Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Crête des pics de Canalbonne jusqu’à la Pique d’Estats et Montcalm

09/07/2022 : Orris du Carla – étangs de la Gardelle – Pic Sud de Canalbonne (2849m) – Pic Oriental de Canalbonne (2914m) – port de Rioufret (2797m) – Pic de Canalbonne (2960m) – Rodó de Canalbonne (3004m) – Pointe Gabarró (3115m) – Pique d’Estats (3143m) – Pic de Verdaguer (3131m) – Pic de Riufret (3044m) – Pic du Montcalm (3077m) – Etang de Riufret – Orris du Carla

 

La crête frontière séparant le Vicdessos Ariégeois du Vallferrera Catalan, est une muraille déchiquetée, hérissée de sommets dépassant tous les 2800 mètres, atteignant son apogée à plus de 3100 mètres, sur le point culminant des deux nations, j’ai nommé la Pique d’Estats. J’ai parcouru l’ensemble de ces sommets par fractionnement, mais jamais la si longue crête dans son intégralité. C’est le cadeau que je veux m’offrir aujourd’hui : pas moins de 6 sommets dépassant 2900 mètres. Point de départ classique aux orris du Carla, je me mets en action à 04h25, direction les étangs de la Gardelle. Cette partie ne présente aucun intérêt jusqu’à l’étang principal de la Gardelle, alors autant monter dans l’obscurité et dans la fraicheur du petit matin. Il fait une nuit totalement noire, et le ciel est constellé d’étoiles comme nous avons perdu d’habitude de voir. Mais comme l’a écrit Victor Hugo « Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. ». En effet, dés 5h10, les étoiles s’éteignent une à une, et déjà l’horizon à l’est s’embrase de couleurs fauves.

 

C'est de dos par l'Est que viendra la lumière

P1140176.JPG

 

Ruisseau de la Gardelle
P1140179.JPG

 

Pointe Michel Sébastien à droite
P1140181.JPG

 

Nouvelle palette de couleurs
P1140183.JPG

 

A 2250 mètres, avant que le sentier ne vire vers le Sud, je n’ai plus besoin de la frontale. Nouvelle forte rampe qui débouche sur l’un des 4 étangs de la Gardelle. Pour moi il est 6h11 et j’ai mis 1h45. A cet instant, cap plein Est en suivant le lit du cours d’eau, pour se rendre à l’étang de Canalbonne. Les cimes environnantes s’enflamment d’un orange vif, un festival de couleurs attire le regard vers le haut. Le sentier passe exactement dans le cours d’eau. Je fais une pause à l’étang pour faire le plein d’eau, avant de poursuivre l’ascension.

 

Tourner vers le Sud

P1140182.JPG

 

Etang de la Gardelle avec la pointe 2486m
P1140184_stitch.jpg

 

Le sentier bien marqué en direction de l'étang de Canalbonne

P1140187.JPG

 

Pic Sud de Canalbonne
P1140188.JPG

 

Le torrent issu de l'émissaire de l'étang
P1140189.JPG

 

Depuis l'étang de Canalbonne, un cylindre sans nom prend toute la lumière
P1140190.JPG
 

Contourner l’étang par sa rive droite (à main gauche donc !), puis s’élever N/W et enfin N/E pour chercher un faux col. Au col en forme de replat, je rencontre le soleil, pour ne plus le quitter de la journée. Tout mon décor est inondé d’une intense lumière ; la journée s’annonce rayonnante. Depuis ce col, suivre alors les cairns qui conduisent à la crête frontière, et je débouche sans difficulté au pic Sud de Canalbonne à 7h31, pour 2h59 d’ascension. C’est le moins technique de tous les sommets qui vont suivre. Il est temps de petit-déjeuner, mais aussi de s’imprégner du décor environnant. J’observe attentivement la crête qui se dresse jusqu’à la Pique d’Estats. Suis-je capable d’aller au bout ? Après une ascension difficile en hiver, la Pique d’Estats m’a lancé un défi. Mais c’est aussi seulement 4 semaines après avoir eu une santé exsangue en Bolivie, me laissant sans force ni souffle, une ombre vacillante. Ai-je récupéré ? Il n’y a qu’une façon de savoir, c’est de poursuivre, alors dès 8 heures j’enchaine.

 

Etang de Canalbonne

P1140191.JPG

 

Les étangs de la Gardelle comme suspendus
P1140194.JPG
 

Un bout de ce qui m'attend

P1140196.JPG
 

Vue vers le Nord
P1140197.JPG
 

Vue vers le Sud
P1140198.JPG

Vue vers l'ouest
P1140200.JPG
 

Gros plan sur le Massif d'Aneto

P1140201-001.JPG

 

Gros plan sur le massif du Luchonnais

P1140202-001.JPG

 

Gros plan sur la Punta Alta en Catalogne

P1140203.JPG

 

Après quelques dizaines de mètres, la crête s’abaisse fortement pour descendre dans une brèche. Par un système de dalles, on se joue aisément de ce premier obstacle. Il faut bien repérer une cheminée en face de soi, qu’il va falloir aussitôt emprunter, pour éviter sur la crête, un dièdre impraticable sans corde. Depuis la brèche, perdre encore quelques mètres sous la crête pour entrer dans la cheminée. On trouve quelques pas de II à la base de la cheminée. La prise de hauteur dans la cheminée est finalement rapide. Cela sort sur un rognon qui permet en suivant de revenir sur le fil de la crête frontière. Le fil va descendre une nouvelle fois puis remonter à nouveau un peu, mais sans complexité. Le Pic Oriental de Canalbonne est atteint à 8h48, en 3h47. Ce haut sommet est composé de 3 cimes que l’on va considérer d’égale altitude. J’enchaine sans plus attendre.

 

Vallon d'Areste et plein centre au fond le pic de Monteixo

P1140204.JPG

 

La cheminée à emprunter

P1140205_stitch.jpg

 

La descente en dalles
P1140207.jpg

 

A deux pas de la cheminée
P1140209.JPG

 

La partie descendue vue depuis la cheminée
P1140210.JPG

 

Le dièdre à éviter
P1140211.JPG

 

La crête finale menant au Pic Oriental de Canalbonne
P1140212.JPG

 

A quelques pas du sommet

P1140219.JPG

 

Vue vers le Nord

P1140220.JPG

 

Les "3000" qui m'attendent

P1140222.JPG

 

Vue vers le Sud

P1140223.JPG
 

La partie la plus technique s’annonce à présent, autant en désescalade qu’en escalade. La marche sur un fil est vertigineusement belle. Les meilleurs passages se trouvent en versant ouest, c’est à dire côté espagnol. Ce n’est jamais que du II sup mais l’engagement est réel. Je me pose au port de Riufret 2797m à 9h17. La carte catalane le nomme « Port de Canalbona », appelation plus logique puisque ce passage est encadré par le pic Oriental et le grand Canalbonne 2960m. Un regard furtif sur la suite en escalade, un autre sur le beau vallon d’Areste à gauche, et je poursuis ma marche en équilibre, tel un funambule.

 

Là il y a un sujet !

P1140224.JPG

 

La même chose une fois descendu, impressionnante verticale
P1140225.JPG

 

Versant Sud du pic de Canalbonne
P1140227.JPG

 

Nouveau regard arrière d'où je viens
P1140230.JPG

 

Le dernier bout de crête entre le port de Riufret et le pic de Canalbonne
P1140231.JPG

 

Entre ce col et le sommet suivant, il n’y a que 160 mètres de dénivelé à prendre, mais il y a de nombreuses brèches qui vont demander quelques exercices de montées et descentes. La partie escalade est impressionnante, mais il faut résister à l’envie de quitter le fil de l’arête, car les meilleurs passages sont toujours sur le fil. Il n’y a plus qu’à se lancer ! La première partie de cette portion passe sans difficulté, jusqu’à descendre dans une nouvelle brèche. Le sommet se rapproche, je suis confiant, malgré la mauvaise qualité du rocher. Lors de la grimpette finale, je saisis de la main gauche une belle écaille, une de ces prises si confortables que l’on peut se tracter en confort. Or, au moment où je fais le transfert de poids et que je décolle les pieds du sol, l’écaille reste dans la main, mon corps vacille en arrière ! Je me sens alors partir dans le vide du vallon d’Areste. Dans le mouvement, mon épaule droite touche un gendarme et me remet aussitôt sur pied le nez dans l’arête. Ouf ! ce n’était pas mon jour. Je pense à une citation d’Edgar Morin : « L'imprévu peut arriver, en bien ou en mal. Et moi, je compte donc sur l'improbable. L'Histoire n'est jamais écrite d'avance. » L’improbable rocher qui me garde encore dans le monde des vivants. Il me vient à l’esprit cette célèbre phrase du grand Reinhold Messner : « La montagne n’est ni juste, ni injuste. Elle est dangereuse. ». Prudence donc. Quelques pas en II encore et la partie sommitale se termine par de la randonnée. Cime du pic de Canalbonne culminant à 2960 mètres atteinte à 9h49, pour 4h43. Je profite du tour d’horizon et de cet instant de calme pour m’alimenter une nouvelle fois.

 

P1140232.JPG

 

La crête d'où je viens

P1140233.JPG

 

Etonnante cime plane
P1140235.JPG

 

Vue vers le Sud

P1140236.jpg

 

Vue vers le Nord

P1140238.JPG

 

P1140243.JPG

 

Vue vers le Sud/Ouest

P1140241.JPG

 

Estany FondoP1140249.JPG

 

Vue vers l'Ouest

P1140239.JPG

 

Gros plan

P1140244.JPG

 

Super gros plan sur le pic de Néouvielle

P1140245.JPG

 

Super gros plan sur le massif des Besiberris
P1140246.JPG

 

Gros plan vers l'Est 

P1140247.JPG

 

Super gros plan vers l'Est
P1140248.JPG
 
D’où je me situe, je peux voir des catalans, telles des chenilles processionnaires, s’acheminant sur la suite de l’itinéraire en direction de la Pique d’Estats où ils s’agglutinent. Ma solitude prendra bientôt fin. La crête s’abaisse à nouveau, et malgré quelques passages malcommodes, pas de difficulté. Je file au bord de l’étang de la Conca Gelada (appelé aussi estanyol Occidental de Canalbona) pour m’approvisionner en eau une nouvelle fois. Une telle réserve d’eau à 2885 mètres, cela ne se refuse pas. Puis je repars pour une ascension continue jusqu’au point culminant de la Catalogne. Le sommet suivant dépasse à présent les 3000 mètres. C’est le Rodó de Canalbonne et ses 3004 mètres que je foule à 10h58, après 5h29 de marche effective.

 

La "tartera" de l'étang de la Conca Gelada
P1140250.JPG

 

Montée vers le Rodó de Canalbonne vue depuis l'étang de la Conca Gelada
P1140251.JPG

 

Etang de la Conca Gelada et Pic de Canalbonne
P1140252.JPG

 

Cime du Rodó de Canalbonne
P1140254.JPG

 

Etang de Canalbonne (de Riufret)
P1140255.JPG

 

Regard depuis le Rodó de Canalbonne vers la Punta GabarróP1140256.JPG

 

De ce point, on peut passer sous le fil de la crête en versant Ouest par le sentier des catalans, mais j’ai trouvé cavalier d’éviter le peu de difficulté que présente cette crête jusqu’à la Punta Gabarró. La marche est facile, voire rapide. Nouveau sommet à 11h26, pour un compteur qui s’élève déjà à 5h54. Le temps de souffler un peu, et me voilà parti dans le final plus technique.

 

Cime de la Punta Gabarró et crête terminale allant à la Pique d'Estats

P1140258.JPG

 

Pique d'Estats
P1140259_stitch.jpg

 

Sommet de la Punta Gabarró
P1140264.JPG

 

Vue vers le Sud sur l'Estany d'Estats (en haut) et l'Estany de Sotllo (en bas)
P1140265.JPG

 

C’est entre la Pique d’Estats et la Punta Gabarró que l’on rencontre deux très courtes cheminées en III sup sur le fil du rasoir. Je passe la première avec autorité. A voir les traces sur le sol, c’est un accès très fréquenté qui a été purgé de toute pierre instable, chaque prise est donc sûre. La seconde est plus étroite, mais plus haute. C’est plus évident à monter qu’à descendre. Une fois en haut, plus de difficulté pour atteindre le point culminant depuis la Méditerranée. Il est 11h47 avec un total de 6h09 pour accéder au 6ième sommet du jour. Comme je l’avais pressenti, il y a excessivement de monde pour un tel sommet. Je me glisse dans un trou, et je prends mon repas. Je pense à mon précédent passage ici en mars dernier avec les copains qui m’avaient soutenu dans le froid hivernal. Dans la multitude des sommets de l’Ouest, je reconnais encore des cimes majeures que je n’ai toujours pas gravies.

 

Cheminée en III sup

P1140266.JPG

 

Cumbre - Pica - Pique (les trois sont permis)

P1140270.JPG

 
P1140271.JPG

 

Pic du Port de Sutlló et une forêt de hautes cimes lointaines

P1140267.JPG

 

Super gros plan vers l'Ouest

P1140268-001.JPG

 

Le va et vient bruyant des catalans est incessant, fatiguant, exaspérant. Je quitte donc la Pique à 12h40 pour aller visiter encore quelques proches 3000 faciles, offerts même, après les obstacles d’où je viens. Par contre, je n’irai pas au pic du Port de Sutlló, trop excentré de l’itinéraire du jour. En un rebond, je suis sur le Pic de Verdaguer, un sommet de plus qui permet de voir la Pique dans un profil plus saillant. Puis, je vais couper le sentier pour passer à peine au-dessus de celui-ci, afin de marcher sur la ligne de crête séparant le bassin des étangs de la Coumette d’Estats avec celui du Riufret. On y rencontre une légère éminence haute de 3044 mètres nouvellement nommée Pic de Riufret. Il ne me reste alors qu’à me hisser sur le proche et débonnaire Montcalm. C’est chose faite à 13h21, en 6h51. Ici, ce sont les français les plus nombreux, et discrets.

 

P1140272.JPG

 

Pique d'Estats vue depuis le Pic de Verdaguer
P1140273.JPG

 

Rassemblement de papillons au Verdaguer
P1140274.JPG

 

Le Montcalm est son sentier gravé dans la roche mère
P1140275.JPG

 

Pique d'Estats et Pic de Verdaguer vus depuis le Pic de Riufret (3044m)
P1140277.JPG

 
P1140278.JPG

 

Montcalm vu depuis le pic de Riufret
P1140279.JPG

 

Pique d'Estats vue depuis le MontcalmP1140281.JPG

 

P1140283.JPG

 

Auzat en fond de vallée

P1140284.JPG

 

A présent, plus que de la descente, mais je vais tenter de ne pas revenir sur mes pas jusqu’au col de Riufret, et basculer directement dans la face sud/est du Montcalm. Suivre de façon évidente la crête Est jusqu’à un croisement de crêtes. Plonger alors dans la face avec l’étang de Riufret en point de mire. Cette partie est croulante mais sans danger. Le premier objectif consiste à aller chercher le cours d’eau qui s’échappe des étangs sans noms à 2669m, pas de difficulté majeure. Le second est de suivre ce cours d’eau pas encore impétueux. On peut donc marcher dans l’eau, mais pour éviter de glisser sur une roche trop lisse, je conseille d’éviter l’eau tantôt rive droite, tantôt rive gauche. L’obstacle majeur difficile à anticiper est une falaise avec cascade à la côte 2578 mètres. Partir alors à l’est le long de la falaise jusqu’à trouver une vire herbeuse qui permet de perdre pas après pas du dénivelé, et trouver un terrain facile en herbe.

 

Il faut plonger dans ce vallon avec l'étang de Riufret en point de mire

P1140285.JPG

 

Je me suis faufilé dans cette face
P1140286.JPG
 
Tout en gardant l’étang de Riufret comme point de mire, on finit par rattraper à 2400 mètres, le sentier qui parcourt le vallon du Riufret. Il reste encore 800 mètres de dénivelé à perdre. Ce final est épouvantable pour les chevilles et les quadriceps. Mais en ce jour le terrain est sec, les bâtons encore robustes, ce n’est donc plus qu’une question de patience. Il fait une chaleur écrasante, une canicule d’altitude. Cela fait oublier combien il est pénible de marcher dans un terrain aussi raide. Enfin parvenu au pied du vallon, la marche redevient plus confortable. Suivre alors le sentier jusqu’aux orris du Carla. Fin de la boucle à 16h39 après un total de 9h53. J’arrive avec une réserve d’énergie qui m’aurait permis de marcher encore. J’ai surmonté les difficultés techniques, je ne suis pas mâché par la fatigue, la journée est une réussite et j’en suis heureux. Avec 9 sommets sur le parcours, cette boucle en donne pour son comptant d’énergie. Je ne pense pas refaire cet itinéraire exigeant, trop de paramètres en dépendent ; il vaut mieux rester sur cette belle impression du jour.

 

Etang de Soulcem 600m plus bas

P1140288.JPG

 

Trace du jour :

Capture01_stitch.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 9h53 pour 19,2 km à 1,9 km/h

Dénivelé positif total : 2095 m – Autant en négatif

Point culminant : 3143m



12/07/2022
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres