Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de l’Aspre par les étangs de Petsiguer

08/07/2023 : Pradières d’en Haut (1155m) – GR10 – Etang d’Izourt – Etangs de Petsiguer – Pointe 2672m – Pointe 2765m – Pic de l’Aspre (2744m) – Etangs de Petsiguer – Etang d’Izourt – Pradières d’en Haut

 

Au fond de la vallée d’Arties se trouve le très bel et emblématique étang Fourcat. Il est entouré de hautes cimes de plus de 2800 mètres, formant une enceinte à la manière de remparts protecteurs. Et plus en avant vers le nord, comme deux avant-postes, le Picot rive gauche et le Pic de l’Aspre rive droite se présentent telles deux sentinelles. C’est le pic de l’Aspre qui m’intéresse en ce jour de canicule. On peut y accéder depuis les discrets étangs de Petsiguer, ou par l’arête Nord venant de l’Endron. J’avais fait une première tentative par l’arête avec mon ami Joël en septembre 2021 mais une météo incertaine avait mis un terme à notre progression sur l’arête. Cette fois ce sera par l’itinéraire classique que j’aborderai ce pic, mais je vais découvrir qu’il y a un autre accès encore plus improbable.

Départ à 6h30 depuis le parking de la centrale électrique de Pradières, en suivant le sentier du GR10 parfaitement balisé depuis ce point d’accès. Un orage nocturne a délavé la vallée, l’humidité est ambiante, et une agréable odeur d’humus embaume le sous-bois, mais point de champignons. La montée vers la retenue d’eau d’Izourt est agréable sur ce sentier, jamais raide, et le terrain est roulant. Je parviens à Izourt à 7h30, en exactement une heure. La vue de l’étang sans eau est choquante, mais cela semble être pour une bonne raison d’entretien. En effet, un village provisoire de baraques type « Algéco » a pris place sur le site existant, et des ouvriers s’affairent sur le barrage.

 

Izourt au plus bas

IMG_1217.JPG

 

Entretient en cours
IMG_1218.JPG

 

Au bout des baraquements, le sentier se divise en deux branches, mais il faut être attentif pour trouver l’intersection. Pour se rendre aux étangs de Petsiguer, il faut suivre le sentier qui s’élève de la rive de l’étang, balisé en jaune très pâle. Les moutons semblent entretenir cette sente faussement de niveau. Remonter peu à peu jusqu’en amont de l’étang, puis s’engager dans le vallon suspendu de Petsiguer. Le pic de l’Aspre est droit devant, clairement imposant. Le sentier débouche sur une petite zone plane, vaguement marécageuse. Je traverse alors le ruisseau de Petsiguer pour monter en hors sentier en visant un faux col. Cela se passe au milieu des rhododendrons et des genévriers. Il est 8h40, l’estomac crie famine. Courte pause au bord d’une source et je repars aussitôt.

 

Pic de l'Aspre tout au fond

IMG_1220.JPG

 

Izourt toujours dans l'ombre
IMG_1221.JPG

 

Plein centre le Picot versant N/E
IMG_1222.JPG

 

Pic de l'Aspre tel qu'on le voit en montant aux étangs de Petsiguer
IMG_1224.JPG

 

Lorsque je me présente au faux col, je ne suis plus aussi certain d’identifier le pic de l’Aspre. Est-ce celui que j’observe depuis la montée, ou est-ce cette pointe un peu plus au fond du cirque ? Voici ce qu’écrit G. Véron dans son topo : « Etang de Petsiguer. Franchir le ruisseau de Petsiguer au déversoir du grand lac (2305m) et gravir une croupe au Nord-Est (sentes). Remonter ensuite la crête à l’Est-S.E : cette ascension n’est pas très difficile mais il faut utiliser les mains par endroits ; 2h45 Pic de l’Aspre. » Je regarde la carte tout en comparant à mon environnement immédiat, et je n’arrive pas appliquer les consignes du topo. Je mets donc le cap sur cette pointe au fond, qui a un profil semblable en tout point au pic de l’Aspre. Cette erreur me permet de me rendre plus au sud et de voir sous différents angles les jolis étangs de Petsiguer. Car si ces étangs ne sont pas les plus vastes du secteur, ils sont pleins de charme.

 

L'itinéraire que je vais suivre

IMG_1225.JPG

 

Déversoir de l'étang le plus en aval
IMG_1227.JPG

 

Petit étang le plus en aval
IMG_1228.JPG

 

J'ai suivi la pente à l'ombre tout à gauche
IMG_1231_stitch.jpg

 

Les étangs principaux de Petsiguer
IMG_1236.JPG

 

Plein centre le Picot
IMG_1237.JPG

 

Je m’élève donc en hors sentier sur le pilier Ouest de ce que je crois être l’Aspre. La pente est fortement inclinée, mais ce n’est que de l’herbe, et encore à l’ombre. Je me présente sur cette cime, à la côte 2672m à 10h15, en 3h30. Je réalise que j’ai mis 45 minutes de plus que le topo pratiquement sans pause, que l’altitude n’est pas la bonne, et que tout proche au nord un sommet me domine. Je connais à présent ma position exacte. Le temps de m’imprégner du paysage que je n’aurais pas pu voir si je n’avais pas fait cette erreur, et me voilà reparti.

 

Le panorama s'ouvre vers le Nord

IMG_1238.JPG
 

On m'observe attentivement
IMG_1239.JPG

 

Tout le bassin lacustre de Petsiguer
IMG_1241.JPG

 

Etang de la Goueille et pic de Tristagne
IMG_1244_stitch.jpg
 

Pointe 2672m

IMG_1246.JPG

 

La crête que je ne ferai pas

IMG_1245.JPG
 

Vue vers le Nord
IMG_1247.JPG

 

Vue vers le S/O
IMG_1245.JPG
 

Vue vers l'Ouest

IMG_1249.JPG

Gros plan sur le Mont Valier par delà la Pointe des Trois Comtes
IMG_1250.JPG

 

Pic de Font Blanca et étang de Marqueille
IMG_1251.JPG

 

Suivre l’arête me parait compliqué en voyant de sombres dalles. Je choisis une solution de contournement par le versant Est. Cela consiste à passer en versant Est côté étangs de Marqueille, en trouvant un passage entre des dalles claires. Puis, suivre le bas de l’arête en perdant le moins de dénivelé possible. Ce passage se compose de pelouses entrecoupées de pierriers stables. Il suffit ensuite de se présenter à la base d’un long couloir herbeux, à la verticale du point culminant de l’arête. Ce couloir est extrêmement raide, plus de 45° de pente. Le remonter est un enfer, mais par chance, son exposition Sud ne voit pas encore totalement le soleil à ce moment de la journée, ce qui m’évite de trop transpirer. Comme auraient dit les Tontons Flingueurs : « C’est du brutal ». Heureusement aucun problème technique dans ce mur vert. Il débouche exactement à la cime de la côte 2765m où je me trouve à 11h25, après 4h35. J’aurai mis 1h05 pour me rendre d’une pointe à l’autre, mais en toute sécurité ; l’arête étant plus directe, mais quid des brèches et dalles à franchir ?

 

Passage en dalle pour basculer versant Marqueille

IMG_1252.JPG

 

La pente que je vais suivre
IMG_1253.JPG

 

Au pied du mur végétal
IMG_1254.JPG

 

Etang de Marqueille côte 2514 avec en fond le Font Blanca
IMG_1255.JPG

 

Crête terminale en versant Sud
IMG_1259.JPG

 

Pointe 2765m
IMG_1260.JPG

 
IMG_1261.JPG

 

Pic de Tristagne et pic de Médécourbe à sa gauche
IMG_1262.JPG

 

Vue vers l'Est
IMG_1263.JPG

 

La longue crête aboutissant à la Pique d'Endron
IMG_1264.JPG

 

Les "3000" au fond, le Picot au premier plan
IMG_1265-001.JPG

 

Le bout de crête restant n’est qu’une formalité. Enfin le pic de l’Aspre est atteint à 11h15, pour un total de 4h45. Voilà un autre itinéraire pour se hisser sur cette fière cime. Un homme vient d’arriver au même moment par l’accès naturel, ce qui me permet d’échanger avec lui sur la voie normale que je vais emprunter au retour. Mais pour l’heure il est grand temps de manger et profiter. Une heure après, deux jeunes trailers arrivent par la crête de l’Endron. Ils auront mis 6 heures en partant de Pradières sans passer par l’Endron, c’est dire si c’est long.

 

En avant pour la partie finale !IMG_1270.JPG

 

Les pointes anonymesIMG_1277.JPG

 

La longue crête Endron/Aspre et étang de Gnioure à droite

IMG_1273.JPG

 

Etang d'Izourt depuis le Pic de l'Aspre
IMG_1274.JPG

 
IMG_1275.JPG

 

Nouvelle vue sur le massif Estats/Montcalm

IMG_1276.JPG

 

Je repars à 13h15 accompagné du marcheur solitaire. L’itinéraire est plutôt bien balisé par de nombreux cairns. Sur la partie sommitale, il faut emprunter une petite cheminée légèrement à la gauche de la cime, puis l’essentiel de ce versant se compose de pelouses. Il n’y a plus qu’à suivre les cairns, mais globalement cela passe partout. Eviter néanmoins d’aller dans la face nord, et rester toujours le plus proche de l’arête en versant sud. Il ne faudra que 45 minutes pour se rendre au déversoir de l’étang principal de Petsiguer. En effet, une sente se dessine discrètement, et des cairns donnent la direction.

 

Descente droit dans la pente
IMG_1278.JPG

 

L'unique passage demandant à poser les mains
IMG_1279.JPG

 

Autre point de vue durant la descente vers les étangs de Petsiguer
IMG_1280.JPG

 
IMG_1281.JPG

 

La face descendue très verdoyante
IMG_1282.JPG

 

Cap sur Izourt et le replat herbeux dans le creux
IMG_1283.JPG

 

La voie normale menant au sommet du pic de l'Aspre
IMG_1284.JPG

 

Il ne reste alors qu’à suivre à la lettre le sentier matinal. Il fait une chaleur écrasante, mais l’eau n’est pas encore une denrée rare dans cette vallée. Plus la moindre pause à présent, je cherche l’ombre à tout prix. Nous croiserons deux pêcheurs qui se rendent vers ces étangs, et très peu de monde au barrage d’Izourt. L’endroit reste préservé de la randonnée de masse, et c’est bien ainsi. J’en termine à 16h10 une journée de 7h45. Il fait 28°C à 1155 mètres. Et certains doutes encore que la terre se réchauffe ! Mon erreur matinale m’aura permis de faire une boucle sur un sommet qui se fait habituellement en aller/retour.

 

Sous cet angle, l'itinéraire apparait clairement

IMG_1287.JPG

 

Le replat dans le creux où j'avais quitté le sentier
IMG_1288.JPG

 

Une partie du tracé du jour :

Carte_Aspre.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 7h45 pour 18,2 km à 2,3 km/h

Dénivelé positif total : 1745 m – Autant en négatif

Point culminant : 2765m

 



11/07/2023
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres