Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pech de Bugarach par la voie de la fenêtre - boucle versant Ouest

28/02/2015 : Bugarach – cascade des Mathieux – Pech de Bugarach (1230m) – Les Pastressis – col du Linas (667m) – Bugarach

 

Le seigneur incontesté des Hautes-Corbières est bien le Pech de Bugarach et avec ses 1230 mètres d’altitude, il joue au géant sur son territoire. Depuis le village éponyme, il paraît inaccessible tant ses falaises sont verticales. De nombreuses légendes lui prêtent quelques pouvoirs mystiques, mais la seule vérité se trouve à cime : un panorama incomparable sur pas moins de 3 départements.

Pour ma seconde visite sur ce pech (pic), c’est par la voie dite de la fenêtre que je vais à sa rencontre. Yannick se joint à moi, en ce samedi ensoleillé. Pourtant, lorsque nous quittons le centre du village à 9h, la température n’est que de 2°C, et le sommet se trouve sous un gros nuage sombre.

IMG_5077.JPG

 

Le départ du sentier se trouve à la sortie du village en direction du col de Linas, dans le premier virage. Suivre le balisage jaune, comme indiqué. Durant cette portion, le chemin est identique au sentier Cathare.

IMG_5078.JPG

 

On arrive rapidement au petit plan d’eau nommé le lac de la Vène, où le sol est détrempé. La boue est présente partout.

IMG_5079.JPG

 

Le franchissement du ruisseau qui alimente le plan d’eau est un peu compliqué à cause du débit important du jour. Puis le sentier se glisse dans un sous-bois de buis et hêtres, où l’argile colle sous nos semelles. L’eau coule de toute part, fait incroyable pour une altitude si modeste. Pour le moment, la prise de dénivelé est faible, c’est un échauffement en douceur. Puis le sentier coupe à nouveau le ruisseau où l’on rencontre à nouveau les mêmes difficultés pour changer de berge.

DSCF8536.JPG

 

Une fois cet obstacle franchi, d’un bond, le sentier coupe la route qui arrive du village de Parahou-Grand, le tout en 49 min. Le sentier, toujours en forêt, s’élève enfin fortement pour sortir dans une clairière. On ne tarde pas à trouver l’intersection de la voie de la fenêtre, il est 10h04. On quitte ici le sentier Cathare pour suivre un vieux balisage jaune. C’est nommé également un diverticule au sentier Cathare.

IMG_5085.JPG

 

IMG_5083.JPG

 

La pente s’est bien redressée et la prise de dénivelé est rapide. Tout autour de nous, ça et là, des buissons de buis s’accrochent vaillamment sur le socle calcaire du massif, battu par un vent glacial. C’est dans cette lande qu’il faut grimper. Vu d’ici, le sommet semble être gardé par des tours de guet du plus bel effet. Rien de surprenant, nous sommes en pays Cathare, ne l’oublions pas. Dans notre dos, la vue s’est ouverte sur la chaine des Pyrénées, et le panorama promis au sommet est quasiment là. Que c'est beau, mais que c'est beau !

IMG_5087.JPG

 

Puis le sentier trouve un passage dans la cuirasse de cette forteresse naturelle. On monte en posant parfois les mains, et c’est plutôt ludique. A ce moment de l’itinéraire, il est impossible de savoir où se trouve exactement le sommet, tant nous sommes entourés de sentinelles rocheuses. Puis apparaît soudain le passage clé, la célèbre fenêtre qui rend cet accès si attachant.

IMG_5089.JPG

 

La fenêtre se dévoile enfin

IMG_5090.JPG

 

Tout est givré autour de nous ; même si nous ne sommes pas en haute montagne, le pech en a tous les aspects du climat. Il va falloir être très prudent pour franchir la fenêtre. Yannick s’engage le premier et en deux pas de III d’escalade, il s’engouffre dans cette ouverture et le voilà qui disparaît sur l’autre versant. A mon tour de faire de même, et sans grande difficulté, je franchis cet obstacle. C’est plus impressionnant que difficile, néanmoins il faut être à l’aise sur la roche. Il y a toutefois la possibilité de contourner la fenêtre pour les moins agiles.

IMG_5092.JPG

 

Au loin le Canigou

IMG_5097.JPG

 

Après un court passage sur une vire, le sentier débouche sur une lande totalement givrée. La cime convoitée est enfin en point de mire.

IMG_5099.JPG

 

Malgré le vent fort et froid, plus aucun obstacle ne s’oppose à notre marche. Nous arrivons au sommet du pech de Bugarach à 11h21, après 2h11 de marche effective. Du haut des 1230 mètres, le panorama est sans nul doute, l’un des plus beaux que l’on puisse trouver dans ce coin de Pyrénées. La cordillère principale est visible depuis la Méditerranée, avec le massif des Albères, qui s’élève fortement jusqu'au massif du Canigou entièrement blanc. La pla Guillem est également sous la neige et les hauts sommets frontaliers que sont le Géant et le Nou Fonts se distinguent également.

 

Les Corbières

IMG_5105.JPG

 

IMG_5101.JPG

 

Le Dourmidou devant le Madrès semble tout proche ; tout ce massif étire son imposante masse vers le Capcir. Le pic du Pam ainsi que les 2 Pérics pointent leurs cimes. Puis c’est un festival de sommets Ariégeois, avec le Roc Blanc, la Camisette, le Pic de Balbonne, le Tarbesou, pour finir avec le pic de Soularac, point culminant du massif de Tabe. Les pics jumeaux d’Ourtiset et de Bentaillole sont également présents et toujours sous la neige. Puis toute les Corbières s’étirent sous nos pieds jusqu’au Mont Tauch. La mer complète ce tableau incroyable de contrastes. Quel plaisir de voir autant de paysage par un temps aussi clair. Par contre, le vent nous secoue fortement et le froid nous mord sans retenue, c'est plus que glacial.

 

Pic de Dourmidou au premier plan tout blanc et massif du Madres au fond

IMG_5107.JPG

 

Massif du Canigou

IMG_5108.JPG

 

La crête à suivre

IMG_5111.JPG

 

Nous nous remettons en marche à 11h40. Le retour va s’effectuer par un autre itinéraire afin de faire une boucle, et d’admirer ce pic sous tous ses versants. Nous revenons quelques hectomètres sur nos pas jusqu’à trouver un sentier qui part à gauche. Cela permet d’éviter un passage en crête, un peu trop exposé. Le sentier part Sud/Est en s’éloignant légèrement de l’arête. On trouve immédiatement le sous bois, où quelques passages sont bien compliqués à négocier. De gros blocs de roche bien glissants obstruent le passage, mais il y a une corde pour sécuriser cet obstacle. A 12h10, nous débouclons dans une clairière, et nous nous abritons adossés aux buis pour prendre le repas.

IMG_5112.JPG

 

Face au Sud, nous profiterons durant plus d’une heure, de la vue sur le Madrès et le Canigou. Le vent ayant tourné, il nous aura dérangés durant toute cette pause, mais la belle vue nous aidera à le supporter. A 13h35, nous repartons en suivant au plus près cette crête, avant de changer de versant.

 

Impressionnante face Est

IMG_5114.JPG

 

Le sentier est bien entretenu, et la progression en est que plus rapide. Nous ne tardons pas à arriver sur une route. Il faut tourner à gauche jusqu’à rejoindre le lieu dit Les Pastressis où la route s’arrête et une piste commence. On remonte facilement, en suivant une piste de terre qui nous conduit au col routier du Linas. Il est 15h, nous venons de rejoindre ce point en 4h07.

IMG_5116.JPG

 

D’ici, on peut gravir également le pic en un accès direct d’une heure trente. Pour revenir au village, il faut emprunter la route jusqu’au premier virage, et quitter le goudron pour une route en terre sur la droite. Il ne reste plus qu’à suivre cette piste qui est également balisée pour les VTT. Cette portion qui pourrait sembler sans intérêt, recèle dans la forêt de magnifiques ruines, qui témoignent d’un passé où ce secteur était exploité par l’homme. Les maisons présentent la particularité d’être adossées à de gros blocs rocheux faisant office de mur ; un bel exemple d’utilisation du terrain pour se fondre dans le décor.

La suite n’est qu’une formalité, et le chemin débouche au pied du village ; on passe sous l’église et on se laisse glisser jusqu’au parking de la mairie où nos véhicules nous attendent. Il est seulement 16h. Nous avons effectué cette grande boucle en 5h03.

Allez rendre visite au pech de Bugarach, il ne vous décevra pas ; d’où qu’on aborde ce sommet, les itinéraires offrent toujours de beaux panoramas, et du haut de sa cime le belvédère est tout simplement exceptionnel.

IMG_5119.JPG

 

Fichier GPX à télécharger

 

Tracé du jour sur carte IGN 1/25000ième

Carte-IGN_Bugarach.JPG

 

La journée en chiffres :

Dénivelé positif total : 1046m – Autant en négatif

Temps de marche 5h03 pour 16,3 km à 4,1 km/h

Point culminant 1230m

 



02/03/2015
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres