Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Rando dans les Pyrénées en toute simplicité

Pic de Maubermé et Mail de Bulard depuis le bocard d’Eylie

23/09/2022 : Bocard d’Eylie (905m) – cabane d’Urets – Port d’Urets (2512m) – Pic de Maubermé (2880m) – Port d’Urets – Pic de l’Homme (2734m) – Pic des Couloumès (2648m ) – Mail de Bulard (2750m) – Tuc de la coume de Lauze (2489m) – col de l’Arech (1802m) – Gr10 – Bocard d’Eylie

 

« Affectueusement vénéré dans sa vallée du Lez et d’Eylie, le Maubermé est lui aussi une montagne ariégeoise. » Patrice de Bellefon. Telle une sentinelle posée sur la frontière franco-espagnole, le Pic de Maubermé est le plus haut sommet du Couserans et du Biros. Son imposante silhouette le rend parfaitement identifiable loin depuis le sud dans le val d’Aran. S’offrir ce prestigieux sommet en venant par le nord est un véritable périple ariègeois. Il faut accepter d'affronter pratiquement 2000 mètres de dénivelé d’une traite, sans le moindre refuge gardé pour fractionner l’ascension. Le topo de la voie normale passant par le port d’Urets annonce 5h50, uniquement pour le sommet. Me voilà averti. Je vais passer la nuit au Bocard d’Eylie, site minier désaffecté ; l’endroit est glauque au possible, aucun charme, à oublier après la nuit passée. Car se rendre au point de départ est déjà une aventure en soi, 152 km et 2h45 pour moi, le bout du monde version Ariège.

Départ à 5h10 sous un ciel sombre mais pas étoilé comme on serait en droit de l’attendre par une nuit sans lune ; même le bout du monde est pollué pour la luminosité. Après les bâtiments en ruines, on traverse le torrent du Lez et il faut remonter une piste plein Sud, en ignorant les balises du GR10 sur la gauche. On ignore ensuite le sentier qui part à droite vers le cirque de la Plagne, pour tourner à gauche après un passage bétonné. Je n’ai jamais mis les pieds dans cette vallée. J’aime ce genre de découverte totale. L’itinéraire est parfaitement balisé de blanc et rouge. Il monte progressivement en forêt par de très nombreux lacets. C’est agréable et jamais pénible. Dans l’obscurité de la nuit, je scrute le sol attentif aux balises, lorsque je vois une grosse trace au sol dans de la boue. Je suis surpris pas la profondeur de la trace, et je me dis benoitement que dans la vallée, les chiens sont bien portants. Affaire à suivre. Chemin faisant dans les pâturages proches de la cabane de Coumeda, je réveille quelques vaches paisibles endormies sur le sentier. Je ne verrai pratiquement pas les pylônes rouillés encore présents dans le décor. Je parviens au barrage et à la cabane d’Urets à 7h20, en 2h10. Le topo indique 2h50, je suis donc un peu en avance. Le jour se lève enfin.

 

IMG_0509-001.JPG

 

Cabane d'Urets et port d'Urets dans le fond

IMG_0385.JPG

 

Vue vers l'aval
IMG_0388-001.JPG

 

L’itinéraire se poursuit toujours vers le Sud sur la droite du vallon. Je découvre rapidement le troupeau de moutons encore endormis dans un enclos. J’aperçois un puis deux patous au milieu du troupeau ; en définitive il y en a quatre. A peine plus de 20 secondes plus tard, les aboiements retentissent, le signal d’un danger est donné. L’information est passée de mon côté, et je fais un détour bien à l’écart de la clôture et du sentier. Pourtant les quatre molosses aboient sans relâche à tout rompre. Malgré mon éloignement, un seul plus féroce ou plus débile continue son rituel d’intimidation. Le sentier m’amène à contourner le troupeau par le haut en le prenant à revers, et bien que je sois très éloigné, subitement le plus débile sonne la charge ; les trois autres lui emboitent le pas. Je vois la distance de sécurité entre eux et moi fondre à grande vitesse. Il va y avoir une confrontation avec 4 molosses plus lourds que moi, dont je connais déjà l’issue. Oups il y a danger ! Je hâte le pas plus par reflexe que par conviction, quand le hasard du sentier me conduit dans une cuvette hors de vue des chiens fous. Les aboiements cessent. Je reste bien dans la cuvette tout en poursuivant l’ascension à vive allure. Je viens d’échapper à un très mauvais moment. Puis le sentier évite la source du ruisseau d’Urets par la droite, pour s’élever en une série de lacets au dessus d’une muraille rocheuse.

 

Port d'Urets en point de mire

IMG_0389.JPG

 
IMG_0390.JPG

 

J’aperçois ensuite bien au dessus de la barre rocheuse, une toute petite cabane très caractéristique, dont les montagnes ariégeoises sont constellées. J’en ai vues l’an passé toujours à l’écart des sentiers, dans des endroits improbables, et toujours fermées à double tour. A qui et à quoi peuvent-elles servir, car c’est grand comme un placard à balais ! Par une succession de lacets, le sentier se joue du relief en prenant de la hauteur efficacement ; parfois l’homme a placé des murs de pierre sèche pour faciliter le cheminement. On rencontre dans ce passage, une main courante pour sécuriser ces quelques pas au cas où il y aurait des restes de neige, ce qui n’est pas le cas en ce moment. Le final de l’ascension est surprenant avec des vestiges de bâtiments dans l’axe du col. Je parviens au Port d’Urets à 8h36, pour une ascension de 3h27, au lieu de 4h30. Il y a une étonnante cabane en plein col. C’est à l’intérieur que je vais prendre enfin le petit-déjeuner, non sans avoir avant, dévoré du regard, le panorama éblouissant vers le Sud. Les Pyrénées sont définitivement Espagnoles.

 

Le type de cabane fermée que l'on trouve un peu partout

IMG_0391.JPG

 

J'avais froid aux mains, je comprends pourquoi

IMG_0392.JPG

 

La haute vallée d'Urets
IMG_0393.JPG

 

Cabane au Port d'Urets sous le versant Est du Maubermé
IMG_0394.JPG

 
IMG_0395.JPG

 

Lac de Montoliu et Tuc de Parros en Espagne
IMG_0397.JPG

 

Gros plan sur une partie du panorama vers le sud

IMG_0402.JPG

 

Arête Est à suivre

IMG_0404.JPG

 

Lac de Montoliu et Tuc de Crabes
IMG_0405.JPG

 

9h10, c’est parti pour l’acte 2 de l’ascension. La voie normale passe en versant Sud. Mais je suis attiré par l’arête Est, à cheval sur la frontière ; cette arête domine par le Nord les combes d’Urets, cela promet de beaux moments vertigineux. Sans informations claires, je me lance dans l’aventure. Dans un premier temps, ce n’est que de la randonnée sur de la pelouse, mais les choses se compliquent sitôt les premiers escarpements rocheux. Avant cela, j’entends un souffle caractéristique d’un sifflement dans l’air. C’est un vautour qui passe si proche de moi que j’aurai pu voir sa pupille dilatée. Je suis prévenu que l’on attend mon faux pas imminent pour passer à table !

 

Ça vole bas ce matin !

IMG_0406.JPG

 

A partir de là, ça se complique

IMG_0407.JPG

 

Face au premier ressaut rocheux, je cherche longuement le meilleur passage s’il y a. C’est un ensemble d’escaliers verticaux légèrement déversant, mais pas de prises pour les mains ; de plus, le rocher ne tient pas. Je range dans le sac tout ce qui peut gêner à de l’escalade, et je m’engage dans le mur. Je trouve un bon bac pour la main droite, rien pour la gauche, avec de fines réglettes pour les pieds. Je n’ai droit qu’à un essai. Je me hisse sur une étroite plate forme, et j’enchaine sans plus attendre. Ce mur ne dépasse pas les 5 mètres de haut, mais avec une exposition redoutable. Je viens d’acter le fait que je ne pourrais pas faire marche arrière. Je ne saurai pas poser une cotation sur ce passage, mais c’est clairement supérieur à du II. La crête se compose donc de ressauts et de brèches peu profondes. Il y a un nouveau ressaut au niveau d’une croix de lichens jaunes. J’ai trouvé le passage sur la gauche de la croix dans du II versant espagnol ; là encore, ce n’est plus de randonnée, presque de l’alpinisme. Les deux ultimes bastions rocheux me semblent trop redoutables à affronter seul, pour jouer le trompe-la-mort. On évite finalement aisément par le versant droit au Nord, ces obstacles verticaux. C’est par de la randonnée que s’achève cette longue ascension. Il est 10h20 lorsque je sors sur la cime du fier Maubermé, en 4h37. J’aurai 1h10 de moins que le topo, voilà qui me laisse du temps pour profiter du panorama et de la suite de la journée.

 

Second ressaut rocheux, passer à gauche de la croix jaune

IMG_0408.JPG

 

Dernier bastion rocheux, sommet visible au fond à droite
IMG_0409.JPG

 

Suivre les vires dans l'herbe
IMG_0410.JPG

 

La crête vue du sommet
IMG_0411.JPG

 

A quelques pas du sommet

IMG_0413.JPG

 

Enfin !
IMG_0412.JPG

 

IMG_0416.JPG

 
IMG_0419.JPG

 IMG_0434.JPG

 

Vue vers l'Est sur l'Estanh Long de Liat

IMG_0420.JPG

 

Vue très étendue vers le Sud

IMG_0428_stitch.jpg

 

Gros plan sur le Luchonnais

IMG_0421-001.JPG

 

Gros plan sur le versant N du massif d'Aneto
IMG_0422-001a.JPG
 
Le proche Mont Valier et Petit Valier

IMG_0424-001.JPG

 

La lointaine Pique d’Estats
IMG_0425-001.JPG

 

Plein Sud la Punta Alta
IMG_0426-001.JPG

 

Autre panorama du pic de Contraix aux Besiberris et plus encore
IMG_0426-001_stitch.jpg

 
IMG_0427-001.JPG
 

Gros plan sur le Tuc Gran Colomèrs
IMG_0431-001.JPG

 

Lac de Montoliu
IMG_0432.JPG

 
Retour vers le Port d’Urets cette fois par la voie normale à 10h40. Cela se passe dans un couloir d’éboulis affreux. Le sol glisse, je vais même tomber trois fois. Pour une voie normale, cela demande de l’attention, mais c’est parfaitement bien cairné. Je vois au loin dans les pelouses des isards qui courent à grandes enjambées je ne sais pour quelles raisons, alors que sur la gauche, au même instant, je suis épié par des bouquetins. C’est la belle rencontre du jour. Cinq femelles et cinq petits m’observent à moins de 15 mètres pour les plus proches, mais sur des escarpements qui les mettent hors d’atteinte. Un beau moment que m’offre le Maubermé.

 

Couloir plongeant, chevilles en souffrances

IMG_0435.JPG

 

De véritables funanbules

IMG_0438-001.JPG

 
IMG_0441-001.JPG

 
IMG_0442-001.JPG

 

Mimétisme entre le petit et sa mère
IMG_0449-001.JPG

 

Pas la même attitude pour les isards

IMG_0451.JPG

 

Le couloir vu du bas, les bouquetins sont encore visibles sur l'arête tout à droite

IMG_0450.JPG

 

Puis, après avoir quitté le couloir, je croise un jeune couple de trailers français. Nous parlons de nos ressentis de l’ascension lorsqu’ils me parlent de la trace d’un ours. Quelle trace de l’ours ? Cette profonde trace dans boue n’était pas celle d’un gros chien alors, mais celle du plantigrade dont tout le monde parle sans jamais l’avoir vu. Les forêts du Biros abritent donc au moins un ours, avec moi cela fait deux ! Nous nous quittons, chacun dans des directions opposées. Le sentier pour revenir au Port d’Urets est agréable et même rapide. Je ne fais que passer pour la seconde fois à 11h23 [5h20], et je mets le cap à l’Est en direction du Pic de l’Homme, sommet totalement espagnol. Le terrain ne pose pas de difficulté, et il y a même une sente pour s’élever au dessus du port. Je parviens sur ce second sommet à 11h23, en 5h20. La vue s’ouvre vers l’Est sur un surprenant altiplano et deux petits vallons.

 

Sentier à flanc en versant Sud du Maubermè

IMG_0453.JPG

 

La crête parcourue
IMG_0454_stitch.jpg

 

Pic de Maubermé vu depuis l'ascension du Pic de l'Homme
IMG_0458.JPG

 

La haute vallée de l'Urets
IMG_0459.JPG

 

Marche finale vers le Pic de l'Homme
IMG_0460.JPG

 

Au sommet du Pic de l'Homme vue vers l'Est
IMG_0462.JPG

 

Maubermé vu depuis l'Homme
IMG_0465.JPG

 

Au fond le Mail de BulardIMG_0463.jpg
 

Autre point de vue sur le Lac de Montoliu
IMG_0468.JPG

 

Autre vue sur le massif d'Aneto
IMG_0469.JPG

 

Je vise le point terminal du plateau, c’est le Mail de Bulard. La descente du Pic de l’Homme se passe au milieu d’éboulis fins mais sans danger. Puis la suite se passe sur de la pelouse rase. Je me fixe le Mail de Bulard comme objectif pour prendre le repas. Nouveau sommet nommé Pic des Couloumés qui donne un nouvel aperçu d’où je viens. La succession de montées et descentes sont autant de casse-pattes, mais la vue est là pour faire passer ce moment. Je parviens finalement bien vite au sommet du Bulard. Par ce versant, c’est un sommet « cadeau » qu’il aurait été dommage de manquer. Je parviens enfin à destination à 12h55, pour un total de 6h46. Grosse pause contemplative.

 

Face Est du Maubermé vue depuis le Pic des Couloumès
IMG_0470.JPG

 

Pic de l'Homme à G, port d'Urets au centre, Maubermé à D vus depuis le pic des Couloumès
IMG_0471_stitch.jpg

 

Encore un peu de distance pour parvenir en haut du Mail de Bulard
IMG_0476.JPG

 

Mont Valier et Pic de Barlonguère à droite
IMG_0477.JPG

 

Panorama d'où je viens
IMG_0478_stitch.jpg

 

Vallée du Lez où l'on devine le hameau d'Eylie
IMG_0481.JPG
 

Nouveau vol de vautours au dessus du Mail de Bulard
IMG_0485.JPG

 IMG_0488.JPG

 

Vue vers l'Est depuis le Bulard
IMG_0486.JPG

 

Estanh deth Pietá en versant Sud du Bulard sous la crête frontière
IMG_0487.JPG

 
Vue vers l'Est, ici tous les versants sont taillés au couteau

IMG_0491.JPG

 

Gros plan sur le Mont Valier, col Faustin, Petit Valier
IMG_0492.JPG

 

La seconde partie de la journée va consister à perdre 1850 mètres de dénivelé. Cap plein nord à 13h38 sur une crête qui sépare le vallon de l’Urets à ouest, du vallon d’Orle à l’est. Le départ des « difficultés » est signalé par un cairn ostentatoire. Cette crête est aérienne, très vertigineuse, mais sans grandes difficultés tant que l’on a de l’adhérence sous les semelles. Il ne faudrait pas être pris par la pluie à ce moment de la journée. Il y a de petits ressauts et de minuscules brèches, tous évitables aisément. Cette fine arête doit être encore plus agréable à monter. On domine sur la droite les ruines d’anciennes mines. Cela se termine sur la cime du Tuc de la coume de Lauze. La suite n’est plus que de la randonnée.

 

Départ de la crête depuis le Mail de Bulard

IMG_0493.JPG

 

Véritable point de départ des "hostilités"
IMG_0494.JPG

 

Un peu d'ondulation jusqu'au Tuc de la Coume de Lauze
IMG_0495.JPG

 

A droite les anciennes mines
IMG_0496.JPG

 

Comme un air de Machu Pichu
IMG_0497.JPG

 

Vue vers le Nord
IMG_0498.JPG

 

Vue de dos, pas bien large
IMG_0499.JPG

 

Encore un peu de grimpe
IMG_0501.JPG

 

Le Tuc de la Coume se rapproche
IMG_0502.JPG

 

Le Mail de Bulard vu depuis le Tuc de la Coume de Lauze
IMG_0503.JPG

 

Après avoir parlé du pays avec un couple au Tuc, je file à grands pas dans la pelouse en direction du col de l’Arech. Un ciel sombre invite à donner du rythme. Par chance, c’est de la randonnée agréable sous les pylônes désaffectés. Un troupeau de moutons remonte vers le col depuis la cabane de l’Arech, emmené par un patou aboyeur. Je me signale au berger qui appelle certainement le chien puisqu’il cesse alors ses vociférations. Je passe au col de l’Arech à 15h14 [8h10]. On rattrape au col le sentier du GR10, cap à l’ouest.

 

IMG_0504.JPG

 

Silencieux géant d'acier
IMG_0505.JPG

 

IMG_0506.JPG

 

La descente du Tuc de la Coume de Lauze
IMG_0507.JPG

 

Patou au col d'Arech
IMG_0508.JPG

 

Je sais que les prévisions météo avaient annoncé une probabilité de 15% de voir tomber 1mm d’eau à partir de 15 heures et à partir de 17 heures une probabilité de 75% pour 3mm. Aaaah, les probabilités de pluie et l’Ariège ! Dés 15h25, c’est parti pour la douche. Par chance je rentre rapidement dans le bois des Rochers de Bastard, où le couvert des feuillus me servira d’abri. Le GR10 à cet endroit est magnifique, un plaisir à parcourir. La perte de dénivelé est rapide. Pourtant à 16h10, la pluie cesse, je ne suis plus très loin du terminus. Je finis cette intense et superbe boucle à 16h17, en 9h14. La descente du col de l’Arech n’aura demandé que 1h04 pour 850 mètres de dénivelé perdu ; c’est dire si le sentier est agréable. J’ai profité grandement de ce premier jour d’automne où la température a enfin retrouvé un niveau de saison. J’ai eu un tout petit aperçu des montagnes du Biros qui demandent à ce qui j’y revienne. Mais que c’est loin ! Le versant sud présente des pentes plus douces. Il y passe le GR11, un endroit de plus qui méritera une visite.

 

Trace du jour :

Carte_Maubermé.jpg

 

Les chiffres de la journée :

Temps de marche total 9h14 pour 26 km à 2,8 km/h

Dénivelé positif total : 2380 m – Autant en négatif

Point culminant : 2880m



25/09/2022
32 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 304 autres membres