Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Tose de Pédourrés par le couloir central Nord (PD sup) et Pic Vaillette d’Esteil

25/02/2021 : Parking bois de l’Ubac – GR10 – Refuge de Mourgouillou – Etang de Comte – Jasse des Estagnols – couloir central N – Tose de Pédourrés (2468m) – Pic Vaillette d’Esteil (2427m) – Jasse d’Esteil – Etang Comte – GR10 – Parking bois de l’Ubac

 

Préambule : Je n’ai jamais mis les pieds dans la vallée du Mourgouillou, et j’ai pour objectif d’aller gravir le Tose de Pédourrés par un couloir que je choisirai au moment venu. En raison du couvre-feu, de la longueur de la vallée et pour trouver un regel convenable, j’ai décidé d’écourter l’approche en allant passer la nuit au refuge de Mourgouillou. Départ du parking du bois de l’Ubac à 18h45. Après 15 minutes, on trouve un pont de pierre pour monter par le sentier rive gauche, qui n’est autre que le GR10. Le sentier est totalement libre de neige mais pas sec pour autant. L’eau coule de toute part sur les dalles. Arrivée au petit refuge à 19h20 pour une courte approche de 35 minutes. Il est libre, je vais donc passer la nuit seul. Seulement deux places sur un bat-flanc.

 

IMG_9614.JPG

 

Refuge de Mourgouillou

IMG_9542.JPG

 

Deux couchages
IMG_9543.JPG

 
IMG_9544.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 0h35

Dénivelé positif total : 225 m – Dénivelé négatif total : 3 m

 

Quelques 9 heures plus tard et une qualité de sommeil toute relative malgré les 10°C dans le refuge, je suis debout à 5h50. Mise en marche à 6h30 sous un ciel clair d’une lune décroissante. Le vent est nul, voilà longtemps que je n’avais pas connu de telles conditions. Absolument pas de neige jusqu’à l’étang de Comte. Je parviens à l’étang en 17 minutes. Le jour se lève au moment où je longe la rive gauche.

 

Etang de Comte, vue vers l'aval
IMG_9545.JPG
 

Le même étang vu d'un peu plus haut
IMG_9547.JPG

 

Il faut ensuite franchir un verrou en s’élevant sur la rive droite de la vallée. Le regel nocturne a été suffisant pour que la neige porte sans avoir à utiliser des raquettes, que je n’ai pas. Le vallon se rétrécit au niveau de la jasse des Estagnols. Il aura fallu 1h10 [7h40] pour arriver à cette mare d’eau. C’est à cet instant que l’on découvre le versant Nord du Tose de Pédourrés. Droit dans l’axe du vallon, le pic de l’Albe affiche un versant Nord/Est qui a fière allure.

 

Verrou à franchir, Tose de Pédourrés tout à gauche
IMG_9549.JPG

 

Rétrécissement du vallon
IMG_9550.JPG
 

Jasse des Estagnols et pic de l'Albe
IMG_9553.jpg

 

Versant Nord du Tose de Pédourrés
IMG_9556.JPG

 

A cet instant, je tourne à 90° pour mettre le cap au Sud en direction du Tose, qui propose un versant Nord rayé de quelques couloirs. Je n’ai aucune documentation, c’est de la découverte totale ; je n’ai plus qu’à choisir le plus esthétique. Je jette mon dévolu sur un couloir étroit et sinueux, bien au centre de la paroi. Je parviens au pied du couloir à 8h36, pour une approche de 1h46.

 

Le couloir central Nord

IMG_9557.JPG
 

Gros plan sur le couloir
IMG_9558.JPG
 
Pic de l'Albe
IMG_9559.JPG

 

Imposante face Est déjà au soleil
IMG_9562.JPG

 

Le couloir Central Nord est légèrement à droite donc ici invisible
IMG_9561.JPG

 

La vallée vue de dos
IMG_9563.JPG

 

Le temps de chausser les crampons et j’engage l’ascension le long du cône de déjection obstrué par les restes d’une avalanche. La qualité de neige est parfaite, dure, presque béton. Le cône est plutôt court et l’on se trouve rapidement dans le vif du sujet. La pente se redresse encore d’un cran pour avoisiner les 50°. Le ressaut le plus raide se trouve à mi couloir. Les conditions de grimpe sont plus que parfaites, un rêve.

 

Couloir droit dans l'axe
IMG_9564.JPG

 

Entrée du couloir
IMG_9565.JPG

 

Vue sur la crête du pic de Castille
IMG_9566.jpg

 

Dans la partie la plus raide
IMG_9568.JPG

 

Vue arrière sur la partie gravie
IMG_9569_stitch.jpg

 
IMG_9570.JPG

 

Encore un peu de verticalité
IMG_9572.JPG

 

Au rétrécissement la pente faiblit
IMG_9573.JPG

 

Dans le rétrécissement
IMG_9574.JPG

 

Dans la seconde moitié du couloir, la pente se couche légèrement. Etrangement, la neige porte moins bien, mais reste convenable. La sortie semble toute proche, presque trop facile, mais le couloir réserve une surprise. Ce qui semblait être la sortie n’est qu’un ressaut qui masque la crête terminale. Et la crête est barrée de corniches suffisamment prononcées pour bloquer la sortie. Je quitte le couloir pour basculer dans un autre couloir sur la droite, afin de trouver une faiblesse dans les vagues pétrifiées. Sur la partie où la lèvre est la moins haute, je taille une ouverte dans la corniche. La neige est suffisamment dure pour y planter fermement les crampons. Ce type de sortie est intéressante mais ne tolère aucune erreur. Voilà pourquoi je pousse un grand soupir une fois la difficulté franchie. Il est à cet instant 9h34 quand je pose les pieds sur le dôme sommital [2h44].

 

La vallée du Mourgouillou
IMG_9575.JPG

 

Gros plan sur le pic de l'Etang Rébenty
IMG_9576.JPG

 

Le couloir vu de dos
IMG_9577.JPG

 

La sortie n'est pas là où l'on croit
IMG_9578.JPG

 

Bosse permettant de changer de couloir, d'où l'on découvre les corniches
IMG_9579.JPG

 

Pic de l'Albe à gauche, pic de Rulhe au centre et étang de Couart
IMG_9580.JPG

 

Gros plan sur le Pic de l'Albe
IMG_9582.JPG
 

Gros plan sur le Pic de Rulhe

IMG_9584.JPG

 

Gros plan sur l'Etang de Couart

IMG_9583.JPG
 

Juste pour avoir une idée de la corniche
IMG_9585.JPG

 

La sortie vue depuis le dôme
IMG_9586.JPG
 

Le sommet est tout proche, et à 9h48 je parviens au point culminant du jour après 2h52. Comme ce sommet est loin d’être le plus haut du secteur, la vue est partiellement réduite sur une partie du panorama, mais il offre une vue étendue vers l’Est et Sud/Est. Du sommet, on domine un vallon suspendu au sud/est, étonnamment isolé, d’où prend sa source le ruisseau de Coume Vieille. Je suis cueilli par un vent très froid. Impossible de rester pour profiter pleinement. J’écourte donc par force le temps sur cette cime, pour avancer trouver un abri.

 

Panorama vers l'Ouest
IMG_9588_stitch.jpg

 

La crête terminale à suivre
IMG_9591.JPG

 

Le couloir Central Nord vu de haut
IMG_9592.JPG

 

Du sommet vue vers le Nord
IMG_9593.JPG

 

Gros plan sur le pic de l'Etang Rébenty et le massif de Tabe au second plan
IMG_9594.JPG

 

Du sommet vue vers l'Ouest
IMG_9595.JPG

 

Du sommet vue vers le Sud
IMG_9596.JPG

 

Pour la suite de l’itinéraire, j’ai le choix entre la couillade de Pédourrés, ou un bout de crête vers un proche sommet voisin. C’est ce second choix, plus aérien et technique, que je retiens. Cela va compléter avantageusement cette sortie alpine. Il faut partir vers l’Est en suivant le fil de l’arête. Pour les deux brèches que l’on trouve, passer versant Sud et revenir sur le fil. Je me pose au sommet du pic Vaillette d’Esteil à 10h30, après 3h30. Le plus complexe est derrière moi.

 

La crête à suivre
IMG_9597.JPG

 

Gros plan sur le pic d'Auriol à gauche et Puig Pedros et Coma d'Or à droite
IMG_9598.JPG

 

L'arête ondule, il faut rester sur le fil
IMG_9599.JPG

 
Ultime bout de crête finissant au sommet du Pic de Vaillette d'esteil
IMG_9601.JPG

 

Le vallon à descendre
IMG_9602.jpg

 

Tose de Pédourrés et pic de l'Albe vu depuis le sommet du pic Vaillette d'Esteil
IMG_9605.JPG

 

Gros plan sur l'arête parcourue
IMG_9606.JPG

 

La suite n’est plus que de la descente. Direct dans la pente pour plonger dans la combe, un lieu connu des skieurs vaillants. On gagne la jasse d’Esteil où le luxueux refuge pastoral n’est pas autorisé aux randonneurs. C’est ici, à 11h13, que je me pose pour la pause repas [3h57].

 

Descente dans grand goulet du pic de Vaillette d'Esteil
IMG_9607.JPG

 

Jasse d'Esteil
IMG_9608.JPG

 

Refuge de la jasse d'Esteil
IMG_9609.JPG

 

Reprise de la marche à 12h05. A travers la végétation et au jugé, on gagne l’étang de Comte. Au moment où je passe au bord de l’étang, il y a plus de 25 personnes. Je vais encore en croiser une quinzaine qui montent après 13 heures. C’est dire si cette destination est prisée. Combien croise-t-on de personnes en période estivale ? Retour au point de départ par le même itinéraire qu’à la montée. Fin de cette belle découverte à 13h19 pour un total de 5h13.

Au vu de la longueur totale de la course, cela peut se faire à la journée sans nuit en refuge, mais actuellement le regel est devenu très aléatoire, même en plein cœur de l’hiver. Chacun choisira donc sa stratégie en fonction des conditions du moment.

 

Dernier regard sur le haut de la vallée
IMG_9610.JPG

 

Etang de Comte
IMG_9611.JPG
 
Jasse du Mourgouillou et son refuge
IMG_9612.JPG
 
Couloir en vue 3D

Carte_3D.JPG

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000
Carte_IGN.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 5h13 pour 11,65 km

Temps pour faire le couloir : 0h58

Longueur du couloir : 200 m

Dénivelé positif total : 893 m – Dénivelé négatif total : 1123 m

Point culminant : 2468m

 



26/02/2021
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres