Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Du Pic d’en Beys au Puig de la Cometa d’Espagne depuis les forges d’Orlu

28/10/2022 : Forges d’Orlu (912m) – Etang de Naguille – Cabane d’Eychouze – Pic d’en Beys (2532m) – Couillade d’en Beys (2345m) – Etang d’en Beys – Coll de la Grava (2478m) – Pic de la Cometa d’Espagne (2763m) – Portella Gran (2603m) – Jasse de Delà – Prairies de Gaudu – Forges d’Orlu

 

Ce circuit original en forme de périple est inspiré en partie du livre de Michel Sébastien « Randonnées dans les Pyrénées du soleil », mais pas seulement. J’avais envie de mettre à profit les connaissances que j’ai engrangées cette année sur ce secteur, autant en hiver qu’en été, pour composer une belle boucle. Cela permet de parcourir des montagnes proches aux caractères bien différents. C’est également le prétexte pour découvrir un nouveau sommet, celui d’En Beys.

Départ à 4h05 depuis le parking des forges d’Orlu, après une nuit bercée par les hurlements des loups du parc tout proche. Montée en forêt par l’efficace sentier qui me mène à 6h10, en 2h05, à l’étang de Naguille. Dans le noir sombre de la nuit, la montée n’est pas bien rapide mais l’essentiel n’est pas là. Suivre ensuite le sentier le long de la rive, jusqu’à son extrémité. Traverser la passerelle, et rester sur le sentier GRP balisé de jaune et rouge, jusqu’à trouver la cabane d’Eychouze. Je parviens au refuge à 6h52, en 2h47 de marche. En ce matin de semaine, personne n’occupe le petit bâtiment. Première pause petit-déjeuner, et je me remets en marche à 7h10, toujours à la lueur de la frontale. Il faut toujours rester sur le GRP jusqu’à se rendre à la verticale du pic d’en Beys. Quitter alors le sentier et prendre pleine pente direction l’Est. La luminosité est à présent suffisante pour se passer de la frontale, idéal pour mieux chercher son chemin à la lumière naturelle. Il n’y a pas le moindre cairn.

 

Vue sur le cirque des Peyrisses

IMG_0512.JPG

 

Pic d'en Beys versant Ouest

IMG_0514.JPG

 

Une patte d'ours au pied de la face
IMG_0515.JPG

 

Vol presque stationnaire de vautours

IMG_0517.JPG

 

Le terrain est plus compliqué que la carte ne le laisse paraitre, comme souvent dans ce bout d’Ariège. C’est un terrain morainique agencé en étages. Il faut viser une brèche sur la crête, et aller au mieux à travers les blocs erratiques. On croise quelques minuscules étangs, grands comme des mares, mais toujours avec de l’eau claire. Une fois sur la crête, je comprends vite qu’il faut rester sur le versant ouest. Il faut rester sur le fil ou juste sous le fil, avec un passage en II sup dans une écaille. Comme toujours, techniquement ce n’est pas exceptionnel, mais tout faux pas serait fatal ; il faut bien garder cette information à l’esprit avant d’aller au-delà. Une fois ce passage effacé, le final est une formalité. Le sommet est atteint à 9 heures, après 4h31. Ce sommet ne doit pas recevoir beaucoup de visite, car il n’a même pas droit à un cairn sommital. Pourtant, la vue sur les environs vaut l’effort qu’on lui apporte.

 

Vue vers le Sud sur coll de la Grava où je dois me rendre
IMG_0518-001.JPG

 

Regard d'où je viens depuis l'étang de Naguille
IMG_0519.JPG

 

L'arête à suivre versant Ouest, partie la plus technique
IMG_0522.JPG
 

Il a fallu trouver un passage dans ce glacier rocheux
IMG_0525.JPG

 

Les ultimes pas de l'arête, plus simple qu'il n'y parait
IMG_0526.JPG

 

Etang inférieur des Peyrisses vu depuis le sommet
IMG_0527.JPG

 

Vue vers le Nord sur le pyramidal pic d'Ouxis
IMG_0528.JPG

 

Gros plan sur les sommets du Donezan
IMG_0530.JPG

 

Etang d'en Beys quelques 570 mètres plus bas
IMG_0531.JPG

 

Vue vers l'ouest
IMG_0532.JPG

 

L'itinéraire que je vais emprunter pour franchir le coll de la Grava
IMG_0533.JPG

 

Pic d'Agnel
IMG_0534.JPG

 

Gros plan sur le pic d’Agnel gravi 15 jours plus tôtIMG_0544.JPG

 

Le ciel est bas mais sec 
IMG_0539.JPG

 

Gros plan sur le pic de Nabre

IMG_0542.JPG

 

Vue sur l'étang de Naguille et la cabane d'Eychouze
IMG_0540.JPG

 

Gros plan sur la cabane d'Eychouze
IMG_0541.JPG

 

Un vent froid mais raisonnablement fort, me pousse à ne pas trainer sur place. Direction à présent l’étang d’en Beys. Inutile de revenir sur la couillade d’en Beys pour changer de versant. Il faut prendre le second couloir juste après le sommet. Bien que très raide et recouvert de gispet, cela se descend aisément, néanmoins avec l’aide des bâtons. Le couloir reste assez court et débouche sur une sorte de terrasse. Ne pas descendre directement vers l’étang d’en Beys, mais rester de niveau, cap S/W jusqu’à couper le sentier du GRP, sous la couillade d’en Beys ; il n’y a pas d’erreur possible. Cette descente sur sentier, sera l’occasion de croiser quelques isards. Il y a même une source improbable où l’on peut s’approvisionner en eau. Rapide passage au Gourd Gaudet, et j’engage un virage à l’ouest pour entrer dans le vallon où coule le ruisseau de l’étang Faury.

 

Le haut du couloir à suivre
IMG_0545.JPG

 

La partie basse du couloir
IMG_0546_stitch.jpg

 

Le couloir dans mon dos dans son intégralité
IMG_0548.JPG

 

La face S/W du pic d'en Beys s'éloigne
IMG_0549.JPG

 

Quelques isards ayant échappé à la chasse 2022
IMG_0551.JPG

 
IMG_0552.JPG

 
IMG_0554.JPG

 
IMG_0555-001.JPG

 

Etang de la Couillade et l'étang d'en Beys
IMG_0558.JPG

 

Je dois monter au coll de la Grava mais je ne trouve aucun itinéraire visible sur le terrain. Je choisis de monter en suivant au plus près le cours d’eau qui s’échappe des étangs de la Grava. C’est un hors sentier mal commode, où chaque pas demande un véritable effort. C’est le ravin de la désolation. Comme souvent avec un cours d’eau, on rencontre un canyon ou une cascade, obligeant à faire un contournement pour se hisser au-dessus de l’obstacle naturel. Chacun choisira au mieux un passage ; impossible de décrire quoi que ce soit de façon fiable. Après le canyon, la pente devient moins prononcée mais le terrain n’en est pas meilleur pour autant. J’arrive à l’étang inférieur de la Grava 2229 mètres à 11h45 et 6h51, un temps considérable depuis le pic d’en Beys. C’est déjà une satisfaction d’arriver sur la berge de ce beau plan d’eau, d'autant qu'il est vraiment très beau.

 

Toujours le pic d'en Beys versant Sud
IMG_0560.JPG

 

Versant d'où je viens
IMG_0565.JPG

 

Le long ravin à remonter pour se rendre à l'étang inférieur de la Grava
IMG_0566.JPG

 

Ruisseau de l'étang Faury, j'ai suivi le goulet rocailleux
IMG_0567.JPG

 

Désolation, vous avez dit désolation !
IMG_0568.JPG

 

Quelque part sous le soleil se cache l'étang

IMG_0569.JPG

 

Etang d'en Beys
IMG_0570.JPG

 

Panorama dans mon dos

IMG_0571.JPG

 

Etang inférieur de la Grava
IMG_0575.JPG

 
IMG_0576.JPG

 

Etang au bleu profond
IMG_0577.JPG

 

La suite de l’itinéraire est du même acabit, pas mieux, pas pire, le canyon en moins. Comment vais-je trouver le prochain étang ? Pas comment s’y rendre, mais quelle est sa couleur, son niveau d’eau, son étendue. Là encore c’est un étonnement d’admiration lorsque je parviens à l’étang supérieur 2315 mètres. Je le trouve encore plus beau que le précédent, même si mon jugement est très relatif au niveau de fatigue qui est le mieux à ce moment-là. Contrairement à l’étang inférieur qui a une couleur bleue, l’étang supérieur a des reflets verts avec une eau très cristalline. Il parait même être à sa côte d’eau maximale. Enfin, depuis ce dernier, le coll de la Grava est visible, et c’est encore 160 mètres à gravir pour y parvenir. Je trouve des cairns qui doivent être extrêmement utiles en cas de brouillard, mais on peut marcher droit dans la pente couverte de roches instables. Il faut s’élever en arc de cercle sous la paroi ouest des Tres Piques Roges. Enfin le coll de la Grava est atteint à 12h18, pour 7h17 au total. Franchir ce col est une course dans la course. La vue s’ouvre à présent sur la haute vallée de la Têt et ses doux méandres. Je suis au point le plus éloigné de la boucle.

 

Etang inférieur de la Grava

IMG_0580.JPG

 

Etang supérieur de la Grava et coll de la Grava dans le fond
IMG_0581.JPG

 

Etang de la Grava vu depuis le coll éponyme
IMG_0582.JPG

 

IMG_0591.JPG

 

Coll de la Grava
IMG_0583.JPG

 

La haute vallée de la Têt
IMG_0586.JPG

 

Pic Carlit dans le fond

IMG_0587.JPG

 

Objectif tout au fond vers l'Est
IMG_0588.JPG
 

Prendre à présent les pentes catalanes en direction de l’est, sous la crête des Trés Piques Roges. Cette crête des trois pics rouges est agréable, spectaculaire, mais ne permet pas d’avancer vite. Pour autant, la marche en dévers sous cette dernière n’est pas non plus un sentier aseptisé. La spécificité locale est que le terrain est composé de grosses bosses, tel des terrils, et que la marche en ligne droite est pratiquement impossible. Il faut donc louvoyer au gré des bosses et des creux. Sous la pointe centrale des Piques Roges, je découvre un étang minuscule, anomalie climatique où un bloc de glace est présent malgré la température positive. Ce coin de fraicheur est connu par les animaux locaux, puisque je croise quelques femelles mouflons toutes proches. Il faut s’élever encore et encore jusqu’à parvenir à un étang en forme de haricot, où l’on domine le superbe estany de la Grava, celui-ci versant catalan. Le nom correct aurait dû être « estany de la Cometa d’Espagne », puisqu’il est exactement sous ce sommet. Je parviens sur sa rive à 13h25, un peu en perte de vitesse par la matinée longue de 8h16 de marche, et quand même 2210 mètres de dénivelé positif. Il est plus que temps de s’alimenter sérieusement.

 

Deux mouflons sur l'image en tenue de camouflage

IMG_0592.JPG

 IMG_0594.JPG

 

Anomalie climatique
IMG_0597.JPG

 IMG_0596.JPG

 

Je suis au royaume des mouflons
IMG_0595.JPG
 

L'étang en forme de haricot
IMG_0600.jpg

 

Serra de l'Orri au second plan
IMG_0604.JPG

 

Le col d'où je viens

IMG_0607.JPG

 

Estany de la Grava
IMG_0605.JPG

 

Totalmente agotado, ¡no aguanto más!
IMG_0606.JPG
 

Il m’aura bien fallu 45 minutes pour retrouver l’énergie de reprendre la marche. En cette fin de mois d’octobre, le jour laisse place à la nuit à 19 heures, je dois rentrer au plus direct à présent, non sans me hisser encore une fois sur une cime. C’est le tout proche Puig de la Cometa d’Espagne qui ne peut m’échapper. Reprise de la marche à 14h10. Contourner l’étang par sa rive occidentale, puis s’élever le long du bout de crête Sud. C’est une formalité, il y a même un sentier qui conduit paisiblement à 14h45 au sommet du Puig de la Cometa d’Espagne et ses honorables 2763 mètres [8h52]. La vue s’est ouverte sur la Coma de la Llosa et principalement sur l’original Estany Blau. Le temps de profiter du panorama et de trouver la meilleure suite à donner à la journée, et je me remets en action.

 

IMG_0608.JPG

 

Monter sur la crête en face depuis son point le plus bas

IMG_0609.JPG

 

Estany de la Grava vu de l'aval
IMG_0614.JPG

 

Toujours l'Estany de la Grava
IMG_0615.JPG

 

Cherchez bien, il y a des mouflons sur la photo
IMG_0619.JPG

 

Un plan rapproché
IMG_0620.JPG

 

Une femelle et son petit
IMG_0621.JPG

 

Puig de la Cometa d’Espagne et la crête sud
IMG_0622.JPG

 

Estany Blau
IMG_0623.JPG

 

Portalla Gran, point bas sur la crête

IMG_0624.JPG

 

L'étang en forme de haricot au dessus de l'Estany de la Grava

IMG_0625.JPG

 

Estany de la Grava vue depuis le sommet

IMG_0626.JPG

 

Estany Blau et Pic Péric
IMG_0627.JPG
 

Gros plan sur les sommets dominant le cirque des Peyrisses
IMG_0630.JPG

 
IMG_0631.JPG

 

Vue vers le Nord
IMG_0632.JPG

 
IMG_0635.JPG

 

Vue vers le Sud
IMG_0636.JPG

IMG_0638.JPG

 

Face Ouest du Puig de la Portella Gran
IMG_0640.JPG

 

Le versant Catalan est plus doux que son opposé Ariègeois ; la crête Est du Puig de la Cometa d’Espagne est très facile et passe par un point bas nommé portella Gran. Cela permet de basculer en versant Nord, mais il y a un très bon sentier. Il ne reste plus qu’à le suivre jusqu’à la jasse de Delà. Il y a dans ce mini cirque de tous petits étangs et une source qui est la bienvenue. Je n’aurai jamais pensé trouver de l’eau qui court dans un tel endroit, une bénédiction. Le sentier permet d’avancer sur un bon rythme et d’arriver à 16h03 à la cabane de la Delà, en 9h57. Là également, une fontaine coule pour la cabane.

 
Les estanys de la Portalla Gran
IMG_0654.JPG

 

Un des étangs de la Portalla Gran
IMG_0655.JPG

 

Jasse de Delà IMG_0665.JPG

 

Vue depuis le jasse de Delà

IMG_0659.JPG

 

Suivre alors le sentier qui descend directement en forêt, par de nombreux lacets, jusqu’à parvenir sur le plancher de la haute vallée de l’Oriège. Chose faite à 16h50 [10h35]. Il ne reste alors que de la piste, certes monotone, mais qui permet d’accélérer la cadence. Le pas devient plus rapide, l’esprit libre de toute recherche d’itinéraire, tout à la contemplation de ce fond de vallée cerné par des versants abrupts recouverts de forêts luxuriantes. Je croiserai à la jasse de Justiniac les premières personnes de la journée. La boucle se termine par l’arrivée sur le musée observatoire de la montagne et le parking initial, à 16h50, pour un total de 12h05. Je dois avouer que les jambes sont lourdes, mais heureux de l’avoir fait. Deux sommets au final, mais avec des caractères bien différents. L’ironie du secteur veut que le sommet le plus technique soit aussi le moins haut, et le plus facile est également le plus haut. L’avantage de ce secteur est de ne jamais manquer de sources d’eau potable.

 
IMG_0666.JPG

 

Un oeillet de Montpellier en fleur fin octobre, il n'y a pas une anomalie ?
IMG_0668.JPG

 

Il n'y a rien qui choque ici ? ..............3 ...................2 ...............1 C'est vert ! Etonnant non !
IMG_0669.JPG

 

La piste longue de 9,5 km
IMG_0670.JPG

 

Versant Est de la Dent
IMG_0672.JPG

 

Trace du jour :

Carte_En Beys_Cometa d_Espagne.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 12h05 pour 34 km à 2,8 km/h

Dénivelé positif total : 2452 m – Autant en négatif

Point culminant : 2763m



01/11/2022
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres