Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Nérassol en hivernale(2015)

12/04/2015 : L’Hospitalet-près-d’Andorre – GRT – Jasse del Forn – Etang du Siscar – Porteilla du Sisca (2440m) - Pic de Nérassol (2633m) – Val d’Arques - L’Hospitalet-près-d’Andorre

 

Pour ma première sortie de l’année en Ariège, j’ai rendez-vous avec Laurence et Sabine au fin fond de la Haute-Ariège pour nous rendre au pic de l’Albe. Ce sommet se trouve aux confins de la petite vallée d’Arques et son arête Sud/Ouest le relie au pic d’Escobes. Aucun de nous n’a encore gravi le pic de l’Albe, c’est donc en mode découverte que l’on prend le départ à 8h. Le point de départ se situe sous la route N20 à droite en descendant du col du Puymorens, cela évite 200 mètres de goudron depuis le village. On traverse la route et l’on est aussitôt sur le GR qui mène au refuge du Ruhle, balisé blanc et rouge .

Nous ne trouvons pas la neige immédiatement. Le sentier s’élève brutalement ce qui nous fait une mise en jambe rapide. On trouve la neige juste au moment où l’on passe sous la conduite d’eau forcée, mais elle n'est pas en quantité suffisante pour nous gêner. Puis, sans difficulté, nous arrivons au croisement du GRT avec le sentier de la vallée de Siscar. Nous restons dans cette vallée où la neige est de plus en plus abondante.

SAM_1115.JPG

 

On finit par chausser les crampons pour franchir les ressauts en neige dure. Nous entrons dans le vallon du Siscar où le torrent est par endroit à découvert, mais le plus souvent sous la neige. Sur notre gauche, la muraille du Pic de la Cabaneta et du Roc Mélé forme la frontière avec la principauté d’Andorre. Au niveau de la minuscule retenue d’eau de la jasse del Forn, la glace se brise de toute part sur l’étang, formant de beaux icebergs.

SAM_1120.JPG

 

Nous remontons tranquillement la vallée en rive droite orographique, alors que le sentier estival passe sur l’autre rive ; cela nous paraît plus logique en cette saison compte tenu de l’enneigement et des coulées de neige qui se sont détachées de la face Sud/Ouest du pic de Nérassol. Dans notre dos on aperçoit nettement au loin le pic Pedros qui domine toute la vallée des Bésines, et au premier plan le pic d'Auriol.

SAM_1118.JPG

 

Droit devant le Pic d'Escobes

SAM_1121.JPG

 

Lorsque nous arrivons à l’étang du Siscar, il est 10h45 et le soleil a bien chauffé toutes les faces. On observe attentivement le couloir que l’on convoite et unanimement nous estimons que les conditions de sécurité ne sont pas requises pour aller s’engager dans cette voie. De plus, le sommet que l’on croyait être le pic de l’Albe au fond du vallon, est en fait le Pic d’Escobes, donc pas notre destination. Le relief est si complexe dans ce bout d’Ariège que nous nous sommes laissés abuser pour ce fier sommet si élancé. Nous mettons alors le cap sur la porteilla de Sisca. Lors du contournement de l’étang du Siscar, on va s’enfoncer parfois profondément. Cela confirme que notre choix de changement de destination est le bon. Laurence est la spécialiste pour trouver les trous cachés, sa trace est redoutable. Une première pente nous amène dans une cuvette où sommeille un minuscule étang. De là, nous apercevons enfin le couloir qui débouche sous le sommet du pic de l’Albe, bien trop loin pour une approche à la journée, en cette saison. Alors, d’une traite nous gravissons le raidillon qui mène à la porteille de Sisca. Nous y parvenons à 11h45.

 

Droit devant la porteilla de Sisca est plus loin qu'elle n'y parait

SAM_1126.JPG

 

Laurence arrivant au col, au fond le pic de la Cabaneta

SAM_1129.JPG

 

Tosse de Pédourrés par delà le col

 SAM_1128.JPG

 

Ce col communique avec le vallon qui descend à l’étang de Pédourrés. Il est encadré par le piton rocheux du pic de Régalecio et le pic de Nérassol. Le temps de prendre quelques forces et nous repartons sur l’arête Nord/Est du Nérassol. Comme souvent à cet endroit, la large arête a été soufflée par les vents, et les crampons ne nous sont d’aucune utilité. C’est sur la pelouse et les dalles de schiste que l’on va accéder à la cime. Il faut se méfier de ne pas partir trop vite car le véritable sommet est masqué par une bosse toute proche qui n’est qu’une antécime.

 

Antécime

SAM_1130.JPG

 

Le véritable sommet est enfin en vue

SAM_1131.JPG

 

Nous parvenons au sommet à 12h31 sous une chaleur vraiment estivale et seul un petit vent frais nous rappellera que nous sommes quand même à 2633 mètres. Cela aura demandé 3h49 de marche depuis le départ. Ce sommet a la particularité d’être au centre d’un cirque, ce qui lui permet d’avoir une vue ouverte sur 360°, principalement sur les sommets frontaliers franco-andorrans mais surtout sur les nombreux couloirs du secteur du col du Puymorens : pic de la Mine, Pic de l’Estanyol, pic de Font Freda, pic des Valletes, les pics de Font Negra.

SAM_1137.JPG

 

Sommet du Nérassol

SAM_1134.JPG

 

Pic de l'Albe

SAM_1132.JPG

Capture d’écran 2015-04-12 à 21.06.38.png

 

Il fait beau, nous sommes seuls, le repas sera alors pris au sommet. C’est l’endroit idéal pour apprendre à identifier de nouveaux proches sommets, et ils sont nombreux. Deux skieurs Catalans vont se joindre discrètement à nous. Après une heure de détente, nous nous remettons en marche, crampons aux pieds, à 13h35. Afin d’éviter de revenir sur nos pas, nous plongeons dans la magnifique pente blanche orientée Sud-Est qui domine les Planels de Nérassol, sorte de prairie d’altitude. De là, on ne voit absolument pas où se trouvent les passages qui évitent les barres rocheuses. Nous choisissons de suivre des traces de skis, en vérifiant au préalable la pertinence de ce parcours ; les passages se dévoilent au fur et à mesure qu’on les franchit. C’est vraiment magnifique. Par endroit de la glace s’est même formée sur les blocs rocheux. Nous trouvons des passages qui s’insinuent dans cette cuirasse minérale, et sans difficulté notable, nous arrivons dans la vallée d’Arques.

DSCN9058.JPG

 

DSCN9059.JPG

 

Petit couloir d'où nous venons

SAM_1143.JPG

 

Sans difficulté, pas pour tout le monde, car Laurence va s’offrir bien malgré elle une glissade version luge incontrôlée, sur son pantalon. La neige est si molle qu’il n’y a aucun danger et tout cela finit par une grande rigolade. Cet itinéraire est un raccourci idéal tout en permettant de faire une boucle où le Nérassol est le point culminant. Nous n’avons plus qu’à nous laisser guider par le sentier vers l’intersection de la matinée. Les crampons sont rangés dans les sacs et l’on dévale la vallée à grandes enjambées. Par endroit, la végétation naissante prouve que nous sommes bien au printemps.

 

Pic de Nérassol, nous sommes passés quelque part par là

SAM_1145.JPG

 

Barrage de la Jasse de Brougnic

SAM_1144.JPG

 

Narcisse en fleur

SAM_1148.JPG

 

Le retour à notre point de départ est une formalité et nous arrivons même au parking pour 16h. La boucle a été effectuée en 5h54 et si la neige avait eu une meilleure portance, nous serions même allés plus vite avec moins d’effort. Cette vallée est toute indiquée à ceux qui aiment la solitude et les crêtes découpées comme décor. La marche n’y est jamais difficile et offre toujours de nouveaux paysages tout le long de la journée. Et pour l’avoir parcouru en été, je peux dire sans me tromper que c’est un véritable jardin botanique.

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000ième

Carte_IGN_Nerassol.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h54 pour 14 km à 2,9 km/h

Dénivelé positif total : 1200m – Autant en négatif

Point culminant : 2633m.



23/04/2015
13 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres