Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Lacs d’Ardiden et Aiguille de Lahazère depuis les granges d’Aynis

28/10/2023 : Route forestière des Granges d’Aynis (1289m) – Lac Laguës – Lac Cantet – Lac de Lahazère – Aiguille de Lahazère (2552m) – Grand Lac – Lac Casdabat – Lac herrat - retour

 

J’ai découvert pour la première fois les étangs d’Ardiden en juillet 2023 depuis la cime de ce dernier. Cet étonnant complexe lacustre se niche en versant nord du pic d’Ardiden, et se dispose en étages, où chaque étang captera la lumière d’une façon différente de celle de son voisin. Cette randonnée aux couleurs automnales garantit de passer une très belle journée loin des lieux à touristes du secteur. C’est avec Sophie que nous partons à la découverte de ces étangs, et plus si la météo le permet. Dans les pas de Sophie et de son œil curieux de photographe, je me lance dans l’apprentissage de la contemplation. Aujourd’hui, pas de regard sur la montre, mais plus que jamais sur la montagne. La journée est placée dès le départ, résolument sous le signe du partage, pour notre plus grand plaisir.

Départ depuis la route des granges d’Aynis, au-dessus de Luz-Saint-Sauveur. L’état de la route forestière ne nous permettant pas de monter jusqu’à son terme, nous laissons le véhicule à 1300 mètres, ajoutant ainsi un bon kilomètre de piste en guise d’entrée en matière. Départ à 8h40 sous un ciel mitigé et agité par un vent d’Ouest. Sitôt le terminus de la route dépassé, le sentier se lève doucement dans les pelouses, sous la crête de Lats. Le sentier est parfaitement entretenu par les moutons qui occupent ces pentes grasses une grande partie de l’année. La prise de dénivelé est agréable et permet de faire de nombreuses pauses photographiques au gré de chacun. Alors que nous nous approchons tranquillement du premier verrou rocheux, une petite pluie s’invite, nous obligeant à nous couvrir au plus vite. D’ailleurs la météo oscille entre le chaud et le froid selon l’exposition du sentier. Nous arrivons au lac Laguës et sa cabane vers 10h40. La prise de dénivelé est alors de 700 mètres ; nous sommes même surpris par tant de dénivelé car la pente n’est jamais très prononcée. La couleur grise du petit lac n’attire pas vraiment l’œil, à moins que ce soit le ciel triste qui se mire dans ses eaux peu profondes. La cabane n’est pas ouverte ce qui est dommage pour s’abriter du vent, alors nous enchainons en direction des étangs supérieurs. Lorsque nous apercevons pour la première fois l’Aiguille de Lahazère, nous tombons unanimement d’accord sur une ressemblance étonnante, toute proportion gardée, avec le majestueux Cervin Suisse. Depuis ce profil nord/est, cette aiguille semble imprenable.

 

Les couleurs d'automne manquent à l'appel

IMG_1889.JPG

 

Soum de Lat Grand (2219m)
IMG_1890.JPG

 

Superbe sentier d'estive
IMG_1891.JPG

 

Gros plan sur le Pic Né (2665m)
IMG_1892.JPG


IMG_1893.JPG

 
IMG_1894.JPG
 

Un Rougequeue Noir
IMG_1895.JPG

 

Regard de dos d'où nous venons
IMG_1896.JPG

 
IMG_1897.JPG

 

Aiguille de Lahazère, nous n'imaginons pas à cet instant pourvoir se hisser au sommet
IMG_1899.JPG

 

Aiguille de Lahazère et sa cabane
IMG_1902-001.JPG

 

Le "Cervin" local
IMG_1903.JPG

 

La pluie a cessé mais pas le vent. Il faut ensuite poursuivre dans la direction du sud, pour s’élever le long du verrou rocheux qui supporte les étangs, quelques 400 mètres plus haut. Pas de cheminement visible de prime abord, mais un bon sentier se faufile habilement. La pente se cabre mais reste toujours agréable, même si parfois de hautes marches peuvent déranger les jambes les moins longues, n’est-ce pas Sophie ! Cette prise brutale de hauteur nous permet de voir de dos la plaine Tarbaise au nord, mais également la cime du pic du Midi de Bigorre à l’est. Il est presque midi lorsque nous découvrons le lac Cantet, mais nous manquons de hauteur pour l’immortaliser dans son intégralité. Nous convenons naturellement de poursuivre la découverte en direction du lac de Lahazère, en longeant une moraine. La découverte de ce lac est d’une tristesse infinie, puisque ce n’est plus qu’une flaque d’eau à ce moment de l’année. Nous avons la curiosité de pousser la marche alors jusqu’au col 2445 pour voir enfin le plus confidentiel et pourtant le plus beau des lacs du secteur, le lac de Pène. Il est alors plus de 13h lorsque nous faisons une vraie halte pour la pause repas. A l’abri sous le vent, ce moment de repos était le bienvenu.

 

Jeu de miroir

IMG_1904.jpg

 

Aiguille de Lahazère et sa cabane
IMG_1906.JPG
 

Lac Laguës vu vers l'amont
IMG_1907.JPG

 

Lac Laguës vu vers l'aval
IMG_1909.JPG

 

Lac de Lahazère et Pic d'Ardiden
IMG_1911.JPG

 

Lac de Pène
IMG_1912.JPG

 

Lac de Lahazère où l'eau devrait occuper toute la cuvette
IMG_1916.JPG

 

Depuis le col 2445, en regardant le Lac de PèneIMG_1925.JPG

 

Lac de Pène
IMG_1917.JPG

  

Sophie décryptant l'Aiguille
IMG_1924.JPG

 

Le fait de reprendre des forces enhardit ma sympathique partenaire qui me propose une tentative d’ascension de cette belle Aiguille de Lahazère, qui nous intrigue tant depuis plusieurs heures. Depuis la crête ouest, j’aperçois des faiblesses dans la cuirasse. Nous nous délestons des sacs pour monter avec plus d’aisance. L’ascension finale ne représente plus que 110 mètres, une formalité. Pourtant la première partie est une pente de gispet à l’inclinaison redoutable, mettant à mal la volontaire Sophie. Il y a quelques cairns ensuite qui nous poussent vers les derniers escarpements rocheux où l’usage des mains est indispensable. Un passage même sur une vire très étroite représente un vrai petit défi à escalader ; ce n’est pas très technique mais toute chute est formellement interdite. Les derniers pas se feront également avec les mains dans un enchevêtrement de blocs de toutes tailles, d’une facilité déconcertante pour Sophie. Sommet réussi à l’approche des 15 heures. Ce sommet est comme une tour au centre d’un cirque fermé par la face sud du pic d’Ardiden. L’ensemble des étangs se dévoile depuis ce point dominant. Quel plaisir malgré le vent qui ne veut toujours pas faiblir.

 

Lac de Lahazère au premier plan, Grand Lac au second plan

IMG_1926.JPG

 

Petit passage étroit qui se négocie bien sur la dalle de droite
IMG_1927.JPG

 

Les chaos sous la cime
IMG_1928.JPG

 

Les scintillements du Grand Lac d'Ardiden depuis le sommet
IMG_1930.JPG

 

Le vallon d'où nous venons
IMG_1931.JPG

 

Soum de Naou Costes (2484m)
IMG_1932.JPG

 

Pic d'Ardiden versant sud
IMG_1933.jpg

 

Lac de Pène
IMG_1936.jpg

 

395715101_3647891755496117_1902251662210316801_n.jpg

 

Nous tournons le dos au Lac Grand d'Ardiden
Sommet-001.jpg

 

Le retour se fera par le même itinéraire, mais nous éviterons facilement le pas d’escalade en restant plus à droite, entre petites barres rocheuses et pelouses. Depuis le col, ce passage semblait trop technique, mais il n’en est rien, et cela s’avère même être bien moins dangereux que la voie des cairns. Le temps de récupérer les sacs au col, et nous repartons vers le grand étang. C’est le lac le plus haut et le plus étendu. Il n’est pas possible d’en faire le tour car des falaises le ceinturent en amont.  La découverte n’est pas pour autant terminée car il reste encore le lac de Casdabat et le lac Herrat à visiter. Le jour déclinant vite en cette fin de mois d’octobre, chaque instant est l’occasion d’immortaliser les lacs sous une lumière différente. Il y a de quoi s’amuser avec les jeux d’ombre et le soleil déclinant.

 

Lac de Lahazère pratiquement vide

IMG_1938.jpg

 

Versant sud de l'Aiguille de Lahazère aussi imposant que le nord
IMG_1943.JPG

 

Autre point de vue sur l'Aiguille et son lac
IMG_1944.JPG

 

Grand Lac et Pic d'Ardiden légèrement blanc
IMG_1945.JPG

 
IMG_1950.JPG

 

Lac Herrat avec le Pic du Midi de Bigorre au fond au N/E
IMG_1953-002 - Copie.JPG

 

Lac HerratIMG_1951.JPG

 

Un peu d'ombres chinoises
IMG_1954-001.JPG

 

Lac Herrat
IMG_1955.JPG

 

Composition en direction du nord
IMG_1959_001.jpg

 

Lac de Cantet et Pic de Viscos
IMG_1962.JPG

 

Gros plan sur le Pic de Viscos, comme un mimétisme avec la Dent d'Orlu
IMG_1963.JPG

 

Après avoir retrouvé la cabane au lac Laguës, il ne nous reste plus qu’à perdre encore 700 mètres par le sentier matinal. Alors que la nuit s’installe doucement, nous assistons à une superbe montée de Lune qui sera une nouvelle occasion de faire quelques clichés souvenirs. Marcher en mode contemplatif permet de profiter des paysages chaque minute avec plus d’intensité, car la minute suivante l’ambiance générale a déjà changé. Nous finissons naturellement à la lumière des lampes frontales à 20 heures. Une journée riche s’achève dans un coin pratiquement confidentiel de Hautes-Pyrénées. Merci Sophie pour ce partage et cette leçon de contemplation. Pour une fois, pas de temps de marche, car cela n’aurait pas de sens.

 

Laquet entre les lacs Cantet et Herrat et toujours l'Aiguille de Lahazère

IMG_1965.JPG

 

Lac Laguës
IMG_1966.JPG

 

Presque adosé à la cabane (photo Sophie)396586608_320198733978213_5612243100332964038_n.jpg

 

La montée de Lune (photo Sophie)

396488369_1430995121095280_6531832533797525443_n.jpg

 

Quand la Lune se prend pour le Soleil
IMG_1968.JPG

 

Trace du jour :

Carte_Lacs_Ardiden.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Distance 16,4 km

Dénivelé positif total : 1301m – Autant en négatif

Point culminant : 2552m

 

Pic d’Ardiden depuis La Fruitière



01/11/2023
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres