Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

La boucle des Gra de Fajol par le pic du Géant

06/09/2014 – Jour 1 : Pla de la Molina - Coma de l’Orri – Coll de la Coma de l’Orri – Gra de Fajol (2714m) – Collde la Marrana – Refugi d’Ulldeter

 

Nous étions venus en 2012, par la France, dans ce beau secteur du Ripolles en Catalogne, mais la mauvaise météo nous avait privés du plus haut sommet local, le pic du Géant ou Bastiments. Cette fois-ci, c’est par l’Espagne que nous aborderons ce haut sommet, mais en l’incluant dans une boucle autour de deux autres sommets emblématique de cette région : le Gra de Fajol et Gra de Fajol de Baix.

 

L’équipe au complet : Quentin (14 ans), moi-même, Anna (11 ans), Louis (9 ans), et Yannick.

IMG_4023.JPG

 

Nous laissons la voiture au pla de la Molina(1588m), quelques kilomètres au dessus du pittoresque village de Setcases, et nous nous mettons en marche à 9h10. Les indications du départ du sentier sont inexistantes, alors nous partons au bord du torrent de l’Orri, puisqu’il s’agit de remonter sa vallée. Rapidement, nous sommes confrontés à l’impossibilité de franchir le torrent du Ter, qui est trop large pour être enjambé par les enfants. Et oui, nous nous trouvons aux confluences des deux ruisseaux qui n’en ferons bientôt plus qu’un ; l’Orri étant un affluent du Ter. Alors nous le remontons jusqu’à trouver un passage plus étroit, et après quelques acrobaties, nous sommes sur l’autre rive. Enfin, la rando va pouvoir commencer vraiment, mais cela nous a fait perdre un peu de temps. Pour le moment, rien de grave, la météo semble au beau fixe. On trouve facilement le sentier, et nous découvrirons plus tard qu’il existe une passerelle pour franchir à sec le torrent. A retenir donc ! Le sentier longe dans un premier temps, le torrent de l’Orri, sur sa rive gauche orographique.

 

Au loin, le coll de la Coma de l'Orri

IMG_4026.JPG

 

Puis, au niveau d’une sorte de barrage, le chemin nous demande à traverser. Ici, le niveau d’eau est faible, et cela ne nous posera pas de difficulté particulière cette fois.

IMG_4022.JPG

 

Le sentier, balisé de temps à autre par la présence de cairns, se faufile en forêt un court instant. Il s’éloigne de plus en plus du torrent, au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude. Puis le sentier serpente dans des pelouses pour contourner deux gros dômes. C’est ici que nous allons surprendre une sympathique marmotte pour le plaisir des enfants.

IMG_4033.JPG

 

Puis, ceux sont les vautours fauves que l’on va observer, et pour finir, quelques isards. Nous sommes dans une vallée riche en faune, comme on peut en trouver dans toute la Catalogne. Quel plaisir pour les enfants de voir évoluer de si prêts des animaux sauvages dans leur environnement naturel ! Cela permet en plus, de prendre du dénivelé de façon plus ludique.

IMG_4028.JPG

 

Nous montons avec le col à vue, mais il reste encore loin pour y prendre le repas. Alors nous allons jusqu’à la source de l’Orri, où pâturent vaches et chevaux, et nous nous posons là pour le repas, à 2300m. Il est 12h15 quand les estomacs crient famine ; cela fait 2h38 que l’on marche.

IMG_4038.JPG

 

Le soleil est de plus en plus chaud pendant cette pause. Quentin va manifester, comme souvent, des troubles liés à l’altitude ; son corps a besoin de plus de temps que les nôtres pour s’acclimater au manque d’oxygène. La suite de la journée sera difficile pour lui. Pendant que nous mangions, de gros nuages sombres se forment ça et là, nous obligeant à ne pas trainer si l’on veut rester au sec. Donc à 13h05, on reprend notre marche. Quentin en tête cette fois, pour ne pas se laisser distancer, s’élève sur l’ultime pente menant au col. Nous franchissons le col de la Coma de l’Orri à 13h25, après 3h exactement.

 

Pic de Freser à gauche, Pic du Géant à droite depuis le coll de la Coma de l'Orri

IMG_4042.JPG

 

Quelle vue d’ici, sur le pic du Géant, le pic de Freser et sa vallée ! Pendant que nous contemplions ces montagnes aux formes arrondies, des nuages ont envahis la crête du pic de Les Borregues à notre gauche. Le pic de Gra de Fajol nous domine 200m plus haut. Nous mettons alors le cap vers sa cime. Le terrain, bien que hors sentier, ne présente aucune difficulté. Quentin, trop affaibli par son mal des montagnes, va se rendre, presque de niveau, au coll de la Marrana, et nous attendre là.

 

Sommet du Gra de Fajol en vu, avec sa cime blanche de quartz

IMG_4050.JPG

 

L’ascension finale du Gra de Fajol est une formalité par ce versant. Il est étonnant que ce ne soit d’ailleurs pas la voie normale, tant c’est facile. J’atteins pour la première fois la cime de ce haut sommet local, à 14h03, après 3h29 de marche.

IMG_4053.JPG

 

La vue depuis le sommet, s’étend à présent loin vers l’Est et le Nord. A l’Est on aperçoit le pla de Coma Armada, Roc Colom, le pic du Costabonne ainsi que le Canigou et ses sommets satellites qui ferment l’horizon, alors que vers le Nord, le massif du Madrès émerge par delà le col du Géant. Le Gra de Fajol de Baix est à un pas, mais déjà les nuages enveloppent sa cime. La vue sur le haut Ripolles est tout aussi incroyable. La vallée du Freser s’étire jusque sous le pic de Balandrau.

 

Pic du Géant à gauche, au fond le massif du Madres, à droite le Pic de la Dona

IMG_4054.JPG

 

Premier plan Porteille de Mantet, dernier plan massif du Canigou

IMG_4058.JPG

 

Spectacle de vautours

IMG_4061-001.jpg

 

Pendant que je redescends au col de la Marrana retrouver Quentin, Yannick, Anna et Louis vont profiter du sommet pour eux tout seul. Je quitte donc le sommet à 14h20 et en 15 minutes, j’ai rejoint Quentin au coll de la Marrana. Nous attendons ensemble le reste de la famille, et une fois l’équipe reconstituée, nous plongeons vers l’Est en direction du refuge d’Ulldeter. Il s’agit de suivre le GR11, bien visible sur la pelouse.

IMG_4064.JPG

 

C’est donc sans difficulté, et avec le soleil, que nous arrivons au refuge que nous connaissons déjà, à 15h30. Nous terminons cette première journée de marche en 4h14. Profitant d’arriver de bonne heure, ce sera sieste obligatoire pour tout le monde, quasiment jusqu’à l’heure du souper, à 19h30.

On est toujours aussi bien accueilli dans ce refuge, qui est pourtant si proche de la route de la station de ski. L’hospitalité n’est pas un vain mot. Le repas de soir sera composé d’une soupe de riz agrémenté de petits légumes et chorizo, suivra une salade de crudité bien rafraichissante, et pour finir un plat de gigot de veau bien tendre. Voilà un repas qui remonte le moral des enfants et aiguise leur appétit. C’est donc le ventre plein, que nous partons nous coucher à 21h ; le programme du lendemain doit nous offrir encore de belles émotions assorties de beaux paysages.

 

La journée en chiffres :

Temps de marche total h pour 8,9 Km à 2,9 km/h

Dénivelé positif total : 1100m – Dénivelé négatif total : 486m

Point culminant : 2706m

 

07/09/2014 – Jour 2 : Refugi d’Ulldeter – Coll de la Marrana (2533m) – Pic du Géant (2881m) – Col du Géant (2606m) – station de ski de Vallter 2000 – Gr11 – Pla de la Molina

La nuit fut bonne et réparatrice pour tout le monde et principalement pour Quentin. Lever à 7h, petit-déjeuner à 7h30, départ à 8h25, nous n’avons pas perdu de temps pour nous mettre en marche. Un ciel bleu azur nous attend pour réussir cette journée.

 

Prêt pour affronter la Géant

IMG_4067.JPG

 

A notre gauche les Gra de Fajol

IMG_4071.JPG

 

Nous repartons en direction du coll de la Marrana, par le même itinéraire que la veille, que tout le monde connaît à présent. Nous faisons un petit crochet pour aller voir le cadavre d’un isard encore chaud, aperçut le samedi, et là, consternation ! En une nuit, toute la bête a été mangée ; il ne reste que la fourrure et les os. Le vol des vautours de la veille, n’était qu’une invitation à un banquet royal. Un tel nettoyage a beaucoup impressionné les enfants ; il ne fait pas bon dormir à la belle étoile !

Nous attaquons ensuite le dernier raidillon qui mène au col et à 9h19 nous voilà rendu au coll de la Marrana, en seulement 43min.

 

Un funambule

IMG_4074.JPG

 

Col de la Marrana

IMG_4075.JPG

 

Au col, nous avons effectué la moitié de l’ascension. Il faut dire que pour un si haut sommet, il n’y a aucune difficulté majeure à le gravir par ce versant. En ce dimanche de septembre, il y a une course de montagne qui passe par ici et dont le départ a été donné à 9h à la station de ski. En montant au sommet, nous allons à la rencontre des premiers valeureux coureurs. La suite de la montée se passe en deux temps. Un premier temps où la pente est douce pour se rendre au pied du dernier bastion, et un second temps où l’on avale les derniers 200m sans s’en apercevoir. Même Quentin va arriver au sommet sans grande fatigue, bien aidé par Louis avec qui les discussions vont bon train. A 10h26, nous avons la joie de toucher la célèbre croix sommitale. L’ascension fut rondement mené en seulement 1h33. Bravo les enfants.

 

Joie à 2881m

IMG_4077.JPG

 

Nous partons rapidement vers la cime Ouest où passent les coureurs. Nous arrivons au moment où les dix premiers viennent de franchir cette cime et s’engage vers le pic de Freser et pic de l’Enfer. Il y a une bonne ambiance avec de très nombreux spectateurs de tous âges. Même si les Espagnols sont bruyants, on peut leur reconnaître leur enthousiasme et leur esprit sportif et volontaire. Cette animation va nous donner l’occasion de profiter longuement du sommet.

La crête frontière s’étire vers l'Ouest à plus de 2800m de haut, jusqu’au sommet du Puigmal. Ici, deux univers se côtoient. Au versant Nord Français tourmenté, fait de vallées abruptes et minérales, l’Espagne oppose un versant Sud tout en douceur, fait de pelouses et de formes sensuelles. Quel contraste saisissant ! Voilà pourquoi cette crête franco-catalane est si belle.

A l'Ouest

IMG_4085-001.JPG

 

Tous les hauts sommets du département sont présents, du Carlit au Puigmal, en passant par le Nou Fonts, des Pics Pérics au Madrés, jusqu’au massif du Canigou si proche. Seul le Campcardos, plus excentré vers l’Andorre, manque à l’appel. L’Ariège pointe le bout de ses sommets du Donezan par la présence du Roc Blanc, Baxouillade et Tarbésou.

 

Au Sud

IMG_4084 Panorama-001.JPG

 

A l'est

IMG_4086-001.JPG

 

Après une pause de plus de 40 minutes, nous quittons le 4ième sommet du département à 11h15. La suite de la journée ne sera qu’une longue descente. Direction vers l’est, nous descendons au col du Géant par une pente caillouteuse fort inclinée.

 

Les Gra de Fajol vus depuis le col du Géant

IMG_4091.JPG

 

Au col, nous attrapons un sentier qui conduit à la station de ski. Cette partie est la plus fastidieuse de la journée, car la pente est prononcée et la végétation glissante. Nous passons aux abords d’une source et nous poursuivons notre marche jusqu’à rattraper les pelouses d’un sol plus stable. C’est là, à deux pas de la réserve d’eau des canons à neige, que nous nous restaurerons. Il est quand même 12h47, et cela nous a pris 3h07 pour arriver là.

 

IMG_4093.JPG

 

Le soleil chauffe de plus en plus, alors même qu’il n’y a pas d’ombre. Durant cette pause réparatrice, chacun aura droit à son coup de soleil. 13h35, nous repartons pour le dernier tronçon de la journée. Nous passons à la station où les derniers concurrents de la course arrivent encore, marqués par leurs efforts ; cela vaudra l’admiration de chacun de nous. Puis l’on descend par la route jusqu’à l’héliport où l’on trouve dans le virage en épingle un balisage jaune. Nous l’empruntons car cela permet de couper plusieurs virages. Puis, au niveau du point le plus bas de la station de ski, il faut partir sous la ligne électrique sur une piste herbeuse. Il s’agit du GR11, très peu balisé, mais bien large.

IMG_4094.JPG

 

Nous n’avons plus qu’à nous laisser aller en confiance jusqu’au point de départ. Nous avons à notre droite, les pitons escarpés de la face Est du Gra de Fajol Petit. C’est depuis ce sentier, d’ailleurs, que nous verrons la passerelle qui nous avait tant manqué la veille. A 15h15, nous refermons notre boucle des Gra de Fajol en 4h43, et toujours sous le soleil Catalan.

Si chaque sommet offre de façon singulière son lot de panoramas, le pic du Géant reste un belvédère incomparable sur l’ensemble des sommets de la région des Pyrénées-Orientales. La boucle que nous avons effectuée peut se réaliser sans difficulté à la journée, pour un adulte entrainé. Bravo les enfants pour votre vaillance. La relève est en marche, la vieille garde n’a qu’à bien se tenir.

 

Tracé du week-end sur carte Espagnole

Carte01 Panorama.jpg

 

La journée en chiffres :

Temps de marche total h pour 11,1 Km à 2,9 km/h

Dénivelé positif total : 661m – Dénivelé négatif total : 1293m

Point culminant : 2881m.

 

 



10/09/2014
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres