Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pique d’Estats en hivernale à la journée par le couloir à Gégé (PD sup)

19/02/2023 : parking de l’Artigue – Bois de Fontanal – Orris de Pla Nouzère – Etang Sourd – Refuge du Pinet – Etang d’Estats – Couloir à Gégé (PD sup) – Pique d’Estats (3143m) – retour par le même itinéraire

 

Le massif de la Pique d’Estats en hiver et à la journée, est un immense défi à l’endurance. J’avais gouté à cela en 2014, mais j’étais alors accompagné par 3 solides camarades. J’étais revenu de cette journée dantesque si éreinté que je m’étais fait la promesse de ne plus recommencer une telle folie. Mais voilà, le temps a effacé la trace de la fatigue, il a estompé les souvenirs des efforts qu’il a fallu déployer. Neuf ans plus tard, pratiquement jour pour jour, je me présente à nouveau au pied des 2000 mètres qu’il faut gravir en versant Nord pour atteindre le toit de l’Ariège, le point culminant de la Catalogne même ; cette fois-ci je tente l’aventure seul. C’est une journée qui se déroulera en 3 actes.

Départ à 4h11 pour l’acte I. On me méprise souvent pour mes départs nocturnes, mais pour moi, il s’agit du prix de la sécurité, l’unique moyen d’avoir du temps devant soi au cas où un problème quelconque surviendrait. En avant pour une ascension à la frontale. On trouve encore de la neige dès le départ à l’Artigue, mais pas de bonne qualité pour chausser raquettes ou skis. On peut raisonnablement chausser au niveau de la passerelle à 1203m. La portion de marche dans les bois de Fontanal ne présente aucun intérêt, et elle me semble même moins monotone en nocturne. Sorti des bois à 5h11 en 1h11 en arrivant aux orris de Pla Nouzère. Je sais par expérience qu’il est plus sécurisant de passer par le sentier de l’étang Sourd depuis les orris, que de suivre la voie normale. Du monde est passé devant certainement la veille, c’est donc parfaitement tracé. Mais la neige est de qualité inconstante et malgré les raquettes, il faut s’employer pour s’extraire des trous en prenant de la hauteur. C’est la partie la plus physique de ce début d’approche. Passage rapide à l’étang Sourd qui sommeille sous la glace, après 1h51, et poursuite de l’ascension. Le sentier qui conduit au refuge est parfois dépourvu de neige, le sol est à nu. Puis, plus haut, la neige est suffisamment assez dure pour effectuer sans grande difficulté la traversée que demande l’itinéraire. Fin de l’acte I au refuge du Pinet à 6h55, pour un total de 2h44. Je viens de gravir 1000 mètres, certainement les plus faciles. Pause au refuge pour le petit-déjeuner. Le bâtiment a accueilli du monde dans la soirée, notamment de nombreux skieurs.

 

Le jour se lève sur le massif de Tabe

DSC00187.JPG

 

Versant Sud du massif de Bassies
DSC00189.JPG

 

Je remplace les raquettes par les crampons, et je débute à 7h27 l’acte II. Le passage de la bute qui domine le refuge m’a toujours posé des problèmes, mais cette fois, je négocie cela sans le moindre effort. C’est de très bon augure pour la suite. La traversée en dévers sous la Pointe d’Escasse se passe sans le moindre incident car les traces sont de bonne qualité. La lumière est maintenant là pour profiter du paysage. Je me présente à l’étang d’Estats avec la ferme intention de gravir le couloir à Gégé. Il y a 10 ans que je songe à ce dernier et trouver la fenêtre météo acceptable est très rare. C’est décidé, ce sera aujourd’hui ou jamais. Plus aucune trace et une neige sans consistance, mais heureusement de profondeur variable. Je m’enfonce à chaque pas, mais parfois au dessus de la cheville, parfois jusqu’aux genoux. C’est éreintant, mais j’encaisse. Je me présente au pied du couloir à 8h29, avec une approche de 3h46. J’empoigne les piolets, je visse le casque sur la tête, et j’enchaine sans perdre de temps.

 

Refuge du Pinet au petit jour

DSC00190.JPG

 

Droit devant se profile le couloir à Gégé
DSC00192.JPG

 

Gros plan sur le couloir à Gégé
DSC00193.JPG

 

La lumière change vite dans mon dos
DSC00194.JPG

 

Gros plan sur la très esthétique Pointe de Parec
DSC00195.JPG

 

Le couloir domine l'étang d'Estats invisible sous la neige
DSC00196.JPG

 

Le couloir dans son intégralité

DSC00197.JPG

 

Vu durant l’approche, le couloir semblait très vertical, mais en réalité il ne dépasse jamais les 45° de pente, mais cela reste soutenu. L’inclinaison est constante. L’autre constante est la qualité toujours médiocre de la neige. Une croute de hauteur variable recouvre la neige superficielle, mais quand ça casse, c’est de la neige inqualifiable : ni semoule, ni poudreuse, et pas de sous-couche. De vieilles traces de pas indiquent que le couloir a déjà était parcouru cet hiver, mais ces traces ne me sont d’aucune aide. Je dois le tracer à nouveau. C’est une épreuve de force, un défi à la gravité. Mais la forme est là, la défaillance que je redoute et qui m’a souvent frappé dans ce massif est encore loin. Les conditions de portance ne permettent pas de monter avec un rythme régulier, mais je m’en accommode. Le couloir est très esthétique, étroit à souhait, enveloppant mais pas étouffant, légèrement incurvé sur la gauche, alors je ne vais pas me plaindre quand on a la chance d’avoir des conditions météo et de santé pour venir dans un tel environnement. Ce n’est plus qu’une question de patience, monter, toujours monter, et ne jamais oublier de profiter.

 

Le couloir vu depuis sa baseDSC00198.JPG

 

Regard en arrière depuis l'entrée du couloir
DSC00199.JPG

 

La partie gravie depuis le cône de déjection

DSC00200.JPG

 

Droit vers le gros glaçon à gauche

DSC00201.JPG

 

Le passage proche du gros glaçon
DSC00202.JPG

 

Toujours plus haut !
DSC00203.JPG

 

Regard arrière juste après le gros glaçon
DSC00204.JPG

 

Le couloir se divise en deux branches dans la partie supérieure. Je reste dans l’axe principal du couloir et je laisse la variante sur ma gauche. Juste après le carrefour, on trouve un amas de roches qui impose de passer en mixte. Les piolets trouvent de très bons ancrages, et ce court passage est une formalité dont je me régale. La pente faiblit juste après le mixte et la sortie est toute proche, enfin, presque ! Le couloir sort à 2826 mètres, exactement «in the middle of nowhere». Il est à cet instant 10h07 [5h16]. Il y a un second couloir qui donne accès directement à la cime du pic de Verdaguer, en face plus au Sud, mais j’ai laissé trop d’énergie à brasser seul pour me lancer dans un nouveau chantier.

 

Carrefour des deux branches

DSC00205.JPG

 

Léger ressaut en mixte
DSC00207.JPG

 

Vue arrière depuis le ressaut
DSC00208.JPG

 

Le ressaut une fois passé
DSC00210.JPG

 

La pente est moins inclinée mais il reste encore "du chemin"
DSC00211.JPG

 

La partie haute du couloir vue depuis la sortie
DSC00212.JPG

 

Guins de l'Ase
DSC00213.JPG

 

Le second couloir à Gégé
DSC00214.JPG
 

Pic de Verdaguer à gauche et Pic du Port de Sutlló à droite
DSC00218.JPG

 

Il reste un bout d’arête sur la gauche à remonter, qui a été soufflée par le vent. Le point culminant est la côte 2936 mètres. Je suis surpris que cette pointe totalement identifiée et isolée n’ait jamais été baptisée autrement que par sa côte. Quelle injustice ! Je sais maintenant que les 200 derniers mètres de dénivelé qui me séparent du point culminant local ne seront qu’une formalité. Je vais chercher les traces de la voie normale et j’avance vers le ciel. Je retrouve des skieurs rencontrés au refuge. Arrive du sommet un groupe de jeunes dynamiques encadrés par Alain ; c’est la première fois que nous nous rencontrons. Rencontre sympathique où nous échangeons nos impressions sur la qualité de neige et le temps qu’il faut pour s’offrir le sommet. A bientôt et bon retour ! Je poursuis alors d’une traite jusqu’à parvenir à 11h21 sur les 3143 mètres de la Piques d’Estats. Il m’aura fallu 6h15 depuis le fond de la vallée. Fin de l’acte II. Je crois que s’il y avait eu encore 100 mètres de plus, cela ne m’aurait pas arrêté aujourd’hui. Je touche le bonheur absolu d’être en bonne santé dans un environnement unique. Je connais ce panorama, mais je découvre encore de nouveaux sommets à l’horizon.

 

Par delà la crête Sud du Guins de l'Ase l'horizon s'ouvre à l'Ouest

DSC00221.JPG

 

La pointe 2936
DSC00222.JPG

 

Rampe finale menant au Pic de Verdaguer
DSC00223.JPG

 

Et voilà !
DSC00224.JPG

 
DSC00225.JPG

 
DSC00231.JPG

 

Pause repas sur place. Il n’est pas si fréquent de prendre un repas à plus de 3100 mètres dans les Pyrénées. Et fait encore plus rare, il n’y aura pas le moindre espagnol sur ce sommet qui, en saison estival, ne compte pratiquement que des ibères. La Pique d’Estats, c’est un peu mon pèlerinage annuel depuis que je l’ai découverte en 2011, en cherchant un accès toujours différent, et je ne me lasse jamais. Cette fois-ce, ce fut la version la plus alpine. Pour paraphraser le baron Pierre de Coubertin, « L’alpiniste va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre. » Un tour d’horizon pour immortaliser une fois encore des cimes caractéristiques, que je connais ou qui restent à découvrir. Je n’irais pas au Montcalm aujourd’hui, car l’absence de neige en crête demanderait de déchausser les crampons, puis les chausser à nouveau pour la descente. Ce sera la Pique d’Estats uniquement.

 

Quelques gros plan vers le Sud/Est

DSC00245.JPG

 

La Punta Gabarró au premier planDSC00246.JPG

 

DSC00257.JPG

 

Pic du Canigou dernier sommet visible à l'Est

DSC00233.JPG

 

Gros plan sur des connaissances vers Orlu
DSC00250.JPG

 

Point culminant d'Andorre et Sierra de Cadi au dernier planDSC00248.JPG

 

Vue vers l'Ouest sur une forêt de sommetsDSC00237.JPG

 

Les proches sommetsDSC00249.JPG

 

Quelques gros plans sur les sommets carastéristiques
DSC00235.JPG

 DSC00253.JPG

 

Secteur du Val d'Aran
DSC00236.JPG

 
DSC00244.JPG

 

Vue vers le Sud sur les estanys d'Estats et Sotllo
DSC00238.JPG

 

Gros plan sur le pyramidal Monteixó

DSC00247.JPG

 

Vue vers le Nord et le proche Montcalm
DSC00239.JPG

 
DSC00243.JPG

 
Gros plan sur deux emblématiques cimes du Couserans
DSC00255.JPG

 

Pic du Midi de Bigorre au Nord/Ouest

DSC00251.JPG

 

Pic de Néouvielle le plus éloigné à l'Ouest

DSC00254.JPG

 

Début de l’acte III à 12h30 pour le retour. Rien d’original à présent, il n’y a plus qu’à suivre les nombreuses traces, si possible sans se blesser. La neige est de plus en plus molle, mais la marche en crampons reste encore acceptable. Le retour est monotone, mais je profite quand même pleinement de la lumière incroyablement rayonnante et d’une météo sans un souffle d’air. Il fait même trop chaud à plus de 2700 mètres au soleil. Les passages à l’ombre supportent quand même une veste. Passage rapide au refuge à 14h23, pour 7h50.

 

Descente vers l'étang du Montcalm

DSC00263.JPG

 
DSC00268.JPG

 

Nouveau regard sur le couloir à Gégé
DSC00269.JPG

 

Massif de Bassies comme suspendu
DSC00270.JPG

 

Refuge et étang du Pinet
DSC00271.JPG

 

Même itinéraire à la descente qu’à la montée avec le passage par l’étang Sourd. Avant l’étang, l’usage des crampons devient impossible tant la neige est molle, et les raquettes redeviennent indispensables. Je vais garder les raquettes aux pieds durant toute la descente, et comme à l’aller, je ne les quitterai qu’à la passerelle. Fin de cette journée dantesque à 16h16, pour finalement « seulement » 9h27 d’efforts. Les skieurs peuvent réduire considérablement ce temps à la descente. Ce temps est quand même relatif à la qualité de neige et la forme du marcheur. Je reviens plus riche d’une nouvelle aventure et d’un nouveau couloir. La Pique qui m’avait mis à genoux en mars 2022 m’a accueilli cette fois avec bienveillance. Gravir 2000 mètres de dénivelé en hiver et sur un massif de plus de 3000 mètres d’altitude est un privilège rare. Je réalise combien cette journée comptera, elle appartient peut-être déjà à mon passé.

 

DSC00272.JPG

 

Vallon de l'étang Sourd
DSC00273.JPG

 

La Pointe de Belcaire est magnifique - On notera que c'est un enneigement de mois de Mai
DSC00276.JPG

 

Trace du jour :

Carte_Estat-gege.jpg

 

Couloir à Gégé en 3D :

Carte_3D.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 9h27 pour 18,1 km à 1,9 km/h

Longueur du couloir : 220m

Temps pour gravir le couloir : 1h30

Temps pour atteindre le sommet : 6h15

Dénivelé positif total : 2005 m – Autant en négatif

Point culminant : 3143m



20/02/2023
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres