Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic d’Agnel depuis les forges d’Orlu

15/10/2022 : Forges d’Orlu (912m) – Etang de Naguille – Etang Déroun – Etang de la Coume d’Agnel Bas – Etang de la Coume d’Agnel Haut – Pic d’Agnel (2629m) – Etangs des Peyrisses – Cabane d’Eychouze – Etang de Naguille – Forges d’Orlu

 

Il faut être natif de la vallée d’Orlu pour connaitre le pic d’Agnel et ses accès. Le pic d’Agnel est cet impressionnant sommet qui montre fièrement sa face nord aux randonneurs qui arrivent pour la première fois au barrage de Naguille, tout au fond vers le Sud. Mais aucun début de sentier sur la carte IGN ne laisse imaginer son ascension. C’est avec le topo de Philippe Queinnec en poche, et accompagné de l’institutrice du village d’Orlu, que je pars à l’aventure. Aventure, le mot n’est pas galvaudé.

Départ à 9h07 depuis le parking sur fréquenté des forges d’Orlu. Suivre le beau sentier qui conduit à l’étang de Naguille. Malgré un départ tardif, la température est fraiche mais ne va pas le rester longtemps. La prise de dénivelé franche et rapide aide à faire monter la température corporelle. Le sentier est bien tracé, propre, propice à avancer efficacement. Nous parvenons au barrage de Naguille après 1h40, et déjà 1000 mètres de dénivelé gagné. Ce n’est pas possible, c’est bien trop rapide ! Mais c’était le plus facile, les 629 mètres restants pour accéder au pic d’Agnel vont coûter cher. Le pic d’Agnel est tout au fond, mais quelques détours vont être obligatoires pour s’y rendre.

 

Pic de Cimet versant N/E

P1140664.jpg

 

Massif de Tabe de dos
P1140665.jpg

 

Le barrage tel qu'on le découvre en sortant du bois
P1140666.jpg

 

Dent d'Orlu dans le fond
P1140667.jpg

 

Gros plan sur la Dent d'Orlu ou Pic de Brasseil
P1140668.jpg

 

Suivre ensuite la berge de l’étang jusqu’à parvenir à un ravin et une passerelle. Ne pas franchir le ravin, mais s’élever juste avant sur la droite. Un sentier et de nombreux cairns permettent de naviguer aisément au travers un terrain fait de rhododendrons et de gispet. Pour le secteur, c’est une autoroute, celle qui conduit à l’étang Déroun. Sans difficulté ni d’orientation, ni physique, nous parvenons à 11h47 au bel étang Déroun, perché à 2140 mètres. Nous avons mis 2h40. A présent plus d’information sur le terrain, il faut imaginer à l’aide du topo et de la géographie locale, quelle peut être la suite à donner à l’itinéraire.

 

Pic d'Agnel tout au fond

P1140671_stitch_Bis.jpg

 

P1140670.jpg

 

Le ravin à ne pas franchir

P1140675.JPG

 

L'étang de Naguille vu vers l'aval
P1140676.JPG

 

Gros plan sur la Dent d'Orlu qui semble plus proche qu'elle ne l'est
P1140677.JPG

 

Naguille vu en s'élevant vers l'étang Déroun
P1140678.JPG

 

Etang Déroun
P1140679.jpg

 

La pointe rocheuse n'est que la côte 2341m
P1140683.JPG

 

Il faut ensuite s’élever le long de la berge orientale jusqu’à franchir un point haut à 2205 mètres, sorte de col qui permet de basculer dans le vallon parallèle. La carte IGN ne laisse aucunement imaginer le terrain difficile qu’il faut affronter pour évoluer dans ce secteur. Pentes raides herbeuses, éboulis de blocs, champs de myrtilles, barres rocheuses, dalles inclinées, tourbières, rien ne manque. Et ce n’est qu’un début ! Nous découvrons l’étang de la Coume d’Agnel Bas à 12h15, pour 3h05 d’efforts. C’est une sorte de mare à canards, mais il y a du poisson. L’endroit est plein de charme et peut suffire à lui seul à un objectif journalier. Mais notre appétit de découverte n’est pas encore rassasié. Le temps d’une courte pause grignotage, et c’est reparti.

 

Etang Deroun et Serre de Canras dans le fond

P1140684.JPG

 

Pic de Cimet versant sud, vu dans mon dos
P1140686.JPG

 

Vue sur la Coume d'Eychouze
P1140688.JPG
 

Etang de Naguille vu depuis la côte 2205m
P1140689.JPG

 

Etang de Coume d'Agnel Bas et pic d'Agnel
P1140691.JPG

 

Quand on parlait de mare aux canards !P1140690.JPG
 

Vue vers l'aval sur l'étang de Coume d'Agnel Bas
P1140694.JPG

 

Le terrain local ne permet pas de tracer une ligne droite entre les étangs Agnel Bas et Haut, car des barres rocheuses font écran. Il y a seulement 200 mètres de dénivelé entre les deux coumes mais il faudra en gravir plus pour déjouer les pièges. Pour cela, depuis l’étang Bas, s’élever dans le vallon où coule un ruisseau. Rester dans l’axe de ce vallon jusqu’à atteindre un replat, et obliquer vers la gauche, c’est-à-dire faire une sorte de demi-tour vers l’Est. Tout en prenant de la hauteur, chacun choisira à sa convenance un cheminement à travers les dalles et les barres rocheuses pour arriver juste aux dessus des étangs suivants. Il est vain de chercher des cairns ou des traces de sentes, il n’y en a pas. Mais on trouve en abondance des crottes de moutons. Descendre alors dans la pelouse jusqu’à l’étang de la Coume d’Agnel Haut. Il est 13h45, et cela nous aura demandé 4h10. L’endroit parait être à une altitude exceptionnellement haute, pourtant ce n’est qu’à 2379 mètres. Il y a tous les ingrédients de la haute montagne, solitaire et indomptée, mais à une altitude modeste. C’est déroutant. Repas au bord de l’eau bien entendu. Nous sommes exactement au pied de la face nord du pic d’Agnel ; cette face est encore plus spectaculaire vue de près. La cime nous domine de 250 mètres.

 

Coume d'Agnel Bas et Dent d'Orlu

P1140696.JPG

 

Petit plateau où il faut faire un demi-tour vers l’Est
P1140697.JPG

 

Pic d'Agnel en approche
P1140698.JPG

 

Etangs de Naguille et Coume d'Agnel Bas
P1140699.JPG
 

Etangs de la Coume d'Agnel Haut
P1140700.JPG

 
P1140704.JPG

 

Gros plan sur le pic de Tarbésou
P1140705.JPG

 

Etang de Coume d'Agnel Haut vu vers l'amont
P1140706.JPG

 

Nous repartons à 14h30. Il faut contourner toute la face nord, mais en direction de l’est. On effectue une traversée dans des éboulis pour passer un faux col où nous apercevons des isards. Il faut bien prendre soin de faire tout le tour de la face, jusqu’à aller chercher une pente d’herbe et franchir une crête, pour passer en versant sud. Tout devient plus évident à cet instant. L’étang des Peyrisses apparait soudain, imposant son étendue plane à nos regards. C’est tout un pan de Pyrénées Catalanes qui se dressent vers le sud. Effet « Waouh » garanti ! Pour gagner le sommet, s’élever vers l’ouest dans une pente de gispet fortement inclinée. Pratiquement à l’aplomb du sommet se trouve un couloir herbeux qui conduit à la crête terminale. Encore quelques pas à cheval au-dessus du vide et le sommet est gagné à 15h35. Cela aura demandé 5h18. Génial ! On ne boude pas notre plaisir d’être enfin sur cette sorte de tour posée en position centrale dans son secteur.

 

Point bas où il faut passer mais ce n'est pas un col

P1140707.JPG

 

Crête du pic de la Baynaye au pic d'Ouxis
P1140708.JPG

 

Naguille encore et toujours
P1140709.JPG

 

Couloir herbeux menant au versant Sud
P1140711.JPG

 

Le versant Sud baigné de soleil
P1140712.JPG

 

Etang supérieur des Peyrisses
P1140713.JPG

 

Le plateau où l'on sort en venant du nord
P1140714.JPG

 

Versant Sud du pic d'Agnel
P1140715.JPG

 

Etang supérieur des Peyrisses et Pic d’Etang Faury
P1140716.JPG

 
Couloir à remonter pour sortir sur l'arête sommitale
P1140719.JPG

 

Arête sommitale, moins de 5 minutes aériennes
P1140720.JPG

 

Le même bout d'arête vue depuis la cime

P1140724.JPG

 

Vue vers l'Est
P1140721.JPG

 

Vue vers le Nord
P1140722.JPG

 

Vue vers le N/E

P1140725.JPG

 

P1140734.JPG

 
Versant Nord du Pic d'Etang Faury

P1140723.JPG

  

Vers l’Ouest la proximité avec la muraille allant du pic d’Esquine d’Ase au pic d’Etang Faury masque la vue, mais pour le reste, c’est un mirador fantastique. L’étang de Naguille étire son bassin vers le nord. Le petit cirque des Peyrisses est impressionnant de minéralité ; s’il y avait des sommets culminant à plus de 3000 mètres, ce serait à n’en pas douter un spot d’alpinisme de grande renommée. Mais les Peyrisses n’ont pas eu cette faveur de la nature, et ils restent confidentiels pour leur bien. Le lieu est presque inhospitalier. La panne du zoom de mon appareil photo m’aura privé de plans rapprochés sur des sommets comme le Mont Valier ou la Pique d’Estats.

 

P1140726_stitch.jpg

P1140727_stitch.jpg
 

16 heures, il faut quitter le point le plus haut et le plus éloigné de la journée. Revenir prudemment sur ses pas jusqu’à la crête. Ne surtout pas descendre directement vers l’étang majeur des Peyrisses, mais aller chercher un étang suspendu sans nom un peu à l’E/NE. Cela passe partout dans l’herbe avec une inclinaison de pente acceptable. On rejoint alors sans aucune difficulté l’étang supérieur des Peyrisses. On trouve là une sente, certainement celle des pêcheurs.

 

Versant Sud d'où nous venons

P1140737.JPG

 

Etang sans nom au dessus du supérieur des Peyrisses
P1140739.JPG

 

Etang supérieur des Peyrisses et pic de Nabre plein centre
P1140740.JPG

 

Etang supérieur des Peyrisses
P1140741.JPG

 
P1140742.JPG

 

Face Sud du pic d'Agnel vue depuis l'étang supérieur des Peyrisses
P1140743.JPG

 

Il faut du coeur pour s'aventurer ici
P1140744.JPG

 

Point de bascule entre les étangs des Peyrisses
P1140747.JPG

 

P1140749.JPG

 

Nouvelle vue sur le pic d'Agnel
P1140750.JPG

 

Descendre à l’étang inférieur n’est pas un cadeau. Il faut traverser le torrent qui s’échappe du déversoir et s’éloigner de ce dernier pour descendre prudemment au travers une pente de gispet fortement inclinée. Les chevilles n’apprécient pas vraiment ce terrain qui les pousse à l’extrême. C’est enfin le bonheur lorsque le terrain redevient plat au bord de l’étang. Une sente se dessine et quelques cairns font à nouveau leur apparition.

 

Etang inférieur des Peyrisses

P1140751.JPG

 

L'étang inférieur est encore plus grand que le supérieur
P1140753.JPG

 

Il suffit alors de suivre la sente et les cairns jusqu’à venir rattraper le GR Tour des Montagnes d’Ax qui descend de la couillade d’en Beys. C’est un balisage jaune et rouge. Même si le sentier est là, nous n’en avons pas fini pour autant. Descente jusqu’à la cabane d’Eychouze où nous parvenons à 18 heures, en 7h12. Un arrêt pour saluer les chasseurs d’isards, qui nous annoncent qu’il reste encore 2h30 avant de terminer la journée. Nous arriverons tard mais c’est un très beau sentier qui nous attend. C’est un plaisir de découvrir avec une nouvelle luminosité, l’étang de Naguille et les reflets dorés du soleil couchant. A partir de 19h30, l’usage de la frontale se fait indispensable. La descente depuis le barrage parait presque plus longue que la montée, malgré la marche nocturne. Il fait excessivement chaud dans le bois, inexplicable ! Fin de la journée à 20h30, pour 9h31 de marche parfois rapide, parfois aérienne. Un réel plaisir d’avoir découvert ce sommet et l’avoir partagé à deux. Je pensais que l’Aston en Ariège était le secteur le plus sauvage, ce n’est rien à côté du cirque des Peyrisses et de la coume d’Agnel. Et c’est peut-être mieux ainsi !

 

Vue en allant chercher le GR

P1140754.JPG

 

Gros plan sur le pic de Cimet
P1140757.JPG

 

Cabanes d'Eychouze, une privée à gauche, l'autre libre à droite
P1140758.JPG

 

Pic de la Baynaye

P1140761.jpg

 
P1140764.jpg
 

Omni présence de la Dent d'Orlu

P1140765.jpg

 

Trace du jour :

Carte_Pic d_Agnel.jpg
 

Une partie du circuit sur carte 3D :

Carte_3D.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 9h31 pour 24,7 km à 2,6 km/h

Dénivelé positif total : 1850 m – Autant en négatif

Point culminant : 2629m



19/10/2022
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres