Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic du Madres en boucle par les crêtes Sud/Ouest

11/01/2020 : Réal – col de Sansa (1775m) – Puig de l’Esquena d’Ase (2006m) – Roc Cosconer (2132m) – col des gavatxos – Pic de Madres (2469m) – Roc Nègre (2459m) – plats des gourgs – col de passeduc (2284m) – Pinouseil – col de Sansa –Réal

 

Je propose une nouvelle incursion dans le massif du Madres, après celle automnale d’octobre 2019, mais cette fois par son versant Sud. Sommet tabulaire sans grande envergure, le massif de Madres n’en demeure pas moins intéressant, notamment pour la vue qu’il dispense. Il est certainement le meilleur belvédère pour celui qui veut voir sur 360°, tous les sommets des Pyrénées-Orientales et Audois. Si le Madres en été est une randonnée de niveau facile, la rudesse du climat en hiver rend la chose nettement moins abordable. C’est pour ce contraste lié à la saison, que j’aime revenir sur ce massif au caractère bien trempé. Et effet, un vent glacial y règne en permanence, donnant à ce massif en hiver, des accents de « troisième pôle ». C’est avec Joël que je vais parcourir un itinéraire en crête, débutant dans le Capcir, qui doit nous permettre de profiter un maximum de la vue grandiose. Nous aurons une pensée pour une amie qui n’a pas pu se joindre à nous au dernier moment. Le point de départ se situe au charmant village de Réal, à 7h42. -7°C lorsque nous nous mettons en marche, mais vent nul. Nous suivons l’itinéraire qui conduit en 1h01 seulement, à l’étonnant col forestier de Sansa. Pas moins de 6 pistes convergent en ce point.

 

Coucher de Lune sur le Capcir

IMG_8828.JPG

 

Grand Péric à gauche et Puig de Porteilla Gran à droite
IMG_8830.JPG

 

Col de Sansa
IMG_8831.JPG

 
IMG_8832.JPG

 

Nous suivons la première piste à notre gauche jusqu’au premier virage à gauche, et l’on s’enfonce dans la forêt cap N/E. Ce sous bois est étonnant propre, malgré les nombreux arbres morts qui jonchent le sol. La prise de dénivelé est douce. La présence de neige est pour le moment anecdotique. Nous suivons un fil de crête pour le moment très flou, qui nous mène à une première cime mal définie. C’est ici, sur la cime secondaire nommée Puig d’Esquena d’Ase à 2006 mètres, que débute réellement la marche en crête.

 

Puig de l'Esquena d'Ase

IMG_8836.jpg

 

Droit devant, une partie de l'itinéraire
IMG_8839.JPG

 

La crête va onduler encore un peu dans une forêt où la présence de vie de manque pas. Nous chaussons les raquettes car la neige fait son apparition de façon plus abondante. Cela ne pose pas de problème majeur pour avancer correctement. Quand nous sortons du sous-bois après le Roc Cosconer, une vue sauvage s’ouvre sur notre droite sur la coume de Ponteils. De superbes corniches soulignent le bord des précipices. C’est d’une beauté inqualifiable.

 

Cime du Madre au fond du cirque

IMG_8840.JPG

 

Première véritable montée
IMG_8841.JPG

 

Vue sur les hauts sommets du Capcir
IMG_8842.JPG

 

La crête se dessine plus nettement
IMG_8845.jpg

 

Paysage hivernal
IMG_8848.JPG

 
Attention à la vague pétrifiée au dessus du vide
IMG_8850_stitch.jpg

 

La suite n’est qu’un long cheminement de crête, sans difficulté technique, mais c’est sans compter sur le vent qui manifeste sa présence à partir de 2200 mètres. Il balaie cette crête d’Ouest en Est. Le spectacle offert par la blancheur des cimes sous un bleu azur efface toutes les morsures du froid. C’est beau, c’est juste trop beau ! Nous parvenons à 11h50, en 3h52 sur la cime du Madres, le toit de l’Aude.

 

Comme des airs de banquise

IMG_8854.JPG

 

Depuis une antécime, Pic de Bernard Sauvage à gauche, Madres à droite
IMG_8856.jpg

 

Vue vers le Nord depuis le sommet
IMG_8863.JPG

 
IMG_8864.JPG

 
IMG_8865.JPG

 

Au zoom, le Mont Valier dernier sommet visible à l'Ouest

IMG_8861.JPG

 

Plein centre, pics d'Ourtiset et Bentaillole
IMG_8862.JPG

 

La crête à suivre menant au Roc Nègre
IMG_8866.JPG

 

Nous avons parlé de vent un peu plus tôt, et bien il n’est pas à prendre à la légère. Il fait -5°C, et avec les 40km/h le windchild (température ressentie) est de -14°C. Il ne faut pas rester, nous mettons rapidement le cap vers le Roc Nègre. Quelques minutes suffisent pour trouver un parfait abri en versant Est, et tout change brusquement. Chaleur et quiétude s’invitent à l’heure de prendre le repas. Il est 12h08 [4h04], repas en terrasse et au soleil.

 

Il fait un peu froid !

82244004_521704128446224_8920685105727406080_n.jpg

 

La cime du Madres s'éloigne

IMG_8869.JPG

 

Haute vallée de la Castellane
IMG_8870.JPG

 

L’instant est si agréable, si paisible, que nous prenons plus d’une heure de pause, une éternité au regard de ce qui nous reste à parcourir. Qu’importe, une si belle journée méritait bien cela. Il est 13h17 quand nous reprenons la marche, mais avec les crampons aux pieds. En effet, les courts passages qui vont suivre demandent un pied sûr. Dans le passage le plus délicat du secteur, l’usage du piolet est également nécessaire. C’est court, 5 pas seulement, mais à ne pas négliger ; aucun faux pas n’est permis. Puis le final vers le Roc Nègre clôt définitivement l’usage des crampons. Nous passons sur cette cime à 13h37.

 

IMG_8871.JPG

 

Petit rappel funeste dans le passage délicat
IMG_8872.JPG

 

Le passage délicat vue du bas
IMG_8873.JPG

 

La même chose en été

DSCF7394.jpg

 

Ça penche un peu versant Castellane
IMG_8874.JPG

 

Cime du Roc Négre

82264147_2881185712153165_8385171631026208768_n.jpg
 

Mer et Canigou pour toile de fond
IMG_8875.JPG

 
IMG_8876.JPG
 

Pour poursuivre cette boucle, il ne reste plus qu’à mettre le cap plein Sud sur le plateau d’altitude. Une descente rapide nous dépose sur un grand plat où une maigre végétation se bat pour survivre. Quelques pins rabougris par le froid bravent les lois de la survie. Cet environnement presque hostile, s’apparente à la toundra. Pourtant, sous se sol spongieux, l’eau pénètre pour resurgir à peine plus bas sous forme de sources, donnant naissance au torrent de la coume de Pinouseil. Il ne faut pas manquer sur la gauche la vue sur les étangs du massif.

 

Pic de Madres depuis le plat des gourgs
IMG_8877.JPG

 

Gourg Estelat appelé aussi étang de Nohédes
IMG_8878.JPG

 

Gourg Nègre appelé aussi étang d'Evol
IMG_8880.JPG

 
IMG_8881.JPG

 

Pic de la Pelade droit devant
IMG_8882.JPG

 

Malgré une marche rapide, il est 15 heures quand nous parvenons au col de Passeduc. Le pic de la Pelade nous toise 90 mètres plus haut, mais nous n’irons pas. Le soleil se couche vite en cette saison, il nous faut rentrer. On s’engage alors dans le vallon du Pinouseil, où la neige y est en abondance et porte plutôt bien. Attention toutefois à ne pas marcher dans le pli du vallon sous peine de traverser la couche et finir le pied à l’eau. C’est l’expérience qui parle. Puis, à l’intersection des deux torrents, on tombe exactement sur une clairière nommée pinouseil ; c’est ici que l’on attrape une piste forestière qui doit nous conduire un col de Sansa. Plus besoin des raquettes, mais méfiance à la glace qui se cache sournoisement sous la fine pellicule de neige fraiche. Tout s’enchaine, vite, col de Sansa à 16h26 et retour à 17h17 au village, concluant une marche de 7h46. Pas si mal pour la saison. Le soleil se couche sur une journée parfaite en tout point de vue.

 

Vue depuis le col de Passeduc d'où l'on peut voir la crête matinale
IMG_8883_stitch.jpg

Trace du jour :

Carte_IGN_Madres.JPG

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 7h45 pour 23 km à 3 km/h

Dénivelé positif total : 1248 m – Autant en négatif

Point culminant : 2469m

 



12/01/2020
22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 189 autres membres