Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Le Canigou à dos de poney (66)

10/07/2012 – Jour 1 : Los Masos – Prat Mitja – Prat Cabrera - Refuge des Cortalets

Nous avons tous, cousins, frères et sœurs, rendez-vous au parking de Los Masos de Valmanya à 8h30 pour faire connaissance avec notre nouveau compagnon de randonnée. Elle se prénomme 2Taches. C’est un double poney femelle très docile, qui a un caractère facile à vivre et une force incroyable. Elle va nous accompagner durant 3 jours pour porter les éléments les plus lourds, répartis dans 2 sacs, ainsi que les plus jeunes de tous que sont Jules (5 ans et demi) et Florent (6 ans). Fabien, notre super muletier, va préparer les charges, faire les présentations et nous prodiguer quelques conseils sur le chemin à suivre.

 

L’équipe au départ, de gauche à droite : Quentin, Jules, Yannick, Louis, Valérie, Romaric, Florent, 2Taches, Anna, Ludivine

 

Nous nous mettons finalement en marche à 9h25, d’abord en légère descente sur la route qui mène à Valmanya. Dans le premier virage nous quittons la route pour franchir une barrière et emprunter une piste en terre en direction de Prat Mitja. C’est ici que le premier cavalier Jules va essayer sa monture. Pour le moment la pente n’est pas forte et nous avons la chance de cheminer à l’ombre des arbustes qui bordent le chemin. Après 30 minutes il est temps de changer de cavalier et c’est au tour de Florent de monter sur 2Taches. Anna, la meilleure marcheuse de tous, s’occupe avec passion de 2Taches.

 

Au loin le Puig Sec

 

La piste arrive bientôt sur un grand virage où nous allons quitter cette dernière qui se perd quelques mètres plus loin, pour monter directement à travers champ. Cette fois la pente est sévère et l’ombre a disparu. Les 2 petits vont grimper à dos de poney et vaillamment l’animal va avaler le dénivelé en un clin d’œil.

 

Montée vers Prat Mitja

 

Nous qui sommes sur 2 pattes mettrons un peu plus de temps.

 

Pause en haut de Prat Mitja

 

Nous voici donc rendus en haut du Prat Mitja ; ici, il faut partir en forêt sur la gauche. L’ombre est à nouveau la bienvenue. Nous rencontrons et suivons le sentier du GR36 variante ; ce dernier est plus facile à présent et il évolue dans une forêt d’abord de hêtres puis de pins sylvestres. Après quelques grands lacets, le sentier sort de la forêt et l’on surplombe le massif que l’on vient de grimper. C’est ici que l’on va prendre notre repas de midi car il est déjà 12h40. C’est un endroit idéal qui permet de voir jusqu’à la mer côté Est. En face de nous plutôt vers le Sud se trouve le col de la Cirère qui domine les anciennes mines de fer de Batère, ainsi que le pic de l’Estelle. Les enfants ont été très courageux sur cette première partie de montée et ils savourent avec plaisir leur pique-nique. Notre poney aussi en profite pour brouter à l’ombre d’un hêtre.

 

La pause repas

 

A 13h50, le ventre plein, nous repartons sur le même sentier. Pendant un petit moment, le chemin grimpe le long d’une crête qui permet toujours d’admirer d’où l’on est parti, avant de changer doucement de versant. Quentin toujours en tête depuis le départ conduit vaillamment la troupe secondé par Louis et Anna. Quand à Romaric c’est une grande première pour lui, donc il préfère rester sagement auprés du poney. Les deux benjamins de l’équipe, eux, ne laissent pas leur place de cavalier. Le sentier rejoint au niveau d’un portillon à bétail, le GR36 venant de Los Masos par les bois de Patriques.

 

On descend à présent quelques mètres sur la piste en terre qui remonte la vallée du Llech. Nous trouvons là le GR10 que l’on ne suivra qu’un court instant.

 

Troupeau de vaches au Ras de Prat Cabrera

 

Nous quittons donc cette piste, qui était d’ailleurs en travaux, pour se rendre à la cabane de berger de Prat Cabrera afin de faire le plein de nos gourdes. Il est à noter que c’est l’unique point d’eau potable de la journée.

 

 

Après un petit goûter et la soif étanchée, nous partons immédiatement sur le chemin de débardage au dessus de la cabane. Nous entrons donc dans une forêt dense, composée de différentes essences d’arbres. Ce n’est pas un sentier balisé mais le muletier était passé quelques heures devant nous pour nous laisser des indices. Je dirai qu’il faut suivre aux différents carrefours, le plus souvent le chemin qui part à gauche, sauf au niveau d’une clairière, partir tout droit. Ce chemin monte et descend 2 à 3 fois ce qui fait que l’on avance sans prendre de dénivelé. C’est moins monotone que la piste des véhicules mais que nous réserve la suite ? Entre temps un épais brouillard nous a enveloppé, s’accompagnant par moment d’une fine pluie. Les jambes de tout le monde commencent à peser et cette atmosphère ne rassure pas les plus jeunes. Au détour d’un ravin nous apercevons furtivement 3 isards ; je ne pensais pas qu’ils s’aventurent en forêt en cette saison car nous avons l’habitude de les croiser sur les hauteurs.

Après le passage d’un second ravin la pente se redresse vraiment cette fois. Le sentier s’éleve au milieu de genets, de rhododendrons et de pins, pour sortir exactement au Ras dels Cortalets. La fin est proche et nous en profitons pour changer de cavalier. Les 2 plus jeunes vont finir à pied alors qu’à tour de rôle, Louis puis Romaric vont gouter au plaisir de monter sur 2Taches. Dans le brouillard humide qui ne nous quitte plus, nous arrivons à 18h05 au refuge chalet des Cortalets.

 

Tous heureux d’arriver en lieu sûr

 

 

Fabien nous attend pour prendre le relais et amener notre poney à l’écurie.

Après avoir pris possession de nos chambres, effectué un petit décrassage à l’eau froide (c’est un euphémisme), le repas fut servit à 19h30. Un excellent repas très convivial, composé d’une soupe de légumes, de pates accompagnées de tranches de rôti de veau, fromage et gâteau.

Une sacrée journée s’achève pour tous après avoir gravi quand même plus de 1200m et sans plainte (enfin pas trop).

 

Tracé sur carte IGN (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Les chiffres du jour :

Temps de marche total 6h42 pour 13 Km

Vitesse de déplacement : 3km/h

Dénivelé positif total : 1225m – Dénivelé négatif total : 145m

Point culminant 2150m.

 

11/07/2012 – Jour 2 : Refuge des Cortalets – Pic du Canigou – aller/retour

Aujourd’hui l’objectif est simple : le sommet du Canigou par la voie normale. Il fait beau, tout le monde a bien récupéré (sauf Florent qui traine une grosse toux), la journée s’annonce belle. Pas de poney pour l’ascension, chacun devra monter à la force de ses mollets.

 

Prêt pour l’ascension : Ludovic, Yannick, Ludivine, Valérie, Quentin, Anna, Romaric, Louis, Florent, Jules

 

Nous quittons le refuge à 9h12 en direction de l’étang de l’Estagnol. Quentin a déjà pris la tête du groupe ; il faut dire que c’est le seul des enfants à avoir déjà gravi le sommet, donc en connaisseur il n’a aucune difficulté d’orientation. Anna et Louis lui emboitent le pas, tandis que Romaric, Florent et Jules restent plus en retrait. Nous prenons le temps d’admirer la lumière qui baigne le sommet ainsi que le troupeau de bovins qui se réveillent à peine. Lorsque la pente se redresse Florent a du mal. Je dois m’employer pour freiner Quentin qui va bien trop vite pour ses jeunes cousins. Ce sera LA JOURNEE de Quentin, le maillot à pois rouge c’est pour lui ! Avant la fontaine de la perdrix on opère un rassemblement pour sortir la crème solaire et enlever les polaires.

 

Nous repartons groupé mais Quentin s’éloigne vite. Je dois prendre Florent sur mes épaules car sa toux l’handicape trop. Un petit raidillon et nouveau rassemblement au pic Joffre.

 

Cette fois les choses sérieuses ont vraiment commencé, Valérie a le contre coup de la journée de la veille, alors que Ludivine se surprend à trouver ça facile. Heureusement il y a une grande diversité de fleurs en bord de chemin pour détourner l’attention de l’effort. Sur ce versant il y a toujours plus de vent, donc les vestes sont de sortie et c’est reparti. « L’avantage » de ce versant, c’est que l’on marche constamment en ayant le sommet en point de mire : motivant pour certain, démoralisant pour d’autres, impressionnant pour les plus jeunes. Après un passage en pente douce, plus facile, on rencontre un troupeau de chevaux vivant là à l’état semi-sauvage. C’est une nouvelle occasion de se reposer et se regrouper.

 

Ici un âne pie

 

 

Nous sommes dans la partie finale de l’ascension maintenant c’est chacun pour soit.

 

Quentin emmène Anna et Louis au sommet comme des cabris, Romaric reste plus prudent auprès de sa maman, Florent et Louis s’installent sur les épaules de leur papa respectif et Valérie ferme la marche.

 

Il fait toujours beau, la vue est belle sur Vernet-les-Bains à nos pieds, mais déjà au loin le massif du Géant se couvre de nuages.

 

Vernet-les-bains 2000 mètres plus bas

 

Sous le sommet Florent va « escalader » les 50 derniers mètres pour fouler du haut de ses 6 ans les 2784m de son premier Canigou. Il est 12h05 et après 2h27 de marche effective l’objectif est atteint. Depuis combien de temps les 3 plus grands sont au sommet ? Plus de 30min certainement et ils nous narguent avec malice en plus. Arrivent peu de temps après, le reste de la famille, enfin soulagé que l’ascension soit terminée.

 

 

Nous sommes quasiment les seuls au sommet alors nous allons nous poser pour prendre le repas.

 

Les nuages sont arrivés vite sur les sommets dominant le Vallespir mais heureusement pour nous, nous sommes épargnés et restons sous le soleil. Malgré celui-ci le vent d’altitude reste froid et refroidit les moins aguerris. C’est d’ailleurs ce même vent qui va nous obliger à redescendre prématurément sitôt les victuailles avalées. Un risque d’orage étant toujours à craindre en été, à 13h25 donc nous reprenons le chemin du retour.

 

Les schtroumpfs montagnards

 

Comme à la montée, Quentin part devant suivi d’Anna en grande forme elle aussi. Chacun va descendre à son rythme et même les plus petits d’ailleurs.

Nouveau rassemblement auprès des chevaux.

 

Un dernier regroupement à la fontaine de la perdrix et à 16h00 tout le monde a rejoint le refuge.2h28 de descente, autant que la montée mais nous avons profité de la vue, et prendre son temps en randonnée est un luxe rare.

Comme nous avons encore beaucoup de temps avant la fin de la journée, nous allons organiser des tours de manège à dos de poney autour de l’étang de l’Estagnol. C’est le moment pour les plus grands des cousins de profiter différemment de 2Taches.

 

Chacun son style

 

 

 

Après cette récréation nous quittons 2Taches pour se rendre à la restauration.

Le souper sera à nouveau apprécié même s’il est identique à celui de la veille à cause des travaux de rénovation de la cuisine.

Tout le monde se couche fatigué, après une journée pleinement réussie.

 

La plaine du Roussillon scintille au loin

 

Les chiffres du jour :

Temps de marche total 4h55 pour 8,2 Km

Vitesse de déplacement : 2,4km/h

Dénivelé positif total : 634m – autant en négatif

Point culminant 2784m.

 

12/07/2012 – Jour 3 : Refuge des Cortalets – Ras de Prat Cabrera – Bois de Patriques – Los Masos

C’est sans nul doute la journée la plus facile de notre séjour. C’est le jour du départ pour plonger dans la vallée qui est recouverte par une mer de nuages. Notre poney préféré 2Taches est harnachée, les sacs solidement fixés avec soin par Fabien et à 9h15 nous engageons la descente d’un pas léger.

 

C’est le départ

 

Nous suivons la piste forestière jusqu’au Ras dels Cortalets. Il est possible et souhaitable de l’éviter jusqu’à ce col car de nombreux 4x4 viennent déverser leur flot de touristes et lèvent une poussière très désagréable. Le chemin à suivre se trouve en contre bas du chalet, mais ce n’est pas pratique pour le poney.

 

Ras dels Cortalets

 

 

Nous poursuivons aujourd’hui cette piste qui est ce jour fermée aux véhicules, exceptionnellement réservée à nous seuls. C’est plus facile pour le poney qui porte les 2 cavaliers de choc, toujours mené par Anna. Cet autre chemin permet à tout le monde de connaître les différentes variantes qui conduisent au chalet du Canigou. Sans difficulté, on chemine avec plaisir.

 

Au bord d’un talus un lys martagon.

 

 

 

Nous arrivons au ras del Prat Cabrera à 11h, un endroit idéal pour faire un premier arrêt. Les enfants en profitent pour grignoter un peu et travailler l’escalade.

 

Les plus intrépides sur un bloc de granit

 

Nous repartons 25 minutes plus tard en suivant le GR10 qui traverse un bout de forêt, évitant ainsi un long lacet sur la piste routière. On prend à nouveau pied sur la piste pour rejoindre en quelques minutes sur notre droite, le GR36 qui plonge dans les bois de Patriques.

 

Suivrez le guide !

 

Nous empruntons la voie traditionnelle pour rejoindre Los Masos. C’est plus raide que l’itinéraire emprunté à l’aller, mais bien plus direct. Ici notre poney 2Taches va nous impressionner par la qualité de ses pas. Malgré un cavalier, Jules tel Napoléon, l’animal va passer avec une aisance et une sécurité incroyable, là même où certains d’entre-nous vont peiner tant la pente descend fortement.

A 12h10, nous nous installons sur le chemin, sous l’ombre abondante de cette forêt de hêtres. 13h05 nous reprenons la descente en changeant de cavalier. A tour de rôle, Florent et Jules vont se partager la selle de leur monture. Le chemin en forêt ne présente pas de difficulté, mais le plaisir de chevaucher l’animal et plus grand que le plaisir de marcher. A la sortie du bois, la pente descend à nouveau fortement, certainement la portion la moins agréable du parcours. Cette pente aura l’avantage de nous ramener rapidement à notre point de départ et à 14h37 nous bouclons notre circuit.

Un beau séjour pleinement réussi à recommander à toute les familles. Nous recommandons également l’option d’un animal de bât pour porter les plus jeunes enfants ou pour soulager les épaules des adultes. C’est un circuit qui peut être fait en deux jours, mais sur 3 jours cela permet aux enfants de profiter pleinement des journées et du dépaysement des soirées en refuge.

Une mention spéciale à 2Taches mais surtout Fabien le muletier pour sa disponibilité et sa patience : http://www.caravanigou.fr/

 

Tracé sur carte IGN

 

Les chiffres du jour :

Temps de marche total 3h55 pour 9 Km

Vitesse de déplacement : 3,3km/h

Dénivelé positif total : 16m – Dénivelé négatif total : 1078m

Point culminant 2150m.



04/07/2012
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres