Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Baxouillade par le couloir des Estanys de la Porteille (PD sup)

27/12/2020 : Espousouille – vallée du Galbe – Les Bassetes – Estanys de la Porteille d’Orlu – Couloir des Estanys de la Porteille (PD sup) – Pic de Baxouillade (2546m) – aller/retour

 

Préambule : Cette sortie est la résultante de la perte de semelles du 24/10/20 aux étangs de la porteille d’Orlu. Il ne fallait pas finir l’année sur un échec aussi ridicule. Le confinement est passé par là, et à présent un couvre-feu. Afin d’éviter le couvre-feu donc, et partir le plus tôt possible, il fallait dormir sur place, c’est-à-dire au village d’Espousouille, dans le Capcir, l’un des lieux habités les plus froids du département des Pyrénées-Orientales. En effet, la température est descendue à -6°C dans la voiture durant la nuit. Le ton est donné. Mon ami Joël se joint à moi pour partager ce qui sera une journée dantesque.

Avec 4 mètres plus haut que le Roc Blanc, le pic de Baxouillade est le plus haut sommet du Donezan. Sa face Ouest domine la vallée de l’Oriège par des escarpements spectaculaires. Mais par son versant Sud, il pose un pied solide dans le Capcir. Il ferme élégamment la vallée du Galbe où quelques petits étangs participent à alimenter le torrent du Galbe. C’est par ce versant que nous allons l’aborder. Départ à 5h15, depuis le village d’Espousouille. Il a neigé abondamment il y a un peu plus de 24 heures, et le décor est d’un blanc insolent. Dans l’obscurité de la nuit et dans un paysage uniforme, je ne trouve pas la route forestière rive droite, si bien que nous allons perdre un certain temps avant de s’engager sur la route forestière rive gauche. Un véhicule a tracé deux profondes tranchées permettant de marcher sans difficulté. Une fois mis sur les rails, il n’y a plus qu’à remonter la vallée. Nous parvenons au refuge de la Jaceta à 7h10, soit 1h55. Nous chaussons à présent les raquettes car il n’y a plus de trace.

 

Le jour se lève dans le GalbeP1110937.JPG

 

Gros plan sur le massif du Canigou dans le lointainP1110935.JPG

 

Couleurs fauves matinales

P1110938.JPG

 

133357907_704339923552181_4647691364937292074_n.jpg
 
Nous suivons au mieux le sentier estival dans une neige ouatée. La portance est médiocre, d’autant que nous avons les sacs à dos fortement chargés. Les couleurs du lever du jour sont exceptionnelles. C’est la récompense d’un départ matinal. Une première rampe nous dépose au plat des Bassetes à 9h23, après 3h50. Une véritable pause grignotage s’impose. L’éloignement du premier parking permet de préserver le lieu de présence humaine. Nous avons pour nous seuls un décor de cinéma sous nos yeux.

 

Pic de Terrers

P1110940.JPG

 

Les Bassetes
P1110941.jpg

 

Si en l’absence de neige la traversée de cette zone humide pose quelques questions, il n’en est pas de même en cette saison. Une fois au bout du pré, il faut se hisser à nouveau sur le mamelon en l’abordant par la gauche. Le prise de dénivelé se fait au prix d’une débauche d’énergie dans une neige cotonneuse. Nous voilà parvenus à 10h11 à la station météo, en 4h30. Toutes les prévisions d’horaires sont déjà explosées, il va falloir improviser pour la suite.

 

Première vue sur le pic de Baxouillade

P1110943.JPG

 

Rude montée au dessus des Bassetes
P1110945.JPG

 

Le plaisir de faire la trace

133731135_1014080945765551_433547991571716658_n.jpg

 

Porteille d'Orlu et pic de Baxouillade
P1110946.JPG

 

En gros plan on remarque que la porteille a été déjà descendue
P1110947.JPG

 

La rampe suivante est moins forte. L’effort à fournir est moindre, mais demande malgré tout son content d’énergie. Nous sommes écrasés par le poids des sacs. Puis une courte traversée nous dépose au pied de la porteille d’Orlu. Le temps passe vite, trop vite. Nous sommes si proches du sommet, qu’il nous semble impensable de faire demi-tour. Il faut simplement trouver la bonne stratégie. Durant cette pause, un skieur à la jeunesse insolente nous a rejoints comme une fusée. Il faut dire que le ski de randonnée est parfaitement adapté à ce type de neige, et qu’il va « seulement » à la porteille d’Orlu pour s’offrir une belle descente. Chacun change de cap et l’on se souhaite le meilleur.

 

Le pic de Baxouillade apparait plus distinctement

P1110948.JPG

 

Couloir des Estanys de la Porteille
P1110949.JPG

 

C’est en s’élevant vers les étangs supérieurs que la solution nous apparait clairement. Il faut se délester, et choisir le bon couloir. Après avoir quitté le matériel superflu, nous chaussons les crampons et partons en direction d’un petit couloir à l’ouest du sommet. Nous lui donnerons le nom de couloir des Estanys de la Porteille. Il est 12h23 quand nous sommes au pied de celui-ci.

 

Dans le fond la cime du pic de Terrers

P1110950.JPG

 

133936083_220504059544322_25521535890439671_n.jpg

 

Entrée du couloir non visible dans l'approche

P1110955.JPG

 

La neige est en condition exceptionnelle. Elle est gelée, et une fine pellicule de glace la recouvre ; on ne pouvait espérer mieux. La fatigue s’évapore, il ne reste que le plaisir de grimper. Tout se fait sur les pointes avant, et ça monte très vite. Pas de difficulté technique autre que la vigilance que demande cet exercice, mais la neige et la glace qui tapissent la roche apportent une ambiance très particulière. C’est un grand plaisir que de se retrouver là, avec de telles conditions. Proche de la fin, une courte zone est dépourvue de neige, mais la sortie se fait en neige, et sans corniche. Il ne reste plus qu’à tourner sur la droite en suivant le bord de l’arête, pour gagner la cime. Nous voilà au sommet à 13 heures. Une ascension de 6h32, dantesque ! Noël cette année tombe pour moi un 27.

 

Le couloir dans sa longueur

P1110956.JPG

 
P1110957.JPG

 

133755067_454445346006366_239024613737849356_n.jpg

 

Ça penche
P1110958.JPG

 

Vue depuis la sortie du couloir
P1110959_stitch.jpg
 

Crête finale
P1110972.JPG

 

Partie terminale de la crête

P1110962.JPG
 
La petite croix sommitale a été sciée depuis mon dernier passage. Le vandalisme n’a pas de limite ! La suite se passe de commentaires. La tempête a décapé quelques sommets, ce qui explique les grandes accumulations dans les vallons. Le ciel est gris mais la vue est dégagée. Nous profitons brièvement de ce spectacle chèrement gagné, pour repartir 10 minutes plus tard, car le temps est compté.

 

Vue du sommet vers le sud sur les Pérics

P1110963.JPG

 

133860629_215300656873221_6362698727773438362_n.jpg

 

Roc Blanc versant sud

P1110964.JPG

 

Etang de Laurenti

P1110967.JPG

 

Crête du pic de la Tribune

P1110971.JPG

 

Vue vers le Nord/Ouest

P1110966.JPG

 

P1110974.jpg

 

Gros plan sur la dent d'Orlu ou pic de Brasseil

P1110965.JPG

 

Vue vers le Sud

P1110968.JPG

 

Gros plan vers l'Ouest sur les pics de Coma d'Or et Pedros

P1110976.JPG

 

Le retour se fera par le couloir de la voie estivale, le plus proche de la cime occidentale. La descente demande en grande partie de désescalader sur de la neige glacée. Nous prenons un repas rapide au niveau de la « zone de délestage », le temps de quitter les crampons et enfiler les raquettes, et à 14h14, nous engageons le retour. Il ne reste plus qu’à suivre nos traces matinales. Tout est plus facile quand on ne lutte pas pour s’élever contre la gravité. Il n’y a plus qu’à allonger le pas pour terminer à une heure raisonnable qui va nous permettre de rentrer avant le couvre-feu. Fin de cette journée mémorable à 17h09 à Espousouille, pour une descente éclair de moins de trois heures.

 

Premiers pas dans le couloir de la voie estivale

P1110973.JPG

 

En rouge le couloir de montée, en vert la descente

P1110977.JPG

 

Gros plan

P1110978.JPG

 

De nombreux couloirs sont encore à découvrir
P1110979_stitch.jpg

 

Retour sous un ciel gris
P1110984.JPG

 

Réaliser un couloir si isolé, en plein cœur de l’hiver, avec une telle approche, n’est pas vraiment raisonnable, et il est logique de passer la nuit dans l’un des deux refuges de la vallée. Mais le monde actuel est-il sérieux ? Et si la raison ne serait pas justement de vivre intensément ?

 

Tracé du jour :


Visorando

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 9h52 pour 24 km à 2,4 km/h

Dénivelé positif total : 1082 m – Autant en négatif

Point culminant : 2546m



28/12/2020
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres