Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic du Canigou en hivernale

10/03/2012 – Jour 1 : Los Masos – Bois de Patriques - Ras del Prat Cabrera – Les Cortalets

 

Le départ du jour se situe au hameau de Los Masos de Valmanya dans la vallée de la Lentilla à 1032m. C’est selon moi l’accès le plus direct en hiver pour se rendre au refuge des Cortalets.

Olivier mon partenaire du jour et moi quittons le parking à 15h47 en direction des bois de Patriques. Le sentier est parfaitement indiqué par un panneau jaune et c’est le balisage blanc et rouge du GR36 qu'il va falloir suivre. Après 10 min à contourner des terrains clôturés électriquement, les choses sérieuses commencent vraiment. Une pente forte nous amène dans la belle forêt de hêtres ; le soleil va nous accompagner durant toute la montée. Le chemin prend vite du dénivelé et ne faiblit pas pendant l’essentiel de la grimpette. Pour notre plaisir, le point de vue va s'ouvrir sur la mer et le massif des Albères.

 

Vue sur le Pic Néoulos

 

Ce chemin est certes dur mais c’est direct pour accéder rapidement à la route forestière qui monte depuis Prades. Ici le chemin ne s’embarrasse pas de détours inutiles.

 

Vue sur le cirque du Puig sec en sortant du bois

 

En 1h58 de marche régulière et sans vraiment de pause, nous atteignons le Ras del Prat Cabrera (1739m). C’est un carrefour avec le GR10 venant des anciennes mines de fer de Batère. Il ne faut pas tarder car la nuit peut nous « prendre » avant l’arrivée au refuge. Nous suivons donc la piste qui est l’itinéraire conseillé en hiver, pourtant en ce week-end de mars il n’y a plus de neige. Nous trouverons de-ci de-là des accumulations de neige mais rien de gênant pour ralentir notre progression.

 

Ici un torrent gelé

 

C'est à 19h02 que nous atteignons le refuge hivernal des Cortalets (2150m) afin d’y passer la nuit. Seulement 6 personnes occupent les lieux donc nous ne manquerons pas de place (capacité maximale 19 places). Je voulais féliciter le gardien qui a eu la généreuse idée de laisser à disposition suffisamment de couvertures pour éviter d’avoir froid. A 20h30 tout le monde a rejoint son couchage car le réveil sonnera très tôt dans quelques heures.

 

Au loin la plaine du Roussillon

 

Résumé de la montée en chiffres :

Dénivelé positif total : 1128m pour 12m de négatif

Temps de marche 3h15

Point culminant 2150m.

 

11/03/2012 - Jour 2 : Les Cortalets – Fontaine de la Perdrix - Arête de la Perdrix - Pic du Canigou (2784m) – refuge des Cortalets - Bois de Patriques - Los Masos

 

Debout à 5h45, 3°C dans la chambre, nous nous préparons rapidement afin de partir avant le lever du jour. Crampons aux pieds, nous quittons le refuge à 6h45 avec les premiers rayons du soleil. Nous traversons l’étang gelé de l’Estagnol et engageons vraiment la montée.

 

Lever du jour

 

Comme ce versant est le premier à être réchauffé, la neige porte très mal et c’est péniblement qu’il faut faire une trace jusqu’à la fontaine de la Perdrix.

 

Premiers rayons de soleil sur le sommet

 

Carrefour de la fontaine de la Perdrix

 

Certainement dû au froid à cette altitude, maintenant la neige nous porte, et face à la pente on monte plus facilement jusqu'à changer de versant. Il nous aura fallu une heure pour accéder au Pic Joffre (2362m) et seulement 212m de gravi. A présent la voie logique en cette saison pour éviter le dévers consiste à suivre la crête le plus longtemps possible jusqu’au sommet.

 

Olivier arrivant au pic Joffre (2362m)

 

Sommet vu du Pic Joffre

 

Notre progression est maintenant meilleure car la neige est bien gelée. La crête oscille entre pente forte et replat bien appréciable. Le vent est aussi de la partie et nous devons nous couvrir jusqu’au bout du nez pour rester « au chaud ». Ce versant du Canigou est très esthétique et c’est toujours à vue que l’on progresse. Pourtant à l’ultime ressaut, soit 180 mètres sous le sommet, les choses se compliquent passablement avec une inclinaison de pente plus importante. Olivier va m’attendre ici.

 

Arête finale

 

Je sais à présent que le sommet est à portée de crampons, à condition de respecter les règles de sécurité qui s’imposent. Après 2h27 d’ascension, à 9h12 du matin j’atteins le sommet par la table d’orientation qui est recouverte de neige.

 

Le sommet tant convoité

 

Malgré le vent c’est le calme absolu. On est bien loin de la cohue estivale. Je prends plaisir à admirer le sommet voisin Barbet et le cirque des Gourgs de Cady à mes pieds. Un peu plus loin le Costabonne gravi en janvier n’a toujours pas de neige sur ses flancs.

 

Pic du Costabonne et Esquerdes de Rotja

 

Le pic du Géant bien enneigé lui, domine les sommets de l’Ouest Catalan ; enfin du Nord ,au Nord/Ouest c’est le massif du Madres qui est au premier plan, puis le haut plateau Cerdan ferme l’horizon avec le Carlit comme phare. Je n’oublie pas de saluer le célèbre Pech de Bugarach qui trône sur les hautes Corbières.

 

Massif du pic du Géant (Gra de Fajol à gauche)

 

Après m’être offert 20 minutes de solitude au sommet je redescends retrouver Olivier. Nous retrouvons là un groupe de 3 randonneurs qui ont partagé le refuge avec nous et qui ne tarderons pas à fouler le pic.

La descente ne présente pas de difficulté particulière pour peu que l’on suive les traces laissées à la montée. Le soleil commence à être vraiment chaud et nous devons même nous dévêtir pour ne pas transpirer. Il nous aura fallu 1h38 de descente et c’est à 11h15 que nous avons rejoint le refuge.

 

Etang de l'Estagnol gelé en premier plan

 

Le temps de ranger les couchages, plier les couvertures et rassembler toutes nos affaires qu’il est déjà l’heure de manger.

 

La chambre à coucher

 

C’est adossé au bâtiment face au soleil que l’on prendra ce dernier repas à plus de 2100m.

A 12h30 nous quittons définitivement ce magnifique site pour rentrer par le même itinéraire que la veille. La piste nous paraît monotone si bien qu’à Prat Cabrera nous avons suivit le balisage du GR36 qui permet de couper quelques virages.

 

Retour vers Los Masos

 

Il faisait si chaud que la partie en forêt nous paru interminablement longue, alors nous avons plongé en fond de vallée sans faire la moindre pause. Le parking fut rejoint à 14h41 sous un soleil déjà très chaud.

Nous avons alterné en cette journée le grand froid mordant de l’hiver sur le sommet et la chaleur estivale en milieu d’après-midi. Un beau Canigou d’hiver s’achève.

 

Les chiffres du jour :

Dénivelé positif total : 671m - Dénivelé négatif total : 1768m

Temps de marche 6h12.

Point culminant 2784m.et 4h25 de marche au dessus de 2000m

23km de marche cumulé sur les 2 jours



12/03/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres