Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Gorg Nègre ou lac d’Evol (66)

20/06/2015 : route forestière de la Mouline - col du Portus (1736m) - route forestière de Mourgou - abri pastoral – Tartères del gorg – Gorg Nègre - aller/retour

En un samedi bien venté, nous sortons avec les garçons pour une randonnée facile qui doit nous mener à un étang réputé pour ces truites de tailles exceptionnelles, le gorg Nègre dans le massif du Madres. L’accès le plus direct consiste à suivre la route depuis le village d’Evol et se garer au terminus, le col du Portus. Juste après le pittoresque village de Thuir d’Evol, la route se transforme subitement en une piste quasiment impraticable. Je vais la suivre un maximum en voiture jusqu'à trouver un lieu pour faire demi tour, ce sera le point de départ du jour. Un berger arrive en 4x4 et nous informe que ses vaches se trouvent à deux pas, et qu’il y en a une particulièrement dangereuse. Message reçu.

IMG_5237.JPG

 

Nous quittons le véhicule à 9h25 en restant sur la route forestière que l’on ne doit pas quitter. Au premier virage, on trouve le fameux troupeau de vaches Aubrac ; elles beuglent à tout rompre, il y a des veaux de toute part, et il ne me vient pas à l’idée de traverser ce troupeau agité. Nous coupons le virage par une courte traversée en forêt et le tour est joué. Sauf qu’une vache isolée sort du bois pour venir d’un pas décidé dans notre direction. Je l’observe fixement et je la vois qui me charge de loin. Vite j’ordonne aux enfants de ne pas se retourner, de ne pas courir mais de marcher vite. Je saisi un bâton alors que je la sens toute proche. La tension monte car elle est à moins de 10 mètres et semble nous avoir pris pour cible. On reste groupé mais pas rassuré avec cet animal de plus de 450 kg et 2 belles cornes à nos trousses. A chaque fois que je me retourne pour m’interposer entre les garçons et le bovidé, je la vois qui reprend sa course vers nous, toujours aussi décidé. Après environ 5 minutes de tension extrême, elle fini par nous laisser tranquille. A tous ceux qui redoutent les loups ou les vipères qui habitent ce massif du Madres, sachez que le danger viendra toujours des animaux domestiques et non des sauvages qui craignent les hommes. Fin heureuse d’un épisode sous tension. Nous suivons alors la piste jusqu’au col du Portus. Ici s’arrête toutes les routes qui sont stoppées par des barrières ; la suite doit s’effectuer impérativement à pied. Nous verrons par la suite que certains ayants droits ont les clefs des barrières pour s’épargner 20 minutes de marche.

 

Col du Portus

IMG_5242.JPG

 

On suit donc la piste qui s’élève doucement, à l’ombre des pins qui boisent ce secteur. D’ailleurs dans notre dos, le Mont Coronat est entièrement recouvert de résineux qui lui donnent un aspect sombre. Après 10 minutes, on laisse sur la droite le sentier du canal de Jujols. On reste sur la piste jusqu’à son terminus. Nous trouvons un groupe de chasseurs venus en voiture pour faire le comptage des isards sur leur territoire. On arrive en bout de piste après une heure de marche. On laisse l’abri pastoral, et l’on s’élève par un sentier peu visible sur notre droite.

IMG_5245.JPG

 

A partir de là, le vent est trop gênant et demande à se couvrir, malgré un soleil radieux. La sente est pratiquement inexistante. Il faut prendre de la hauteur dans la pelouse avant de revenir sur la gauche en direction du cours d’eau et de quelques éboulis. Il ne faut jamais franchir le ruisseau qui disparaît parfois sous les roches grises de granit. On fini par déboucher sous les pins à crochets au niveau du déversoir du lac à 11h02. Et là c’est le spectacle toujours surprenant d’un lac de montagne dans son écrin fait de granit et de pins. La couleur de l’eau est sombre d’où son nom de lac noir. Le vent hérisse la surface et lance des vaguelettes semblables au jeu des vagues sur la mer.

 

Le déversoir

IMG_5248.JPG

 

IMG_5249.JPG

 

IMG_5258 Panorama.JPG

 

Il ne nous a fallu que 1h36 de marche paisible pour se rendre sur notre lieu de pique nique. On essaie de faire le tour de l’étang mais sur la berge Nord, on reste bloqué par un bras d’eau infranchissable. Il faudrait contourner l’étang par le Sud, mais la faim tiraille l’estomac de Florent, alors on va se mettre à l’abri du vent pour prendre le repas. Nous trouvons deux petites mares totalement abritées du vent et nous resterons là pour profiter du soleil et du calme de site. C’est d’ailleurs un site de bivouac pour pêcheurs, aménagé de 4 places pour faire du feu.

IMG_5263-blog.JPG

L’endroit est parfait pour faire la sieste ou pour jouer à quelques aventures d’enfants entre les arbres. Nous repartons à 13h35 en revenant sur nos pas par le même sentier. Le retour se fait sans aucune difficulté. J’ai même eu le plaisir de croiser quelques pieds de coscolls pour ramener de quoi fait une belle salade. Nous retrouvons la voiture à 14h58 sous une chaleur écrasante.

 

Descente face au Mont Coronat qui masque le Canigou

IMG_5264.JPG

 

Panorama vers le Sud depuis le col du Portus

IMG_5269 Panorama.JPG

 

Randonnée facile en partant de si haut, mais le très mauvais état de la piste ne facilite pas une telle approche.

 

Tracè du jour sur carte IGN 1/25000ième

Carte_Gorg-Negre.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 2h49 pour 9,7 km à 4,1 km/h

Dénivelé positif total : 421 m – Autant en négatif

Point culminant : 2083m.



26/06/2015
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres