Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic d’Esquine d’Ase par le couloir de la Glace Intrépide (PD sup)

17/04/2019 : Merens-les-Vals – vallée du Nabre – étangs de Madides – Pic d’Esquine d’Ase (2706m) – retour par la jasse de Madides – GR10 – Merens-les-Vals

 

Le village de Merens-les-Vals, en Haute-Ariège, se trouve à la confluence de trois cours d’eau : le ruisseau de Mourgouillou qui descend de l’étang de Comte, la rivière Ariège et le torrent du Nabre. C’est dans la vallée du Nabre que je pars à la découverte du point culminant local, le pic d’Esquine d’Ase. Ce sommet marque par l’Est le fond du cirque suspendu des étangs des Peyrisses, alors que par l’Ouest, il n’est que l’un des innombrables sommets qui composent la vallée du Nabre. La face Sud/Ouest propose un certain nombre de couloirs dont je n’ai trouvé le moindre topo. Il ne me reste plus qu’à en choisir un et y faire ma trace. Le départ s’effectue au-dessus de la chapelle romane, en remontant la vallée par le GR10. Mise en action à 7h15 avec le jour déjà levé. Remonter la vallée du Nabre en suivant le GR10 ne pose pas de problème jusqu’à la passerelle qui enjambe le torrent. La neige devient continue à cet instant. Je chausse les raquettes, c’est indispensable.

 

Torrent du Nabre et pic d'Aragnol

P1100484-001.jpg

 

Première vue sur le Pic d'Esquine d'Ase

P1100486.jpg

 

Gros plan sur la face Ouest de l'Esquine d'Ase

P1100487.jpg

 

Après la passerelle, je ne tarde pas trouver le croisement du GR10 qui monte cap au Sud (1h31), mais que je ne dois pas suivre. Il me faut rester dans l’axe principal de la vallée, mais il n’y a pas de sentier, du moins visible. Il y a plusieurs verrous à franchir avant d’arriver au pied de la face. Les conditions de marche sont parfaites, absence de vent et température idéale pour ne pas avoir froid sans pour autant ramollir la neige. Et de toutes parts sur ma droite, des coulées d’avalanche de fonte marquent les flancs du pic d’Aragnol, du pic de la Coume d’Agnel et du Pic de Madides. Au moins, il n’y aura plus d’avalanche. J’arrive au pied de la face, à la base du cône, à 9h51. L’approche aura demandé 2h29, c’est déjà une course dans la course. La suite va me montrer que c’est une course en 3 actes. L’acte 1 étant l’approche, l’acte 2 du couloir au sommet, et l’acte 3 le retour.

 

Vallée du Nabre au niveau du croisement avec le GR10
P1100488.jpg

 

Pause technique pour troquer les raquettes contre les crampons. Durant ces instants, j’analyse le couloir, les conditions générales, la sortie, les éventuels pièges. Je suis seul au fond d’une vallée qui ne doit pas voir beaucoup de monde durant l’hiver ; le téléphone portable ne passe évidemment pas. Contrairement aux couloirs du Puymorens, du Pas de la Casa ou des Pessons, personne à moins de 3 heures de marche ; ici les secours ne viendront pas avant plusieurs jours. L’engagement est donc total. C’est de l’alpinisme comme j’aime, seul face à soi-même, avec la montagne pour témoin.

 

Plusieurs choix de couloirs

P1100496.jpg

 

Couloir de la Glace Intrépide droit devant
P1100491.jpg

 

Gros plan sur le couloir
P1100492.jpg

 

10h10 c’est parti. Le cône de déjection est obstrué par une avalanche qui a purgé le couloir, voilà un risque en moins. La neige est béton et le cône plutôt court. On entre vite dans le vif du sujet, et sujet il y a. L’inclinaison est importante, certainement 65°, et la pluie des jours derniers a formé une croute de glace sur toute la longueur de la voie, après le béton c’est le béton armé. Les conditions d’accroche sont parfaites, je ne pouvais rêver mieux. Les piolets ancrent à la perfection, les pointes mordent idéalement. Mais l’inclinaison impose de travailler toujours sur les mollets, et ils vont vite bruler jusqu’à l’incandescence. Le couloir est très esthétique, très étroit, confidentiel, dans du beau granit.

 

Le cône vu du haut depuis l'entrée du couloir, avec l'un des étangs de Madides au pied du pic de la Coume d'Agnel

P1100498.jpg

 

L'entrée du couloir

P1100501.jpg

 

La photo écrase l'inclinaison, mais pente il y a !
P1100502.jpg

 

Environ à mi-couloir
P1100503.jpg

 

Il y aurait un grand besoin de soulager les mollets, mais c’est pratiquement impossible de poser les talons. Un sacré exercice de verticalité. Je vais trouver le moyen de me vacher sur friends, il était nécessaire d’évacuer la fatigue musculaire. La sortie semble proche, mais il ne faut pas se fier à cet univers blanc qui fausse la perception. La croute de glace sur la neige est continue, ce qui donne des conditions d’ascension parfaitement stables. La glace s’est formée sur la coulée damée par l’avalanche, mais tout porte à croire que la glace se forme naturellement dans ce couloir. Depuis le début de la saison des couloirs, je n’avais pas encore eu de telles conditions aussi parfaites. Le top ! Les trois derniers pas pour atteindre le soleil se feront sur une inclinaison plus douce. Sortie à bout de souffle à 11h25, soit 3h43 de purs efforts. Je m’effondre sur la neige ramollie, je suis heureux. La vue côté Peyrisses est spectaculaire. L’enneigement est tel que l’on pourrait penser être au cœur de l’hiver.

 

La sortie est visible mais reste encore loin
P1100504.jpg

 

De dos, on peut apprécier les méandres du couloir.
P1100505.jpg

 

Proche de la sortie
P1100506.jpg

 

L'ambiance est exceptionnelle dans le couloir

P1100508.jpg

 

Dans la brèche, la dalle à suivre. La neige qui affleure la dalle ne porte pas, je devrai même l'évacuer pour trouver un appui ferme.
P1100510.jpg

 

Un bout de la crête menant au pic d'Esquine d'Ase, le sommet central

P1100511.jpg

 

Le haut vallon des Peyrisses dont les étangs sont invisibles
P1100512.jpg

 

Le couloir débouche dans une brèche. Côté pic de Nabre, une dalle verticale haute de plus de 5 mètres barre l’accès. Côté pic d’Esquine, il y a des dalles également, mais accessibles pour peu que l’on puisse se hisser dessus. La neige réchauffée par quelques heures de soleil ne porte pas. Cela impose un bon pas de III, et il n’y a plus qu’à suivre les fissures ; très bon exercice de dry.

 

La brèche vue de haut
P1100514_stitch.jpg

 

Vue générale sur la crête

P1100518_stitch.jpg

 

La vallée du Nabre

P1100521.jpg

 

La neige porte très mal sur la crête et il y a encore un peu de marche pour s’offrir le sommet. Le passage clé de cette crête, est une fine ligne de neige, d’un peu plus de 10 mètres de long, large comme un fil de rasoir. C’est si étroit que cela pourrai faire passer le Pas de Mahomet de l’Aneto, pour un boulevard. Impossible de poser deux pieds l’un à côté de l’autre, et avec cette neige molle, il faut bien choisir le versant où tomber, en cas de piège. Le versant des Peyrisses est le plus indiqué, mais tout se passe finalement bien. Ce ne fut pas le moment le plus agréable de la matinée, je dois le confesser. Encore un peu de marche et le sommet est atteint à 12h06, après 4h14 de marche effective. La vue est immensément vertigineuse. Je n'ai plus qu'à savourer le panorama.

 

Sommet du pic d'Esquine d'Ase, 2706 mètres

P1100528.jpg

 

L'étang de Naguille dominé par le pic de Cimet

P1100522.jpg

 

Vue vers le Sud/Ouest

P1100523.jpg

 

Vue vers le Sud/Est

P1100524.jpg

 

Vue vers le Sud/Est

P1100525.jpg

 

Les proches sommets

P1100526.jpg

 

Gros plan sur les sommets majeurs du Donezan

P1100527.jpg

 

Vue vers l'Ouest, trop de sommets pour les nommer

P1100529.jpg

 

Au sommet le vent souffle avec vigueur. Je vais manger dos au vent, le regard tourné vers le Sud. Durant mon passage en crête, j’ai bien pris soin de repérer des possibles couloirs de descente, mais aucun ne me paraît vraiment acceptable. Sous le sommet en versant Ouest, il y a une pente de neige dénuée d’obstacle, ce sera celle-ci que je vais emprunter. 12h55 débute pour moi l’acte 3. Comme prévu je m’engage dans cette pente, où dans un premier temps la neige est molle, je m’enfonce jusqu’à la taille alors que la pente est digne d’un couloir. Je comprends vite qu’il faut trouver un autre moyen de déplacement. Le mode luge sera parfait tant que la neige sera molle. Mais là encore il y a eu des avalanches qui ont fortement abimé le manteau neigeux. La neige est trop dure pour descendre de face, et la pente trop prononcée pour luger sans risque. S’engage alors une désescalade glaciaire bien longue, mais ce fut l’unique solution. Je n’imagine pas ces pentes en été, recouvertes de gispet ou de rhododendrons. Une fois rendu à la base de l’avalanche, je peux souffler enfin. Je suis soulagé d’avoir passé cette épreuve sans dommage.

 

L'itinéraire de descente à suivre

P1100532.jpg

 

L'itinéraire emprunté

P1100534.jpg

 

L'étang inférieur de Madides

P1100535.jpg

 

Vue intégrale sur l'itinéraire de descente

P1100537.jpg

 

Vallée du Nabre

P1100538.jpg

 

Sitôt que la pente devient moins forte, je chausse à nouveau les raquettes. La suite n’est qu’une répétition de mon itinéraire matinal, en suivant mes traces, puis le sentier. La descente de cette vallée me parait plus longue qu’à la montée, certainement dû à l’absence de vue vers le lointain. Le ciel qui vient de se couvrir brutalement participe aussi à ternir mon enthousiasme. Fin de cette très belle course à 15h37. Cela m’aura demandé 6h35 pour un dénivelé proche de 1500 mètres. Je baptise ce couloir « La Glace Intrépide », car je n’ai trouvé aucune information le concernant. Ce n’est forcément pas une première, mais au moins à présent il aura un nom. La course ne s’arrête pas au simple couloir, car la suite est tout autant périlleuse ; c’est ce qui fait la richesse et la complexité de cette course, donc il ne faut rien sous-estimer. Tout manque de lucidité serait fatal. Le coin regorge de couloirs, il reste encore beaucoup à explorer.

 

Tracé du jour

Carte_trace.JPG

 

Gros plan sur le couloir et l'itinéraire du retour
Carte_trace_zoom.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h35 pour 15,7 km à 2,4 km/h

Temps pour faire le couloir : 1h15 – longueur du couloir : 280m

Dénivelé positif total : 1482m – Autant en négatif

Point culminant : 2706m



18/04/2019
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 191 autres membres