Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pique d'Endron par le créneau d'Endron PD+

26/04/2014 : Goulier Neige – haut de la station de ski – créneau d’Endron – Pique d’Endron (2472m) – crête du Sarrasi – Pic du Sarrasi – Goulier Neige

 

Voilà longtemps que je souhaitais découvrir ce sommet atypique du Vicdessos en Ariège, et plus particulièrement dans la vallée de Goulier. Pour une altitude plutôt modeste, il a tous les atouts d’un sommet alpin. Encore une fois ce sera la météo qui dictera sa loi, et une courte fenêtre de beau temps est permise en ce samedi matin. Je saisi cette occasion, et seconder par le free rider Bertrand, nous partons à la découverte de cette Pique. Pour que la découverte soit la plus complète, c’est par sa voie alpine que nous allons gravir ce sommet, par le célèbre créneau d’Endron. Depuis la route qui monte au stade de neige, la Pique d’Endron montre déjà son imposante face Nord, et le créneau semble un beau défi.

IMG_3292.JPG

 

Nous partons à 7h03 de la toute petite station de ski de Goulier Neige, où tout est fermé. Nous sommes les seuls, et nous le resterons toute la journée. Malgré l’heure matinale, le soleil a déjà fait son apparition sur la crête, il ne faut pas perdre de temps. On s’élève sous les remonte-pentes sur un terrain sec, durant 20min. Puis Bertrand chausse ses skis alors que je vais le suivre en raquettes. La neige est glacée, d’une dureté incroyable. C’est plus facile pour mes griffes que pour ses peaux. On incline notre marche sur la droite, en direction du Sud/Ouest pour aller chercher la crête qui descend du Pic de Sarrasi.

IMG_3296.JPG

 

Nous avons visé un arbuste isolé, sur la crête. La pente s’est fortement redressée, c’est extrêmement raide pour atteindre cette crête. C’est chose faite à 7h50, en 43min. Là, plus de neige, juste un saupoudrage de la veille, donc on quitte nos matériels pour poursuivre sans.

 

Face Nord avec le Créneau d'Endron au premier plan

IMG_3322 Panorama.JPG

 

DSCN9082.JPG

 

Nous passons versant Ouest, où il faut aller en traversée, chercher la base du couloir sur un terrain couvert de gispets bien glissants. Avec de la prudence ça passe bien, mais cela peut être impressionnant pour un non initié. Nous arrivons à la mi-hauteur du cône de déjection à 8h40. Cela nous aura pris 1h17 d’approche. C’est ici que l’on va s’équiper de nos crampons et piolets pour poursuivre dans le couloir. Cet endroit est vraiment inconfortable, car nous sommes sur l’emplacement d’une avalanche vieille de 3 semaines.

IMG_3328.JPG

 

Seulement 10 minutes d’arrêt, et l’on entreprend la remontée du couloir dans une neige vraiment bêton. On fait travailler exclusivement les mollets. Je passe devant pour faire une trace toute relative tant la neige ne marque pas. On avale vite la première partie qui est un goulet étroit, pour arriver sur une partie moins raide et bien plus large. C’est surprenant, car on perd l’impression d’être dans un couloir. C’est ici aussi que l’on trouve le soleil.

IMG_3329.JPG

 

De nombreux amas de neige se détachent des corniches en amont, et viennent rouler sous nos pieds. Durant toute la montée, nous aurons droit à ce spectacle plutôt inquiétant quand à la stabilité du manteau neigeux. Il n’y a pas d’air, et il fait plutôt chaud pour ce type d’exercice. Nous n’avons pas de temps à perdre là.

 

Ainsi fond fond fond les petites stalactites

IMG_3330.JPG

 

Il y a ensuite 3 sorties possibles. La première que l’on trouve est la moins pentue des trois, mais en ce jour, une corniche menace son accès. La plus classique, de difficulté intermédiaire, consiste à aller tout droit, or nous allons emprunter la troisième variante sur notre droite. C’est nettement plus relevé (50°), rendant le couloir encore plus prestigieux.

 

Les 3 sorties possibles, nous avons emprunté celle au centre

IMG_3333.JPG

 

Toujours en tête dans le couloir depuis un bon moment, je laisse Bertrand passer un peu devant, juste avant la sortie. Or, alors même que l’on se croit enfin sur la cime, des pentes en neige molle apparaissent encore, et encore, et encore. Bertrand est à la trace, tel un tracteur qui laboure cette neige sans consistance : un vrai travail de terrassier. Il fait parler sa puissance, je me contente de suivre derrière confortablement. Ce sera la partie la moins agréable de toute l’ascension. On prend enfin pied sur la crête sommitale à 10h24, après 2h50 de grimpe.

 

IMG_3336.JPG

 

Bertrand va chausser les skis pour parcourir les quelques 100 derniers mètres qui nous séparent de la cime, alors que moi, je vais le faire en crampons. Ce n’était pas la bonne option car je m’enfonce à chaque pas, rendant ce final éprouvant. A 10h40, nous voilà en haut des 2472m de la Pique d’Endron. Nous aurons mis 2h55 de marche effective. Et là, quel panorama ! Quelle beauté ! Tout simplement époustouflant. Toute la Haute-Ariège déroule son cortège de cimes plus hautes les unes que les autres, terminant le tour d’horizon sur le plus que 3000m Montcalm. Massif des Trois Seigneurs, massif de Tabe, hauts sommets du Donezan, la crête frontière Franco-Andorrane avec le Pic du Port, le pic de Font Blanca, massif du Montcalm, massif de Bassies, tout est là, jusqu’à la plaine du Plantaurel, et même la lointaine Montagne Noire au Nord. Par temps clair, ce sommet récompense les valeureux marcheurs qui le gravissent.

 

Arrivée au sommet

DSCN9102.JPG

 

IMG_3339-1.JPG

 

Au centre le pic Tristagne, en bas à droite l’étang d'Izourt

IMG_3345.JPG

 

Massif des Trois Seigneurs

IMG_3318.JPG

 

Le Donezan

IMG_3337-1.JPG

 

Pourtant nous n’allons pas profiter longtemps de ce belvédère extraordinaire. Un vent froid s’est levé, apportant avec lui, de gros nuages sombres. Alors à 10h56 nous faisons demi-tour. Et pour la descente il y a deux styles radicalement différents qui empruntent forcément deux itinéraires différents. Bertrand, tout fraichement auréolé par sa descente de la face Nord du Roc Blanc (excuser du peu !), va se lancer dans la descente du créneau. Pour ma part, en pur style alpin, je vais longer la crête du Sarrasi en crampons/piolet. Notre sortie de couloir n’étant plus vraiment praticable pour cause de neige trop soupe, Bertrand ira chercher l’entrée de la pente sur la sortie classique du couloir.

 

A toute à l’heure amigo !

IMG_3349.JPG

 

Pour moi c’est droit devant.

IMG_3346.JPG

 

La crête est parsemée de corniches grosses comme des autobus, toutes prêtes à céder. C’est vraiment exposé comme passage. A main droite, interdit de marcher dans la neige, à main gauche des roches et un à pic à éviter également. C’est sur un fil qui se dessine sur cette crête bien tendue, que je vais devoir avancer. Je vais serrer les fesses pendant 30 min et garder une attention constante. Ce passage est réellement le plus dangereux de toute la journée.

IMG_3364 Panorama.JPG

 

Une partie déjà parcourue

IMG_3368.JPG

 

La bonne surprise sera cette rencontre avec un lagopède en pleine mue

IMG_3353-1.JPG

 

De proche en proche, une difficulté après l’autre, j’avance jusqu’au pic de Sarrasi (2213m) où je suis enfin tiré d’affaire. La suite est bien plus simple puisque je poursuis un court instant la crête devenue débonnaire, avant de plonger vers la station de ski.

 

IMG_3370.JPG

 

Bertrand ayant pris beaucoup d’avance, a occupé son temps à remonter dans ma direction, si bien qu’il se présente au dessus de moi, quand j’approche du petit plan d’eau pour les canons à neige. Le timing est parfait, nous voilà à nouveau réuni pour prendre le repas à la cabane de berger. Il est 12h25 (4h18 de marche). Un début d’ondée passagère viendra troubler légèrement le repas, mais le soleil reviendra bien vite.

DSCN9134.JPG

 

A 13h10, on prend définitivement la direction du parking atteint à 13h25. Fin de la boucle en 4h30, pour un sommet qui a vraiment du caractère, avec un air très alpin par endroit. Pour les moins aguerris, je conseille de le découvrir en été ; de par sa position avancée, il offre un panorama sur la Haute-Ariège tout simplement exceptionnel.

 

La Pique d'Endron vue depuis la route

IMG_3372-1.JPG

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000

Endron01 Panorama.jpg

 

 

Les chiffres de la journée:

Temps de marche total 4h30 pour 7,1 Km à 2,4 km/h

Temps pour faire le couloir : 1h34

Dénivelé positif total : 1000 m – Autant en négatif

Point culminant : 2472m.



25/04/2014
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres