Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Mont Rouch de France par la vallée du Léziou

19/07/2021 : Salau – vallon de Léziou – cabane des clos de dessus (2023m) –col 2688m – Mont Rouch de France (2868m) – aller/retour

 

Georges Véron écrivait dans « 100 sommets des Pyrénées » édition 1991 : « Cette ascension inoubliable est une parfaite illustration de la sauvage beauté de la haute montagne ariégeoise. Du sommet, un des plus beaux panoramas des Pyrénées, une merveilleuse démonstration des contrastes entre les versants espagnols et français où le regard plonge jusqu’à Salau. » Il n’y a plus qu’à y grimper pour s’en rendre compte par soi même. On peut partir du village de Salau, en fond de vallée du Salat, mais il est préférable de démarrer la marche au parking à 980m, tant la journée promet d’être longue. Départ donc à 7h55 sur la piste pastorale du port de Salau. Suivre la piste durant 25 minutes, où l’on parvient à la cascade de Léziou. A deux pas plus loin, être attentif au panneau indiquant l’entrée de la vallée du Léziou sur la gauche. A cet instant, ce sera l’unique information pour gravir le Mont Rouch, c’est dire si l’endroit est confidentiel.

 

Panneau au point de départ

IMG_0060.JPG

 

Le ton est donné, c’est ici qu’il est encore temps de faire demi-tour si les 9h font peurs
IMG_0061.JPG

 

Le sentier est envahi partiellement par la végétation. Il s’élève énergiquement pleine pente dans la forêt. Il est signalé par un discret balisage rouge presque effacé par le temps. Peu de temps après la sortie de la forêt, il faut traverser l’entaille d’un ravin. Par temps sec, c’est une formalité, mais par temps humide, il est conseillé de s’aider de la main courante mise à demeure. Puis commence une longue traversée ascendante au dessus de la partie basse du cirque de Léziou. La végétation est luxuriante, envahissante, oppressante. On peut également relever qu’aucun bétail de transite sur ces pentes pour faire reculer l’enfer vert. Mais à cet instant de la saison, c’est richement fleuri, ce qui fait oublier la rudesse de la pente.

 

La partie basse du cirque est encore à l'ombre, le haut baigne déjà au soleil

IMG_0062.JPG

 

Gentianes jaunes
IMG_0063.JPG

 
IMG_0064.JPG

 

Digitale pourpre
IMG_0065.JPG

 

Oeillet des poètes
IMG_0071.JPG

 

Peu à peu, le sentier coupe un premier ravin puis un second où persiste un névé colossal. Cela permet de passer sous les barres rocheuses main droite. Et malgré une ascension continue et raide, on se trouve seulement à 1800 mètres. Le chemin reste visible malgré la végétation et l’absence de cairn. Sans vraiment s’en rendre compte, il débouche enfin au creux du cirque supérieur du Léziou au lieu dit « les clos de dessus ». On remarque rapidement une cabane et sa fontaine. Il est alors 10h40 ; il aura fallu 2h45 pour dépasser seulement les 2000 mètres. C’est la porte d’entrée à la haute montagne, sonnant le glas aux herbes hautes. Ici débute le monde minéral.

 

Vue sur la vallée

IMG_0072.JPG

 

Vue sur ce qu'il reste à gravir - Mont Rouch au dernier plan
IMG_0074.JPG

 

Cabane des clos de dessus, fermée au public
IMG_0075-1.JPG

 

La suite consiste à suivre le cours d'eau
IMG_0076.JPG

 

Dos à la cabane sur la gauche, un écoulement d’eau bien visible coupe un long couloir herbeux. C’est la suite à suivre. Le sentier est suffisamment bien marqué sur le terrain pour évacuer tout doute. Quelques cairns balisent cette sente agréable. Après avoir gagné 200 mètres de dénivelé, quitter le cours d’eau sur la gauche en allant chercher une crête main gauche. La sente est évidente et débouche alors à 2397 mètres où l’on découvre une cabane en bois perchée sur ce promontoire improbable.

 

Le cirque où se situe la cabane des clos de dessus
IMG_0078.JPG

 

La vallée du Mail plongeant vers celle du Salat
IMG_0079.JPG

 

Mont Rouch bien visible à main droite
IMG_0080.JPG

 

Etrange cabane faisant face au Mont Valier au second plan
IMG_0081.JPG

 

Il faut alors à suivre cette crête montante vers le sud. Légèrement encombrée de blocs, elle est relativement agréable à gravir. Elle conduit sans faillir sur la crête frontière à la côte 2688 mètres. C’est un vaste col en forme de dépression où résident quelques névés. Il reste encore un final de presque 200 mètres avant d’atteindre la cime.

 

La crête suivie depuis la petite cabane

IMG_0082.JPG

 

La crête frontalière terminale
IMG_0083.JPG

 

A cette altitude plus la moindre touffe d’herbe, c’est rocailleux comme on aime ou pas. On comprend à cette hauteur pourquoi un tel nom de Mont Rouch ou Roig en catalan. Rapidement, seul un petit mur de 4 mètres en III peut s’avérer délicat à escalader, mais il y a toujours des échappatoires en versant sud espagnol. Rester sur le fil ne retarde en rien l’ascension, c’est même plaisant. La crête se couche soudain au niveau du cairn sommital, laissant apparaitre un sommet plat. Il s’agit là du Mont Rouch de France, s’éparé par une profonde brèche de sa seconde tête, le Mont Rouch d’Espagne tout proche. Il est 13h02, 4h46 pour se hisser à 2868 mètres. En effet, le panorama est à la hauteur des espérances. Situé en périphérie nord du parc naturel des hautes Pyrénées Catalanes, il dispense un panorama grandiose sur une grande partie des Pyrénées.

 

Sommet en bout de crête

IMG_0084.JPG

 

Pic de Ventolao et les étangs de la Gallina

IMG_0085.JPG

 

Refuge Enric Pujol idéalement placé sur la H.R.P.

IMG_0087.JPG

 

IMG_0089.JPG

 

Vue vers l'Est
IMG_0092.JPG

 

Vue vers le Sud
IMG_0093.JPG

 

Le proche Mont Rouch d'Espagne, seconde pointe d'un sommet bicéphale
IMG_0094.JPG

 

Vue vers le N/O

IMG_0095_panorama.jpg

 

Panorama vers l'Ouest (cliquer sur l'image pour agrandir)

IMG_0097_panorama.jpg

 

Gros sur le massif de l'AnetoIMG_0102.JPG

 

Gros plan sur le massif des Besiberri

IMG_0103.JPG

 

Gros plan sur la Punta Alta

IMG_0101.JPG

 

Gros plan sur les sommets du parc national d'Aigues Tortes
IMG_0104.JPG

 

Gros plan sur le pic de NéouvielleIMG_0106-001.JPG

 

Vue vers l'Est sur le massif Estats/Montcalm
IMG_0107.JPG

 
Proche gros plan

IMG_0108.JPG

 

Gros plan vers l'Est
IMG_0109.JPG

 

Gros plan vers le S/E
IMG_0110.JPG

 

Gros plan sur les hautes cimes de Soulcem
IMG_0111.JPG

 

Surprenante vison sur le Donezan
IMG_0112-001.JPG

 

Gros plan sur le massif de Tabe
IMG_0113.JPG

 

Le repas sera bien entendu pris sur place, avec l’immense plaisir de ne voir aucun nuage gâcher la vue. D’ailleurs regarder le village de Salau si petit en fond de vallée, ne donne guère l’envie de redescendre. A 14h25, il faut pourtant quitter la place avec un retour par le même itinéraire. Pour varier un peu, je décide de ne pas suivre intégralement la crête et je plonge dans la pente nord. Ce n’est pas une idée formidable, car le sol ne se dérobe pas comme je l’aurais espéré, c’est même un sol dur et inconfortable. A ne pas rééditer donc.

 

La descente pleine pente jusqu'à la pelouse

IMG_0120.JPG

 

La sortie des éboulis coïncide avec le retour sur le sentier. Il ne reste alors qu’à le suivre à l’identique. La source de la cabane des clos de dessus est appréciable, et permet de ne jamais manquer d’eau en ce jour de forte chaleur. Le retour semble interminable, il ne faut jamais relâcher l’attention sur ces pentes très raides. La fatigue de la descente ayant marqué les cuisses, la dernière heure est vécue comme une punition. Mais il reste la vue exceptionnelle du sommet pour oublier le reste. Fin à 18h12, en 8h16 de marche totale. Ce sommet est un défi à l’abnégation, et puisqu’il fait partie des plus hauts du Couserans, il mérite une visite, qui restera mémorable.

 

Trace du jour :

Carte_Mont Rouch.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 8h16 pour 17,5 km à 2,1 km/h

Dénivelé positif total : 1935 m – Autant en négatif

Point culminant : 2868m

 

Autre version par le sud pour le Mont Rouch d'Espagne ici.



20/07/2021
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres