Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Ransol par le port de Ransol depuis le plat des Peyres

06/06/2020 : Plat des Peyres – Coume de Varilhes – port de Ransol – Pic de Ransol (2731m) – col 2352m – étang de Mirabail – Coume de Varilhes – Plat des Peyres

 

Dans la vallée de l’Aston, nombreux sont les hauts sommets frontaliers avec l’Andorre. Le pic de Ransol est le sommet qui, sur son versant Nord, sépare le Coume d’Ose à l’Ouest de la Coume de Varilhes à l’Est. Il doit son nom à la vallée éponyme qu’il domine en versant Sud. C’est d’ailleurs par cet accès que les voisins du Sud accèdent à cette cime sans trop de « difficultés». Comme souvent, le versant Nord oppose une vraie résistance, et un sens du cheminement. C’est cet itinéraire que je vais suivre, celui proposé par Michel Sébastien dans « Randonnées dans les Pyrénées du soleil ».

Départ à 6h10 depuis le plat des Peyres, à une altitude respectable, qui facilite grandement l’approche, d’autant que la météo du jour n’autorisera pas à flâner en chemin. Il fait 7°C, une température qui incite à allonger le pas. Il s’agit de remonter la coume de Varilhes en suivant le sentier sur la rive gauche du ruisseau. Il faut suivre les balises jaunes jusqu’à rencontrer une passerelle qui traverse le torrent. A cet instant, ne plus suivre les balises mais poursuivre la remontée du torrent sans changer de rive.

 

Pic de la Coume d'Enfer vu depuis le départ

IMG_9004.JPG

 

Pic de la Coume d'Enfer et pic de Ransol au fond
IMG_9005.JPG

 

Gros plan sur le pic de Ransol
IMG_9006.JPG

 

Pic de Ransol, au fond à droite le pic de Mil-Menut
IMG_9007.JPG

 

La prise de dénivelé est faible durant toute cette partie. A l’approche du verrou glaciaire, incliner la marche sur la gauche, traverser le torrent facilement et prendre un cap Sud/Ouest. La pente se redresse mais le terrain est plutôt facile. On monte ensuite en écharpe jusqu’à la base d’un couloir. Je parviens au pied du couloir à 7h35, soit 1h25. Je décide de faire une courte pause.

 

Pics de la Portaneille à gauche et Pic de Ransol au centre

IMG_9008.jpg

 

Gros plan sur le versant Nord des pics de la Portaneille
IMG_9011.JPG

 

Droit devant le couloir menant au Port de Ransol
IMG_9013.JPG

 

Etang de la coume de Varilhes et face Ouest du pic de la Coume d'Enfer
IMG_9015.JPG

 

La coume de Varilhes vue depuis le pied du couloir
IMG_9016.JPG

 

A 7h55, je me remets en marche. La suite de l’orientation est évidente, il n’y a plus qu’à affronter la pente. Après avoir passé une bosse végétale, je rencontre la neige au pied du cône de déjection. Il est temps de sortir les crampons du sac, et d’empoigner le piolet. Je n’aurais jamais pensé trouver encore en cette saison, un couloir de neige orienté Est en condition. Pourtant, sans crampons point de salut ! C’est parti pour un peu de pente de neige. En réalité, c’est bien plus que de la simple pente de neige, l’inclinaison est bien réelle. La neige de très bonne qualité est même une grande chance. Le couloir n’est pas bien long mais se défend bien. Tout se passe sur les pointes avant, l’inclinaison doit dépasser les 40°. Je ne suis pas mécontent quand j’accède au port de Ransol à 9h02, pour 2h23. Il y fait bien plus froid que dans le couloir. La vue vers le Sud s’ouvre à moi sur la principauté d’Andorre. Je m’interroge sur le nom de cette brèche : port de Ransol. En général, un port dans les Pyrénées était un lieu de passage, une porte d’une vallée à une autre, où transitait le bétail, ou un sentier pour le commerce. Je doute qu’il y ait eu beaucoup de passages dans un endroit aussi austère. Pour moi, c’est une brèche pour randonneur, mais certainement pas un lieu de passage fréquenté.

 

En prenant de la hauteur, l'étang de la coume de Varilhes apparait plus distinctement

IMG_9017.JPG

 

Le couloir dans toute sa longueur
IMG_9018.JPG

 


IMG_9019.JPG

 

L'impression est trompeuse, la pente est bien réelle
IMG_9020.JPG

 

Le port de Ransol se rapproche
IMG_9022.JPG

 

Dans mon dos, une partie de cheminement déjà effectué
IMG_9023.JPG

 

La pente atteint ici le plus fort de son inclinaison
IMG_9024.JPG

 

La sortie du couloir
IMG_9025.jpg

 

Au premier plan le pic de Coms de Jan

IMG_9028.JPG

 

Vue sur les sommets du cirque des Pessons
IMG_9029.JPG

 

La haute vallée de Ransol
IMG_9030.JPG

 

Le topo annonce ensuite qu’il ne faut pas se lancer sur la crête, car un gendarme en garde l’entrée ; quoi de plus normal puisque je suis sur une crête frontière ! Plaisanterie à part, je fais confiance sur parole au topo, et je shunte cette partie par un cheminement mal commode en versant Ouest. La marche en dévers est terrible pour les chevilles. On trouve exactement sous la crête, de vieilles balises rouges et blanches. Je ne résiste pourtant pas à les quitter au profit du rocher. Même si accéder à la crête peut se faire à tout instant, les quelques pas d’escalade en III sup demandent un peu d’attention. La crête est ensuite très facile, et je regrette qu’elle soit si courte, lorsque je vois le cairn sommital à 9h39. Cela m’aura demandé 2h15 effectives. Cette heure relative matinale pour un haut sommet, me permet d’avoir un horizon dégagé de tout nuage. Il ne reste plus qu’à apprécier le tour d’horizon.

 

Ultimes mètres au sommet

IMG_9035.JPG

 

Vue vers l'Ouest

IMG_9031.JPG

 

Vue vers le Nord sur la coume d'Ose
IMG_9032.jpg

 

Regard sur le lointain massif de Tabe

IMG_9042.JPG

 

Vue d'où je viens sur la coume de Varilhes
IMG_9038.JPG

 

Etang de Mirabail suspendu sous le pic de Cabaillère

IMG_9044.jpg

 

Le col 2352m séparant la Coume d'Ose à gauche à la coume de Varilhes à droite - chemin théorique à suivre
IMG_9047_avec chemin.jpg
 

Je ne peux me permettre de passer trop de temps au sommet, car la suite est certainement plus complexe. De plus, je ne veux pas me faire surprendre par la pluie sur un terrain ariégeois. D’ailleurs, il faudra bien qu’un jour ce terme de terrain ariégeois entre de façon officielle dans les topos : ce n’est ni de l’escalade, ni de la randonnée, mais un mélange de terrain fortement incliné dans de la végétation entrecoupé de barres rocheuses ; il n’y a rien de pire. Je visualise un cheminement potentiel, et je me lance à 9h57. Il faut emprunter une cheminée à l’ouest du sommet, après quelques mètres. C’est une cheminée bien évidente. Ensuite, « il n’y a plus » qu’à faire confiance à son instinct du sens du cheminement. Entre barres rocheuses et névés, on gagne prudemment une sorte de sente qui aboutit au col 2352m. Chacun trouvera sa voie en fonction de l’enneigement du moment. Je parviens au col à 10h54. Voilà 3h43 que je marche.

 

A gauche pic de Coms de Jan suivi du pic de Mil Menut, au fond pic de Thoumasset

IMG_9049.JPG

 

Gros plan sur le pic de Thoumasset et pic de l'Etang Blaou
IMG_9050.JPG

 

Itinéraire vaguement emprunté

IMG_9051.JPG

 

Vue en arrière depuis le col 2352m

IMG_9052.jpg

 

La suite en direction de l'étang de Mirabail

IMG_9055.JPG

 

Regard sur le versant Ouest du pic de la Coume d'Enfer
IMG_9056.JPG

 

La suite consiste à se rendre à l’étang de Mirabail. Quoique hors sentier, le terrain est bien meilleur. C’est pratiquement de niveau, dans des pelouses de gispet, que l’on gagne d’abord une cabane de berger, puis l’étang. La météo se dégrade vite, je ne fais que passer. Puis je décide de descendre au plus vite de cette terrasse naturelle, pour retrouver le plancher de la vallée.

 

Cabane de Mirabail non indiqué sur la carte IGN

IMG_9062.JPG

 

Cabane face au pic de la Coume d'Enfer
IMG_9063.JPG

 

Plein centre le pic de Ransol
IMG_9064.jpg

 

Gros plan d'où je viens
IMG_9068.JPG

 

Vue vers l'Est sur l'étang de Mirabail
IMG_9069.JPG

 

Vue vers l'Ouest sur l'étang de Mirabail
IMG_9070.jpg

 

Pic de Rulhe au centre
IMG_9072.JPG

 

Il m’a paru judicieux d’engager la descente rapidement, car la pente proche de l’étang est moins brutale à cet endroit que partout ailleurs sur ce versant. Une fois le sentier retrouvé, il n’y a plus qu’à enchainer par le même itinéraire matinal. Je vais néanmoins faire une halte pour ramasser quelques coscolls, puisque dans cette région des Pyrénées on ne les mange pas. Je suis choqué par l’avancement de la floraison ; les années précédentes, la plante commencerait à peine à fleurir. Cette année elles ont 3 semaines d’avance. Je parviens à mon point de départ à 13h05, terminant cette sortie en 5h26. Les nuages gris qui s’amoncellent, annoncent une pluie imminente. Content d’avoir gravi ce sommet, car ce pic de Ransol a vraiment du caractère. Le dénivelé final n’a rien d’exceptionnel, pourtant la fatigue est bien réelle.

 

Bonjour vous !
IMG_9074.JPG

 

Parterre d'orchis tachetées
IMG_9076.JPG

 

Coscolls déjà bien avancés
IMG_9078.JPG

 

Tracé du jour sur carte IGN :

Carte_pic de Ransol.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h26 pour 13,6 km à 2,5 km/h

Dénivelé positif total : 1060 m – Autant en négatif

Point culminant : 2731m



07/06/2020
29 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres