Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Crête des Besiberris – Traversée Nord / Sud (PD sup)

10/09/2022 – Jour 1 : Tunnel de Vielha – étang de Besiberri – refuge de Besiberri

 

Un peu d’histoire en préambule : Les Bésiberris ne furent découverts que 57 ans après l’Aneto et 43 ans après les Posets. Historiquement, les premiers récits de la découverte côté français de cette région, remontent à 1881, avec un texte publié dans le « Bulletin de la société Ramond ». Les cartes de l’époque parlent alors de Terra Incognita. De nos jours, ils sont réputés et visités régulièrement.

Avec mon ami Joël, nous parlions depuis quelques années de la crête qui unifie les Besiberris, avec un vrai désir de la parcourir. Elle est la crête la plus prestigieuse de Catalogne, l’une des plus longues avec une altitude toujours proche des 3000 mètres. Le week-end s’annonce sous des conditions météo idéales pour enfin tenter l’aventure. Départ à 14 heures depuis le parking du refuge de Conangles. Le parking est plein, il déborde même ; cela promet du monde dans les environs. Nous suivons le sentier du vall de Besiberri. Le sentier balisé en jaune coupe une piste forestière pour s’élever un peu plus vite. Nous profitons de l’ombre appréciable apportée par les arbres, car la chaleur est excessive. Comme nous le présentions, le sentier est très fréquenté par des chercheurs de champignons, mais également des familles qui ont passé la journée à l’étang. Dans le sous-bois, seules des cascades viennent casser la monotonie de cette montée. Nous arrivons à l’étang de Besiberri à 15h30, pour 1h30 d’ascension. L’essentiel du dénivelé de la journée est pris. La vue s’ouvre enfin sur le haut de la vallée, mais également dans notre dos.

 

Cascade la plus basse dans le barranc de Besiberri

P1140470.JPG

 

Cascade un peu plus haut
P1140471.JPG

 

Paysage dans notre dos
P1140475.JPG

 

Au troisième plan le pic de la Forcanada
P1140474.JPG

 
Estany de Besiberri
P1140476.JPG

 

Arête entre le Besiberri Nord et le Besiberri del Mig
P1140477.JPG

 

Gros plan sur le Besiberri Nord et le Besiberri del Mig
P1140478.JPG

 

Gros plan sur la face ouest du Besiberri Nord
P1140479.JPG

 

Estany de Besiberri vu vers l'aval
P1140480.JPG

 
P1140481.JPG

 

Après 15 minutes à contempler ce décor imposant que ne connait pas encore Joël, et nous repartons en direction du refuge. Le contournement de l’étang est un peu encombré de gros blocs de granit, mais la montée finale jusqu’au refuge ne pose pas de difficulté. Nous arrivons au refuge à 16h32 en 2h17. Le refuge propose 9 couchages, or il y a déjà 8 personnes, plus nous cela fera dix. Trois autres arriveront plus tard et ce sera à 13 que l’on occupera ce petit espace de moins de 9m². Dans cet espace exigu, le plus simple sera de manger à l’extérieur, d’autant que les conditions météo s’y prêtent parfaitement. Puis nous irons tous nous coucher à 20h30, la nuit sera courte.

 

On aperçoit le refuge entre les pins dans l'ombre

P1140482.JPG

 

Vue depuis le refuge sur la vallée suspendue d'où nous venons
P1140485.JPG

 

L'Estanyet de Besiberri sous les contreforts de la Punta Senyalada
P1140488.JPG

 

L'arête vue depuis le refugeP1140494.JPG

 

Punta Senyalada

P1140495.JPG

 

Le soleil se couche sur le refuge
P1140492.JPG
 

11/09/2022 – Jour 2 : Refuge de Besiberri – Besiberri Nord (3008m) – Besiberri del Mig (2995m) – Besiberri Sud (3024m) – collada d’Abellers (2885m) – refuge de Besiberri – Tunnel de Vielha

 

A l’aube de cette course dont j’ai souvent rêvé, je voudrais rappeler comment l’illustre Gorges Véron parlait de ce secteur dans son premier opus « 100 sommets des Pyrénées » : « Dans ce qui est considéré comme le plus beau massif granitique des Pyrénées, une crête alpestre, au nom en dents de scie et à l’accent pointu, aligne du Nord au Sud des prestigieux « 3000 ». A la jonction de trois arêtes, dominant le splendide estanh de Mar, la fière pyramide du Bésiberri Nord est le 3000 le plus redoutable de tous ». Les Besiberris se défendent bien, c’est une course longue et difficile qui se propose à nous. Nous voilà prévenu. Levés à 5 heures, nous quittons au plus vite le refuge pour laisser dormir les autres occupants, et partons para desayunar à l’extérieur, où la température est agréable. Nous nous mettons en marche à 5h50. Nous suivons le balisage qui indique la direction du Besiberri Sud. C’est une presque pleine Lune qui brille au-dessus de la vallée, et c’est une chance pour nous aider à trouver les meilleurs passages dans un dédalle de roches moutonnées. Connaissant le secteur après y avoir passé du temps en 2019 et 2020, j’évolue avec plus de facilité dans ce qui peut vite devenir un casse pattes. Il faut éviter d’aller trop proche de la base du Besiberri del Mitg, et laisser le balisage pour s’élever plein Est en écharpe. Je trouve sans grandes difficultés les passages clés pour arriver au plus direct au pied du petit couloir, , plus au nord de la cime. Nous y parvenons à 7h25, pour une approche de 1h35.

 

Lever du jour sur le massif de l'Aneto

P1140496.JPG

 

Tosal dels Estanyets sur notre gauche
P1140497.JPG

 

Besiberri Nord en ombres chinoise
P1140498.JPG

 

La même chose avec la lumière
P1140499.JPG

 

Le vallon de Besiberri
P1140500.JPG

 

Gros plan vers l'Ouest sur le pic d'Aneto plein centre
P1140501.JPG

 

Nous nous accordons 15 minutes de pause avant de se lancer dans la muraille. Pas assez attentif, je m’engage dans le couloir trop à droite de l’entrée principale. Je ne sais pas encore que c’est une petite erreur, mais qui n’a aucune incidence pour la suite. Ce départ demande à s’élever à l’aide des mains, rien de trop technique, mais très engagé tout de même. C’est une excellente préparation pour l’arête qui nous attend. A mi hauteur dans le couloir, après avoir dépassé une sangle sur la droite, quitter le couloir par une vire sur la droite. Suivre alors un système de vires, ce n’est plus que de la randonnée. Inutile de préciser qu’il ne faut tout de même pas trébucher. Suivre les cairns jusqu’à la crête. Cela débouche à peine au sud de la cime. Le Besiberri Nord est atteint à 8h12, pour un total de 2h15. Heureux que nous sommes !

 

Entrée du couloir
P1140503.JPG

 

Ne pas oublier d'utiliser les mains
P1140504.JPG
 
P1140505.JPG

 

Pic d'Abellers (2982m) à gauche et Punta Senyalada (2952m) à droite
P1140506.JPG

 

Pic de Vallibierna
P1140507.JPG

 

Sortie du couloir où l'on croise un anneau de corde
P1140508.JPG
 

Gros plans sur l'anneau de corde
P1140509.JPG

 

Suivre les vires herbeuses
P1140510.JPG

 

Suivre aussi les vires caillouteuses, rocher suspendu au fond en point de mire
P1140511.JPG

 
Il faut se rendre à gauche du rocher suspendu  P1140512.JPG

 

On est pas bien là !
P1140513.JPG

 
P1140514.JPG

 

La crête à quelques mètres de la cime
P1140515.JPG

 

Les ultimes pas à franchir
P1140516.JPG

 

Besiberri Nord 3008 mètres

P1140521.JPG

 
P1140522.JPG

 

Lac de Mar et l'Obaga de Lac de Mar (vallon menant à la brèche Peyta)P1140517.JPG

 

Vue vers le Lac Tort de Rius
P1140518.JPG

 

L'ombre du Besiberri Nord s'étire vers l'Ouest
P1140519.JPG

 

Punta Senyalada avec au fond El Turbón
P1140520.JPG

 
Le départ de l'arête  P1140523.JPG

 
P1140524.JPG

 

A présent demi-tour vers le sud à 8h35, où d’autres réjouissances nous attendent. Avec l’excellent topo en poche de Florian Jacqueminet, nous avançons confiants. Le départ de l’arête est un peu effilé, et il faut parfois passer sous le fil par le versant Ouest, donc côté refuge de Besiberri. Toutes les difficultés trop techniques peuvent s’éviter versant Ouest, en suivant de petites vires, toujours proches du fil de l’arête. C’est rapide et efficace. On rencontre ensuite dans une brèche, un mur à remonter, impossible à éviter ; c’est la brèche Jaume-Oliveras. Nous nous équipons, Joël passe en tête pour sécuriser ce passage technique et extrêmement exposé. Il y a un piton planté à mi hauteur qui est le bien venu, car l’engagement est total. Bravo mon ami, ce n'était pas simple !

 

Descente dans une brèche
P1140525.JPG

 

L'un des passages sur vires

P1140526.JPG

 

La pointe du Besiberri Nord d'où l'on vient peut impressionner

P1140528.JPG

 

Escalade pour s'extraire de la brèche Jaume-Oliveras
P1140527.JPG

Très peu de possibilités de protéger le mur
P1140529.JPG

 

Une fois en haut du mur, la suite qui nous attend n’est qu’une succession de vires jusqu’à arriver à un rappel inévitable qui débouche dans la brèche Salles. Ce rappel est donné pour 12 mètres ; il s’agit du plus long que l’on puisse trouver. Un autre rappel tout proche, un peu plus court, permet de descendre une cheminée et mettre pied au fond de la brèche. Ce rappel est pour moi le passage le plus ludique.

 

Voilà ce qui nous fait face, Bessiberi del Mig au centre
P1140531.JPG

 

Joël dans le rappel
P1140532.JPG

 

Dans le rappel
P1140533.JPG

 

Le même rappel avec un autre randonneur proche de nous
P1140536.JPG

 

Une fois au fond de la brèche, il faut immédiatement reprendre de la hauteur, à nouveau par un mur à escalader. Nous nous concertons pour décrypter l’obstacle et Joël, toujours dans son élément, se lance dans la muraille. Techniquement ce ne sont que des pas en III sup, mais là encore, toute chute est interdite. Un petit pas sur la gauche du mur pour passer un bloc, puis une cheminée terminent cet exercice d’escalade. Pour la suite, nous progressons en corde tendue, mais les difficultés réelles sont de grades inférieurs. Tantôt sur le fil, tantôt sous l’arête, nous parvenons au Besiberri del Mig 2995m à 11h28 ; cela nous aura demandé 4h43. Ce pic est également nommé Pic Jolis. Les manipulations de corde nous aurons fait consommer du temps, mais c’est à ce prix que l’on avance en sécurité. C’est à ce point que les difficultés majeures cesses. Un tour d’horizon, et l’on enchaine sans plus attendre.

 

Passage pas si simple

P1140534.JPG

 
P1140535.JPG

 

Besiberri Nord vu depuis le Besiberri del Mig
P1140537.JPG

 

A gauche le proche pic d'Abellers, à droite la Punta Senyalada, au fond le massif du Turbón
P1140538.JPG

 

Gros plan au loin sur El Turbón
P1140539.JPG

 

Besiberri Nord et Besiberri del Mig
P1140540.JPG

 

Il nous faut descendre ensuite dans un col nommé Pas de Trescazes ; ce n’est plus que de la randonnée. Une fois au col, suivre l’itinéraire qui arrive depuis le barrage de Cavallers, sur le versant Sud/Est. C’est toujours de la randonnée, où il faut parfois poser les mains. Le Besiberris Sud est face à nous. Il faut remonter en écharpe tout le long de cette face Est, jusqu’à trouver un couloir d’éboulis évident. Le couloir est très raide et demande son comptant d’énergie pour se hisser vers le haut. Une courte cheminée bien étroite termine la montée, et débouche ainsi pratiquement au sommet. Nous voilà au sommet du Besiberri Sud à 12h40. Il était temps, il se fait faim. Cela aura demandé 5h45 pour parvenir au point culminant du jour. Marcher de façon concentré à presque 3000 mètres, ça ouvre sérieusement l’appétit.

 

Besiberri Sud vu depuis la cime du Besiberri del Mig Pic Simo

P1140541.JPG

 

Quelques connaissances vers le N/O
P1140542-001.JPG

 

La suite l'arête avec le Pas de Trescazes au point bas
P1140544.JPG

 

La Punta  Alta sur notre gauche à l'Est
P1140546.JPG

 

Gros plan sur le refuge de Ventosa y Calvell au dessus de l'estany Negre et sous l'estany de Travessani
P1140547-001.JPG

 

Gros plan sur le Montardo et dernier plan le Mont Valier
P1140549.JPG

 

Le Besiberri del Mig d'où nous venons
P1140550.JPG

 

Joël au pied du couloir terminal
P1140551.JPG

 

C'est encore rude amigo !
P1140552.JPG

 

L'ultime cheminée se défend vraiment bien
P1140553.JPG

 

La cheminée vue de haut
P1140554.JPG

 

Vue sur l'arête
P1140555.JPG

 

Joël au débouché de la cheminée
P1140556.JPG

 

La vue depuis le débouché de la cheminée

P1140556_a.jpg

 

P1140557.JPG

 

La crête vue du Sud vers le Nord
P1140558.JPG

 

Pic de Comaloforno
P1140559.JPG

 

Les Estanys Gelats au Sud/Ouest
P1140560.JPG

 
P1140562.JPG

 

Le repas en terrasse est recommandable

P1140562_a.jpg

 

Gros plan dans l'ombre sur le Pic de Ratera, dans le fond le massif de la Pique d'Estats

P1140563.JPG

 

Nous avons pendant un temps, le sommet pour nous seuls. Le marcheur solitaire que nous avions vu au rappel ne tarde pas à nous rejoindre. Il est Français. Bien que résidant proche de la ville de Pau, il connait très bien les sommets locaux et nous « jouons » à les reconnaitre. Puis arrivent la dynamique famille de catalans avec qui nous avons partagé la nuit dans le refuge. Ils ont évité l’itinéraire du col d’Abellers car ils ont jugé trop difficile. Ils ont donc emprunté un couloir tout aussi dangereux qu’ils ne sont pas prêts d’emprunter à la descente. Nous les laissons reprendre leurs esprits, et à 13h35, nous prenons le chemin du retour, cap sur le collada d’Abellers à l’ouest. La descente immédiate n’est autre que la voie normale en provenance du village de Caldes de Boí. Nous croisons d’ailleurs de nombreuses personnes qui sont en route vers le pic. Lorsque nous nous présentons en au haut de la collada d’Abellers pour basculer en versant Nord, nous restons un moment interrogatif sur la possibilité de descendre dans ce couloir effrayant. Rien ne tient vraiment sur un sol fortement incliné recouverts de fines roches, telles des billes. Je considère qu’il est criminel d’indiquer cet accès aux randonneurs, pour atteindre le Besiberri Sud par ici. Ce sera le moment le plus dangereux de toute la journée. Pratiquement sans respirer, nous descendons avec une extrêmement prudence ce mauvais moment. Tout devient plus simple une fois sortis du couloir.

 

Collada d'Abellers dans le creux face au Pic d'Abellers

P1140564.JPG

 

La descente de la voie normale, vue depuis le col
P1140565.JPG

 

Besiberri del Mig vu depuis la collada d'Abellers
P1140566.JPG

 

Le couloir de la collada d'Abellers, un entonnoir vers le néant
P1140567.JPG

 

Terrain pourri, cuidado, mucho cuidado
P1140568.JPG

 

La suite de la journée va consister à perdre du dénivelé. Un cheminement plus ou moins évident est balisé de jaune dans le champ de roche sous le col. C’est l’itinéraire qui conduit au refuge. Cela passe sous le pilier Ouest du Besiberri del Mig, avant de tourner dans les banquettes herbeuses et rejoindre le refuge. Nous ne faisons que passer à 15h30 [7h33]. La partie finale, nous la connaissons, c’est la montée effectuée 24 heures plus tôt. Le terrain ne permet pas de descendre beaucoup plus vite que la montée. Un peu de patience, beaucoup d’enjambées, et à 17h21, nous retrouvons le parking terminal. Une très belle journée conclue en 9h24. Une arête esthétique, pas la plus technique mais sur la longueur la difficulté est réelle. Comme un gâteau d’anniversaire, l’arête des Besiberris se partage entre amis.

 

Un champ de roches
P1140569.JPG

 

Le col s'éloigne vite malgré un cheminement chaotique
P1140570.JPG

 

Le vallon de Besiberri, chemin du retour
P1140571.JPG

 

Les deux étangs pratiquement dans le même alignement
P1140572.JPG

 

Trace du jour :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 9h24 pour 13,3 km à 1,4 km/h

Dénivelé positif total : 1050 m – Dénivelé négatif total : 1715 m

Point culminant : 3024 m



19/09/2022
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres