Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic du Canigou par l'arête Quazémi AD inf (2013)

10/08/2013 – Jour 1 : Parking du Randé - piste forestière – Refuge de Mariailles – GR10 – cabane Arago – Gourg du Cady

Cela faisait trop longtemps que cette course avait été remise, ou abandonnée pour cause de météo exécrable, que je n’osais plus y penser. Pourtant en ce week-end de début de mois d’aout, tous les voyants étaient au vert. Tempête de ciel bleu comme on dit, et sans la moindre brise. Je démarre avec Nicolas cette demi-journée d’approche depuis le parking du Randé à 15h38, sur la piste forestière qui monte à Mariailles. Nous y parvenons en 26 min.

SAM_0250.JPG

 

On emprunte le sentier du GR10, pour se rendre à la cabane Arago.

SAM_0264.JPG

 

On passe au ravin du Cady à 17h17, pour 1h39 de marche. Notre rythme d’approche est régulier. Nous passons ensuite à Arago en 2h04 ; puis l’on poursuit notre marche jusqu’au pla du Cady.

SAM_0268.JPG

 

Nous quittons le sentier montant au Canigou, pour partir à droite vers les gourgs du Cady.

SAM_0272.JPG

 

Au premier gourg, des campeurs ont pris place sur la berge, alors pour ne pas gâcher leur tranquillité, nous irons poser notre bivouac derrière une bute toute proche. Il est 18h40 quand on installe le bivouac.

SAM_0283.jpg

 

C’est l’endroit rêvé pour passer une nuit sous les étoiles.

SAM_0289.JPG

 

A 20h30, nous allumons un feu pour faire cuire un peu de viande, façon pierrade.

SAM_0300.JPG

 

Puis le soleil finit par disparaître par de-là les hauts sommets du Capcir. Avec sa disparition, la fraicheur apparaît. Alors pour mieux observer les étoiles filantes, c’est dans nos duvets que nous nous glissons.

SAM_0307.JPG

 

Le spectacle commence dès 22h, mais ce ne sera pas le festival attendu. Nous verrons bien quelques étoiles filantes, mais rien d’exceptionnel. Après 23h30, mes paupières lourdes, se ferment sous une magnifique voute étoilée. Nico aura un peu plus de mal à trouver le sommeil. Peut-être à cause de mes ronflements ? Mais pour moi, la nuit sera reposante, la tête déjà dans l’arête.

 

Résumé de la montée en chiffres :

Temps de marche 2h40 pour 9,18 Km

Dénivelé positif total : 818m - Dénivelé négatif total : 72m

Point culminant 2283m.

 

11/08/2013 – Jour 2 : Gourg du Cady – Quazémi de Dalt – Arête Quazémi – Pic du Canigou – retour par la cheminée et l’itinéraire de la veille

Le réveil sonne à 5h30. Nous apercevons les lumières de nos voisins de camp, qui sont déjà dans la cheminée, partis pour un lever de soleil depuis le sommet du Canigou. Il ne fait pas vraiment froid et le vent est nul. Toutes les conditions sont réunies pour passer une belle journée. Une fois le bivouac rangé, on quitte les lieux à 6h38, avec seulement le nécessaire d’alpinisme. On prend le chemin du sentier du Canigou, mais on le coupe aussitôt, pour mettre le cap sur le pic de Quazémi de Dalt. On monte totalement hors sentier la Solane de Quazémi. C’est bien raide et les bâtons sont indispensables pour rendre cette approche moins pénible. Pour nous distraire, des isards nous accompagnent ça et là, comme pour nous narguer avec leur aisance à prendre de la hauteur.

 SAM_0312.JPG

 

On ne dirait pas, mais ça monte vraiment raide.

SAM_0317.JPG

 

A 7h40, nous voici rendus au premier sommet du jour, le Quazémi de Dalt (2721m). C’est le point de départ de l’arête portant son nom. Il nous a fallu seulement 1h en guise d’échauffement, pour atteindre cette cime. Nous allons profiter pleinement de la vue qui s’offre à nous. Aucun obstacle ne s’oppose à l’horizon, et la vue porte au plus loin que nos yeux peuvent voir. A l’Ouest, au par de-là le massif du Carlit, je vois pour la première fois la Pique d’Estat, seigneur de Catalogne. Au Nord, le Pech de Bugarach se détache nettement, et la montagne noire ferme l’horizon lointain. Entre le Tarbésou et la massif du Madrés, on peut également voir le massif de Tabe avec ses sommets jumeaux St Barthélémy et Soularac. La mer est aussi présente depuis Narbonne jusqu’à la baie de Rosas en Espagne. Et enfin, les hauts sommets frontaliers allant du pic du Costabonne au Pic du Géant répondent à l’appel, vers le Sud/Ouest. Quel belvédère exceptionnel que cet épaulement du seigneur Canigou !

 

Pic Carlit au centre, au lointain La Pique d'Estat

Carlit Panorama.jpg

 

De G à D, Roc Blanc, Tarbésou, montagne de Tabe, massif du Madres

Madres Panorama.jpg

 

On met fin à cette contemplation à 8h25, nous avons une arête à parcourir tout de même. Et quelle arête ! Le vent est présent sans être extrême, et il est froid. Que serait un Canigou sans sa tramontane ?

 

Juste avant de se lancer

Deaprt.JPG

 

Sommet du Quazémi de Dalt

Sommet Quazémi.JPG

 

On s’encorde, je respire un grand coup, et en avant sur l’arête Quazémi. La première partie est facile, vertigineuse, étroite certes, mais pas technique. En fait, l’itinéraire va aller en descendant dans un premier temps. Nous progressons en corde tendue. Arrive rapidement la première difficulté où les mains sont nécessaires. Ce n’est pas simple pour moi qui découvre, mais les conseils de Nico m’aident à effacer les difficultés. Puis c’est le passage de la boite aux lettres, un gros bloc coincé qui oblige à passer dessous. Dur dur !

 

Nico au dessus de la boite

 Boite.JPG

 

Vient ensuite le grand dièdre à passer en rappel. Une corde à nœuds est sur place mais il n’est pas conseillé de l’utiliser.

Le rappel.JPG

 

Nous voici alors arrivé au point le plus bas, sur une plate forme où nous allons faire une pause. Il est 10h05 et cela fait 1h40 que nous sommes dans la voie. Ce n’est vraiment pas rapide, mais nous sommes là en mode découverte.

 

La partie déjà parcourue

SAM_0396.JPG

 

Courte pause et l’on repart pour la partie ascendante. Plusieurs passages de dièdres, assez techniques, et l’on se trouve au pied d’une cheminée. Cette fois, c’est moi qui passe en tête pour la première fois. Première expérience donc pour ce qui est de poser des relais. Une difficulté effacée, une nouvelle se présente à nouveau, mais la parfaite connaissance de Nico, de cette course, rend les choses plus évidentes.

 

Quelques passages techniques

P1070597.JPG


P1070584.JPG

 

SAM_0395.JPG


SAM_0393.JPG


SAM_0394.JPG

 

Juste avant d'atteindre la cime

SAM_0397.JPG

 

On arrive sur la partie finale qui ne présente plus de difficulté majeure, nous arrivons droit sur la croix sommitale. Nous atteignons le sommet par la voie royale à 11h12. Il nous a fallu 2h34 pour parcourir l’arête. Là, c’est le choc des cultures. Plus de quarante personnes au sommet et visiblement on fait tâche avec notre équipement de montagne, sans parler de celui d’alpiniste. Ici, c’est petit short et chaussures en toiles qui sont de sortie, malgré le vent frais. La cohorte des touristes montant du refuge des Cortalets est insupportable. Les chaussures montantes ne semblent plus à la mode. Vivement l’hiver que l’on retrouve notre Canigou ! On ne reste au sommet qu’un court instant, tant nous trouvons cette agitation incongrue.

la croix.JPG

 

Le retour s’effectue par la cheminée, dans la face Sud.

P1070605.JPG

 

P1070607.JPG

 

Toute l'arête Quazémi, vue de profil

SAM_0413.jpg

 

Là encore, les touristes montent par petits groupes. On suit l’itinéraire traditionnel jusqu’à la porteille de Valmanya, puis celui qui descend vers le pla du Cady. On le quitte pour se rendre sur le lieu du bivouac. Nous y sommes rendus à 12h46. Voilà la boucle effectuée en 4h41. Nous prenons le repas sur place. Puis on rassemble les affaires restées sur place et l’on prend le chemin du retour à 13h28.

SAM_0415.JPG

 

On coupe directement à travers les petits vallons, pour arriver quasiment à la cabane Arago. Il ne nous reste plus qu’à suivre l’itinéraire emprunté la veille. Avec la chaleur, cela nous parait interminable. Une halte sera même nécessaire, sur un banc improvisé, après le ravin des 7 Hommes. Puis on file jusqu’au parking du Randé que l’on rejoint à 15h35, sous un soleil de plomb. On termine cette journée avec 6h43 de marche dans les pattes.

Cette course d'initiation s’est déroulée de la plus belle des manières, sous un ciel bleu d’une rare pureté et avec un premier de cordée exceptionnel. Il ne me reste plus qu’à parcourir à nouveau cette crête, en étant premier à mon tour.

 

Tracé sur carte IGN

Trace carte.JPG

 

La journée en chiffres :

Temps de marche total 6h43 pour 11,7 Km à 3,5 km/h

Dénivelé positif total : 599m – Dénivelé négatif total : 1333m

Point culminant : 2784m

 



12/08/2013
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres