Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic du Géant au Cap de Xauxes par la crête Nord/Sud

30/11/2019 : Vallter 2000 – Pic du Géant (2881m) – Pic de Prats de Bassibès (2845m) – Cap de Xauches (2694m) – Coume de Bassibès – Cabane de Bassibès

 

Voilà un mois que la météo instable m’avait contraint à ne pas sortir sur les hauteurs. Depuis, les couleurs d’automne ont laissé place au manteau blanc de l’hiver. Premiére sortie de l’année dans le magnifique secteur de Vallter 2000, l’un des plus beaux à mes yeux, des Pyrénées de l’Est. Yannick m’accompagne pour aller à la découverte du dernier sommet qui me manque à ma connaissance, dans le Haut-Conflent, j’ai nommé le pic de Chauches ou Cap de Xauxes en catalan. Départ à 9h25 depuis la station de ski qui vient d’ouvrir ce week-end. Nous prenons la direction du refuge, puis celle du col de la Marrana.

 

Les deux Gra de Fajol vus depuis le point de départ

P1100939.JPG

 

Col de la Marrana et pic du Géant sur la droite
P1100943.JPG

 

Nous n’allons pas chercher directement le col de la Marrana, mais nous poussons la marche plus à droite, afin de suivre un éperon. La quantité faible de neige, et la qualité médiocre n’imposent pas l’usage des raquettes. Nous avons le matériel technique sur le dos ; c’est donc un pari sur l’avenir. L’éperon ne pose pas de difficulté notable et à 11 heures, nous voilà sur le flanc Sud du pic du Géant. Première étape franchie en 1h35. Il ne reste plus qu’à suivre le sentier de la voie normale, où la neige est totalement absente. Il est 11h46 quand nous parvenons au sommet du pic du Géant. Cela aura demandé 2h08.

 
P1100944.JPG

 

Le sentier terminal manque de neige
P1100945.JPG

 

Au sommet du 4ième sommet des P.O.
P1100946.JPG

 

La belle vallée du Freser avec le pyramidal pic de Balandrau au fond
P1100947.JPG

 

La longue arête sommitale du pic du Géant vue vers l'Ouest
P1100948.JPG

 

Le vent se met à souffler à cette altitude. Il est naturellement froid en cette saison, mais cela ne nous gênera pas pour poursuivre en crête. Pour se rendre au sommet du Cap de Xauches, nous choisissons de poursuivre l’arête allant du Géant à ce dernier, en traversant le pic de Prats de Bassibés. La crête entre le Géant et le Prats de Bassibès ne présentant aucun risque, nous y allons sans plus attendre. Ce sera sur cette crête, mais à l’abri du vent, que nous prendrons le repas à 12h20, ponctuant ainsi une matinée de 2h36 d’efforts.

 

La longue arête sommitale du pic du Géant vue vers l'Est
P1100949.JPG

 

L'arête que nous suivrons, menant au pic de Prats de Bassibès
P1100950.JPG

 

Puis nous poursuivons cette marche aérienne à 13h11. Bien qu’étant un sommet culminant à plus de 2800 mètres, atteindre par le haut ce sommet est une formalité. Nous ne faisons que traverser. L’arête qui se présente à nous est un peu plus technique. Néanmoins, le meilleur cheminement reste encore le fil. Pour ceux qui seraient impressionnés, des échappatoires sont toujours possibles en versant Ouest. Malgré le vent et parfois le gel, nous parvenons avec aisance à franchir les quelques failles les plus hautes. Le final se passe en montée où un isard semble nous attendre. Nous voilà sur la tête du Cap de Xauxes (pléonasme !) à 14h37, et en 3h53.

 

Direction le Cap de Xauxes vue depuis la cime du pic de Prats de Bassibès
P1100951.JPG

 

Un bout de la crête menant au Cap de Xauxes, la partie la plus complexe
P1100952.JPG

 

L'arête parcourue vue de dos
P1100953.JPG

 

Le final est nettement plus simple
P1100954.JPG

 

Grand couloir Nord du pic de Prats de Bassibès
P1100955.JPG
 

Nous sommes attendus au sommet
P1100957.JPG

 

La suite à suivre face au pic Gallinas - massif du Madres au loin
P1100958.JPG
 

Au sommet du Cap de Xauxes face au versant Nord du pic de Prats de Bassibès
P1100960.JPG

 

Courte pause pour constater l’absence totale de neige dans la vallée de la Carança, comme sur les sommets Redoun et Gallinas, puis nous engageons l’ultime descente. L’étude de la carte indique que la base de ce sommet présente de nombreuses barres rocheuses. Les flancs paraissent mal commodes car composés d’amas de roches de toutes tailles. Nous allons marcher en cherchant au mieux la facilité, avant d’engager la véritable perte de dénivelé. Nous suivons plus ou moins un fil d’eau qui va se transformer en glace rapidement. Il faut alors quitter ce plissement pour se faufiler à travers les premiers arbres. On traverse ensuite une zone d’éboulis afin de traverser le torrent de Bassibès, et retrouver le sentier. Nous parvenons à l’étrange refuge de Bassibès à 16h20. Fin de cette première journée en 5h21. Nous ne serons pas les seuls à partager le refuge. Après « la corvée » de bois, la cheminée permettra d’élever la température jusqu’à 7°C à l’intérieur du bâtiment. Tout le monde est sur la même longueur pour un coucher à 20h30. Lever prévu pour 6h30.

 

L'étrange refuge de Bassibès
P1100961.JPG

 

Tracé du jour :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h21 pour 8,7 km à 1,6 km/h

Dénivelé positif total : 930m – Dénivelé négatif total : 1022m

Point culminant : 2881m

 

01/12/2019 : Cabane de Bassibès – Coume de Bassibès – col du Géant – Vallter 2000

 

Comme prévu par les prévisions météo, il a neigé durant la nuit de 1 à 3 centimètres ; pas de quoi rendre la marche impossible, mais cela sous-entend une tempête en crête. A l’heure du départ, 7h33, il fait grand beau dans le creux du vallon, mais bien froid. Nous sommes encore à l’abri du vent, un élément perturbant dont il faudra tenir compte dans quelques heures. Nous partons sur le sentier, cap au Sud, les raquettes à dos. Rapidement, en remontant le cours d’eau, il se met à faire trop chaud, alors, après 30 minutes, nous faisons une première pause de remise en confort.

 

Col Mitja saupoudré d'une fine pellicule

P1100962.JPG

 

Premiers rayons du jour sur le pic Gallinas
P1100963.JPG

 

Bel éclairage sur le Pic Redoun
P1100964.JPG

 

Le sentier ondule entre les pins, au-dessus du torrent que nous avons toujours à main droite. Il débouche sur une étendue sans végétation, où cette fois le vent est bien présent. La quantité de neige bien plus abondante qu’au départ, nécessite cette fois l’usage des raquettes. Il est temps de ressortir l’armure anti froid, pour faire face au blizzard. Le décor est superbe, la neige vole sur les crêtes, les roches sont plaquées par une fine pellicule blanche ; tout indique que l’offensive de l’hiver est sérieuse.

 

Sentier en sortant du bois

P1100965.JPG

 

La Coume de Bassibès jouant à la banquise
P1100966.JPG

 

La neige est arrachée des crêtes
P1100967.JPG

 

Il ne manque que le vent pour ressentir l'ambiance sibérienne
P1100968.JPG

 

Pas à pas, contre le vent, nous prenons de la hauteur. Dans cette ambiance polaire où la neige s’abat par bourrasques, nous allons chercher un point bas, proche du col du Géant. Malgré la visibilité réduite, ce n’est pas un jour blanc, et au niveau de l’orientation, ça fait toute la différence. Quand nous parvenons sur la crête, la force du vent atteint alors son paroxysme. Pour basculer sur la station de ski de Vallter, il nous descendre une rampe de neige glacée ; cette fois il faut troquer les raquettes pour les crampons. Tout le matériel aura eu son utilité. Il est 11h11, lorsque dos au vent, dans un froid presque sibérien, que nous effectuons cette opération. Sans attendre, nous plongeons sur le haut de la station de ski, et par quelques pistes fermées au public, nous retrouvons le refuge. Il ne reste plus qu’à regagner le point de départ par le sentier. Nous terminons à 12h12, pour 3h50 de marche, cette matinée très fraiche, dans l’un des secteurs les plus beaux des Pyrénées de l’Est.

 
Tracé du jour :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 3h50 pour 7,95 km à 2,1 km/h

Dénivelé positif total :  714 m – Dénivelé négatif total : 614 m

Point culminant : 2638m



04/12/2019
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres