Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic du Nérassol en hivernale en boucle avec retour par l'étang de Pédourres

23/03/2013 : L'Hospitalet-près-d'Andorre – Jasse de Pouzoles – cabane de la Vésine – Etang du Siscar – porteilla du Sisca – pic de Nérassol (2633m) – porteilla de Sisca – Etang de Pédourrés – Jasse de Pouzoles – L'Hospitalet-près-d'Andorre

 

Initialement, ce week-end devait être consacré à l’ascension du Canigou par la célèbre brèche Durier. Mais cet hiver n’en fait qu’à sa tête et la météo sur l’Est de la chaine des Pyrénées sera des plus mauvaise. Alors pour marcher malgré tout, il y a l’Ariège plus à l’Ouest, et moins sujette aux perturbations Méditerranéennes. Après quelques belles virées en vélo il y a déjà plus de 2 ans, avec Bertrand nous souhaitions reformer notre sympathique binôme. Bertrand en ski de randonnée, et moi en raquettes, nous avons jeté notre dévolu sur le classique tour du Nérassol avec un passage à son sommet.

Le départ se situe au village l’Hospitalet-près-d’Andorre, dans la Haute-Ariège. Nous laissons la voiture à la gare et à 7h15 nous remontons la route N20 quelques centaines de mètres pour la quitter à droite au niveau des panneaux signalétiques.

 

Le départ du sentier balisage blanc/rouge

 

En ce jour nous aurions pu chausser les équipements techniques ici car la neige arrivait jusqu’à la route. Le sentier monte immédiatement, sans échauffement, et ce court raidillon nous élève rapidement au-dessus de la route. Nous devons avancer en traversée avec un dévers très important. Au niveau de la conduite d’eau forcée, nous chaussons les skis pour Bertrand, les raquettes pour moi.

 

 

Le chemin s’enfonce maintenant dans un bois de noisetiers et de bouleaux ; il repasse sous la conduite d’eau et en quelques lacets on sort rapidement des arbres. La couche de neige est très dense et porte bien.

 

On rejoint pratiquement à l’horizontale le ruisseau du Sisca, près d’une grosse roche. Ici nous choisissons de tourner à gauche pour remonter ce cours d’eau.

 

A gauche notre itinéraire, à droite le chemin du retour

 

Torrent du Sisca

 

On remonte le vallon sans difficulté, la neige est de bonne qualité. Le soleil commence à pointer et la journée prend une belle tournure. La vallée se rétrécit et quelques ressauts compliquent un peu le passage en ski. A 9h15 nous avons atteint le barrage de la Jasse del Forn.

On devine la retenue d’eau sur la droite

 

Dans notre dos, nous pouvons apercevoir au dernier plan la face Nord/Ouest du Puig Pedros et son couloir éponyme.

 

 

Après une grande traversée et un ressaut qui ne présente pas de difficulté cette fois, nous arrivons à la cabane de la Vésine (8 couchages+cheminée) après 2h de marche effective. Les derniers occupants ayant mal fermé la porte, cette dernière est bloquée en position ouverte par une coulée de neige.

 

Nous faisons une longue pause pour soigner un début d’échauffement de pieds pour Bertrand, et l’on s’élance vers la suite du parcours. Il suffit de remonter la vallée, chose facile car la pente est peu prononcée. A l’approche de l’étang du Siscar on incline notre marche sur la droite pour aller chercher la pente menant au col. L’étang est encore endormi pour de nombreuses semaines dans son long sommeil hivernal. Nous ne verrons que la partie supérieure de la cabane d’un ancien barrage.

 

Nous nous mettons dans l’axe de la porteilla du Siscar et l’on monte pleine pente. Aucun problème d’orientation, c’est droit devant. Cette fois l’inclinaison est sérieuse et la montée, au soleil, va nous donner une bonne suée.

Le Pic d'Escobes nous domine avec arrogance.

 

Au fond la porteilla du Sisca, à sa gauche le pic de Régalecio

 

A 10h41 la porteille est franchit après 2h44 de marche. Comme souvent sur un col le vent se fait sentir, ce n’est donc pas le moment de se refroidir et rapidement nous nous lançons dans l’ascension finale du pic de Nérassol sur notre droite.

 

Heureux de franchir la porteilla

 

Panorama depuis la porteilla - droit devant le Tose de Pédourrés

 

Pour se rendre au sommet il faut suivre une large crête sans difficulté. Le vent ayant balayé celle-ci, les skis ne sont d’aucune utilité, les raquettes passent encore. Chacun cherchera au mieux son chemin. Une première éminence à 2594m nous laisse croire que le sommet est là mais elle ne fait que cacher celui-ci.

 

La cime n’est guère plus loin cette fois. Pas de difficulté particulière, mais un peu de fatigue dans les jambes. Nous posons pied sur la cime du pic de Nérassol (2633m) à 11h35 et 3h22 de marche. Le plaisir d’être là est au rendez-vous. La vue est suffisamment dégagée et nous pouvons admirer à loisir les proches sommets du cirque qui entoure l’étang du Siscar. La pluie semble tomber sur le Capcir, dans les PO.

 

 

Cette fois nous en avons fini avec la grimpette. Nous revenons au col en faisant demi-tour. De là Bertrand chausse les skis, pour son plus grand plaisir, et celui de glisser sur les planches. A grandes enjambées, la descente en raquettes sur l’autre versant se passe aussi bien.

Bertrand à l’attaque de l’autre versant de la porteilla de Siscar

 

Après 4h de marche, on se pose sur une plate-forme rocheuse qui dépasse de la couche de neige, pour prendre repas ; il est déjà 12h34. Face au Tose de Pédourrés et son étang éponyme, on fait le plein d’énergie.

Au fond à gauche la porteilla de Sisca et le pic de Régalecio

 

13h17 nous poursuivons, droit devant, la descente en direction de l’étang de Pédourrés. A l’approche de celui-ci, sans aller sur ses berges enneigées, nous tournons sur la droite.

La suite de la descente consiste à choisir le meilleur itinéraire pour les raquettes, et les meilleures pentes pour le skieur. Le binôme fonctionne parfaitement et nous nous suivons sans quasiment perdre de temps.

 

La vallée du retour, au loin le col de Puymorens

 

 

 

Le chemin a croisé un nouveau barrage, où l’on doit changer de versant par rapport au ruisseau de Pédourrés.

Barrage du Val d'Arques

 

La pente devient de plus en plus prononcée et la descente n’en est que plus rapide. On passe un ressaut et le sentier nous conduit à traverser à nouveau le torrent avant de se lancer dans une pente toujours plus prononcée le long de la conduite d’eau. Avec la chaleur la neige est très lourde et très glissante : pas simple en raquettes !

 

La pente d'où l'on vient.

On retrouve ainsi le sentier du matin, bouclant ainsi notre tour du Nérassol. On reprend à gauche le sentier que nous connaissons maintenant et rapidement nous retrouvons le point de départ à 15h exactement.

Un beau tour facile permettant de découvrir deux vallées jumelles, idéal pour débuter le ski de randonnée. A découvrir également en saison estivale pour le reflet des étangs et la couleur des fleurs qui habitent les berges.

 

Tracé du circuit sur carte IGN 1/25 000ième

 

Les chiffres du jour :

Temps de marche total 5h52 pour 15,8 Km à 3,3 km/h

Dénivelé positif total : 1215m – autant en négatif

Point culminant : 2633m.



23/03/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 167 autres membres