Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Mortiers et Pic de Terrers par la vallée du Galbe

06/10/2018 : Vallée du Galbe – vallée de pierres écrites – Pic de Mortiers (2605m) – Serra de Morters – Pic de Terrers (2540m) – Etang du Diable – vallée de pierres écrites – vallée du Galbe

 

Proche du site lacustre des Camporells dans le Capcir, se trouve la vallée du Galbe, une vallée pleine de charme qui se termine à la portella d’Orlu, passage vers la réserve éponyme. C’est un accès rapide à de nombreux sommets, et quelques étangs confidentiels. Nous allons rendre visite à quelques sommets paisibles aux pentes douces en versant Est, mais aux versants Ouest abrupts.

Départ depuis le parking de la Cabane de la Jaceta à 9h27, en remontant le cours du torrent du Galbe. Malgré une température ambiante de 5°C au départ, il va vite faire chaud. La mise en jambe se fait en pente douce jusqu’à trouver une passerelle sur la gauche. Nous quittons ainsi l’axe de la vallée, tout en suivant le sentier GR Tour du Capcir.

 

Refuge de la Jaceta

IMG_7643.jpg

 

Pic de Terrers droit devant

IMG_7646.jpg

 

Quelques crocus d'automne sur fond de pic Terrers

IMG_7647.jpg

 

La pente se redresse à présent, mais sous forme de paliers successifs, permettant de reprendre son souffle. Nous avons toujours en point de mire le Pic de Terrers, que l’on contourne doucement par son versant Sud. C’est au niveau d’un replat marécageux où coulent quelques ruisseaux, qu’il faut quitter le GR pour poursuivre la prise de dénivelé en hors sentier. Quelques cairns, quelques traces de sente et beaucoup de genets. Mais cela conduit sans faille dans le vallon des Pierres Ecrites.

 

Versant Nord/Ouest du Ras de la Sal et pic de Mortiers dans le fond

IMG_7648.jpg

 

Pic de Mortiers vu depuis le torrent des Pierres Ecrites

IMG_7651.jpg

 

Premier plan le Puig du pla d'en Bernat, second plan le massif de Madres

IMG_7652.jpg

 

Nous suivons paisiblement le cours d’eau des Pierres Ecrites. A ce propos, nous n’avons pas vu la moindre pierre avec l’inscription de l’homme, des dessins d’érosion tout au plus. Qu’importe, cela ne gâche en rien le plaisir de remonter ce vallon bucolique, où quelques marmottes batifolent avant d’entrer prochainement en hibernation. Pour se rendre au pic de Mortiers, il faut éviter de le prendre de front, mais il est plus efficace de le contourner par le Sud. La pente s’accentue encore, la cime ne s’offre pas, il faudra la gagner pas après pas. On peut également rester dans l’axe de la vallée et marcher plein Ouest pour rattraper la crête en évitant le sommet. Nous allons aller chercher une pente d'herbe au plus direct, dans le gispet, pour avaler les 100 derniers mètres. Les 2605 mètres du pic de Mortiers sont atteints à 12h52, après 2h53 d’ascension continue. Le choc visuel est à la hauteur des espérances, la récompense est immense.

 

Pente terminale

IMG_7654.jpg

 

Vue vers le Nord depuis le sommet

IMG_7660.jpg

 

Il fait froid, mais heureux !

IMG_7661.jpg

 

Un drôle d'altiplano avec les étangs des Camporells

IMG_7664.jpg

 

Les pentes douces d’où nous venons, tranchent avec la verticalité de la profonde vallée d’Orlu. Le Pech de Bugarach dans les Corbières, tel une ile, émerge au-dessus d’une mer de nuages. Tout serait parfait, si un vent froid ne venait perturber ce moment où le regard se perd dans l’immensité de l’horizon, vers l’Ouest. Il fait rapidement froid, nous devons repartir bien vite pour aller se mettre à l’abri. En 10 minutes, nous parvenons à un large col entre les pics de Mortiers et Terrers. A 13h13, à l’abri sous le vent, nous allons prendre le repas. Et sans vent, la vie est bien plus douce ! Quel calme à 3 mètres près !

 

Relief impressionnant vers la vallée d'Orlu, le Pic de Cimet en impose malgré une altitude modeste de 2423 mètres

IMG_7665.jpg

 

Nous allons nous offrir plus d’une heure de quiétude, mais de nombreux cumulus congestus n’incitent pas à s’attarder trop longtemps ; le ciel nous prévient que le sursis avant l’orage sera court, à nous d’en tenir compte. A 14h30, nous prenons la direction du pic de Terrers. Seules 15 minutes suffisent pour se rendre sur sa cime aussi étendue que plane. 14h45, passage sur le second sommet du jour [3h14]. La vue depuis ce sommet si impressionnant vu de plus bas, et si docile par sa crête Sud, est pratiquement identique à son proche voisin. Néanmoins, il dévoile partiellement le confidentiel étang du Diable.  Ce sera le dernier objectif du jour.

 

Panorama vers le Nord depuis le sommet du pic de Terrers

IMG_7667_stitch.jpg

 

Pic de Brasseil ou Dent d'Orlu avec le massif de Tabe dans le fond

IMG_7672.jpg

 

« L’étang du Diable, enserré dans des mauvais éboulis, atteste des traditions et des récits qui émaillent l’imaginaire pyrénéen. De quelle légende est-il le témoin ? » Louis Audoubert. Nous descendons plein Sud pour mieux découvrir cet étang invisible où nul torrent ne coule. Pas de déversoir, pas de névé résiduel pour l’alimenter, et pourtant il ne manque pas d’eau. Une destination de découverte à lui seul. Nous allons nous y approcher au plus près, sans pour autant descendre jusqu’à la berge.

 

Paisible étang du Diable avec dans le fond le Petit Péric et Pic Péric

IMG_7674.jpg

 

L'étang du Diable joue à cache-cache sous le pic Mortiers

IMG_7678.jpg

 

Pic de Mortiers tout à gauche

IMG_7679.jpg

 

En quittant l’étang, nous reprenons aussitôt l’axe de la vallée des Pierres Ecrites. Il ne reste plus qu’à suivre la trace matinale, non sans une pointe de nostalgie, car dans quelques heures ces mêmes montagnes vont se couvrir d’un manteau blanc qui mettra en sommeil pour quelques mois, tout cet univers encore coloré. Le retour est rapide et à 17h37, nous retrouvons le point de départ. Nous avons mis 5h44 pour accomplir ce bel itinéraire qui offre deux sommets et un lac secret.

 

Sur le chemin du retour

IMG_7680.jpg

 

Un grand merci à mes compagnons (compagnes) du jour, pour avoir affronté avec le sourire les pentes parfois bien raides, et le vent glacial des cimes. Entre le Donezan et le Capcir mon cœur balance. Ces deux proches régions sont indissociables pour moi, elles ne forment qu’un même territoire. Je ne me lasse pas d’en arpenter les sommets.

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000

Carte_Mortiers.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h44 pour 17 km à 2,9 km/h

Dénivelé positif total : 1000 m – Autant en négatif

Point culminant : 2605m



08/10/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 146 autres membres