Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de la Coume d’Enfer – face Nord (PD sup)

30/05/2019 : Pla de las peyres – Coume de Varilhes – face Nord (PD+) – Pic de la Coume d’Enfer (2730m) – étang de la Coume de Varilhes – Coume de Varilhes – Pla de las peyres

 

Préambule : la saison n’est plus vraiment adaptée pour faire des couloirs, pourtant il reste suffisamment de neige, et parfois fraiche, en Ariège, pour ne pas tenter l’aventure. Je ne connais pas la vallée de la coume de Varilhes, mais je sais que de formidables sommets marquent la frontière avec l’Andorre. Le pic de la Coume d’Enfer est l’un d’eux et offre une face Nord imposante. Il est primordial de partir très tôt ; j’irai passer la nuit au point de départ.

 

Pic de la Coume d'Enfer présentant sa face Nord depuis le pla de las Peyres

P1100649.JPG

 

Départ à 5h20, le jour n’est plus très loin. Deux mauvaises nouvelles quand je me mets en marche : il ne fait pas assez froid car la température est positive, et le vent souffle en crête. Allez à cœur vaillant rien d’impossible, nous verrons in-situ. Traverser immédiatement le torrent depuis le parking par la passerelle, et suivre les balises jaunes pour entrer dans la coume de Varilhes. Profiter de la passerelle suivante pour franchir le torrent et s’engager dans la pente de la face Nord.

 

Lever du jour dans mon dos

P1100605.JPG

 

La coume de Varilhes aux premières lueurs du jour
P1100606.JPG

 

Le couloir est à vue. Il s’agit de remonter à travers des landes de rhododendrons et myrtilles. La neige est continue à partir de 2100 mètres. C’est ici que commence un premier couloir qui mène à la partie supérieure. C’est une mise en jambe qui est proposée, avec une sortie en mixte. Je me présente à 6h28 au pied de ce mini couloir sans cône. L’approche n’aura demandé que 1h08.

 

La face Nord parait bien écrasée
P1100607.JPG

 

L'ensemble des deux couloirs à suivre
P1100608.JPG

 

Je me lance à 6h43. C’est la première fois de la saison que je m’engage si tôt dans un couloir, et il est déjà trop tard. Même si on évolue en face Nord, le couloir est orienté Est et prend immédiatement les premiers rayons du soleil. Pour le moment la neige porte plus ou moins bien, et ce court couloir et vite effacé. Même les 4 pas en mixte ne sont rien à côté de ce qui m’attend. Car la suite sera toute autre, avec la neige qui se ramollit trop vite.

 

A l'entame du premier tronçon, la photo donne une fausse impression de l'inclinaison
P1100609.JPG

 

La pente est bien présente
P1100610.JPG

 

Court mais raide !
P1100611.JPG

 

A la sortie avec le mixte rocaillo-herbeux
P1100612.JPG

 

Il y a en suivant, une longue langue de neige qui pourrait s’apparenter à un cône de déjection, mais qui n’en est pas. Cette zone est marquée par un reste d’avalanche, ce qui permet de trouver de la neige compacte. Sitôt entrée dans le couloir, la pente se cambre brusquement. La qualité de neige est inégale, parfois molle, parfois glacée. Et pour pimenter le tout, une pluie continue de glaçons dégringole. Grimper et surveiller les glaçons est un exercice épuisant ! Je bénis autant que je maudis le soleil : sans lui il ferait finalement très froid, mais par sa faute, la glace tombe au risque de me meurtrir. Voilà le paradoxe qui occupe mon esprit, entre deux respirations. Ce petit ombilic qui paraissait inoffensif depuis le parking, s’avère être un véritable couloir qui se défend rudement bien. Faire la trace en solo, dans ce type de neige, est une véritable épreuve d’effort. C’est extrêmement épuisant, ou alors c’est moi qui prends de l’âge. L’exercice en solo demande une abnégation sans faille. L’inclinaison de la pente atteint son maximum dans l’ultime portion de sortie, soit 55°. Il me tarde de sortir du couloir pour trouver un peu de facilité, mais il n’en est rien, la pente ne faiblit quasiment pas. Et au lieu de trouver un second souffle, c’est une hypoglycémie que je trouve. Tiens, je ne l’avais pas vue arriver celle-là ! Je me pose sur un effleurement rocheux pour remettre du carburant dans le réservoir, et relancer le moteur.

 

Le pseudo cône menant au couloir principal
P1100613.JPG

 

Le couloir semble bien court, apparence trompeuse
P1100614.JPG

 

Sur la droite, vers l'Ouest

P1100615.JPG

 

L'entrée du couloir face Nord
P1100616.JPG

 

La pente avoisine les 55° par endroit
P1100617.JPG

 

Proche de la sortie la pente atteint son paroxisme
P1100618.JPG

 

Vue vers le bas depuis la sortie du couloir
P1100619_stitch.jpg

 

Les pics de Cabaillère
P1100623.JPG

 

La sortie du couloir nous dépose en pleine face Nord. Il y a un moyen direct de se rendre au pic en restant dans l’axe, mais la mauvaise qualité de neige me fait renoncer à cette option. D’autant que la cime est enveloppée d’un épais brouillard, et le vent vient de se lever. Je choisis donc d’aller rejoindre la crête N/O où la neige est moins abondante. La crête est battue par un vent puissant et glacial. Malgré cela, elle est facile à suivre et ne présente pas de difficultés notables. J’avance dans ce blizzard jusqu’à parvenir à la cime à 9h15. L’ascension aura demandé 3h18, temps finalement assez court pour 1000 mètres de dénivelé positif, et dans de telles conditions. La partie sommitale s’étend sur 50 mètres toute rectiligne. C’est un jour blanc versant Sud sur l’Andorre. Le temps d’immortaliser l’instant, et je dois fuir avant de finir congelé. De toute façon, il n’y a rien voir d’autre que du blanc sur blanc.

 

La crête Nord à suivre
P1100624.JPG

 

La visibilité ne s'améliore pas, c'est l'hiver dans toute sa rudesse
P1100625.JPG

 

Au sommet le vent fait rage
P1100626.JPG

 

Jour blanc sur l'Andorre
P1100627.JPG

 

Impossible pour moi d’envisager un retour par le Sud, je dois revenir sur mes pas. Je suis alors la crête N/O tant que c’est possible, en profitant d’un minimum de visibilité. A vue, il est facile de voir qu’en versant Ouest, le terrain ne présente pas d’obstacle. A la première occasion, je m’engage. Or, la neige battue pas le vent botte sous mes crampons, malgré les anti-bottes. C’est finalement le moment le plus critique, car la glissade incontrôlée peut survenir à chaque instant. Je passe cette difficulté sans encombre jusqu’à parvenir au-dessus de l’étang de la Coume de Varilhes où un pierrier se cache sous le manteau blanc. Sur un pas anodin, ma jambe droite disparait totalement jusqu’au bassin ! Comme dans la mission spatiale Apollo 13 : « Houston, nous avons un problème ». Seulement ici il n’y a pas Houston au bout du fil. Pas de fracture, pas douleur, cela m’amuse tellement la situation est ridicule, mais cette plaisanterie va me piéger un moment avant que je puisse désincarcérer la jambe. Seul dans ce piège neigeux, ce fut un drôle de moment de solitude.

 

Visibilité réduite, mais visibilité quand même

P1100629.JPG

 

Descente sur l'étang de la coume de Varilhes
P1100630.JPG

 

Etang de la coume de Varilhes
P1100631.JPG

 

Cabaillère
P1100632.JPG

 

La partie descendue
P1100633.JPG

 

Face Est du pic de la Portaneille et quelques couloirs à découvrir
P1100634.JPG

 

Les crêtes du pas de la Portaneille

P1100641_stitch.jpg

 

A partir de 2000 mètres, les conditions sont à nouveau plus clémentes et avec ce que je viens d’affronter, j’ai à présent trop chaud. Au bord du torrent, je quitte l’équipement d’alpiniste pour reprendre l’apparence d’un randonneur. Je profite pleinement du décor formé par les crêtes du pic de la Portaneille et du pic de Ransol. Cet endroit est minéral et tellement austère ! Une beauté sauvage s’en dégage. A partir de cet instant, il ne reste plus qu’à suivre un sentier, parallèle au torrent. Soudain, à quelques mètres de moi, un chevreuil me fait face. Mais que fait ce cervidé des bois dans un terrain à isards ? Il aura l’amabilité de se faire tirer le portrait, avant se lancer dans un galop sur les pentes raides du pic de Cabaillère ; sa façon à lui certainement de me dire que physiquement nous ne sommes pas faits pareils, que moi pauvre bipède, ma place n’est pas ici ! Longue vie à toi ami quadrupède ! La suite est plus bucolique et finalement le point de départ est vite rallié. J’en termine donc à 11h49, après 5h21 où je serais passé par toutes les émotions.

 

Rencontre avec un chevreuil
P1100644.JPG

 

Ici le printemps et l'hiver se côtoient à quelques centaines de mètres
P1100645.JPG

 

Pic de Ransol
P1100646.JPG

 

Dernier regard sur le couloir où la cime ne se dévoile toujours pas
P1100647.JPG

 

Je me suis offert un nouveau haut sommet dans l’Aston, ce coin d’Ariège qui en compte bien plus que partout ailleurs. Je réalise chaque fois un peu plus, combien il reste encore à parcourir dans ces vallées, avant de pouvoir dire sans rougir : l’Aston, je connais ! Quant au couloir de la face Nord, je n’aurai que deux conseils : il faut le faire et partir tôt. Un classique à coup sûr, s’il n’y avait pas autant de route.

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000

Carte_Coume-Enfer.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h21 pour 11 km à 2,1 km/h

Dénivelé positif total : 1030m – Autant en négatif

Point culminant : 2730m



31/05/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres