Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Etape 3 : Refuge de Besiberri – Refuge Ventosa y Calvell

Mardi 9 juillet 2019

Etape 3 : refuge de Besiberri – refuge de Conangles – GR11 – Port de Rius (2344m) – refuge de la Restanca – Col d’Oelhacrestada (2475m) – Refuge Ventosa y Calvell

 

Initialement, ce devait être la journée la plus technique, même avec le Besiberri Nord en moins, il y avait 2 sommets de 3000 mètres au programme. Réveil à 5 heures alors qu’il a plu une partie de la nuit. Le temps de se préparer et une pluie battante fouette à nouveau le refuge. Cette fois c’est clair, tout espoir de sommet vient de se noyer dans cette eau céleste. Rien ne presse vraiment à présent, si ce n’est que l’étape vient de se rallonger brusquement de 12 km. « La montagne nous offre le décor. A nous d’inventer l’histoire qui va avec ! » Nicolas Helmbacher. L’itinéraire du jour sera alors le GR11 intégralement ; c’est le moyen le plus sûr, quelque soient les intempéries. Nous attendons une accalmie, et à 6h35, nous quittons le refuge. Le jeune couple dort encore. Nous descendons sous la pluie jusqu’au refuge de Conangles, mais au moins sans orage. Cela représente une perte de dénivelé de 700 mètres qu’il faut aussitôt reprendre. Nous voilà rendus au refuge à 8h25, et la pluie cesse. Le ciel semble s’éclaircir, ce qui est une bonne chose pour la suite. A cet instant, nous rattrapons le GR11 qui sera le fil conducteur pour le reste de la journée. Allez, c’est parti pour la rude montée au port de Rius. Sans être vraiment difficile, cela demande quand même un effort soutenu, et si nous ne sommes pas mouillés par la pluie, nous le sommes par la sueur.

 

Digitales pourpres sur le GR11

IMG_8235.JPG

 

Lorsque nous parvenons à l’étang de Rius, les nappes de brume viennent couvrir le paysage. Il est écrit que la visibilité du jour sera réduite à quelques centaines de mètres. Nous franchissons le port de Rius à 11h03, après avoir longé le lac de Rius. On engage sans plus tarder la descente, dans une belle vallée verte, celle de la Ribèra de Rius, où le sentier est agréable. A l’intersection du sentier venant du pont de Ressec, le GR11 remonte violemment dans un terrain épouvantable. Les mots ne sont pas trop forts pour décrire ce passage fait de blocs immenses et de végétation luxuriante. Il est surprenant d’avoir tracé un sentier de grande randonnée sur un terrain où il faut mettre les mains, pour se hisser de bloc en bloc. Cela nous conduit au refuge de la Restanca le bien nommé, juché au bord d’un barrage hydraulique aux eaux cristallines. Il est 12h38, nous venons de marcher 5h29, et l’essentiel de l’itinéraire est effectué. Nous avons bien mérité de prendre le repas tiré du sac. C’est adossé au refuge, à l’abri relatif du froid dû à l’humidité, que l’on va se restaurer.

 

Lac de Rius
IMG_8236.JPG

 

Descente du port de Rius bien balisé
IMG_8239.JPG

 

Etang de la Restanca
IMG_8240.JPG

 

Nous repartons à 13h25. Nous suivons toujours le GR11 jusqu’au Col d’Oelhacrestada. Cette grimpette se déroule en deux temps, avec un palier au joli lac du Cap de Pórt, pour repartir de plus belle en inclinaison. Voilà un autre col du GR11 qui ne s’offre pas. Il est franchi à 14h39 avec soulagement. Il peut pleuvoir à présent, nous sommes à moins d’une heure de notre arrivée, le ciel ne nous fait plus peur. Nous abandonnons alors le GR11 pour suivre les balises jaunes de l’itinéraire des Carros de Foc. Cela va nous guider jusqu’au refuge où nous devons passer deux nuits. Nous découvrons à nouveau des étangs tous plus grands les uns que les autres. Nous venons de rentrer dans la périphérie du parc national d’Aigüestortes y Estany de Sant Maurici. Le parc contient la plus grande concentration de lacs dans toute la chaîne pyrénéenne. Ce sont 190 étangs de plus de 0,5 ha, et 454 laquets qui s'assèchent pendant l'été. Il s’agit de l'unique parc national espagnol de la communauté autonome de Catalogne, c’est dire si c’est une fierté locale. Une petite ondée vient nous mouiller pendant 15 minutes, mais c’est par temps sec que l’on arrive à 15h43 au refuge Ventosa y Calvell. La beauté du site du refuge Ventosa y Calvell en fait à lui seul le but d’une destination. Il se trouve idéalement placé au pied de la Punta Alta. Ce plan de secours est finalement une très belle étape de 7h43 sur sentier.

 

Lac del Cap del Port

IMG_8242.JPG

 

Lys des Pyrénées
IMG_8243.JPG

 

Proche de l'estany de Travessani
IMG_8246.JPG
 
Les orages redoutables n’auront pas sévi, néanmoins, tout autre itinéraire dans les conditions du jour n’était pas envisageable. Toute l’ingéniosité du marcheur, est de savoir s’adapter à la météo proposée. Cette étape aura permis de faire le tour du massif des Besiberris ; pour l’ascension des sommets, il faudra revenir. Il est temps de prendre soin de soi et du matériel. Douche froide pour moi et lessive, avant de passer à table pour un repas très bruyant. Il faut dire que le refuge fait le plein de randonneurs autochtones, sur la boucle des Carrocs de Foc. L’objectif consiste à faire une boucle passant par tous les refuges gardés du parc national, pour en revenir avec tous les tampons et un diplôme. Le concept est bien rodé et fonctionne à merveille ; les conversations ne tournent qu’autour des refuges. Personne n’est là pour faire le moindre sommet. En connaissent-ils d’ailleurs les noms ? Nous mangerons avec de sympathiques français(es) qui résident loin des Pyrénées mais en aiment leur parfum. Coucher à 21h30 dans un dortoir unique de 64 personnes. Il ne faut pas avoir peur de la promiscuité. S’endormir épaule contre épaule à côté d’une jeune inconnue est une expérience troublante, n’est-ce pas Yannick ! Quand à moi, dormir à côté d’un ronfleur ne fut pas la plus douce des berceuses. Que nous réserve le lendemain, éternelle question à l’heure où les paupières se closent.

 

Trace du jour :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 7h43 pour 24,2 km à 3,1 km/h

Dénivelé positif total : 1522 m – Dénivelé négatif total : 1519 m

Altitude maxi : 2475 m - Altitude mini : 1510 m

 

Précédent - Suivant

 

 

 

COMMENTAIRES :

 

  • Amédine / Lison (visiteur) · 13 août 2019

    J'apprécie toujours tes citations, tes photos de fleurs car c'est une présentation botanique du milieu naturel et évidemment ton récit "comme si on y était" sans oublier les pointes d'humour même sans 3000 au bout

    · Répondre
  • Mehdi (visiteur) · 13 août 2019

    Pas de chance pour la météo car j'aurai bien voulu savoir comment ça descend a l'est des Besiberris jusqu'au lac de Cavallers.
    Finalement,ce plan B n’était pas si mal du tout !
    A partir du col d'Oelhacrestada,vous êtes dans le Parc et non dans la zone périphérique il me semble non?
    Et toute mon admiration pour avoir dormi a Ventosa y Calvell !!

    • C'était une belle étape également, qui a juste manqué de ciel bleu. Pour Ventosa, les serveuses sont charmantes, cela fait oublier les occupants bruyants et braillards.

      · Répondre
    • Amédine / Lison (visiteur) Mehdi · 13 août 2019

      Mehdi je connais le chemin pour l'avoir fait dans les 2 sens (montée et descente) jusque dans le cirque en dessous des Bésiberri que je n'avais pas rejoints pour cause d'enneigement excessif en 2014. (Bien sûr le Nord n'était pas pour moi mais je suis passée au pied) Trajet pas évident dans l'immense champ de rochers mais cairné et puis un sentier qui suit le chemin de l'eau mais raide comme un bâton et qui rejoint l'extrémité de Cavallers côté opposé au barrage.

    • Mehdi (visiteur) Amédine / Lison · 13 août 2019

      Chemin cairné donc. Merci pour les infos !

      · Répondre
    • Ludo Amédine / Lison · 13 août 2019

      Comme me l'avait sagement conseillé Dalmatien, à ne faire que par météo sèche et stable.

      · Répondre
  • Joel Julia (visiteur) · 12 août 2019

    Le refuge de la restança pas un refuge à conseiller côté restauration de même pour le refuge de colomes.

    • Ludo Joel Julia · 12 août 2019

      Je ne connais pas Colomers. Pour la Restanca, j'ai un souvenir bruyant de mon dernier repas en 2015.

      · Répondre
  • Cette fois le lys des Pyrénées est bien un lys !



17/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 231 autres membres