Pic de la Sabine par la cabane de Quioulès - Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de la Sabine par la cabane de Quioulès

20/10/2018 – Jour 1 : départ au-dessus du barrage de Riéte – chemin à Jojo – cabane de Quioulès – cabane de la Sabine – cabane de Quioulès

 

J’avais tellement lu de choses sur l’Aston, que par une belle journée d’Août, je suis allé à la découverte de ses vallées, par l’entremise du pic de Thoumasset. Et j’en suis revenu avec l’envie d’en connaitre plus. Mais que dire vraiment de l’Aston ? Que les vallées sont longues serait un pléonasme, qu’il n’y a pas de sentier en serait un autre, que c’est très humide en serait un troisième. L’Aston, c’est tout cela à la fois, et bien plus encore. Il y a tant de sommets, d’étangs, de vallons suspendus, qu’il y en a pour des années avant d’en avoir en fait le tour. Et puis, c’est le massif le plus proche de Carcassonne si on occulte le massif de Tabe, alors en avant pour une nouvelle sortie dans l’Aston. Mon amie Carole me secondera dans le guidage, et Olivier son compagnon novice suivra le mouvement.

 

Tableau d'automne

IMG_7681-001.jpg

 

Départ à 8h37 depuis le parking de la « fenêtre », déjà plein de véhicules, par le chemin de Jojo. Ce sentier judicieusement tracé à flanc de montagne, surplombant les gorges du Quioulès, regorge d’eau. C’est extrêmement glissant, nous ne pouvons avancer vite. Après avoir déjoué les pièges des dalles humides et des racines glissantes, nous arrivons sur le plancher de la vallée du Quioulès. Là encore, le sol est une immense tourbière où il est impossible de garder les pieds au sec. De là, il faut suivre une sorte d’ancienne route qui passe sous une conduite d’eau, et longe cette dernière jusqu’au bâtiment de captage. Poursuivre ensuite toujours rive droite du ruisseau. C’est la partie facile de la journée. Nous parvenons à la cabane de Quioulès à 11h05, en 2h33.

 

Premier regard sur le vallon du Quioulès

IMG_7682.jpg

 

En vallée de Quioulès

IMG_7685.jpg

 

Le prince noir, le Merens

IMG_7686-001.jpg

 

Cabane de Quioulès

IMG_7687.jpg

 

L’objectif du week-end consiste à aller dormir à la cabane de la Sabine, pour envisager un sommet frontalier le lendemain, comme le pic de Serrère. Nous croisons un homme qui nous informe que les cabanes risquent d’être occupées par les chasseurs d’isards ; et dire qu’il n’y a pas de faune dans ces vallées où toute vie sauvage a été éradiquée ! La marche se poursuit donc en direction de la cabane de la Sabine. Je connais le pseudo sentier qui y conduit, mais cela n’a malgré tout rien d’évident.

 

Beaucoup de débit pour le ruisseau de Quioulès

IMG_7688.jpg

 

Rhododendrons en fleurs au coeur de l'automne, chercher l'erreur !

IMG_7690.jpg

 

Pic de Thoumasset en fond de vallée

IMG_7691.jpg

 

Le sentier est fortement dégradé par le passage des vaches, et malgré les quelques cairns, on peut aisément s’en détourner. Au niveau d’une nouvelle tourbière, c’est l’absence totale d’information. Il faut aller au bout de la tourbière pour retrouver le sentier, que nous avons matérialisé par deux cairns. Nous arrivons à la cabane de la Sabine à 12h50 après 4h05 de marche. C’est ici que l’on va prendre le repas.

 

Cabane de la Sabine

IMG_7692.jpg

 

Cabane de la Sabine parfaitement fondue dans le décor

IMG_7693.jpg

 

C’est aussi ici que nous envisageons de passer la nuit, or, stupeur, la cabane est verrouillée, cadenassée avec un chien à l’intérieur qui ne semble pas agressif. Est-ce bien responsable de s’approprier une cabane qui peut être utile à tous en cas d’intempérie ? Quelle bêtise, quel égoïsme ! Personne aux environs, le chien gémit, le ciel s’assombrit, la météo menace. Il nous faut une solution de repli pour passer la nuit au sec ; pas vraiment le choix, ce sera la cabane de Quioulès 380 mètres plus bas. Dès 14h15, il est l’heure de repartir pour aller se mettre au sec.

 

Ce n'est pas vraiment sympathique comme accueil

IMG_7694.jpg

 

Nous suivons plus facilement le sentier à présent que nous le connaissons mieux. Le ciel semble vouloir nous épargner, et les nuages stationnent à 1900 mètres sans descendre plus bas. Nous retrouvons alors la cabane de Quioulès 15h35, concluant cette première journée en 5h26 de marche. Nous sommes les premiers et nous serons les seuls. La cabane offre un dortoir de 6 couchages au-dessus de l’unique pièce avec cheminée. Après 2 heures de sieste, nous partons chercher du bois pour la veillée. Toujours pas de pluie, c’est le point positif de la journée. Le fait de dormir si bas nous oblige à revoir nos ambitions à la baisse pour le lendemain : ce sera le pic de la Sabine. La suite nous montrera que c’était en réalité un objectif de choix, qui donne néanmoins du fil à retordre. 22 heures, tout le monde dormira du sommeil du juste.

 

Vue vers l'aval sur le jasse de Quioulès et pic du col de Gos

IMG_7695.jpg

 

La vue depuis le refuge sur la crête de Carau à l'Ouest

IMG_7697.jpg

 

Ambiance chaleureuse et conviviale

IMG_7699.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h26 pour 11,2 km à 2 km/h

Dénivelé positif total : 579 m – Dénivelé négatif total : 531 m

Point culminant : 1981m

 

21/10/2018 – Jour 2 : cabane de Quioulès – étangs de Carau – pic de la Sabine (2561m) – Cabane de la Sabine – Cabane de Quioulès – chemin de Jojo – point de départ

 

Réveil à 6h45 après une nuit réparatrice et chaude. Sitôt le jour levé, nous quittons la douillette cabane de Quioulès à 8h05. Je vais suivre à la virgule près, le topo de G. Véron « 100 randonnées dans les Pyrénées Ariègeoises », pour se rendre au pic de la Sabine. Depuis la cabane, il faut traverser la jasse de Quioulès en cherchant le meilleur cheminement au milieu des méandres du ruisseau, jusqu’à la passerelle qui enjambe le torrent. Descendre le cours d’eau jusqu’à contourner les barres rocheuses, et gagner la jasse qui les surplombe. Il est préférable de repérer le cheminement depuis le refuge. Il y a quelques cairns, mais rien n’indique que cela conduit vraiment dans notre direction.

 

Jasse de Quioulès et sa cabane

IMG_7701-001.jpg

 

La même jasse vue de plus haut

IMG_7703.jpg

 

Se diriger alors, hors sentier, au Sud-Ouest vers un petit couloir occupé par des éboulis, qu’il faut gravir. Quelques cairns et de très vielles marques de peinture rouge viennent aider à trouver le passage le moins mauvais. Attention toutefois aux nombreux trous masqués par les rhododendrons ! Cela débouche sur un faux col où la vue s’ouvre sur le pic de l’Estagnol au Sud. Poursuivre toujours dans la même direction pour joindre le ruisseau issu des étangs de Carau, et le remonter rive gauche. Là encore, quelques cairns et une vague sente aide à trouver le meilleur cheminement.

 

IMG_7707.jpg

 

Etang de Carau inférieur et couloir d'herbe à gauche d'un bloc fracturé

IMG_7714_stitch.jpg

 

Nous suivons le seul couloir d’herbe possible, bien raide, mais qui se monte aisément par un sentier plutôt bien marqué. La rupture de pente au milieu de laquelle coule le ruisseau, débouche sur l’étang supérieur de Carau. Le mimétisme dans lequel se trouvent les deux étangs, est vraiment surprenant. Le temps est toujours radieux, cela augure un panorama somptueux au sommet. Il est 10h20 ; nous avons mis 1h58.

 

Le même étang vu de plus haut

IMG_7719.jpg

 

Etang de Carau supérieur

IMG_7720.jpg

 

Laisser à nouveau à gauche le deuxième étang et se diriger à travers la pelouse vers le Nord-Ouest, pour remonter une nouvelle pente d’herbe. Plus on s’élève, et plus terrain devient facile. L’itinéraire devient même évident. Bien que la pente soit toujours soutenue, il n’y a plus aucune péripétie, le sommet nous tend les bras. Je suis le premier à me hisser sur les 2561 mètres du pic de la Sabine à 11h46, après 3h07 de bonne marche. Carole et Olivier ne tardent pas à me rejoindre, et nous prenons alors le repas sur ce magnifique belvédère.

 

Le couloir d'herbe vu depuis l'étang

IMG_7721.jpg

 

La pente finale

IMG_7722.jpg

 

En arrivant sur la cime du pic de la Sabine

IMG_7732.jpg

 

IMG_7749.jpg

 

IMG_7728.jpg

 

Nous nous trouvons au centre d’une concentration de sommets, d’étangs, et bien que nous ne soyons pas sur le pic le plus haut des environs, le panorama n’en demeure pas moins grandiose. Quel étonnant sommet qui se dévoile au dernier moment et qui pourtant offre l’un des panoramas les plus étendus. Voyons ça en images !

 

La pyramide du pic de Thoumasset est imposante

IMG_7745.jpg

 

Gros plan sur le plus haut sommet local frontalier avec l'Andorre

IMG_7727.jpg

 

Gros plan sur le pic de Thoumasset

IMG_7735.jpg

 

Gros plan vers le Nord sur le massif de Tabe

IMG_7724.jpg

 

Gros plan sur les sommets du Donezan

IMG_7725.jpg

 

Au zoom le massif de la Pique d'Estats prépare déjà l'hiver

IMG_7738.jpg

 

Gros plan plein Ouest

IMG_7747.jpg

 

Les proches sommets voisins de La Sabine, étang des Milles Roques

IMG_7748.jpg

 

13h15, le temps passe trop vite, il faut déjà prendre congé. Pour le retour, nous choisissons d’emprunter le couloir Sud, une longue pente d’herbe bien inclinée. Cela conduit sans difficulté à l’étang de la Sabine, puis la cabane éponyme. Sans difficulté si l’on a des bâtons pour se stabiliser bien sûr. C’est un exercice qui met en action la proprioception ; on est content lorsqu’on retrouve une inclinaison plus acceptable pour les chevilles. A 14h17 [4h10], nous repassons par la cabane toujours fermée à double cadenas, et toujours le malheureux chien à l’intérieur. Finalement nous n’aurons jamais vu les pseudos propriétaires du week-end. Il reste encore du chemin, nous en connaissons la longueur.

 

Le col menant au couloir Sud

IMG_7752.jpg

 

Un aigle royal surpris pendant la descente (photo floue car très haut)

IMG_7756-001.jpg

 

Etang de la Sabine d'en Bas

IMG_7758.jpg

 

Pic de Thoumasset

IMG_7759.jpg

 

Le couloir Sud que l'on vient de descendre vu depuis l'étang du bas

IMG_7760.jpg

 

Voilà la troisième fois que l’on emprunte ce bout de sentier, que l’on va compléter de quelques cairns pour éviter à l’avenir de chercher son chemin aux points stratégiques. Puis arrive la cabane de Quioulès et enfin la remontée inévitable sur le chemin de Jojo. Un peu de lassitude s’installe alors sur cette portion, lassitude due à l’absence de vue en forêt, alors que nous en avions plein les yeux jusque-là. La marche se termine à 17h15, concluant ainsi la journée en 6h47 de marche effective. De l’avis de tous, ce n’est pas un sommet facile, mais c’est un beau belvédère. Cette vue élargie sur l’Aston a éveillé en moi le désir d’y retourner, dès que possible, pour aller à la rencontre des hauts sommets frontaliers.

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000

Carte_Sabine.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h47 pour 14,8 km à 2,6 km/h

Dénivelé positif total : 1094 m – Dénivelé négatif total : 1153 m

Point culminant : 2561m



24/10/2018
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 145 autres membres