Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pics de la Portaneille – couloir en « S » (PD sup)

08/05/2021 : Plat des Peyres – Coume de Varilhes – Pic de la Portaneille (2757m) – Estany de cabana Sorda – port de Fontargente (2263m) – étang de Fontargente – Plat des Peyres

 

Le plat des Peyres en Aston est un tremplin idéal pour découvrir un ensemble de hauts sommets, dont la plupart sont frontaliers avec la principauté d’Andorre. Parmi les « 2700 » locaux, il me manque ceux de la Portaneille. Debout 5 heures, départ 5h20, la température est positive. Remonter la coume de Varilhes en suivant les balises jaunes. Ne pas traverser la passerelle et poursuivre droit dans l’axe de la coume. Le sentier est même mieux marqué sur le terrain, que sur la partie plus en aval. En ce début de mois de mai, la neige est totalement absente à cette altitude. Le jour arrive plutôt vite, pratiquement au moment où j’aperçois la face Nord des pics de la Portaneille. A cet instant, mettre le cap au Sud.

 

Pic de la Coume d'Enfer

P1120396.JPG

 

Pic de Ransol
P1120397.JPG

 

Cette face Nord avec la muraille du Pas de la Portaneille a une sacrée allure, comme un défi, une invitation à l’aventure. La prise de dénivelé en hors sentier ne pose pas de difficulté notoire ; on frôle l’étang de la coume de Varilhes, et à 2350 mètres, dans une cuvette je me pose au pied du couloir. Il est 7h05, 1h45 d’approche. J’enfile l’équipement technique, mange un bout, et départ pour le couloir à 7h30.

 

Première vision sur les pics de la Portaneille

P1120398_stitch.jpg

 

L'objectif se rapproche
P1120403.JPG

 

Lever du jour sur le pic de Pradel
P1120404.JPG

 
P1120405.JPG

 

Couloir en "S"
P1120406.JPG

 

Gros plan sur le couloir en "S"
P1120407.JPG
 
Face Est du pic de Ransol
P1120409.JPG

 

Il faut remonter le cône de déjection totalement ravagé par une avalanche de coulée. La neige ne porte pas convenablement. Je m’enfonce à chaque pas jusque sous le genou. Ce cône est vraiment pénible, d’autant que le soleil commence à toucher le haut du cône. Je dois me hâter. Il n’y a que dans les Pyrénées que l’on voit des faces Nord orientées Est ! Une fois dans le couloir, la neige n’est pas meilleure pour autant. C’est du sucre sans consistance. Quel enfer.

 

Le couloir et son cône

P1120408.JPG

 

L'entrée tarde à arriver

P1120410.JPG

 

Vue de dos sur le pic de Cabaillère
P1120411.jpg

 

Déjà les premiers rayons à l'entrée du couloir
P1120414.JPG

 

Le 1ier ressaut en glace se précise
P1120415.JPG

 

La première difficulté arrive rapidement, un petit ressaut en glace. Je teste la glace, elle sonne creux. Il va falloir marcher sur des œufs. C’est le moment prendre une décision lourde de conséquence, grimper ou demi-tour. Un mois de frustration pour des raisons discutables, certainement le dernier couloir de la saison, je monte. Une fine pellicule de glace suffit à ancrer avec précaution les piolets. Quatre pas suffisent à effacer l’obstacle, mais à cet instant je viens de franchir le Rubicon. Tout retour arrière est impossible. Alea jacta est ! Un pas après l’autre, une difficulté après l’autre.

 

Ressaut 1 vue vers l'amont
P1120416-ressaut 1 vue_ amont.JPG

 

Ressaut 1 vue vers l'aval
P1120417-ressaut 1 vue_ arriere.JPG

 

Ressaut suivant
P1120418.JPG

 

Un second ressaut en glace se présente tout aussi rapidement. Même précaution que plus bas, même délicatesse avec la glace. Inutile de piocher lourdement, la glace est une matière fragile mais fiable. Il fait toujours chaud dans le couloir, le rocher sur ma droite transpire. Un goutte à goutte incessant coule sur plus de 5 mètres de long, ce qui me pousse à aller vers un nouvel obstacle en mixte. Ça passe bien, et un nouveau ressaut en glace arrive encore. C’est le 4ième. Quel festival ! Je ne m’attendais pas à autant de surprises, mais ce n’est pas pour me déplaire. Ce dernier franchissement est le plus délicat car la neige ne retient rien et la glace ne fait que quelques millimètres d'épaisseur. J’assure mes appuis, je me hisse, ça passe comme dans un rêve. Le plus difficile est passé, la suite ne semble plus présenter d’obstacle.

 

Ressaut 2 vue vers l'amont

P1120419-ressaut 2 vue_ amont.JPG

 

Ressaut 2 vue vers l'aval
P1120421-ressaut 2 vue_ arriere.JPG

 

A cet endroit la neige est glacée

P1120420.JPG

 

Vue sympa dans le rétroviseur
P1120422.JPG

 

Ressaut 3 vue vers l'amont
P1120423.JPG
 

Ressaut 4 vue vers l'aval
P1120426-dernier ressaut 1 vue_ arriere.JPG

 

L'ensemble des ressauts comme des marches géantes

P1120424_stitch.jpg

 

Cet enchainement de difficultés techniques, additionné à de la neige qui ne porte pas, ont fait monter le cœur très haut. Le cœur pompe frénétiquement tandis que j’inspire à plein poumon. Je cherche l’oxygène. Est-ce les 4 dernières semaines sans montagne ou le rappel du vaccin il y a 5 jours qui font que je sois à la peine ? La somme des deux certainement. Mais quoique ce fût physiquement éprouvant, je me sens pleinement à ma place. Le couloir tarde à se coucher mais finit enfin par devenir moins raide sur la partie terminale. La sortie est déjà au soleil et aboutit sur une fine arête de neige vierge. Il est 9h11, je sors le couloir en 3h28, mais il reste encore un bout d’arête rocheuse pour s’offrir le sommet. Le sommet se dévoile enfin.

 

La suite moins technique du couloir

P1120427.JPG

 

La sortie se cache à gauche
P1120428.JPG

 

La sortie se devine enfin !
P1120429.JPG

 

Paysage de dos où l'on aperçoit l'étang de coume de Varilhes à demi dans l'ombre
P1120430.JPG

 

Rester dans l'axe pour sortir
P1120431_stitch.jpg

 

Sortie sur une belle arête blanche façon "Bionassey", la cime est tout à droite
P1120435.JPG

 

Pic de la coume d'Enfer au bout du Pas de la Portaneille
P1120436.JPG

 

Courte pause photos et j’enchaine. Le passage sur l’arête de neige demande toute l’attention qu’il se doit, mais rien d’extrême au final. Quoique l’arête en roche soit enchevêtrée, cela n’excède pas le II. Attention à bien tester les prises, la roche se délite par endroit. L’arête aboutit sur la cime, un petit dôme orné d’un gros cairn. Fin des hostilités à 9h30 [3h42].

 

La sortie du couloir et l'arête de neigeP1120437.JPG

 

Pic de Ransol à ma droite
P1120439.JPG

 

Vue vers le Sud
P1120440.JPG

 

Gros plan sur l'estany de cabana Sorda et le refuge éponyme
P1120441.JPG

 

Pic de la Portaneille au bout de l'arête
P1120442.JPG

 

Vue sur la sortie du couloir ainsi que l'arête de neige
P1120443.JPG

 

Les derniers pas menant au point culminant
P1120447.JPG
 

P1120446.JPG

 

Oui, il fait froid !!!
P1120448.JPG

 

Le vent souffle avec une certaine force, histoire de montrer qu’à 2757 mètres, l’hiver n’a pas dit son dernier mot. Un tour d’horizon sur l’Andorre permet de constater le déficit de neige en versant Sud et quelques combes encore bien blanches en versant Nord. Le temps de prendre un café et j’envisage le retour par le Sud. Il s’agit de descendre à l’estany de cabana Sorda.

 

Crête menant à la porteille de la coume de Varilhes et au pic de Ransol

P1120445.JPG
 

Panorama vers l'Est

P1120457_stitch.jpg

 

Vues vers l'Ouest du côté du pic de Serrère à droite
P1120460.JPG

 

La crête Sud et la cime du pic de la Portaneille

P1120454_stitch.jpg

 

Je quitte le sommet et son vent à 9h55, en suivant la crête Sud. J’entrevois la possibilité de descendre pleine pente directement sur l’étang, en évitant les nombreuses barres rocheuses. La neige porte parfaitement pour ce type d’exercice. Je marche sur du velours. Finalement l’accès à l’étang fut plus facile que je ne l’espérais. 10h32, me voilà à la cabane Sorda [4h21]. Il est temps de quitter l’attirail de l’alpiniste pour reprendre celui du randonneur. Je détonne dans le décor avec des Andorrans montés à l’étang en chaussures basses, jambes et bras à l’air.

 

L'itinéraire suivi pour éviter les barres rocheuses

P1120463.JPG

 

Pic de la Portaneille vu depuis l'estany de cabana Sorda

P1120461_stitch.jpg

 

Le refuge de cabana Sorda
P1120464.JPG

 
P1120465.JPG

 

10h45, je prends la direction Est en suivant les balises jaunes et rouges du GR tour d’Andorre. Le sentier est parfaitement clair et balisé abondamment. C’est joliment fleuri, ce qui contraste avec le jaune pâle des pelouses. Le sentier est agréable et arrive à l’aplomb du port de Fontargente appelé aussi port d’Incles. Après avoir traversé le torrent par une passerelle, mettre le cap N/E en suivant un balisage blanc et rouge GRT66. La pente n’est pas forte et l’ascension du port d’Incles en versant Sud est un régal. Me voilà à la frontière à 11h53, après 5h28. Cap au Nord jusqu’à parvenir sur la berge de l’étang principal de Fontargente pour y prendre le repas à 12h15 [5h51].

 

Vall d'Incles

P1120466.JPG

 

Port de Fontargente ou d'Incles tout au fond
P1120469.JPG

 
P1120470.JPG

 

Bouquet de Jonquilles
P1120471.JPG

 
P1120472.JPG

 

Gentianes printanières
P1120473.JPG

 
P1120475.JPG

 

P1120493.JPG

 

C'est écrit dessus
P1120476.JPG

 
P1120477.JPG

 

Le site lacustre de Fontargente vu depuis le col frontalier
P1120478.JPG

 

Pic Nègre de Joclar
P1120479.JPG

 

Fontargente le bien nommé
P1120480.jpg

 

Panorama à l'heure du repas
P1120486_stitch.jpg

 

Port de Fontargente vue depuis la France
P1120490.JPG

 

A 13 heures exactement je me remets en marche. Plus de 50 personnes autour du bel étang, c’est trop bruyant. Je vais en croiser plus de 30 supplémentaires durant la descente. L’étang est magnifique, mais sur fréquenté. Un nouveau contraste avec la partie alpine matinale et ce moment trop « civilisé ». Le retour s’effectue en suivant un discret balisage, mais ce sentier est si fréquenté qu’il est impossible de le manquer. Fin de la sortie à 13h55, en 6h48. C’est une boucle agréable entre deux versants offrant des visages bien différents.

 

P1120491.JPG

 

Pic de Rulhe
P1120492.JPG

 

Plat des Peyres à la confluence des vallons
P1120495.JPG

 

Pic de la Coume d'Enfer vu depuis le parking

P1120496.JPG

 

Couloir en vue 3D

Vue _3D-2.JPG
 

Tracé du jour :

Capture.JPG
 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 6h48 pour 17,1 km à 2,5 km/h

Dénivelé positif total : 1300 m – Autant en négatif

Temps pour faire le couloir : 1h57

Longueur du couloir : 350 m

Point culminant : 2757m



09/05/2021
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 235 autres membres