salle, je vais me lancer pour la première fois en tête intégralement sur une voie. Mon fidèle Yannick se joint à moi avec une confiance inébranlable.

Après avoir passé la nuit au refuge du Laurenti, nous partons à 7h21. Marcher sur la route forestière en direction de la plaine d’Artigues et prendre à gauche dans le bois au niveau du nouveau mémorial sur l’accident d’avion qui est survenu au niveau des étangs. On rattrape ainsi le sentier GR7a, il n'y a plus qu'à le remonter. Clairière de Bousadus du Bas, du Haut, où il faut poursuivre en grande partie dans la forêt, puis remonter le ruisseau de Barbouillère jusqu’au panneau indiquant les étangs de la Camisette, sur la droite. Seulement point de panneau. Nous nous faisons siffler par des marmottes, cela aurait dû nous alerter. Nous observons un ballet nuptial de gypaètes barbus, vraiment gracieux. Et nous remontons le vallon puis suivons sur la droite un vieux balisage jaune. Or nous sommes sur le sentier classique qui mène au sommet de la Camisette, et non pas sur la portion qui devrait conduire aux étangs. Quand je réalise l’erreur, nous nous trouvons à 5 minutes de la cime. Il faut vite rattraper cette étourderie au mieux. Finalement, ça passe partout pour se rendre au pied de la voie.

 

Le pont dit "de Claude" sur le ruisseau de Barbouillère

P1010937.jpg

 

Première vue sur le Roc Blanc

P1010938.jpg

 

Roc Blanc et porteille de Barbouillère

P1010939_stitch.jpg

 

Au loin, mer de nuages sur les Corbières

P1010941.jpg

 

Sur la voie normale de la Camisette

P1010944.jpg

 

Il est 10h35 quand nous arrivons au point de départ et nous aurons mis 3h10, c’est à dire une heure de trop. Nous ne sommes pas les seuls, puisque 2 cordées d’Espagnols nous devancent. Le temps de s’équiper, de manger et on s’engage à 11 heures, par un temps chaud et sec. Conditions de grimpe parfaites !

 

Etang inférieur de la Camisette

P1010945.jpg

 

Tracé approximatif

Topo_Camisette.jpg

 

Départ de la voie où l'on peut y voir du monde

P1010948.jpg

 

Les 3 premières longueurs sont en dalle.

L1 – 4a : Dalle granitique inclinée à 50°

 

Cairn indiquant le départ de L1

P1010949.jpg

 

L1 grande dalle sans piège

L1.jpg

 

Yannick au R0

P1010950.jpg

 

L2 – 4b : Dalle granitique inclinée à 50°

 

Départ de L2, attention dalle humide

P1010951.jpg
 

C'est moins vertical qu'il n'y parait

P1010954.jpg

 

Yannick à R2

P1010955.jpg

 

La même longueur vue vers le bas

44057227_2389336597804470_4592828328859140096_n.jpg

 

L3 – 4a : Dalle granitique inclinée à 50°

P1010956.jpg

 

Yannick dans L3, une nouvelle dalle tout en adhérence

P1010957.jpg

 

Nous aurons mis 1 heure pour faire ces trois premières longueurs que l’on peut considérer d’échauffement. La sortie de L3 se fait dans le gispet, c’est extrêmement glissant, prudence maximale. Partir à droite en direction d'une grande vire herbeuse que l'on remonte, le départ de L4 se trouve sur une petite plateforme sous un léger surplomb appelé toit. Pause repas indispensable avant d’entamer la suite, bien plus verticale. C’est à présent le moment de vérité pour moi, le franchissement du toit et les longueurs qui vont suivre.

 

L4 – 5a : Franchir le ressaut (très bien équipé, par 3 plaquettes) puis continuer sur une dalle à 50°. Pour un grand grimpeur ça passe finalement bien, un petit gabarit sera légèrement moins à l’aise.

 

Départ de L4, là les 2 points sont indispensables pour passer le toit, 3ième point au-dessus du toit

P1010958.jpg

 

Juste après le toit

P1010959.jpg

 

Fin plus tranquille de L4

P1010960.jpg

 

L5 – 4c+ : Double traversée à gauche puis à droite pour contourner un surplomb.

 

Traversée latérale en L5

P1010961.jpg

 

La même chose vue d'en bas

L5.jpg

 

Yannick quasiment au relais

P1010963.jpg

 

L6 – 4b : Partir en diagonale vers la gauche – il y a un mur qui vaut un 5b, la cotation est clairement erronée

 

Il faut louvoyer un peu

P1010962.jpg

 

P1010964.jpg

 

Un mur qui vaut bien un 5b et pas un 4b

P1010965.jpg

 

A la sortie du mur de L6

P1010966.jpg

 

L7 – 5b+ : Départ facile sur une dalle inclinée puis un ressaut vertical bien équipé (nombreux points d'aide) pour sortir au sommet.

P1010967.jpg

 

Mur final

P1010970.jpg

 

Vue vers le bas depuis la sortie du mur final
P1010972.jpg

 

L’ultime pas est le plus délicat de tous, mais c’est le dernier. Le seul moment où j’ai failli douter de mon aptitude à franchir le pas, l’instant où il faut engager la viande sur un terrain aussi végétal que minéral. Le sommet est là, Yannick arrive à son tour, à son rythme, tout en décontraction. Fin de la voie et sommet atteint à 14h40, le tout en 6h10. Nous n’avons plus qu’à profiter de la vue sur 360° devant un second repas. Plaisir intense mais contenu car ce n’est pas encore les Grandes Jorasses.


La vie est belle au sommet

P1010981.jpg

 

Face Nord du Roc Blanc

P1010974.jpg

 

Tempête de ciel bleu sur le massif du Madres

P1010975.jpg

 

Vue vers le Sud en direction des proches sommets catalans

P1010977.jpg

 

Etang de Balbonne dominé par le pic éponyme et Tarbésou à droite

P1010976.jpg

 

Gros plan au loin sur le Mont Valier

P1010979.jpg

 

Gros plan vers l'Ouest sur la Pique d'Estats au centre et le Montcalm à droite

P1010980.jpg

 

Après plus d’une heure de contemplation, nous prenons congé de la cime à 15h45, un horaire qui ne nous ressemble guère. Pour le chemin du retour, nous emprunterons l’itinéraire de la montée matinale. Nous ne prendrons pas le premier couloir de petits graviers fortement glissants, mais la pente d’herbe ; bâtons quasi obligatoires. Il ne reste plus qu’à descendre la vallée et revenir tranquillement au point de départ, ce qui est chose faite à 17h50. Très grosse journée en montagne, mais les conditions étaient parfaites.

 

Descente de la vallée de la Barbouillère

P1010982.jpg

 

En suivant le GR7A

P1010983.jpg

 

L’itinéraire hors-sentier pour gagner les étangs se trouve au niveau des marmottes siffleuses, c'est-à-dire 15 minutes après avoir vu le Roc Blanc. La voie « La Sauvage » est toujours aussi superbe, un régal, malgré l’eau qui suinte des fissures du granit. Et quel environnement ! Je suis ravi d’avoir accompli cette première en tête avec Yannick. A quand la prochaine ? Mais je suis conscient qu’il reste encore beaucoup de travail avant de monter de niveau.

 

Tracé du jour sur carte IGN

Carte_IGN.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 8h26 pour 17,2 km

Temps dans la voie : 3h00

Dénivelé positif total :  1030m – Autant en négatif

Point culminant : 2426m



15/10/2018
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 151 autres membres