Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Tristagne par l’étang Fourcat et l’arête Sud/Est

26/07/2020 : Pradières d’en haut – GR10 – Etang d’Izourt – Orri de la Caudière – Etang Fourcat – Etang de la Goueille – port de l’Albeille (2601m) – Pic de Tristagne (2878m) – col 2682m – Etang Fourcat – retour par le GR10

 

Le pic de Tristagne est le seigneur emblématique de la vallée d’Artiés dans le Vicdessos. Il trône au fond de la vallée, sur la frontière franco-andorrane. Il est le plus élevé des sommets qui entourent le bel étang Fourcat, en versant Nord, et les étangs éponymes en versant Sud. Il est de ce fait un incontournable du Vicdessos. Je dois comprendre ce qui m’avait contraint à faire demi-tour en février dernier, lors de ma première visite.

Départ à 6h30 du parking très surchargé de la centrale électrique de Pradiére d’en haut. Pour cause de travaux à la centrale, le GR10 est détourné dès le départ sur une centaine de mètres, mais c’est parfaitement indiqué. Puis le sentier s’élève agréablement en sous-bois jusqu’aux orris de la Coume où l’on ne trouvera plus d’ombre. Le sentier se poursuit paisiblement jusqu’aux baraquements de l’étang d’Izourt. Il est 7h35, montée en 55 minutes. Pour l’heure il n’y a rien à voir, la mer de nuages permanente n’est pas encore levée.

 

Il n'y a plus qu'à suivre la flèche

IMG_9206.JPG

 

Je choisis de poursuivre sur le GR10, qui contourne l’étang par sa rive droite. A l’amont de l’étang, traverser deux ruisseaux, et s’élever dans le verrou. Les choses sérieuses commencent. Le sentier s’élève fortement en une succession de lacets serrés. Je suis ravi de passer cette bavante à l’ombre. Sur une distance très courte, on gagne 300 mètres de dénivelé, mais à quel prix. Voilà la passerelle des orris de la Caudière à 8h17 [1h49/55min depuis Izourt]. Arrive déjà le soleil. Il va dissiper le voile de ouate qui pèse sur l’étang d’Izourt.

 

Etang d'Izourt sous un capuchon de ouate
IMG_9207.JPG

 

Passerelle aux orris de la Caudière
IMG_9209.JPG

 

Le décor à présent devient plus ouvert et « montagnard ». C’est une riche idée que d’avoir fait passer le GR10 dans un endroit aussi beau. Puis arrive mon énigme où j’avais fait demi-tour en février avec Joel. Je trouve exactement la dalle rocheuse sur laquelle nous avions buté, et je ne vois aucune difficulté notable sur le sentier. Tout est évident à présent, le sentier se trouvait sous plus de 2 mètres de neige, dans une pente déversante. Voilà une information à retenir, mais qui soulève une autre question : est-il possible de monter par cet itinéraire au refuge de l’étang Fourcat au cœur de l’hiver ?

 

Le GR10 en corniche

IMG_9212.JPG

 
IMG_9213.JPG

 

L'étang d'Izourt se dévoile enfin
IMG_9214.jpg

 

Le passage où j'avais fait demi-tour, la dalle est même équipée d'une main courante
IMG_9220.JPG

 

Le sentier s’élève toujours jusqu’à parvenir au petit étang Fourcat. L’essentiel du dénivelé est à présent acquis. Le refuge est en vue, quelques derniers efforts et se dévoile enfin l’étang Fourcat. Le splendide cirque de l’étang Fourcat est fermé par la crête frontalière franco-andorrane, ponctuée de pics. Un monde démesuré si loin du fond de vallée. J’arrive aux abords du refuge à 9h24 en 2h56. Quelle montée ! Il est grand temps de boire et manger. Je repars à 9h45.

 

Large vue sur la vallée d'Arties

IMG_9226.JPG

 

Petit étang Fourcat d'où l'on aperçoit enfin le refuge
IMG_9228.jpg

 

Vue vers l'aval sur le petit étang Fourcat
IMG_9230.JPG

 

Le refuge sur son promontoire
IMG_9231.JPG

 

Face Nord du pic de Tristagne vue depuis le refuge
IMG_9232.jpg

 

A présent direction l’étang de la Goueille. Le contournement des pointes aval de l’étang passe par quelques dalles, puis change rapidement de vallon. Le sentier perd du dénivelé pour descendre au fond de la combe rocheuse. Je choisis de rester de niveau, où l’on trouve une vague sente en terrain exposé. A éviter si l’on est encombré d’un gros sac. Cela débouche pratiquement de niveau à l’étang de la Goueille. Il est 10h21 et déjà 3h32 de grimpette. A cet instant, je quitte les balises du GR pour m’élever dans la pente en suivant des balises jaunes.

 

Vue sur la frontière depuis l'une des pointes aval de l'étang Fourcat
IMG_9235_stitch.jpg

 

Faux col droit devant débouchant à l'étang de la Goueille

IMG_9239.JPG

 

Etang de la Goueille
IMG_9240.JPG

 

Etang de la Goueille avec vue sur le pic de l'Aspre au fond
IMG_9241_stitch.jpg

 

Pratiquement au passage d’un point haut se trouve une belle mare, puis la pente s’infléchit jusqu’à l’étang supérieur de l’Albeille. Encore une belle nappe d’eau d’un bleu intense. J’en profite pour me ravitailler en eau, et c’est parti pour l’ascension du port de l’Albeille. Le sentier se faufile dans un éboulement, puis se cambre brutalement. Cette fois je subis l’inclinaison de la pente. Heureux d’atteindre le port de l’Albeille à 11h13 [4h16], où la vue s’ouvre soudainement sur le cirque de Tristaina Andorran.

 

Petite mare avec vue sur le port de l'Albeille
IMG_9245.JPG

 

Etang supérieur de l'Albeille
IMG_9254.jpg

 

Regard sur le port de l'Albeille depuis l'étang supérieur
IMG_9259.JPG

 

Etang inférieur de l'Albeille
IMG_9261.JPG

 

Depuis le col, deux solutions s’offrent à nous pour la partie finale. Pour le randonneur, descendre légèrement en écharpe sur la droite pour rattraper le sentier venant de la station d’Arcalis, et suivre ce dernier sur la face Sud. Pour le plaisir et l’esthétique, je choisis de remonter l’arête Sud/Est plus impressionnante que difficile, quelques passages en II tout au plus. Les traces sur le terrain prouvent que cette arête est empruntée fréquemment. C’est sur le fil de l’arête que l’on trouve les meilleurs passages. La fatigue se fait sentir, le dénivelé commence à peser dans les cuisses. Heureusement la cime n’est plus très loin, et la vue permet d’échapper au sentiment de lassitude. 12h09, le point culminant du jour est atteint. Un proverbe chinois dit : « L’important n’est pas le but mais le chemin », aujourd’hui les deux ont leur importance. Le repas sera pris sur place, et je profite de la solitude tant que je suis seul.

 

L'arête à remonter

IMG_9262.JPG

 

Première vue sur l'Andorre
IMG_9263_stitch.jpg

 

Petite connaissance "Soulcemienne"

IMG_9265.JPG

 

Regard sur une partie parcourue

IMG_9266.JPG

 

La haute vallée de Gnioure

IMG_9268.jpg

 

Gros plan

IMG_9272.JPG

 

La partie terminale de l'arête Sud/Est
IMG_9273.JPG

 

Vue en arrière sur une partie gravie
IMG_9274.JPG

 

Premier regard depuis le sommet
IMG_9275.JPG

 

Sur le livre d’or, on peut facilement constater que ce sommet est plus visité par les catalans que par les français. Depuis la station d’Arcalis, le sommet n’est qu’à 2 petites heures, quand par le versant Nord il m’a fallu pas moins de 5h10 soutenues. On peut lire sur tous les topos que ce sommet est un belvédère exceptionnel ; le terme n’est vraiment pas galvaudé. Pour voir autant d’étangs de superficie aussi importante, il faut aller au pic de Ventolao beaucoup plus à l’Ouest. Les sommets majeurs du secteur sont tous à portée de vue, jusqu’au lointain massif d’Aneto qui se perd dans le bleu de l’horizon. Il fait chaud, presque trop. Je partage ce moment de contemplation avec une famille de catalans, dont deux enfants, en oubliant un instant qu’un étrange virus génère la peur d’autrui plus bas dans nos villes.

 

Etang Fourcat et étang de la Oussade

IMG_9276.JPG

 

Principaux sommets à l'Ouest
IMG_9277.JPG

 

Vue somptueuse sur le cirque de Tristaina
IMG_9278.JPG

 

Gros plan sur la Pique d'Estats

IMG_9279.JPG

 

Panorama vers le Nord/Ouest

IMG_9279_stitch.jpg

 

Gros plan vers l'Est sur le pic Carlit

IMG_9284.JPG

 

Versant Sud du pic de Font Blanca
IMG_9285.JPG

 

Gros plan sur les cimes à gauche du Font Blanca
IMG_9286.JPG

IMG_9292.JPG

 

Quel bleu !
IMG_9293.JPG

 

La crête de la Pique d'Endron au pic de l'Aspre
IMG_9294.JPG

 
IMG_9295.JPG

 

13h15, je prends la direction de la crête Ouest. C’est parfaitement balisé en jaune. Cela conduit rapidement au col 2682 mètres. Je ne poursuivrai pas plus loin la crête cette fois, et je plonge à nouveau en versant Nord, dans une pente croulante désagréable. C’est la voie directe depuis le refuge, mais je pense qu’il est préférable de la descendre que de la monter. Le temps de passer par une source pour se réhydrater, et je passe une nouvelle fois au refuge à 14h30 [6h23]. Retour direct par le même itinéraire matinal.

 

La crête Ouest

IMG_9296.JPG

 

Cirque de Tristaina
IMG_9297.JPG

 
IMG_9298.JPG

 

A cheval sur la crête frontière
IMG_9299.jpg

 

Le temps pour le pic est pessimiste, celui pour le refuge est optimiste !!
IMG_9303.JPG

 

Etang Fourcat avec la Pique d'Endron en fond
IMG_9305.JPG

 

Le col 2682 sous le nuage
IMG_9306.JPG

 

La chaleur m’écrase. Le retour me parait interminable. La descente vers Izourt n’en finit pas. L’horloge tourne, j’allonge le pas, les kilomètres défilent. Il est 16h22, déjà 8h05 quand je passe pour la seconde fois aux baraquements d’Izourt. Ne pas manquer de se souvenir des malheureux qui ont perdu la vie lors de l’hiver 1939 (le 24 mars 1939, une violente tempête fera 31 victimes).

 

Pic de Tristagne face Nord
IMG_9307.JPG

 

Petit étang Fourcat
IMG_9308.JPG

 

Descente sur les orris de la Caudière
IMG_9315.JPG

 

Etang d'Izourt
IMG_9316.JPG

 

A partir du barrage, beaucoup de monde sur ce tronçon. Je force l’allure pour doubler les badauds, mais la fatigue va avoir raison de ma cheville droite qui vacille sur un pas mal assuré. Crac, bis repetita, comme en juillet 2019. Sur la lancée je termine cette journée exceptionnelle à 17h08, pour un temps effectif de 8h52. Que de paysages parcourus en pratiquement 9 heures de temps. La météo a récompensé mon départ matinal. Cette vallée mérite bien tous les superlatifs qu’on lui donne. Des lacs bleus suspendus au milieu de chaos rocheux, des sommets élancés, un solide refuge idéalement placé. Peut-on trouver plus beau dans les Pyrénées ? Chacun apportera une réponse différente, mais tous s’accorderont pour dire que le site de l’Etang Fourcat fait partie des plus beaux.

 

Tracé du jour sur carte IGN :

Carte_Tristagne.jpg
 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 8h52 pour 24 km à 2,7 km/h

Dénivelé positif total : 1930 m – Autant en négatif

Point culminant : 2878m



28/07/2020
21 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres