Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Tour du pic de la Soucarrane par les ports de Roumazet et Bouet en hivernale

17/10/2020 – Jour 1 : Orris du Carla – Etang de Roumazet – Port de Roumazet (2571m) – Barranc del port Vell – Refuge de Vall Ferrera

 

Avec l’arrivée brutale de l’hiver sur les sommets, et un épisode neigeux récent, l’envie de sortir voir nos montagnes était grande. Enfin une fenêtre météo favorable sur un week-end complet permet de s’aventurer dans les hautes. L’idée première est d’aller découvrir le sommet du Monteixó en Catalogne, en partant de Soulcem en Vicdessos. Trois fidèles compagnons du Vallespir, Yannick, Karine et Joël, vont se joindre à moi pour ce week-end qui, sans le savoir, va marquer nos mémoires. La question était de savoir quel équipement emporter pour faire face à de la neige fraiche. Lorsque nous découvrons le site des orris du Carla, l’enneigement local est si faible, quasi inexistant, que d’un commun accord nous convenons de laisser les raquettes dans la voiture. Départ à 10h53 sous un ciel bleu très pur. Nous suivons la piste jusqu’à la passerelle de la cascade de Labinas, puis le sentier en direction de l’étang de Roumazet.

 

Vue sur pic de la Madelon depuis le départ

IMG_9317.JPG

 

Cela donne une certaine idée du froid ambiant
IMG_9318.JPG

 

Cascade de Labinas
IMG_9319.JPG

 

La plancher du ruisseau de Soulcem avec au fond la face nord du pic de Médécourbe
IMG_9321.JPG

 

Trop peu de neige à 1800 mètres pour se méfier de ce que l'on va trouver

IMG_9322.JPG

 

Vue de dos
IMG_9323.JPG

 

Aucune difficulté particulière sur le sentier qui s’élève en versant Est, si ce n’est de la glace sur les rochers, qui fond doucement et vient se briser sur le sentier. La prise de dénivelé se fait ainsi sur un rythme convenable pour la saison. Mais sitôt franchie l’altitude des 2000 mètres, les conditions d’enneigement deviennent bien plus compliquées. De la neige abondante recouvre le paysage. De très gros efforts seront nécessaires pour se rendre jusqu’au bord de l’étang de Roumazet. C’est à cet instant que l’on réalise que les raquettes vont nous faire défaut cruellement. C’est à 13h15 que l’on se pose au bord de l’étang de Roumazet pour y prendre le repas. Nous avons mis 2h13 ; j’avais mis seul fin juin 1h15. Il faut oublier dès lors toute référence horaire.

 

Dans la montée proche de l'orri de Roumazet

IMG_9324.JPG

 

Pic de la Soucarrane plein Ouest
IMG_9325.JPG

 

Etang de Roumazet
IMG_9326_stitch.jpg

 

C’est à 14h05 que l’on enchaine la seconde partie de l’ascension du col. Il y a exactement 413 mètres à gravir pour passer la frontière. Dès les premiers pas, les problèmes reprennent. Nous nous enfonçons jusqu’au genou, c’est-à-dire de 60 centimètres dans une poudre sans consistance. Et ce n’est que le début. Chaque pas demande un effort considérable pour s’extraire. Le prise de dénivelé dans ces conditions paraît impossible. Joël est sur-motivé, il trace une tranchée dans la poudre. Nous faisons des relais pour s’économiser au mieux. Ce qui ne manque pas, c’est de la volonté et de la bonne humeur.

 

A deux pas de l'étang de Roumazet

IMG_9329.JPG

 

Vue vers l'Est sur l'étang de Roumazet
IMG_9330.JPG

 

La combe est immaculée
IMG_9331.JPG

 

La même chose en été

P1110506.JPG

 

Un décor de cinéma
IMG_9332.JPG

 

Lorsque le sentier entre dans le chaos rocheux qui caractérise le versant Est du port de Roumazet, il reste encore 250 mètres de dénivelé. La difficulté augmente encore d’un cran. Cette fois, en plus des 1,20 mètres de neige par endroit, il y a tous les trous entre les blocs de roche qui piègent un pas maladroit. C’est un champ de trous invisibles. Bienvenue dans l’enfer blanc. A maintes reprises, et à tour de rôle, une jambe plonge jusqu’à la taille sans toucher le fond du trou. Il faut déployer une énergie folle pour s’extraire, mais deux pas plus loin c’est le même cinéma. Même une trace commune ne suffit pas à apporter un peu de répit. Par dépit, chacun ira chercher au mieux un meilleur passage qui n’existe pourtant pas. Il est parfois nécessaire de monter à 4 pattes pour mieux répartir le poids. Yannick trouvera un bout de pente dépourvue de neige sur le gispet bien glissant, mais au moins il n’y a pas les trous scélérats. Pourtant, malgré ces conditions dantesques demandant une volonté inébranlable, aucun de nous n’aura l’idée de faire demi-tour. Mieux que ça, cela galvanise Joël, et fait rire Karine. Nous avons chuté plus de 50 fois chacun, et jamais le doute ne s’est immiscé dans nos esprits. Les conditions météo sont parfaites, le vent est nul, ce n’est qu’une question de patience et nous en viendrons à bout. Le col est franchi à 17h30 pour 4h46 d’efforts intenses, inhumains.

 

Progression difficile dans ce dédale de roche
IMG_9333.JPG

 

Notre trace vue de dos
IMG_9334.JPG

 

Yannick luttant pour sortir de l'enfer blanc ! 1,20 mètres de jambe gauche dans le vide.
IMG_9335.JPG

 

Sommet du col si proche, nous mettrons 25 minutes pour parcourir 150 mètres linéaire
IMG_9336.JPG

 

Port de Roumazet versant français
IMG_9337.JPG

 

Port de Roumazet versant espagnol
IMG_9338.JPG

 

Nous voudrions profiter de la vue, d’une pause, mais une descente tout aussi physique nous attend. Nous enchainons la marche en Espagne. Par chance, ce versant n’est pas recouvert de blocs mais de pelouse, si bien que l’on s’enfonce jusqu’à mi-cuisse, mais on touche le fond pour prendre appui ; cette nuance fait une différence considérable. Pas après pas, les minutes passent et le dénivelé décroit. L’enneigement reste toujours conséquent, et il faut arriver à la passerelle qui enjambe le barranc d’Areste pour ne plus trouver de neige. En versant Sud, la neige est totalement absente. La nuit nous gagne, les frontales entrent en action. Nous parvenons au refuge de Vall Ferrera à 19h53. Cela clôture une journée de 7h32 de marche, et quelle marche ! La bonne surprise du jour vient du refuge qui est vide d’occupant, mais confortablement équipé. Pas de cheminée ni poêle pour se chauffer, mais le petit abri est parfaitement isolé. 8 bons matelas sont à disposition, une table et 4 chaises. Nous n’avons pas besoin de plus pour passer une soirée agréable.

 

Le vallon à descendre
IMG_9339.JPG

 

Gros plan sur le pyramidal Monteixó
IMG_9340.JPG

 

En descendant du port de Roumazet
IMG_9342.JPG

 

Versant Sud/Est du pic d'Areste
IMG_9343.JPG

 

Le même vallon fin juin

P1110522.jpg

 

Entre chien et loup
IMG_9344.JPG

 

12 places et 8 matelas

IMG_9347.JPG

 

L'espace de vie est limité, mais suffisant
IMG_9348.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 7h32 pour 11,2 km à 1,5 km/h

Dénivelé positif total : 910m – Dénivelé négatif total : 671 m

Point culminant : 2571m

 

18/10/2020 – Jour 2 : Refuge de Vall Ferrera – Port de Bouet (2509m) – Etang de la Soucarrane – Orris du Carla

 

Lever à 7 heures, c’est une grasse matinée que l’on s’est offert. Avec la journée dantesque de la veille, nous abandonnons l’idée d’aller s’épuiser sur les flancs du pic de Monteixó. Le retour se fera directement par le port de Bouet. Nous quittons le refuge à 8h30 après avoir fait le plein d’eau au torrent. Le sentier à suivre est parfaitement indiqué.

 

IMG_9345.JPG

 

03.jpg

 

Où nous allons l'enneigement est moindre
IMG_9346.JPG

 

Suivre les indications
IMG_9350.JPG

 IMG_9349.JPG

 

Le sentier passe un court moment en forêt pratiquement en courbe de niveau, puis débouche sur une belle prairie, où l’on y trouve la cabane de Bouet. Il s’agit d’une bergerie, donc aucun confort pour y passer la nuit ; il y a encore quelques chevaux qui broutent autour de longs murets de pierres, qui servent à distribuer le sel au bétail durant la saison estivale. La prise de dénivelé commence ici.

 

Cabane de Bouet
IMG_9351.JPG

 

Pla de Boet

01.jpg

 

Sommet des Tres Pics
IMG_9352.JPG

 

Gros plan sur le sommet des Tres Pics
IMG_9353.JPG

 

02.jpg

 

Notre direction est parfaitement balisée
IMG_9354.JPG

 

Puis le sentier s’élève doucement dans un vallon orienté Ouest, mais nous marchons sur la rive Sud, c’est-à-dire l’adret. Cette nuance fait une grande différence sur la présence ou non de neige, et dans notre cas, nous ne trouverons de la neige de façon sérieuse qu’à partir de 2250 mètres. L’ubac est blanc dès 2000 mètres. Ainsi, la première partie de l’ascension se déroulera le mieux du monde.

 

Nouveau carrefour
IMG_9355.JPG

 

Rencontre avec le soleil
IMG_9357.JPG

 

Pic des Lavans

IMG_9356.JPG
 

En route vers le col
IMG_9360.JPG
 

Vue au Sud/Ouest, G pic de Gerri à D pic de Norís
IMG_9362.jpg

 

La suite est une répétition de ce que nous avons vécu 12 heures plus tôt. A partir de 2250 mètres, il faut lutter pour s’extraire de la neige. Mais le sac à dos est plus léger, la pente est plus douce, et la volonté intacte. Le groupe avance d’un bon pas malgré les nombreuses chutes dans des trous, malgré la neige molle. Courte pause contemplative à l’étang du port de Bouet, puis final du col à 11h44, pour 2h51. Pas si mal comme temps dans de telles conditions. Ce sera sur place que nous nous restaurerons.

 

La neige ne porte plus mais le col est à vue
IMG_9365.jpg

 
IMG_9367.JPG
 

Port de Bouet à deux pas
IMG_9369.JPG

 

De belles vagues !
IMG_9370.JPG

 

Estany del port de Boet
IMG_9371.jpg

 

Estany del port de Boet sous la glace à 2500 mètres
IMG_9374.JPG

 

Vue vers le Sud/Ouest sur l'étang depuis le col
IMG_9375.JPG

 

Vue vers l'Est en France
IMG_9376.JPG

 

L'équipe de choc !
IMG_9380.JPG

 

Une heure de pause complète et à 12h42 nous basculons en France. La descente est à peine mieux que la montée, si ce n’est qu’il n’y a aucun effort cardiaque, mais il faut toujours autant brasser. Le sentier passe à la cabane de la Soucarrane, où l’on regrettera qu’elle soit fermée à clé. L’arrivée au-dessus de l’étang de la Soucarrane permet d’apprécier le miroir des eaux calmes de cette grande nappe sombre. Le temps file, nous allons au plus court.

 

Suivre la trace de Joël
IMG_9383.JPG

 

L'étang de la Soucarrane se profile
IMG_9384.JPG

 

La quantité de neige à cet endroit atteint son paroxysme
IMG_9388.jpg

 

Que c'est dur !
IMG_9386.JPG

 

Etang de la Soucarrane
IMG_9387.jpg
 

Miroir de la Soucarrane
IMG_9391.JPG

 

Au niveau de l’étang, nous trouvons les traces des randonneurs qui sont montés ce jour voir le plan d’eau. Cela va nous soulager un peu, mais déjà la profondeur de poudre est moindre. Il ne reste plus qu’à descendre prudemment, en limitant les glissades inévitables. La marche sur le plancher de la vallée de Soulcem est une délivrance. C’est ainsi qu’à 16h01, nous retrouvons le point de départ. La journée est conclue en 5h41. De l’avis de tous, le lieu est sublime, et demande de nouvelles visites pour en apprécier tous les charmes. Quant à moi, je n’ai plus qu’à patienter encore 10 mois pour envisager une tentative d’ascension du Monteixó.

 

Le vallon de Soulcem
IMG_9392.JPG

 

Tracé de la boucle :

Boucle-Soulcem-VallFerrera.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h41 pour 11,6 km à 2 km/h

Dénivelé positif total : 654 m – Dénivelé négatif total : 900 m

Point culminant : 2509m



21/10/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres